Présidence de Nelson Mandela

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La présidence de Nelson Mandela a débuté le , lorsque Nelson Mandela, militant anti-apartheid, avocat et ancien prisonnier politique, a été investi président de l'Afrique du Sud et s'est achevée le . Il a été le premier chef d'État non blanc de l'histoire de l'Afrique du Sud, ainsi que le premier à prendre ses fonctions après le démantèlement du système d'apartheid et l'introduction de la démocratie multiraciale. Mandela était également le plus ancien chef d'État de l'histoire de l'Afrique du Sud, prenant ses fonctions à l'âge de soixante-quinze ans[1].

Élection[modifier | modifier le code]

Les élections générales de 1994, tenues le , ont été la première élection multiraciale d'Afrique du Sud avec émancipation totale. Le Congrès national africain a remporté 63% des voix aux élections et Mandela, en tant que chef de l'ANC, a été investi le premier président noir du pays, avec FW de Klerk du Parti national comme premier vice-Président et Thabo Mbeki en qualité de deuxième au sein du gouvernement d'unité nationale[2] .

Mandela a prêté serment le . Sa cérémonie d’investiture a réuni 45 chefs d’État et de gouvernement, dont :

1995[modifier | modifier le code]

Visite et diner d'État des Présidents Nelson Mandela and Bill Clinton en 1994

Au début de son mandat le , Mandela a dû géré la transition des règles de l'apartheid marqué par la domination de la minorité blanche. Il gagnera ainsi le respect international pour son plaidoyer en faveur de la réconciliation nationale et internationale[3].

Mandela a encouragé les Sud-Africains noirs à se placer derrière les Springboks (l'équipe nationale sud-africaine de rugby) précédemment détestés alors que l'Afrique du Sud accueillait la Coupe du monde de rugby de 1995[4]. (C'est le thème du film Invictus de 2009. ) Après que les Springboks aient remporté une finale épique contre la Nouvelle-Zélande, Mandela a présenté le trophée au capitaine François Pienaar, un Afrikaner, vêtu d'une chemise Springbok avec le numéro 6 de Pienaar dans le dos. Cela a été largement considéré comme une étape majeure dans la réconciliation des Sud-Africains blancs et noirs[5].

1996[modifier | modifier le code]

En 1996, Mandela divorce de son ex-épouse, Winnie Madikizela-Mandela. En juin de la même année, Thabo Mbeki devient le seul vice-président de l'Afrique du Sud, suite à la démission de FW de Klerk de son poste de premier vice-président.

1997[modifier | modifier le code]

Procès de Lockerbie[modifier | modifier le code]

Le président Mandela s'est particulièrement attaché à contribuer au règlement du différend de longue date entre la Libye de Kadhafi, d'une part, et les États-Unis et le Royaume-Uni, d'autre part, portant sur le jugement des deux Libyens inculpés en , et accusé d'avoir bombardé le vol Pan Am 103, qui s'est par la suite éclaté et est tombé respectivement au-dessus et à proximité de la ville écossaise de Lockerbie le , faisant 270 morts[6]. Dès 1992, Mandela a contacté officieusement le président George HW Bush avec une proposition de faire juger les deux Libyens inculpés dans un pays tiers. Bush a réagi favorablement à la proposition, tout comme le président François Mitterrand de France et le roi Juan Carlos I d'Espagne[7]. En - six mois après son élection à la présidence - Mandela a officiellement proposé que l'Afrique du Sud soit le lieu du procès de l'attentat à la bombe contre le vol Pan Am 103[8] .

Le Premier ministre britannique John Major a cependant rejeté catégoriquement l'idée, arguant que le gouvernement britannique n'avait pas confiance aux tribunaux étrangers[9]. Trois autres années se sont écoulées jusqu'à ce que l'offre de Mandela soit renouvelé au successeur de Major, Tony Blair, lorsque Mandela est rendu à Londres en . Plus tard au cours de la même année, lors de la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM) de 1997 à Édimbourg en , Mandela a averti:

"Aucun pays ne devrait être plaignant, procureur et juge."

1998[modifier | modifier le code]

Lors de la première opération militaire post-apartheid en Afrique du Sud, le président par intérim Mangosuthu Gatsha Buthelezi [10] (qui était le troisième commandant de l'Afrique du Sud après Nelson Mandela et Thabo Mbeki) a envoyé des troupes au Lesotho en pour protéger le gouvernement du Premier ministre Pakalitha Mosisili. Cela est arrivé après qu'une élection contestée ait provoqué une opposition féroce menaçant le gouvernement instable.

Toujours en 1998, Mandela épouse Graça Machel, la veuve de l'ancien président mozambicain Samora Machel .

1999[modifier | modifier le code]

Une solution de compromis a ensuite été convenue pour la tenue d'un procès au camp Zeist aux Pays-Bas, régi par la loi écossaise, et le président Mandela a entamé des négociations avec le colonel Kadhafi pour la remise des deux accusés ( Megrahi et Fhimah ) en [11]

Fin de mandat[modifier | modifier le code]

La constitution de 1996 a limité le président à deux mandats consécutifs de cinq ans. Mandela n'a pas tenté de faire modifier le document pour supprimer la limite de deux mandats; en effet, il n'avait eu l'intention de servir qu'un seul mandat, l'âge étant un facteur important dans cette décision. Mandela a quitté ses fonctions le . Il a été remplacé par Mbeki, qui a été investi à la présidence le . Mandela s'est retirée de la politique active et s'est engagée, pendant plusieurs années par la suite, dans un certain nombre d'activités philanthropiques.

Héritage[modifier | modifier le code]

Politique SIDA / VIH[modifier | modifier le code]

Des commentateurs et des critiques, y compris des militants de la lutte contre le VIH sida comme Edwin Cameron, ont critiqué Mandela pour l'inefficacité de son gouvernement à endiguer la crise du sida[12],[13]. Après sa retraite, Mandela a admis qu'il avait peut-être échoué dans son pays en ne prêtant pas plus d'attention à l'épidémie de VIH / SIDA. [14],[15] Après cela, Mandela s'est prononcée à plusieurs reprises contre l'épidémie de sida[16],[17].

Conception de vêtements[modifier | modifier le code]

Après avoir assumé la présidence, l'une des marques de fabrique de Mandela était son utilisation des T-shirts Batik, connus sous le nom de " chemises Madiba ", même lors d'occasions formelles[18].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. James Morrison, « Nelson Mandela, South Africa’s first black president, dies at age 95 », The Washington Times, (consulté le 14 septembre 2015)
  2. « Mandela becomes SA's first black president », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2008)
  3. « The Nobel Peace Prize 1993 – Presentation Speech », Nobelprize.org (consulté le 28 octobre 2008)
  4. « Mandela rallies Springboks », BBC Sport,‎ (lire en ligne)
  5. John Carlin, « How Nelson Mandela won the rugby World Cup », The Daily Telegraph, UK,‎ (lire en ligne)
  6. « Lockerbie trial: what happened when », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2008)
  7. « Mandela shies away from global role in retirement », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2008)
  8. « Families say SA trial site acceptable », Dispatch, (consulté le 26 mai 2008)
  9. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  10. (en) « South Africa invades Lesotho », Green Left Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2020).
  11. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  12. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  13. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  14. « Can Mandela's AIDS Message Pierce the Walls of Shame? » [archive du ], Peninsula Peace and Justice Center, (consulté le 26 mai 2008)
  15. Quist-Arcton, « South Africa: Mandela Deluged With Tributes as He Turns 85 », AllAfrica.com, (consulté le 26 mai 2008)
  16. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  17. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  18. Fred Khumalo, « How Mandela changed SA fashion », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2008)