Préhistoire de la Chine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».

La Préhistoire de la Chine concerne les régions qui couvrent les actuelles République populaire de Chine et République de Chine (Taïwan), pour la période comprise entre environ 3 000 000 d'années, date des premières présences humaines présumées et environ 2 500 ans avant le présent, date locale de l'apparition de l'écriture.

Plusieurs facteurs entraînent d'importantes évolutions dans les modes de vie au cours de cette période. En premier lieu, le réchauffement post-glaciaire : vers 17 000 avant le présent on passe d'une période froide à une période de réchauffement à peu près constant, ce phénomène étant amplifié par l'effet des moussons dans une grande moitié sud-est. Au cours de cette période de réchauffement, des périodes plus froides et sèches ont eu aussi un effet sur l'évolution de l'homme ; ainsi au Dryas récent, vers 12 000 avant le présent. Les conditions climatiques auraient ainsi poussé certaines populations à passer d'une économie de chasseur-cueilleur vers une économie de production, au cours d'une transition très progressive et à des rythmes différents selon l'évolution des caractéristiques locales. En second lieu, la mobilité des groupes humains, les échanges entre groupes, dans cet immense espace correspondant à ce qui est aujourd'hui la RPC et Taïwan, font aussi partie des facteurs d'évolution des modes de vie ; des affrontements ont aussi lieu au Néolithique avant qu'il ne soit question de guerres, facteurs d'évolutions brutales, à l'âge du bronze.

La présence des premiers hominoïdes est attestée avec la découverte en 1935 du Gigantopithèque, daté aujourd'hui de 8 à 3 millions d'années. Ils sont contemporains d'un autre hominoïde, propre à la Chine du Yunnan : le type Lufeng. Les traces des premiers humains, des formes anciennes du genre Homo, apparaissent très tôt en Chine avec les découvertes d'un nucléus en quartzite et de pièces taillées, dont des nucléus à éclats et des éclats retouchés en outils qui dateraient d'environ 3 et 2 millions d'années. Cette présence se précise par la morphologie d'un humain, trouvé sur le site de Longgupo au Sichuan, qui se placerait entre Homo habilis et Homo ergaster. Puis la présence de l'homme est attestée au Pléistocène moyen et au début du Pléistocène supérieur, il y a 1,5 million à 0,5 million d'années. En 1921, une équipe internationale découvre l'Homme de Pékin, aujourd'hui considéré comme un Homo erectus et daté de 700 000 ans. Les deux crânes de l'Homme de Yunxian (environ 800 000 ans), découverts au Hubei en 1989 et 1990, sont actuellement parmi les premiers témoins fossiles de l'Homo erectus en Chine. Ces hommes du Paléolithique inférieur employaient le feu pour cuire leurs aliments et des outils de quartzite pour diverses activités, dont la chasse. Enfin l'Homme de Zhoukoudian est un Homo sapiens qui possédait des pratiques funéraires comparables à celles qui sont identifiées en Europe au Paléolithique supérieur. Au sein de ces populations de chasseurs-cueilleurs apparaissent des innovations propres à la Chine, comme une première céramique datée entre 18 000 et 14 000 ans avant le présent.

Au cours de la néolithisation progressive (v. 7000-5000) avant l'ère commune, particulièrement bien documentée en Chine, les « cultures »[N 1] qui apparaissent, puis celles du Néolithique (v. 5000-2000) et de l'âge du bronze (v. 2000-1500 ou v. 500 avant l'ère commune, selon les régions) produisent des objets qui sont propres à la Chine comme les objets de jade, dont ceux qui ont la forme de disques (bi) et de tubes (cong). Enfin, autre spécificité de la Chine, l'usage du fer est moins valorisé que celui du bronze, qui domine pendant une longue durée. Il n'y a donc pas eu en Chine une rupture importante avec un âge du fer après l'âge du bronze, comme ça a été le cas en Occident.

Les cultures préhistoriques chinoises possèdent une riche culture matérielle. La céramique apparaît particulièrement tôt et acquiert au cours de la période un grand degré de raffinement. Les jades viennent ensuite, puis les bronzes chinois (dont la technologie viendrait de l'Oural ou d'Asie centrale), de même les premiers objets laqués du monde qui apparaissent ici. À l'inverse, le fer et l'acier font une entrée peu remarquée et tardive avec quelques épées luxueuses. Les artisans du Néolithique s'approprient la technologie du verre par l'intermédiaire du commerce avec l'Occident, mais cette production reste marginale. Peu d'objets en bois ont survécu mais ils témoignent en général d'usages populaires. Outre ces objets en bois, d'autres objets en fibres naturelles, en matériaux de vannerie, mais aussi en corne ou en bronze, parfois incrustés d'or, d'argent ou de turquoise, ont été retrouvés. De nombreux objets de prestige présentent des formes hybrides et leurs créateurs en multiplient les variétés. Cette abondante production apporte des indices d'une activité symbolique qui semble accompagner le développement économique.


Sommaire

Présentation d'ensemble[modifier | modifier le code]

  • Cette partie est une présentation générale. Afin d'éviter les répétitions, les sources scientifiques la concernant n'apparaissent pas ici mais dans les développements détaillés présentés dans le reste de l'article.

Préhistoire en Chine depuis les premiers humains[modifier | modifier le code]

Dès l'émergence des premiers hommes, la diversité des milieux pourrait expliquer la présence de plusieurs foyers de peuplement très distincts. Ensuite, sous d'autres climats lors de la néolithisation de certaines cultures et avec les fluctuations de ce climat sous des latitudes si différentes, les comportements s'avèrent extrêmement variables à la même époque. Ainsi, les études d'ensemble sur la Préhistoire de la Chine font toujours état des caractéristiques de l'espace géographique et des fluctuations climatiques qui ont multiplié les milieux en fonction desquels les humains ont adapté leur comportement.

La Chine a été occupée par des représentants anciens du genre Homo (Homo erectus voire Homo habilis) il y a plus d'un million d'années. Le site de l'Homme de Yunxian (Hubei, Chine du centre) est daté d'environ 800 000 ans[1], dans un environnement forestier à la faune très diverse qui va du panda géant à l'éléphant et au tigre à dents de sabre. L'Homme de Pékin (découvert dans l'une des grottes de Zhoukoudian, près de Pékin) est un peu moins ancien. Des indices contestés prouvent selon certains une présence bien plus ancienne du genre Homo remettant en cause l'hypothèse d'une origine unique de l'humanité, question qui passionne certains chercheurs chinois : les hommes modernes, Homo sapiens, mais peut-être avant eux les Homo erectus voire les Homo habilis, ont pu atteindre la Chine depuis l'Afrique — à moins qu'il n'y ait eu une évolution sur place[2]. Ce problème n'est pas résolu. Par contre les hommes du Paléolithique inférieur, les Homo erectus, ont laissé de nombreuses traces de leur vie, et ceci dans les environnements variés de ce qui est devenu la Chine.

L'Homme de Zhoukoudian est un Homo sapiens (bien plus récent que l'Homme de Pékin mais pourtant son voisin sur le site) qui a reçu une sépulture : en effet, de la poudre rouge d'hématite a été déposée sur ses os rassemblés. On a découvert sur le même site des lames et des parures qui évoquent ce que l'on a découvert au Paléolithique supérieur en Europe. Cet homme vivait au milieu de forêts et de prairies, où il pratiquait chasse et pêche. Les hommes du Paléolithique à la fin du Pléistocène, c'est-à-dire à la fin du Dernier maximum glaciaire en Chine du Nord, dans le milieu de la vallée du Fleuve Jaune et vers 21 000-17 500 avant le présent, pilaient ou broyaient des végétaux[3], parmi lesquels des graines de millet sauvage[4]. Progressivement ces chasseurs-cueilleurs ont fait des innovations technologiques, localement isolées, comme une certaine céramique fruste et fragile. Un pot de terre légèrement cuite a été découvert dans la grotte de Yuchanyan et daté du Pléistocène supérieur ou final, ce qui correspond à la dernière période glaciaire qui a vu disparaître de nombreuses espèces animales, la mégafaune, et les espèces d'humains non modernes. Le contexte de cet objet d'usage quotidien comportait des traces de riz sauvage mais surtout des mollusques, qui auraient ainsi été cuits dans cette poterie, la plus ancienne connue en 2015. Les premières utilisations attestées de riz sauvage sont actuellement datées du début de l'Holocène (9000-7000), période chaude, au sein de populations de chasseurs-cueilleurs semi-sédentaires du Mésolithique qui consommaient vers 9400-6600 des glands, des châtaignes d'eau et du riz sauvage ; ils possédaient des jarres de céramique, à fond plat, et des outils de pierre polie. Plus tard, durant l'Holocène moyen (v. 7000-5000), on est passé, en Chine, de cette économie de prédation à une économie de production agricole basée sur le millet, le porc, le poulet et le chien (pour la chasse), cueillette et chasse assurant un complément plus ou moins important, au sein de nombreuses cultures néolithiques et ce en diverses régions du Nord au Sud et de l'Est à l'« Ouest ». La région concernée située le plus à l'Ouest est le bassin du Sichuan, car on ne dispose actuellement (en 2013) que de très peu d'informations sur la préhistoire de la Chine plus à l'Ouest[N 2].

La culture néolithique la plus connue est celle de Yangshao[5] (« Néolithique moyen » en Chine), au confluent de la rivière Wei et du Fleuve Jaune. Elle est datée de 4500 à 3000 avant l'ère commune et s'est développée dans la plaine centrale, au Henan, au Shanxi et au Shaanxi, avant de s'étendre au sud vers le Yangzi Jiang et à l'ouest vers le Gansu et le Qinghai. Le site du Yangshao ancien le plus connu est celui du village de Banpo, près de Xi'an dans le Shaanxi. Cette culture a été découverte en 1921 par l'archéologue suédois Johan Gunnar Andersson et les recherches se sont ensuite focalisées sur cette région considérée comme « centre » de la Chine — en fait, aujourd'hui considérée par les Chinois comme étant le nord de la Chine. Dans les années 1960, les archéologues chinois firent la découverte, plus à l'est, au Shandong, d'une culture à peu près contemporaine dans sa phase ancienne (v. 4500-3500), celle de Dawenkou, surtout connue grâce à ses cimetières. Dans la succession des tombes, on voit grâce à de riches dépôts des signes qui attestent de distinctions sociales qui ont fragmenté cette société très progressivement. L'économie de ces deux cultures était basée sur le millet. La culture du riz semble, en 2012, être bien documentée dans la culture de Hemudu, vers 5000. Dans ces régions situées plus au Sud, non loin de l'embouchure du Yangzi, le riz est donc cultivé dès 5000, mais dans le cadre d'une culture qui n'était certainement pas « chinoise » : elle était plus probablement liée aux cultures des îles du Pacifique, que certains archéologues considèrent aujourd'hui comme une source des langues proto-Austronésiennes[6].

Au Shandong, à proximité de l'embouchure du fleuve Jaune, la culture de Longshan succède ensuite à celle de Dawenkou durant la première moitié du IIIe millénaire avant l'ère commune. Elle est caractérisée par une poterie noire très fine, une hiérarchisation sociale apparente poussée et des villages souvent protégés par des enceintes en terre damée. Des principautés dirigées par une élite commencent à se former. L'élevage du mouton et du bœuf fait son apparition, ainsi que la culture du blé et celle de l'orge qui sont venues de l'Ouest par l'Asie centrale. Ensuite la culture d'Erlitou (v. 1900-1500) s'étend sur la plaine centrale et correspond peut-être[7] à la période des « Dix mille royaumes » (wan guo) dont parlent les textes chinois, suivant un mythe d'origine[N 3] qui pourrait avoir été composé au premier millénaire avant notre ère[8]. Cependant les premiers bronzes apparaissent bien plus à l'Ouest au sein de la culture de Qijia (v. 2400-1900) des débuts de l'âge du bronze qui reçoit cette technologie par les steppes du centre de l'Eurasie : le sud de la Sibérie et du sud de l'Oural à l'Altaï, c'est-à-dire par les mêmes voies que celles de pasteurs nomades, en provenance de la famille de cultures dite d'Andronovo/Seima-Turbino (v. 2100-1500) et de ses voisines. Peu après, la culture d'Erlitou (v. 1900-1500) semble s'approprier cette technologie plus intensivement. Elle fait suite à la culture de Longshan en Chine du Nord, au sein des premiers États chinois, rivaux et belliqueux, avec des armes de bronze, qui font un usage de moins en moins exceptionnel des premiers caractères chinois. Dans cette région commence à s'écrire l'Histoire, par bribes dans les bronzes rituels comme sur le site d'Anyang, dernière capitale attestée de la dynastie Shang.

Questions soulevées par l'archéologie de la néolithisation en Chine (en 2014)[modifier | modifier le code]

On ne dispose pas d'élément de réflexion déterminant sur les causes de la néolithisation en Chine, comme ce peut être le cas pour les régions proches du bassin méditerranéen. Seule l'étude des paléoclimats est prise en compte. Les facteurs climatiques et leurs incidences sur la flore et la faune sont considérés comme des modifications significatives du contexte des cultures, et sont parfois présentés comme des éléments d'explication de l'apparition du processus de néolithisation, quoique moins perceptible au Sud qu'au Nord en raison du paysage qui y est moins montagneux[9]. Il est vrai que l'histoire de l'archéologie de la Chine est relativement récente, comparée à celle du bassin méditerranéen.

Par ailleurs, une autre question restant sans réponse concerne les pratiques liées à l'alimentation et à la division sexuelle du travail ou, plus modestement, la division des tâches[N 4]. Les techniques dans le travail des matériaux, en matière d'habitat, de productions artistiques et les objets de prestige ne sont pas attribuables actuellement à tel ou tel sexe. L'approche doit être fine et précise pour chaque « culture ». Ceci permet de percevoir des populations qui pratiquent, dans le même temps, des activités complémentaires : elles peuvent être composées de chasseurs-cueilleurs ou d'agriculteurs, hommes et femmes, et pratiquent ces activités liées à l'alimentation non pas nécessairement l'une après l'autre, mais ensemble ou alternativement. En effet, sur ces vastes territoires, il est possible de déceler — et c'est une caractéristique de la Chine — les « premiers » indices laissés par des potiers (ou potières) au monde qui sont aussi collecteurs, avec des pêcheurs-chasseurs. Ces prémices de la Néolithisation indiquent que ce processus s'effectue sur des bases différentes de celles du Moyen-Orient, du Mexique ou de l'Afrique[10]. Plus tard viennent des agriculteurs du riz et du millet et qui sont aussi cueilleurs et pêcheurs-chasseurs, ou plutôt cueilleurs et pêcheurs qu'agriculteurs. Ces sociétés peuvent être voisines et éventuellement complémentaires dans leurs activités — et échanger produits ou techniques.

Au cours de la dernière période de cette Préhistoire, la notion de « société complexe » pose problème pour certaines cultures. Les distinctions sociales sont encore subtiles, bien que souvent perceptibles dans le travail créatif et complexe de la céramique peinte, les ateliers spécialisés dans le travail du jade et les traces conservées de rituels dédiés aux morts. L'archéologie offre de nombreux indices qui renseignent sur ces populations : les objets retrouvés, qu'ils soient de prestige ou non, semblent témoigner d'une fragmentation de la société tout en restant assez énigmatiques. Ainsi, on croit pouvoir ici et là identifier des tombes de chamans mais la réalité du chamanisme à cette époque n'est pas prouvée[11]. Certaines formes de discriminations envers les femmes et la rivalité entre hommes ont manifestement fait émerger des distinctions sociales fortes fondées sur le genre. À la fin de cette période, une élite a pris le pouvoir dans les premières cités fortifiées.

Alors que l'on s'était au départ focalisé sur certaines populations jugées « centrales », la question autrefois omise de la diversité des populations concernées par la Préhistoire de la Chine apparaît dans les recherches effectuées depuis les années 1990. Cette question apparaît aujourd'hui avec une plus grande acuité, tout en restant mal intégrée aux grandes synthèses car encore trop récente (en 2015). Elle indique que des échanges linguistiques et technologiques, peu perceptibles au début de la recherche, s'avèrent aujourd'hui très anciens entre des populations fort éloignées sur de vastes territoires qui débordent de très loin les frontières actuelles de la Chine. Ces échanges sont pour une part relatifs à l'expansion de langues austronésiennes entre la Chine, Java, l'Indonésie et le Japon. D'autres échanges concernent des savoir-faire dans l'agriculture du millet au Nord, du riz au Sud, et dans l'Ouest du blé et de l'orge. Ces échanges concernent aussi la technologie du bronze avec des populations d'Asie centrale et de Mongolie de l'Ouest, ou des régions aussi éloignées que le Kazakhstan ou l'Oural du Sud et du Sud-ouest, riches en métaux.

Enfin, les gravures rupestres nombreuses en Chine n'ont pu être datées mais ont fait l'objet de recensements. Les sites à gravures semblent se rencontrer plus généralement au Nord (Helanshan ; Mongolie intérieure)[12]. Par ailleurs, une pierre gravée datée de 30 000 ans a été découverte sur un site du Nord-ouest de la Chine[13].

La présence de peintures pariétales est signalée surtout au Sud, mais aussi sur le site spectaculaire des monts Huashan, près de Xian. Il s'agit de centaines de peintures, datées d'environ 2 500-1 800 ans (donc pendant la période des Royaumes combattants et jusque sous la dynastie Han) qui occupent une paroi de falaise sur 200 mètres de long et plus de 40 mètres de haut, avec de très nombreuses figures traitées en aplat schématique d'orant aux bras levés[14].

Historique des découvertes[modifier | modifier le code]

Crâne reconstitué de l'Homme de Pékin.
Reconstitution de l'Homme de Pékin au Muséum américain d'histoire naturelle, New York.

Les premiers hominidés découverts en Chine[modifier | modifier le code]

L'industrie lithique villafranchienne du Pléistocène inférieur, correspondant à l'émergence du genre Homo, est attestée dès 1921 dans la région de Pékin[15] : c'est le fameux Sinanthrope ou Homme de Pékin (aujourd'hui considéré comme un Homo erectus) découvert par une équipe internationale. Johan Gunnar Andersson, accompagné par Otto Zdansky et Walter W. Granger, découvrit le célèbre gisement du Sinanthropus en exhumant des dents de celui qui allait être aussi nommé Homme de Pékin, car les fouilles menées à Zhoukoudian sont situées près de Pékin[16]. En 1923, Pierre Teilhard de Chardin est placé à la tête de la Mission paléontologique française en Chine[N 5]. Les autres fossiles attribués à l'Homme de Pékin ont pour la plupart été découverts par Davidson Black durant les années 1923-1927. Ces fossiles datent de 400 000 à 250 000 ans (Pléistocène moyen). Cet Homo erectus du Paléolithique inférieur employait le feu[N 6] pour cuire ses aliments et produisait des outils de pierre taillée en quartzite[17]. En 1937, le docteur W.C. Pei (Dr Pei Wenzhong[N 7] faisait état de ses découvertes (avec, en 1929, dans la grotte de Zhoukoudian, le premier crâne du Sinanthrope) et de celles de son équipe qui comprenait Davidson Black, Teilhard de Chardin, les paléontologues C.C. Young et lui-même. Les recherches se poursuivirent sous la direction du Pr Franz Weidenreich et Henri Breuil les rejoignit[18]. L'ensemble de ces premiers fossiles fut perdu pendant la Seconde Guerre mondiale et il n'en subsiste que des moulages[19].

L'archéologie de la Préhistoire après la Révolution culturelle[modifier | modifier le code]

Racloir en pierre.
Racloir[20] de l'Homme de Pékin (v. 500 000 ans ?)[21], Zhoukoudian, district de Fangshan, Pékin. Musée national de Chine.

Le géologue Fang Qian découvre en 1965 à Yuanmou, au Sud Yunnan, les restes d'un Homo erectus qu'il date d'environ 1 700 000 ans[N 8], ce qui dessine un premier tableau de la présence du genre Homo en Chine. Le site de Lantian, avec la découverte en 1963 d'une première mandibule[22] au Shaanxi, et celui de l'Homme de Yunxian dans les années 1970[23], un Homo erectus daté de 800 000 ans, à 550 km au Nord-ouest de Wuhan[23], complètent cette image de la présence de l'homme au Pléistocène moyen et au début du Pléistocène supérieur, il y a 1,5 million à 0,5 million d'années avec de nombreuses campagnes de fouilles dans les années 1990 par des équipes chinoises puis internationales, et enfin en 2000 avec Henry de Lumley[24].

Cette évolution de la participation étrangère en Chine a une histoire. La recherche archéologique, passée la Révolution culturelle (1966-1974), s'est donnée des moyens plus importants et les fouilles se sont multipliées. La réforme économique qui a suivi a entraîné des opérations de sauvetage par une archéologie préventive, en raison de la multiplication des chantiers de construction dans les zones urbaines, mais très peu dans les campagnes et les montagnes ou les déserts. D'autre part, les universités se sont lancées dans des programmes de formation d'archéologues à grande échelle[25]. De quelques périodiques aux débuts, on est passé au nombre de 140 en 2012. De ce fait les institutions provinciales sont moins dépendantes de l'Institut d'Archéologie de Pékin[N 9] sur les plans administratif, académique et financier. Enfin, des relations avec l'étranger se sont construites. Les méthodes et les théories qui avaient cours à l'Ouest ont été ainsi introduites progressivement. Mais dans un mouvement de réaction à cette ouverture, de nombreux intellectuels chinois ont nourri un sentiment nationaliste[26]. Trois axes de recherche sont, en conséquence, privilégiés : les origines des premiers humains, les origines de l'agriculture et les origines de la civilisation. L'objectif principal de la majorité des chercheurs en archéologie en Chine n'a pas changé depuis les années de l'après-guerre[N 10] : la reconstruction de l'histoire nationale. Tandis que certains se concentrent sur une région précise, d'autres se tournent sur les relations inter- ou transculturelles et comparatives reliant la Préhistoire de la Chine à celle du reste du monde[27].

Les questions de l'origine de l'humanité, et notamment de l'origine africaine de l'homme moderne, ont été très débattues par de nombreux archéologues chinois. S’appuyant sur des caractères spécifiques continus en Chine, et ce depuis les travaux de Franz Weidenreich, la théorie d'une origine multirégionale de l'homme moderne a été préférée par ces chercheurs ; leurs publications du début des années 2000 permettaient encore d’étayer cette position[28]. Cette théorie est largement contredite aujourd’hui par celle de l'origine africaine de l'homme moderne, qui est étayée tant par les données paléontologiques que par la génétique[29]. Par ailleurs l'hypothèse « réticulée »[30], qui affirme que Homo sapiens aurait bénéficié d'échanges génétiques avec des Néandertaliens mais aussi avec les Denisoviens, liés à des phénomènes migratoires constants, est un sujet de recherche actuel[31].

La plupart des recherches récentes ont porté sur des zones situées hors de la Plaine centrale. Celle-ci avait été au cœur des recherches des années précédant la Révolution culturelle[32] durant lesquelles le cours moyen du fleuve Jaune semblait être à l'origine de la culture chinoise, avec une séquence continue depuis la culture de Yangshao (identifiée par le géologue suédois J. G. Andersson en 1921), puis la culture de Longshan, et enfin les trois premières dynasties selon la tradition historiographique : Xia, Shang et Zhou. Ce sont donc les zones périphériques qui ont concentré bien des attentions dans la période récente. Ainsi, il semble aujourd’hui admis que le sud de la Chine a eu une histoire indépendante de la région de la Plaine centrale, avec une origine indigène de traditions aussi importantes que celles de la culture du riz et de la poterie[33]. Ailleurs, la découverte d’une très ancienne cité enceinte d’une clôture à Bashidang au Hunan (v. 7000-5800) en a fait le plus ancien site de ce genre en Chine. Une multitude de sites découverts et parfois fouillés, dispersés sur une bonne moitié du territoire actuel de la Chine (très rares en effet dans la Région autonome du Tibet, sinon orientale, et quasiment rien au Xinjiang[N 11]), a révélé la très grande diversité des cultures préhistoriques dans cette région du globe[N 12].

Premières présences pré-humaines (14-8 millions d'années) et humaines (3-2 millions d'années)[modifier | modifier le code]

Un fossile daté de 1 900 000 ans avant le présent a été découvert dans les années 1980 à Longgupo, Xian de Wushan (Chongqing) : l'« homme » de Wushan, au Sichuan. Initialement présenté comme un prédécesseur d'Homo erectus, il est aujourd'hui considéré comme un singe d'une espèce disparue[34].

Des hominoïdes — datés de 14-8 millions d'années — ont été découverts dans certains sites de Chine du Sud dont le site de Lufeng (Yunnan) : une mandibule de primate anthropomorphe ainsi que de nombreux restes de Gigantopithèque (8 à 3 millions d'années), dont les premiers restes ont été découverts dans l'arrière-boutique de pharmacies traditionnelles[35]. La grande taille de ces derniers primates les a fait rapprocher des Homo erectus asiatiques qui eux aussi possèdent des dimensions imposantes[36].

D'autre part, des traces présumées des premiers humains ont été découvertes[37]— datant d'environ 3 et 2 millions d'années — dans les provinces du Hebei (site de Dongyaozitou[38], daté de 3 millions d'années[N 13]) et de l'Anhui (sur le site de Renzindong, daté de 2 millions d'années).

Les restes d'un homininé (C III) trouvés sur le site de Longgupo (type désigné aussi Homme de Wushan), sur la municipalité de Chongqing au Sichuan, niveaux 7 et 8, datés (en 2015) de 2,48 millions d'années[39], évoquent une morphologie intermédiaire entre Homo habilis et Homo ergaster, ou un spécimen interprété comme « de type Lufeng ». Ces découvertes ont donné (avec le spécimen « de type Lufeng ») des arguments à ceux qui défendent la théorie de « l'origine multirégionale de l'homme moderne » et cette partie du globe comme un foyer autonome de l'hominisation[40], tandis que ceux qui relèvent, pour ce dernier spécimen, des proximités avec Homo habilis ou Homo ergaster donnent des arguments contraires et s'orientent vers une dispersion extrêmement précoce de l'Humanité depuis l'Afrique[N 14]. Une publication de 2016[41] se référant à des découvertes dans le Nord de l'Inde, datées 2,6 Ma[42], donne des arguments à la théorie multirégionale du genre Homo, à tout le moins.

Enfin, la présence d'hominidés du début du Pléistocène et de l'époque Paléolithique (1,7 - 1,6 Ma) a été relevée au Nord de la Chine[43].

Le Paléolithique : 240 000-15 000 ans avant le présent[modifier | modifier le code]

Statue de l'Homme de Pékin.
Une reconstitution de l'Homme de Pékin, à l'entrée du musée de Zhoukoudian

L'Homo erectus au Pléistocène[modifier | modifier le code]

Crâne et mandibule humains exposés dans un musée.
Reproductions du crâne de Gongwangling et de la mandibule de Chenjiawo, deux fossiles de l'« homme de Lantian », musée d'Histoire du Shaanxi.

Datant du Pléistocène inférieur[44] (étage géologique : 2,588 Ma à 781 000 ans avant le présent) [N 15], les deux crânes, découverts au Hubei en 1989 et 1990, de l'Homme de Yunxian (environ 800 000 ans [1]) se trouvaient dans un environnement fossile de forêts présentant quelques espaces découverts. L'environnement forestier peut être apprécié pas sa faune ; celle-ci comprend le megaloceros, le tigre aux dents de sabre, le buffle d’eau, le rhinocéros de Chine et l’ours noir du Tibet (Ursus thibetanus) ainsi que l’éléphant aux défenses de sabre d’Asie (Stegodon orientalis), le panda géant et la hyène robuste (Adcrocuta eximia). Les espaces découverts sont signalés par un équidé : le cheval du Yunnan (Equus yunannensis). L'Homme de Yunxian, un type voisin de l’Homo erectus[N 16], vit probablement de charognage[45] et il est daté vers 936 000 ou 800 000 ans avant le présent, soit au Calabrien (1,806 Ma à 781 000 ans avant le présent)[46], antérieurement à la limite Brunhes–Matuyama, correspondant à la dernière inversion du champ magnétique terrestre (781 000 ans). Il est un jalon très important parmi les premiers vestiges d'occupation humaine en Chine[47]. L’homme de Yunxian vivait au cours d’une période de transition entre un climat chaud et un climat tempéré, au sein de cette faune riche et diversifiée. C'est aussi une faune commune à la Chine du Nord et du Sud, qui ne présente donc pas de différence de ce point de vue à cette époque[48]. L'industrie lithique est très riche et comprend essentiellement des outils aménagés sur galet[49].

Toujours vers 800 000 ans est attesté l'homme de Lantian[N 17]. Une mandibule en a été découverte en 1963, puis en 1964 un crâne humain plus ancien et distinct des Sinanthropes. Ces deux dernières découvertes ont été faites dans deux localités voisines et à 250 km au nord-ouest du site de l'Homme de Yunxian : les faunes ont d'ailleurs de nombreux points communs et se situent dans le dernier quart du Pléistocène inférieur[50]. On possède donc actuellement, avec de nombreux outils lithiques datés entre 1 000 000 d'années et 600 000 ans[51], deux fossiles appartenant au même groupe, découverts dans le xian de Lantian : le crâne à Gongwangling a été daté de 800 000-750 000 ans et la mandibule, à Chenjiawo, daterait de 530 000 ans. Le travail de la pierre taillée[52] évoque la culture acheuléenne. Les outils sont tous de grandes dimensions : l'industrie lithique offre ainsi de nombreuses formes obtenues par percussion. Certaines sont produites par enlèvement d'éclats : des galets taillés, des pics et un biface lancéolé, ainsi qu'un racloir et un grattoir. Ces chasseurs utilisaient aussi des bolas, des petites boules de pierre obtenues par deux opérations distinctes ; chaque fois il s'agit de travailler la pierre par des impacts successifs. Tout d'abord des fractures produisent des facettes, ensuite est effectué un travail de « bouchardage »[N 18], assez rapide et efficace pour obtenir ces projectiles nécessaires dans certaines chasses. Comparé à l’industrie lithique d’un site voisin, à 140 km de là, et datant de cette époque, tout cet outillage évoque des industries découvertes sur des sites du sud-est de la Chine, comme les sites de Bose, dans le bassin du Guangxi [53] . Tous proches d’Homo erectus, ils étaient contemporains de l'Homme de Java.

L'Homme de Yuanmou[54], découvert par deux incisives en 1965, a été daté initialement de 1 700 000 ans[N 19] , mais une date plus récente, 600 000-500 000 ans, semble être plus consensuelle dans le milieu des experts[55]. En tout cas c'est un Homo erectus, du Paléolithique inférieur (de 3 ou 2,5 millions d'années et jusqu'à 300 000 ans avant le présent). La question de la datation se pose aussi pour les premiers Sinanthropes découverts en 1921, l'Homme de Pékin (Zhoukoudian, localité 1), mais dont les nombreux fossiles ont tous disparu au cours de la Seconde Guerre Mondiale. La première reconstitution de ce Sinanthrope a été obtenue en 1937, par le travail du scientifique Franz Weidenreich et de son assistante Lucie Swan, laquelle a su en donner une image modelée en argile mondialement connue[56], quoique relevant largement de la subjectivité. Des découvertes d'autres outils de l'Homme de Pékin ont révélé de 1972 à 1982[57] la présence des plus anciens indices de l'homme du paléolithique en Extrême-Orient, dans le bassin de Nihewan, Xian de Yangyuan, au Hebei. Des études plus approfondies proposent aujourd'hui, sur ce bassin et avec plus de 100 sites répertoriés, des datations entre 10 000 et 2 000 000 d’années des éléments et objets qui y ont été trouvés[58].

Des recherches[59] sur le site de la grotte de Tangshan, Nankin, auxquelles participe l'UMR 7194 du CNRS pour des études comparées avec le reste du monde du Paléolithique, offrent les premières datations : « Premiers dépôts étudiés à s’être mis en place dans la grotte, les sédiments paléoanthropologiques de la salle des crânes sont plus anciens que 450 000 ans ».

Le site de Jinniushan, Liaoning, a révélé les restes d'un individu daté vers 200 000 ans : proche de l'Homme de Dali[60], qui pourrait être un groupe indépendant d’Homo erectus et d’Homo sapiens[N 20], et qui aurait existé peu de temps, entre 300 000 et 200 000 ans[61].

L'Homo sapiens[modifier | modifier le code]

La fin du Pléistocène (le Pléistocène supérieur s'étend de 126 000 à 11 700 ans) est marquée, en Chine, par la constitution de dépôts de lœss avec le déplacement et l'accumulation de sédiments sur le Gansu, le Shaanxi et le Shanxi[62]. C'est sur la longue période qui va du troisième interglaciaire[N 21] à la Dernière période glaciaire, de 110 000 à 10 000 ans, que l’Homo sapiens[63] occupe peu à peu ces terrains qui sont devenus, aujourd'hui, la Chine. Au cours de la Dernière période glaciaire, il y a 110 000 à 10 000 ans, l'homme a dû adapter son régime alimentaire et les plantes y ont joué un rôle certain : dans la région du moyen fleuve Jaune, on a récemment trouvé des mortiers[N 22] datant de v. 23 000–19 500[64]. Les analyses montrent des traces de graminées (Poacées) : tribu des Triticeae[N 23] et Paniceae, des haricots de Vigna, l'igname de Chine et une cucurbitacée (Trichosanthes kirilowii). Un crâne d’Homo sapiens a été découvert à Liujiang, au Guangxi, qui est daté entre 64 000[65] et 40 000 ans[66]. Pour comparaison, un Homo sapiens a été retrouvé au Laos, sur le site de Tam Pa Ling, ayant entre 64 000 et 46 000 ans[N 24].

L'Homo sapiens de l’ère moderne[modifier | modifier le code]

L'homme anatomiquement moderne ou Homo sapiens sapiens du Paléolithique supérieur (35 000-12 000 ans) est d'abord découvert, en 1933-34, dans la grotte supérieure de Zhoukoudian, non loin de ses ancêtres du Paléolithique inférieur (localité 1)[67]. Les outils de pierre et d'os sont accompagnés de traces d'hématite, de perles colorées et de pendentifs faits de dents et de coquillages enfilés sur un lien, lui aussi, enduit d'hématite.

Des outils en os ont été retrouvés dans la grotte de Ma'anshan, située dans le nord-ouest de la province du Guizhou. Datés entre 35000 et 18000 ans avant le présent, il s'agit des plus anciens outils en os découverts en Chine[68].

Au Mésolithique (Épipaléolithique / Mésolithique : 12 500-9 600[69]) l'usage des microlithes se répand et prouve la mise en œuvre d'un savoir-faire précis allié à une anticipation de l'objet à réaliser ainsi qu'à la complexité des actes en jeu[70]. Cette technologie est présente sur tout le territoire de la Chine actuelle et bien au-delà.

Fin du Pléistocène - Holocène : environnement climatique, animal et végétal[modifier | modifier le code]

Le Pléistocène et l'Holocène sont les deux époques géologiques de la période Quaternaire[71] (Échelle des temps géologiques). Le Pléistocène supérieur (la fin du Pléistocène) se situe de 126 000 à 11 700 ans avant le présent; l'Holocène lui succède jusqu'à nos jours.

Sur le territoire de la Chine actuelle, avec les extrêmes que constituent le bassin du Tarim, le plateau tibétain, les régions du Nord-Est (les plateaux de Mongolie-Intérieure et la Mandchourie) jusqu'aux zones perpétuellement chaudes et humides du Sud-Est, cette grande variété de climats a subi de très fortes variations depuis le dernier maximum glaciaire à la fin du Pléistocène, et de nombreuses études récentes[72] ont permis d'en préciser l'évolution dans le détail, surtout dans les zones à forte densité de population[73].

Réchauffements du climat[modifier | modifier le code]

Vers 18 000, tout cet espace étant beaucoup plus froid[74], le niveau marin était de 120 m en dessous du niveau actuel. Les températures étant, en Chine du Nord, entre 6 et 9 degrés plus basses qu'aujourd'hui et, au Sud, entre 4 et 5 degrés. Sapins et épicéas étaient très répandus, une steppe gelée couvrant la majorité de la partie Nord. Vers 10 000 le taux d'humidité s'est élevé dans le Nord, le Nord-Est et une partie du centre. Une forêt tempérée et chaude s'est développée dans le Sud et le niveau des lacs s'est élevé. Mais un épisode froid et sec, comparable au Dryas récent, a frappé la région du moyen Fleuve jaune entre 11 000 et 10 500 et un phénomène similaire s'est produit dans la région du Yangzi vers 12 900-10 300. Comme ailleurs dans le monde, des groupes humains se sont adaptés à ces phénomènes climatiques successifs: si les ressources sont abondantes les chasseurs-cueilleurs se déplacent fréquemment afin d'éviter l'épuisement de ces ressources, mais si celles-ci deviennent saisonnières ou parfois introuvables de petits groupes de collecteurs se dispersent. Les ressources seront ensuite stockées pour assurer la jointure[75]. Des formes de résidences plus stables apparaissent avec des campements temporaires lors des périodes de collecte intensive, un outillage plus différencié et des moyens et des lieux de stockage. Cette transition qui voit apparaitre au sein de populations Paléolithiques des stratégies partiellement "Néolithiques" a conduit à reconsidérer, ces dernières décennies, l'ancienne rupture entre Paléolithique et Néolithique[76].

Au début de l'Holocène, vers 10 500-9 400, le réchauffement se confirme. Avec le réchauffement des masses d'air continental et l'influence d’une mousson plus vigoureuse les dernières traces de conditions climatiques glaciaires ont disparu en Chine vers 7000. Les températures étaient en général de 1° à 3° plus chaudes qu'aujourd'hui, la mousson plus marquée et le niveau des lacs bien plus élevé. Un maximum de chaleur et d'humidité a été atteint lors du pic de chaleur de l'Holocène (Holocene optimum) entre 7 000 et 2 000. Des régions du Nord-Ouest et du Nord ont été atteintes entre 9000 et 8000 par de fortes pluies de mousson[77], alors qu'aujourd'hui elles sont devenues des régions arides ou semi-arides. Ces poussées de mousson vers le Nord ont favorisé les premières installations néolithiques sur les bords du fleuve Liao (culture de Xinglongwa) ainsi que sur le cours moyen du Fleuve Jaune (Peiligang et Cishan, Laoguantai / Baijia-Dadiwan I) et dans son cours inférieur (Culture de Houli). Cette poussée de la mousson du Sud-est a ensuite régressé au Sud du Yangzi entre 4000 et 1000, entraînant un épisode plus froid et sec au Nord et plus humide au Sud. Ceci a contraint certaines populations à abandonner les installations tandis que la densité de population fléchissait et que certaines cultures disparaissaient, comme celle de Hongshan qui s'effondre vers 3000. Ailleurs, on construisit des murs et des fossés pour endiguer les crues, comme les fouilles l'ont révélé dans les cultures de Daxi, Qujialing, Shijiahe et dans la culture de Liangzhu (4000-2000)[78]. Dans le Sud-Est de la Chine et à Taïwan on constate le même phénomène : le niveau de la mer a atteint sensiblement le niveau actuel rapidement vers 5 500 avec, ensuite, un maximum entre 4000 et 2500. Ici, les fluctuations qui affectent le niveau de la mer ont poussé des populations à migrer de la terre ferme vers les îles du Pacifique[78].

Le réchauffement du climat qui se produit à cette période à l'échelle du globe ne s'est pas répercuté partout ni sur le comportement des hommes de la même manière. Des comparaisons peuvent être ici utiles. Ainsi au Proche-Orient, plus exactement sur l'aire de la culture de Kebara (17 000-12 000), au Levant, en Palestine, en Israël et au Liban, et jusqu'en Jordanie et en Syrie le réchauffement en question explique en partie le phénomène natoufien (12 500-10 000) : des chasseurs-cueilleurs reviennent sur les mêmes sites où ils stockent leurs cueillettes et vivent dans des habitats structurés en villages. Ils sont donc en partie sédentarisés dans ces villages. Vers 9600 au sud du Taurus, sont construits de vastes sanctuaires[79]. Les groupes qui les ont conçu ont aussi des stratégies variées pour se nourrir et conserver leurs cueillettes, ce qui révèle un processus de néolithisation dans ses prémices : les produits de collectes invitant à la cuisson pour des raisons pratiques, les premières céramiques du Proche-Orient sont alors inventées. Elles avaient été inventées en Chine auparavant mais pour des raisons semblables : extraire des gastéropodes de leurs coquilles. C'était en Chine au cours de la période froide mais dans cette zone perpétuellement chaude et humide du Sud-est. Plus tard, en Chine, les collectes sont aussi stockées comme au Proche-Orient, et des habitants chasseurs et cueilleurs, collecteurs et pêcheurs [N 25], reviennent régulièrement séjourner dans des habitats localisés et structurés.

Les périodes froides et sèches[modifier | modifier le code]

Des études récentes[80] ont apporté des précisions sur ces périodes à l'échelle du Globe : v. 10 800, 6200, 3200 et 2200. Chaque épisode dure quelques centaines d'années, voire plus. En Chine, ces fluctuations ont bien été décelées mais leur datation varie de manière conséquente d'un auteur à l'autre, ce qui pourrait provenir d'une très forte interaction entre les effets propres aux changements climatiques, à l'échelle globale, et les caractéristiques géographiques, régionales, propres à la Chine[81]. Globalement certains phénomènes correspondent : ainsi le Dryas récent, v. 12 700-11 700, semble avoir joué un rôle dans le passage d'une économie de chasseur-cueilleur à une économie de production, avec la domestication des céréales dans l'Ouest de l'Asie. Tandis qu'en Chine le Dryas récent est repéré entre 10 830 et 8500 dans le Sud, vers 9200-8000 dans le Centre et 9400-9000 dans le Nord et Nord-Est. Les études récentes précitées[81] semblent prouver que ces fluctuations sont bien à l'origine de la culture du millet, et qu'ailleurs la réponse sociale a consisté en un renforcement de la cohésion des communautés et en l'appropriation collective par celles-ci de certains territoires. Ces périodes froides et sèches alternaient avec d'autres plus chaudes et humides : en Chine du Nord vers 9700 AEC la température était de 3 à 4 °C au-dessus des moyennes actuelles et l'air 40 % plus humide[82].

Le second choc postglaciaire[83], v. 6400-6000, a produit une période aride et froide dans l'Atlantique Nord et en Amérique du Nord, en Afrique et en Asie. En Chine, une fluctuation similaire, v. 5 300, une période de sécheresse pourrait expliquer pourquoi seuls quelques sites, remontant à avant 6000, ont été découverts, dans des vallées correctement arrosées : Xinglonggou dans la vallée du Liao, ainsi que les premiers sites de Peiligang dans la vallée du Huang Huai[N 26] et quelques sites de Pengtoushan dans la vallée du Yangzi. Après ces épisodes froids et secs, le retour des pluies et de la mousson correspond au développement des cultures néolithiques et à leur dispersion du Nord au Sud.

Carte géographique du cours de la rivière Wei.
Le cours de la rivière Wei, affluent du fleuve Jaune, au Nord de la Chine

Pendant la période néolithique (v. 6500-1500)[modifier | modifier le code]

Pour prendre un exemple révélateur des effets du climat, les vastes terres situées au nord de la partie inférieure de la rivière Wei ont, semble-t-il, été recouvertes par la végétation et par des lacs profonds, et une grande partie de cette région n'a probablement pas été habitée[84]. En même temps se multipliaient, ici et là, des petites aires de plus en plus peuplées et avec toutes les pratiques des néolithiques : économie de production, puis rivalités pour la possession des zones les plus fertiles.

Stratégies diversifiées du Pléistocène final au début de l'Holocène : Paléolithique supérieur / Épipaléolithique[modifier | modifier le code]

De très nombreuses fouilles ont été entreprises depuis 1995 sur cette période, qui couvre le Paléolithique supérieur[85] et l'Épipaléolithique. La restitution d'une histoire nationale en est l'enjeu principal[86], avec finalement l'introduction de la « civilisation » en Chine. Cela commence par la tentative de localiser les premiers signes d'intensification des ressources, qui pourrait peut-être signifier le début d'une sédentarisation très progressive. Mais si la transition s'opère lentement vers certains aspects du Néolithique, par endroit, et sans continuité locale, dans de nombreuses autres régions la pratique des chasseurs-cueilleurs (comme à Zengpiyan ou à Taiwan[87]) se prolonge loin dans l'Holocène, c'est-à-dire à l'époque suivante, parmi des populations qui sont déjà dans le Néolithique (pierre polie, culture et élevage)[N 27].

Au Sud : la grotte de Yuchanyan (v. 16 000-12 000) et ses voisines, et en Chine du centre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grotte de Yuchanyan.

Le climat change au cours de la transition Pléistocène-Holocène dans cette région du sud Hunan et nord Guangxi. Avec l'apparition de l'Holocène certaines ressources naturelles, comme les noix et les coquillages, deviennent plus abondantes et une stratégie de collecte, associée à une mobilité modérée, peut conduire vers certaines formes de sédentarité relative[88]. Dans un environnement riche en faune et en flore les populations de ce site avaient une stratégie de subsistance étalée sur un large spectre où les oiseaux ont une part importante, en association avec la consommation de gastéropodes. Des espèces de riz sauvage étaient bien collectées mais ne représentaient qu'un faible complément alimentaire. C'est dans ce contexte, daté de 16 000-12 000, que l'on a découvert dans la grotte de Yuchanyan la plus ancienne poterie utilitaire au monde. La terre de structure grossière et dégraissée avec du charbon de bois et du sable grossier étant cuite à basse température, le résultat donne une poterie très friable et poreuse[89]. Les grottes de Zengpiyan et Miaoyan permettent d'avoir une vue plus précise de ces populations dans cette région, au cours de cette transition climatique : ce sont apparemment des campements saisonniers, mais la réalisation et l'utilisation de poterie, dans la première étape de cette technologie, permettent de supposer que les périodes d'occupation étaient relativement longues[90], et avec une bonne organisation logistique pour leur approvisionnement ces populations n'étaient pas contraintes à de bien grands déplacements[91]. Pour conclure, l'apparition de la poterie s'est produite au sein de populations de chasseurs-cueilleurs non-sédentaires[92]. Le site de Zengpiyan a été utilisé jusqu'au cours de la néolithisation : la terre cuite finit par être montée au colombin alors qu'elle était auparavant modelée, elle est décorée, et on voit apparaître des pierres polies alors qu'il s'agit, cependant, toujours de chasseurs-cueilleurs.

En Chine du centre, sur les berges de la haute Puyang (Rivière Puyang), dans le Xian de Pujiang (Zhejiang), le site de Shangshan[93] (2 ha, daté 9 000-6 000) montre des signes de fortes variations périodiques, d'un climat sec et froid (11 000-9 670), correspondant au Dryas récent, puis subtropical-humide au début de l'Holocène. De nombreux outils de broyage (dalles et molettes) prennent plusieurs formes indiquant un usage diversifié dans la préparation de végétaux, entre autres. Les nombreux greniers/fosses ainsi que la céramique à fond plat, qui domine largement et qui est impropre dans le cas de déplacements, montrent que des chasseurs-cueilleurs s'y sont sédentarisés. Des indices lisibles par les botanistes sur des échantillons de riz sauvage à Shangshan[94] permettent de penser que l'abondance de riz sauvage a donné l'idée aux habitants de tenter de le cultiver. Le fait que l'on puisse le stocker pour passer la période de soudure en a fait plus tard une nourriture essentielle, au départ un plat de luxe qui méritait d'être célébré. Il pourrait bien s'ensuivre que les plus anciens breuvages alcoolisés découverts en Chine proviennent de la fermentation du riz[95].

Au Nord[modifier | modifier le code]

Cette recherche ne peut se concevoir sans la possibilité de croiser et de comparer les données associées à la grotte de Yuchanyan[96]. Une fouille de 2005 publiée en 2013[97] a révélé un site de la fin du Pléistocène-début de l'Holocène, à proximité du mausolée de l'empereur Qin, et comportant de nombreux témoins de la production et de l'usage des microlithes des chasseurs-cueilleurs de l'époque en Chine du Nord. La comparaison a pu se faire avec d'autres sites du Nord de la Chine et des populations de chasseurs-cueilleurs dans des contextes différents : Xiachuan au Shanxi, 22 900-14 400, Longwangchan au Shaanxi, 18 000-13 000, Shizitan au Shanxi, 19 000-6500 et Hutouliang[98] au Hebei, 14 300-12 700. Avec de brusques variations climatiques (parfois avec un climat doux et sec) et avec une faune abondante et diversifiée, ces populations utilisent les mêmes microlithes pour la chasse mais ils sont manifestement très mobiles. Ici les campements peuvent être plus spécialisés que dans le sud : lieux de production d'outils, lieux réservés au traitement des produits de la chasse et autres lieux spécialisés. Enfin on a trouvé aussi à Hutouliang quelques tessons, ce qui en fait le premier site pour la production de poterie en Chine du Nord. Des publications datant de 2013 font état de la domestication du bétail vers 8000 AEC, c'est-à-dire pendant qu'une domestication semblable s'effectuait au Proche-Orient[99]. Des indices permettent aussi de déceler les premières formes de consommation de millet sauvage sur un site de la fin du Paléolithique (Shizitan S9, daté entre 13 800 et 11 600 avant le présent)[100].

Néolithisation et Néolithique[modifier | modifier le code]

La néolithisation, depuis la fin du Pléistocène (v. 20 000-11 000 ans) jusqu'au Néolithique dans sa forme achevée (v. 7000 ans), est un processus complexe, dispersé et lent. Les sites de la fin du Paléolithique offrent déjà le témoignage de stratégies diverses concernant les moyens de subsistance. Progressivement et selon les lieux, de nouvelles pratiques apparaissent, depuis les cueillettes et les collectes, qui se font plus sélectives (comme en Chine du Sud[101]), impliquant parfois une sédentarisation partielle, et des productions nouvelles comme la terre cuite[N 28]. Celle-ci apparaît avant toute pierre polie dans le cadre de stratégies de subsistance qui relèvent du Paléolithique tardif[102]. Ces pierres polies peuvent être associées (mais pas seulement) à l'agriculture, dans le cas des meules permettant d'écraser les grains — mais on broyait des végétaux auparavant. Elles ont été précédées, au Paléolithique, par des outils de chasse (les bolas) qui ne sont pas obtenus par polissage. On les travaillait par de petits chocs sur des pierres taillées, et ces bolas sont encore utilisées très tardivement en plein Néolithique, voire aujourd'hui. Enfin la pierre taillée, en général, a été encore très longtemps utilisée en fonction de l'usage attendu. Les processus intellectuels en jeu sont donc complexes et il semble que certains personnages se soient distingués de leurs congénères et soient entrés en rivalité au cours de cette période. D'autre part, ces sociétés ont été au contact de cueilleurs-chasseurs et ainsi des échanges ont été profitables aux uns comme aux autres, les transformant réciproquement. Domestication de certains animaux, culture des céréales et autres plantes[103], nouveaux outils : les trais essentiels de la culture néolithique se sont développés indépendamment les uns des autres, dans le temps et dans l'espace, et les échanges avec les cultures même les plus lointaines ont joué leur rôle dans cette néolithisation lente et dispersée. Les cultures néolithiques, de 7000 à 1500 ans, au sein desquelles ces pratiques se sont répandues et qui se construisent ensuite localement et parfois disparaissent, voient l'émergence de différences sociales et d'affrontements violents.

Dans ce tableau chronologique des cultures néolithiques, les innovations ont été indiquées. La Chine a été divisée en neuf parties :

  1. Chine du Nord-est: Mongolie-Intérieure, Heilongjiang, Jilin and Liaoning.
  2. Chine du Nord-ouest (Haut fleuve Jaune): Gansu, Qinghai et Ouest du Shaanxi.
  3. Chine centrale du Nord (Moyen fleuve Jaune): Shanxi, Hebei, Ouest du Henan et Est du Shaanxi. Ce qui correspond à la Plaine centrale.
  4. Chine de l'Est (bas fleuve Jaune): Shandong, Anhui, Nord du Jiangsu et Est du Henan.
  5. Chine du Sud-est (bas Yangzi): Zhejiang et la plus grande partie du Jiangsu.
  6. Chine centrale du Sud (moyen Yangzi): Hubei et la partie Nord du Hunan.
  7. Sichuan et le haut Yangzi.
  8. Chine du Sud-est: Fujian, Jiangxi, Guangdong, Guangxi, et partie sud du Hunan, bas fleuve Xi jusqu'au Nord du Viêt Nam et l'île deTaiwan.
  9. Chine du Sud-ouest: Yunnan et Guizhou.
Période
(AEC)
Chine
Nord-
est
(1)
Chine
Nord-
ouest
(2)
Moyen
Fleuve Jaune
(Zhongyuan)
(3)
Bas
Fleuve Jaune
(4)
Bas
Yangtze
(5)
Moyen
Yangtze
(6)
Sichuan (7) Chine
du Sud-est
(8)
Chine
du Sud-ouest
(9)
7000           Pengtoushan      
          (incluant      
          Chengbeixi      
6500   Dadiwan I Peiligang Houli   et Zaoshi)   Zengpiyan  
Xinglongwa - Baijia Cishan 6500-5500   7000-5800   7000-5500  
6200-5400 = Laoguantai (Jiahu) collecte, chasse, pêche   domestication :   Dingsishan  
6000 millet cultivé 6500-5000 (Lijiacun) + petite agriculture Kuahuqiao riz + animaux   Baozitou  
céramique : céramique 6500-5000   6000-5000     6000-5000  
décor cordé résistante domestication :         chasseurs-collecteurs :  
5500     millet         coquillages + plantes  
    + chien et porc Beixin          
Xinle     5300-4500          
5000 5300-4800 Yangshao     Hemudu Daxi   Dapenkeng  
  5000-3000     5000-3400 5000-3300   Fuguodun  
  céramique     Première laque     5000-3000  
4500 Zhaobaogou peinte     Majiabang        
4500-4000 riz + millet   Dawenkou 5000-4000        
  chien + porc   4300-2600 Premiers jades        
4000         Songze        
        4000-3000        
                 
3500           Qujialing      
Hongshan         3500-2600 Yingpanshan    
3400-2300 Majiayao     Liangzhu   v. 3100 ?    
3000 Jades 3300-2700     3200-1800     Tanshishan  
  phase Banshan Longshan     Shijiahe Baodun Shixia  
  2700-2400 au Henan Longshan   2500-2000 2800-2000 Plateau tibétain
2500   phase Machang 2800-2000 au Shandong   Longshan     Karuo
  2400-2000 au Shanxi 2600-2000   au Hubei     Baiyangcun
  Qijia 2600-2000     2400-2000   Huangguanshan 2200-2100
2000 Xiajiadian 2300-1800           2300-1500 Dalongtan
2000-300 premiers bronzes Erlitou Yuezhi         2100-2000
  Siba 1900-1500 1900-1500 Maqiao        
1500   1950-1500 Période d'Erligang   1800-1200 Sanxingdui à partir de 1500    

Néolithisation dispersée[modifier | modifier le code]

Carte géographique de la Chine.
Néolithisation et premières cultures néolithiques en Chine[104]

Il s'agit d'un processus lent, qui apparaît ponctuellement sur le territoire chinois et qui est remarquablement dispersé[105]. De nombreux foyers de semi-sédentarisation avec un complément alimentaire assuré par des essais significatifs de culture et d'élevage apparaissent pour des groupes dont l'essentiel de l'alimentation repose sur la chasse et la cueillette vers 7000-6000[102]. Les glands, qui nécessitent une préparation complexe vue leur toxicité, ont été souvent les plus utilisés cependant, après broyage sur des meules comme à Peiligang. Les fruits et les plantes sauvages ont donc été toujours collectées, comme les produits de la pèche et de la chasse, dans une stratégie alimentaire à large spectre où les aliments d'origine sauvage restaient les plus consommés, et de loin[106], pendant cette période. Les premières boissons fermentées apparaissent, sous forme de bière de riz, vers le 7e millénaire[107]. La domestication du riz se produit sur une très longue période et la question de l'apparition de formes domestiquées avant le Ve mill. AEC est encore en discussion en 2015[108]. D'autre part, sur la très longue période qui a débuté vers 17 000, la céramique s'est diversifiée. Vers 7000-6000, elle est d'abord un accessoire pratique lié à la mobilité et montre souvent des signes manifestes de choix esthétiques, voire expressifs, parfois en lien avec des pratiques cultuelles apparentes. Les meules plates et leur rouleau broyeur semblent avoir d'abord servi à écraser des plantes sauvages et en particulier les glands, les châtaignes d'eau, dans un milieu très riche pour ces populations encore très peu nombreuses pour l'espace dont elles disposent. Ce sont des sociétés sans signe conservé d'une quelconque hiérarchie différenciée. Mais très tôt, dans la culture de Xinglongwa (v. 6200-5200), en Mongolie intérieure, on voit apparaître des objets de jade[N 29] qui semblent distinguer certains personnages (un homme actuellement, en 2012).

Sud-Ouest, moyen Yangzi : v. 7000-5500 : « Pré-Daxi »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de Pengtoushan.

Les cultures du Sud-Ouest, moyen Yangzi[N 30] : dans cette région qui couvre la partie Nord de la zone subtropicale, la faune et la flore sont alors riches. Dans cet environnement, quelques premiers sites néolithiques se développent dans des paysages bien différents, des plaines alluviales aux contreforts montagneux. Certains groupes pratiquent une modeste culture du riz (qui resterait néanmoins encore sous une forme plus ou moins sauvage), tandis que d'autres poursuivent pendant des millénaires des stratégies de chasseurs-cueilleurs[109]. Sous le nom de « culture de Pengtoushan », les archéologues rapprochent des sites de cette région, sur la durée de deux millénaires :

Centre, région du delta du Yangzi : « Pré-Hemudu » : Xiaohuangshan, v. 7000-6000, et Kuahuqiao, v. 6000-5000[modifier | modifier le code]

Des découvertes datant des années 2005-2010[111] ont mis au jour ces cultures des débuts du Néolithique, auparavant fort peu connues, et qui ont précédé la culture de Hemudu sur deux sites en particulier.

Le premier site est celui de Xiaohuangshan, situé dans la région de Shengzhou. Le sol acide a laissé peu de restes organiques de cette culture qui plonge ses racines dans la culture de Shangshan, tandis qu'ensuite les céramiques[112] se diversifient et certaines ressemblent à celle de Kuahuqiao. Les fosses de stockage sont nombreuses et l'industrie lithique montre surtout des meules plates, quelques pierres servant de masse ou de marteau, des balles (pour la chasse ?) et des outils destinés au travail du bois. La céramique se caractérise par de larges bassins, des jarres à fond courbe et des assiettes. Le riz est décelable dans le sol. L'étude fine des restes présents sur les meules a démontré que ces populations utilisaient des plantes variées : la larme-de-Job, le haricot, la châtaigne, le gland, les tubercules ainsi que le riz. Mais celui-ci ne serait qu'en voie de domestication, le climat chaud et humide favorable aussi aux autres végétaux aurait ralenti sa domestication précoce.

Le site de Kuahuqiao, dans le Xiaoshan, près de la ville de Hangzhou, est également un témoignage précieux de cette période. À l'époque, cette région était délimitée par des montagnes et des zones basses très bien arrosées. Grâce aux conditions de conservation dans l'eau, le site a révélé de nombreux restes organiques. L'habitat sur pilotis comportait des murs de terre. La technique de l'assemblage par tenon et mortaise était pratiquée. Des fosses de stockage étaient en structure de bois et contenaient des glands. Les poteries se distinguent par l'usage du chaudron (de type fu), le pot, le plat, le support (de type dou) et par d'autres formes que les archéologues chinois ont l'habitude d’identifier à des formes bien plus tardives en leur donnant le nom du type tardif correspondant[N 31]. Cette céramique est d'une qualité sans comparaison avec ce qui se fait ailleurs au même moment. Certains indices dans les constituants de ces poteries laissent penser que les populations pourraient venir du Bas-Zaoshi, où est attestée une même pratique. Par ailleurs, on y a découvert un canoë de 5,60 m datant de 4000 ans AEC, et il se pourrait que ce village se soit fait une spécialité dans la fabrication et la réparation des canoës. Les restes botaniques sont pour l'essentiel issus d'espèces sauvages ; les milliers de grains de riz découverts appartiennent aussi bien à des riz sauvages qu'à des riz cultivés en cours de domestication[108].

Nord, moyen fleuve Jaune : « pré-Yangshao », v. 7000-5000[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Peiligang et Cishan.
Meule sur quatre pieds et son rouleau broyeur en grès jaune.
Meule sur quatre pieds et son rouleau broyeur[N 32]. Grès jaune. Culture de Peiligang, Xinzheng, Henan. Musée national de Chine, Pékin

Les sites « pré-Yangshao » comportent, entre autres, les cultures de Laoguantai (avec Baijia-Dadiwan I), v. 6000-5000, et de Peiligang-Cishan : Peiligang, v. 7000-5000, Cishan-Beifudi, v. 6500-5000.

Certains sites de la culture de Peiligang témoignent d'une pratique précoce de la culture du millet des oiseaux[113]. C'est actuellement le lieu de la première domestication du millet avec la culture de Cishan. En dehors d'une céramique bien plus résistante qu'auparavant, la culture de Peiligang a su produire, à Jiahu, des récipients destinés à recevoir des boissons fermentées à base de riz[N 33], de miel, de baies d'aubépine ou de grains de raisin[114]. Il pourrait s'agir du plus ancien usage de raisin dans une boisson alcoolisée. Le site de Jiahu comportait 45 maisons, de nombreuses fosses de stockage, quelques fours et des cimetières. Les archéologues proposent de considérer les communautés de Peiligang comme étant assez égalitaires, avec une organisation politique embryonnaire, car ils constatent peu de différences dans les dépôts funéraires. Cependant, les tombes contenant des meules étaient systématiquement celles des femmes.

L'Ouest[modifier | modifier le code]

Des recherches conduites, en 2013, sur le premier site daté (5600-5000 AEC), celui de Yangchang[115]en bordure du bassin du Tarim, au pied de la Cordillère du Kunlun au Xinjiang, sur les anciennes berges de la rivière Keriya ont montrées que cette région a été occupée par des chasseurs-collecteurs lors de l'optimum climatique humide de l'Holocène. Autour d'un foyer situé à proximité de l'ancienne berge on a trouvé des lames, des grattoirs et des éclats en quartzite. Cette présence humaine au bord de la rivière pourrait, selon les archéologues, être l'indice d'une voie de migration (avec les autres rivières de ce bassin avant leur assèchement partiel) vers le plateau du Tibet, car on a trouvé le même type de lame anormalement grande (jusqu'à 54 mm) sur des sites contemporains.

Une étude paléoenvironnementale de 2007[116] sur les marges nord du plateau tibétain a permis de proposer plusieurs scénarios sur la néolithisation du plateau. On a des indices prouvant l'apparition de premiers agriculteurs et d'éleveurs, mais aucun site n'a été découvert. Les fluctuations du climat auraient conduit sur le plateau tibétain, parmi ces populations de chasseurs-cueilleurs, à des essais de culture diversifiées, et lorsqu'ils se seraient avérés infructueux ils auraient pu être compensés par la chasse et la collecte, stratégies encore majoritaires. Immédiatement après le Dryas récent le millet sauvage[117], mais surtout une variété d'orge spécifique du Tibet[118] y auraient été consommés. Leur domestication serait intervenue ensuite, indépendamment des autres régions. Ensuite et jusqu'à aujourd'hui cette région a connu des périodes plus humides alternant avec des périodes très sèches. Le chameau de Bactriane, dont on retrouve la trace vers 4000 AEC, dans le Néolithique final, aurait été encore sauvage. Son utilisation systématique dans ces zones fragiles dès la dynastie des Zhou aurait participé à la dégradation du couvert végétal et à la transformation de dunes stables en sable instable[119].

Nord, région proche du delta du fleuve Jaune : culture de Houli, v. 6500-5500[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de Houli.

Essentiellement située au Shandong, cette culture pose encore question : des recherches complémentaires sont nécessaires pour pouvoir déterminer si la vie sédentaire était le mode de vie dominant ou si elle était plus ou moins intermittente, interrompue par une vie itinérante de chasseurs-collecteurs. La culture du millet est attestée sur un site[120] : millet commun et millet des oiseaux, ainsi que d'éventuelles traces de riz[N 34]. On y trouve de nombreux objets de pierre, taillée et polie, ainsi que des céramiques très peu variées, aux formes utilitaires simples.

Nord-Est : Xinglongwa, v. 6200-5200[modifier | modifier le code]

Jarre en terre cuite à décor cordé.
Jarre en terre cuite à décor cordé. Liaoning. Musée national de Chine, Pékin
Article détaillé : Xinglongwa.

De v. 6200 à 5200, il s'agit de la plus ancienne culture néolithique identifiée du Nord-Est de la Chine. Elle se retrouve essentiellement sur les limites actuelles des provinces de Mongolie-Intérieure et du Liaoning. L'habitat se présente souvent en villages organisés par des lignes parallèles, en grille. Chaque habitation avait un foyer en son centre. Le site de Xinglongwa lui-même possédait deux grands bâtiments (env. 140 m2) en son centre[121]. Il semblerait que certaines constructions aient été utilisées à des fins rituelles : on y a découvert de nombreux squelettes d'animaux, pour l'essentiel des porcs et des cerfs, certains perforés et disposés en groupes sur le sol. Dans la tombe la plus somptueuse, un homme était enterré avec deux cochons et de nombreux objets de céramique, de pierre, d'os, de coquillage et en jade, une pratique très rare dans cette région. La céramique est de forme simple, le seau étant la forme la plus commune. Elle est alors fabriquée avec une argile sableuse, de couleur brunâtre et montée au colombin, parfois à décor cordé.

Sud : Rivière des Perles, sud Guangxi : cultures de Dingsishan et Baozitou v. 6000-5000[modifier | modifier le code]

La culture de Dingsishan et Baozitou[122] — dénommée par l'un de ses sites sur le district de Yongning (Guangxi) — est située sur les premières terrasses des rivières Zuo, You et Yong et appartient à l'ensemble dit de la Rivière des Perles. Le site de Baozitou se trouve sur la préfecture de Nanning[N 35]. Cette culture est interprétée comme une phase de la néolithisation du fait de sa production de poteries : des jarres de type guan à fond rond et à ouverture presque droite ou dressée sur une courte distance, sans lèvre[N 36]. Les outils sont souvent de simples coquillages mis en forme. Des pierres taillées, des galets taillés, et des pierres percées de larges trous (10 cm de long × 7 cm de large × 4 cm d'épaisseur) composent l'essentiel du matériel avec des haches et des herminettes qui sont en pierre polie. Cette culture correspond à une période où le climat, particulièrement chaud et humide (v. 8400-4000), favorise le développement de la forêt tropicale[123]. Les animaux consommés sont des bovins, des cervidés et des porcins mais pour l'essentiel c'est une culture de chasseurs-collecteurs de coquillages et de plantes comestibles. Les morts sont enterrés en position fléchie ou accroupie, ou démembrés. Les sites sont liés soit à de vastes amas coquilliers, soit à des cavernes calcaires des provinces du Guangxi et du Guangdong. Une quarantaine de sites correspond ainsi à des cavernes aménagées qui ont été utilisées constamment depuis la fin du Paléolithique jusqu'au Néolithique.

Néolithique moyen[modifier | modifier le code]

  • Cette partie est une présentation générale du Néolithique moyen. Afin d'éviter les répétitions, les sources scientifiques la concernant n'apparaissent pas ici mais dans les développements détaillés présentés dans le reste de l'article.
Carte géographique de la Chine.
Cultures du Néolithique moyen en Chine[124]

Plusieurs lieux de cultures très différenciées présentant des indices anciens de néolithisation sont passés en partie ou en majorité à la production de denrées alimentaires et à leur stockage, le millet et le riz domestiques devenant des aliments très prisés. Après une phase durant laquelle certaines populations manifestent des carences alimentaires, on assiste à un essor démographique important.

L'usage d'une pierre polie très dure à travailler, le jade, apparaît dans la culture de Hongshan, au Nord-Est, et ces populations entrant en contact un peu partout, l'usage de ces objets de prestige est un indice de sociétés où se manifestent une division du travail et l'apparition d'élites. Ces dernières se distinguent par des signes ostentatoires qui se sont conservés : céramiques funéraires de luxe ici, jades précieux entassés ailleurs. La pierre polie marque donc des différences sociales ; elle sert autant à la réalisation d'objets de tous les jours que d'armes pour la chasse et pour la guerre, dont les signes se multiplient dans certaines régions v. 3500-3000.

L'ensemble des découvertes archéologiques, effectuées dès 1921, regroupées peu à peu sous la dénomination de « culture de Yangshao » du nom de la découverte initiale, s'est avéré, avec l'accumulation des résultats, très divers. Ces cultures se sont étendues sur un large espace dans les régions voisines du cours moyen du fleuve Jaune, et sur une très longue durée. Après les cultures de v. 5500-4500, dites « pré-Yangshao », qui témoignent quant à elles des premiers foyers de néolithisation en Chine, les connaissances actuelles sur cet ensemble révèlent quatre grandes périodes néolithiques.

Ce sont, au début et durant la phase moyenne, des sociétés apparemment égalitaires. Leurs créations de céramiques funéraires peintes témoignent d'une très grande richesse d'invention. Elles sont bien cuites, vers 900 °. Montées au colombin, elles sont ensuite tournées sur un tour lent pour les plus petites pièces à la fin de la période. L'agriculture devient une source importante d'alimentation, entraînant un accroissement significatif de la population et des villages de taille plus importante qu'auparavant se multiplient depuis les piedmonts vers les plaines, et d'Est en Ouest, en raison de la pression démographique. Durant le Yangshao moyen ces sociétés lignagères sont donc apparemment encore égalitaires, encore que les femmes adultes et âgées soient exclues des inhumations collectives, peut-être parce qu'elles viennent d'autres communautés à travers leur mariage. Dans la phase tardive, il semble à certains anthropologues que l'on entre dans une société de chefferies[N 37].

Centre Est, région du delta du Yangzi : culture de Hemudu, v. 5500-3300[modifier | modifier le code]

Ivoire, en forme de pagaie ornée d'éléments multiples dont une tête d'oiseau.
Ivoire façonnée en forme de pagaie ornée d'éléments multiples dont une tête d'oiseau[N 38]. Musée national de Chine
Article détaillé : culture de Hemudu.

La culture de Hemudu couvre toute la période qui va de la néolithisation jusqu'au Néolithique et elle rassemble plusieurs cultures légèrement différenciées, ceci sur une très longue période : les cultures de Hemudu, v. 5500-3300, Majiabang, v. 5000-4000, Songze, v. 4000-3300, Beiyinyangying, v. 4000-3300, Xuejiagang, v. 3300.

La culture de Hemudu est localisée sur une surface assez réduite, bien au Sud de Shanghai, au Sud de la baie de Hangzhou. L'habitat lacustre sur pilotis a énormément surpris lors de sa découverte en 1973, en raison de son extrême différence d'avec l'habitat en terre de la Chine du Nord, qui semblait, dans la Plaine centrale, constituer l'origine et le centre de la culture chinoise. Dans une région de collines et de plaines très arrosées, de nombreuses autres cultures voisines vivaient sous un climat bien plus chaud et humide qu'aujourd'hui. La culture de Hemudu ancienne a été elle-même précédée par les cultures associées de Xiaohuangshan (v. 7000-6000) - Kuahuqiao (v. 6000-5000)[125]. La culture du riz initialement sauvage s'y est établie sur une longue durée jusqu'à sa domestication. Les premières cultures se faisant par drainage, elles ont été suivies par des champs irrigués au Zhejiang vers 4000 AEC sur le site de Kuahuqiao (6000-5500), dans le delta, avec des canaux d'irrigation et des puits, et celui de Tianluoshan (5000-3000 AEC) : du riz cultivé et en cours de domestication[N 39]. Cependant les habitants de Hemudu se sont alimentés en grande partie avec des produits de la nature qu'ils trouvaient en abondance sur place. Dès la Période I, on trouve divers ornements corporels en fluorite et en « pseudo-jade », puis le travail du jade a prospéré. La céramique est souvent noire et les parois d'épaisseur inégale ; durant la Période I, la cuisson ne dépasse guère les 800 °. Les maisons sur pilotis portent souvent la marque de la maîtrise de l'assemblage par tenon et mortaise. Le plus ancien objet laqué au monde, un bol en bois, y a été découvert. Au cours de la dernière période la céramique était habituellement cuite à assez haute température, fine et solide, montée au tour lent, parfois au tour rapide.

Sud-Ouest, moyen Yangzi : culture de Daxi, v. 5000-3300[modifier | modifier le code]

Article détaillé : culture de Daxi.

La culture de Daxi est localisée dans la région des Trois Gorges sur le cours moyen du fleuve Yangzi. Le site de Chengtoushan[126], entouré d'un fossé de drainage dès sa fondation vers 4500, est aussi rapidement protégé par un mur et un fossé profond. Sa superficie couvre 8 ha vers 4000. On y trouve dès les premiers temps de son occupation les premières rizières découvertes en Chine, à côté de sources d'alimentation traditionnelles aux chasseurs-cueilleurs. Le porc était définitivement domestiqué. La population s'est accrue considérablement dans ce contexte d'une alimentation riche et variée et avec ce style de vie sédentaire. Cette culture pourrait être à l'origine de la culture de Qujialing v. 3400-2500, et Shijiahe, v. 2500-2000[127]. Cependant, dans sa phase ultime, elle montre des similitudes avec la culture de Longshan (3000-2100). De larges fossés semblent avoir servi au drainage pendant la saison des pluies. Les dépôts funéraires indiquent qu'une différenciation sociale y était déjà particulièrement marquée.

Nord, Moyen fleuve Jaune : culture de Yangshao, v. 4500-3000[modifier | modifier le code]

Maquette de village.
Reconstitution hypothétique du village de Jiangzhai, région de Banpo, à l'époque du Yangshao ancien. Musée National de Chine
Squelette humain entouré de mosaïques de coquillages.
Tombe présentant des mosaïques de coquillages et un squelette d'homme interprété comme un chaman. Yangshao. Musée national de Chine
Petit pot de terre cuite décorée.
Pot à décor de masque (?). Petit pot de terre cuite. Yangshao ancien. Musée Historique du Shaanxi, Xi'an.
Articles détaillés : Culture de Yangshao et Banpo.

Découvert en 1921, Yangshao, dans le Henan, fut le premier site néolithique chinois étudié[128] Au cours des décennies suivantes, de nombreux sites le long du Moyen-Fleuve jaune et de la rivière Wei ont été rattachés à la culture de Yangshao. Le plus célèbre, Banpo, près de Xi'an, est devenu une attraction touristique. La période de Yangshao correspond à l'optimum climatique postglaciaire de Chine du Nord[129]. L'étendue géographique et le raffinement de cette culture ont conduit, pendant un temps, à renforcer l'idée selon laquelle la vallée du Fleuve Jaune constituait le noyau originel à partir duquel la culture chinoise s'est diffusée.

Pendant une première phase, le Yangshao ancien (4500-4000), la culture du millet des oiseaux et du millet commun deviennent d'importantes sources d'alimentation et entraînent un accroissement significatif de la population et de la taille des villages, mais la chasse continue à jouer un rôle prépondérant. L'habitat est de type dispersé, avec des sites d'environ 5 ou 6 hectares[130]. Au cours de la période suivante (Yangshao moyen 4000-3500) ou phase Miaodigou, ils atteignent 40 à 90 hectares[131].

Pendant la dernière phase (Yangshao récent 3500-3000), on peut distinguer deux types de cultures. Certaines comme Dadiwan sont des centres régionaux, ce site ayant atteint la taille de 50 ha. D'autres sont des cités conflictuelles, de taille moyenne, comme dans la région de Zhengzhou : le site de Xishan en est un exemple de 25 ha. Certaines tombes se distinguent par des dépôts funéraires exceptionnels. Elles ont nécessité un gros investissement[132] et pourraient être les témoins des premières différenciations sociales, alors que dans le Yangshao ancien, la société aurait été égalitaire. Une tombe semble avoir révélé des indices de chamanisme[133], mais l'interprétation de la découverte archéologique reste problématique : les chercheurs chinois ont cru reconnaître un dragon et un tigre de part et d'autre du défunt, le tout en une mosaïque de coquilles de mollusques, décor tout à fait unique. Le chamanisme, phénomène observé à l'époque moderne, peut-il être démontré à partir de restes archéologiques ? Cette question fait encore débat[11].

Nord-est, zone étendue vers le delta du fleuve Jaune : cultures de Beixin, v. 5300-4300 - Dawenkou, v. 4300-2400[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de Dawenkou.

La culture de Beixin (v. 5300-4300 AEC) au Shandong, dans le climat chaud et humide des plaines inondables voisines du delta du fleuve Jaune, a laissé des traces d'habitats. Il s'agit de populations sédentaires[134] vivant dans de petites habitations (moins de 10 m2 semi-enterrées, rondes ou ovales[N 40]). On y accédait par une pente douce ou quelques marches. Dans le village, on trouve des fosses à cendre, des cimetières et des fours à céramique. Celle-ci, encore montée à la main, présente une composition adaptée à la fonction à laquelle elle est destinée. Par ailleurs, selon l'usage de l'outil, la pierre pouvait être taillée puis polie ou seulement taillée. Les populations avaient recours à un large spectre de moyens de subsistance : chasse et pêche, collectes saisonnières, culture et animaux domestiques. La richesse des ressources naturelles, à proximité de l'eau environnante, donnait à la pêche et à la collecte des moules une grande importance[135].

Bol en terre cuite peinte.
Bol, Dawenkou. Terre cuite peinte. Musée de Nanjing, Jiangsu

La culture de Dawenkou (v. 4300-2600) voit le passage d'une céramique montée à la main à une céramique montée au tour avec de grandes roues de pierre. Des formes élégantes apparaissent, parfois ajourées pour être posées sur un foyer. Des décors abstraits peints ou des stylisations sont disposés avec une parfaite maîtrise sur tout l'espace disponible[136]. Ces objets découverts dans les sépultures correspondent à une culture qui maîtrise aussi l'agriculture, comme semble l'indiquer la présence de couteaux et de faucilles, pour d'éventuelles moissons. Les fouilles ont mis au jour de nombreuses traces de millet, de riz et des graines de soja dans les différents niveaux archéologiques. Les animaux domestiqués sont essentiellement le porc et le chien, les mandibules de porc étant ici sans doute des offrandes funéraires. Des parures de jade, des vases tripodes qui serviront de forme de référence aux futurs bronzes li, se multiplient et témoignent de différences sociales. Dans la phase finale, les décors ont disparu au profit d'une plus grande recherche de la prouesse, avec en particulier des gobelets sur haut pied, fin et parfaitement vertical. Cette démarche devait trouver son prolongement dans la culture de Longshan.

Nord-Est : culture de Hongshan, v. 4700-2900 jusqu'au Néolithique final[modifier | modifier le code]

Article détaillé : culture de Hongshan.
Amulette en forme de dragon ou de larve d'insecte lovée.
Amulette[137]: dragon ou larve d'insecte lovée. Liaoning. Jade H. 15 cm. Musée Guimet[138].
Jarre en terre cuite peinte en forme d'oiseau.
Jarre en terre cuite peinte en forme d'oiseau, culture de Xiaoheyan (3000-2600) phase finale. Région du fleuve Liao.

Au Nord de la Chine actuelle, en Mongolie-Intérieure et au Liaoning, la culture néolithique de Hongshan (v. 4500-3000) est située dans le bassin du fleuve Liao. L'agriculture tient une place importante à côté de la chasse et de l'élevage. L’habitat est dispersé et des familles-clans devaient y vivre en autarcie, toujours dans des maisons semi-enterrées au sol de terre battue, avec foyer central. Les archéologues considèrent que certains indices permettent de parler de la complexité sociale de cette culture [139] : des sites plus développés que les petits villages qui les environnent, des complexes dédiés aux rites comme à Niuheliang (v. 3650-3150)[N 41] ayant nécessité la direction des travaux par une élite, et la taille du jade pour un usage dans ces rites, ce qui impliquait déjà la recherche de matériaux bruts sur de longues distances, la standardisation des formes et des objets et leur répartition au sein de ces élites. On voit alors apparaître de grands ensembles architecturaux, cairns, autels et surtout le grand temple de la « Déesse » à Niuheliang. Cet espace renfermait, modelées dans l'argile, sept figures féminines dont certaines trois fois plus grandes que nature, un thème totalement inédit alors. Sur un autre site de rituels, à Dongshanzui, de petites statuettes féminines parturientes, elles aussi modelées dans l'argile[140]. La culture de Xiaoheyan (v. 3000-2600), qui fait suite à la culture de Hongshan, voit s'effacer les différences sociales et ces populations disparaître[141].

Il semblerait, selon des études récentes, que nombre des jades jusqu'ici attribués à la fin de cette période soient postérieurs au Néolithique[142]. Le jade semble cependant avoir bénéficié d'un attrait précoce, ce malgré le travail considérable nécessaire pour la travailler, comme l'indique l'originalité des formes qui caractérisent les jades de cette culture.

Néolithique final[modifier | modifier le code]

  • Cette partie est une présentation générale du Néolithique final. Afin d'éviter les répétitions, les sources scientifiques la concernant n'apparaissent pas ici mais dans les développements détaillés présentés dans le reste de l'article.
Carte géographique de la Chine.
Les cultures du Néolithique final en Chine[143].

À l'Ouest et toujours plus loin vers l'Ouest, les cultures situées au débouché du corridor du Hexi se développent, dont celle de Majiayao. Dans cette région qui bénéficie de sa position stratégique en tant que zone d'échange entre l'Est et l'Ouest, on trouve pour la première fois rassemblées six céréales. Les unes proviennent de l'Est comme le riz et le millet, d'autres provenant de l'Ouest comme le blé et l'orge. On y a découvert le premier objet de bronze, provenant d'un échange avec l'Ouest : un modeste petit couteau. Les populations locales vont essayer de s'approprier cette technologie pour réaliser de menus objets au cours de la période suivante. Par ailleurs, ces populations ont réalisé des céramiques peintes aux motifs géométriques, et parfois anthropomorphes, ce qui est alors très rare en Chine.

Par ailleurs deux cultures, dites de Longshan, se répandent sur de vastes surfaces : l'une dans les régions du cours moyen du fleuve Jaune en prenant position sur les terres de la culture de Yangshao, l'autre depuis la région de l'embouchure de ce même fleuve au Shandong mais dans des paysages plus inondables. Dans les premières villes qui apparaissent à cette époque dans la région du moyen fleuve Jaune, de nombreuses tombes ont fait l'objet d'un traitement qui signale une élite émergente. Les dépôts funéraires très riches sont des indicateurs d'une société où des artisans spécialisés élaborent un savoir-faire très attentif à la prouesse. C'est aussi ce qu'on trouve dans les cultures de Longshan du Shandong : une céramique noire de luxe peut atteindre la finesse d'une coquille d'œuf.

Au cours de cette période, vers 4000 avant notre ère, des groupes du Sud-est de la Chine et de Taïwan, appartenant à la famille linguistique des langues austronésiennes (austronésiens), se déplacent de l'Asie du Sud-est vers l'Indonésie et jusqu'aux îles du Pacifique Sud-ouest[144]. Cette culture est désignée, en Nouvelle-Calédonie, par le site archéologique du même nom qui a permis pour la première fois de dater l'ancienneté de cette migration : Lapita[145]. Ces populations, selon les travaux phylogénétiques sur l'austronésien, auraient inventé la pirogue à balancier : une pirogue assez primitive avec, probablement, une voile rectangulaire, qui remonte mal au vent. D'île en île, cette découverte permanente s'est prolongée pendant des millénaires: la culture Lapita atteint l'Océanie au IIe millénaire, et la céramique Lapita se rencontre v. 1500 av.n.è. dans l'archipel Bismarck cette migration-découverte se poursuit, ensuite, jusqu'à l'île de Pâques et la Nouvelle-Zélande.

La société de cette époque en Chine est manifestement très hiérarchisée dans de nombreuses cultures mais pas partout. On rencontre en particulier des élites à l'Est, dans la culture de Liangzhu, vers l'embouchure du Yangzi, riche productrice de riz paddy. Les signes ostentatoires de richesse se multiplient avec d'importantes accumulations de jades ouvragés et soigneusement polis : les fameux tubes cong et les disques bi dont l'usage se répand jusqu'à l'Ouest de la Chine sont les plus célèbres de ces jades. Un quartier de l'agglomération est réservé à ces travailleurs spécialisés. Les tombes de l'élite faisaient l'objet de petits regroupements bien distincts et fort éloignés des cimetières du peuple. Un autre site plus loin au Sud, Linjiatang[146], v. 3600-3000, xian de Hanshan, Anhui, a produit de nombreux jades aux formes uniques et percés d'orifices minuscules : cette technologie très complexe est parfaitement maîtrisée alors. À l'Ouest, les cultures de Qujialing et Shijiahe voient les villes s'entourer de murs et la présence de guerriers est attestée : le développement agricole ayant entraîné une forte poussée démographique, la pression sur les ressources mène à des conflits ouverts.

Au Sud, les populations semblent ignorer cette pression et ces conflits ainsi que cette hiérarchisation sociale. Les communautés agricoles qui se développent dans les collines et même sur le plateau tibétain apprivoisent diverses céréales et plantes consommables jusqu'à 3 000 m d'altitude. Quant aux populations riveraines de lacs, de rivières et de l'océan, elles continuent de bénéficier de ces ressources abondantes sans que la démographie s'en ressente fortement. Des réseaux de communications sont bien établis mais chacun poursuit ses traditions adaptées à ces climats, pourtant fort différents[147].

Haut fleuve Jaune : culture de Majiayao, v. 3300-2000[modifier | modifier le code]

Bassin de céramique peinte aux groupes de figures dansantes. H. 12,5 cm. Phase Majiayao. Musée National de Chine.
Bassin de céramique peinte aux groupes de figures dansantes. H. 12,5 cm. Phase Majiayao. Musée National de Chine
Article détaillé : Culture de Majiayao.

La culture de Majiayao[148] comporte trois phases successives : v. 3500-2700, Majiayao proprement dit, v. 2700-2000, Banshan et v. 2500-1800, Machang, connues sur trois sites différents situés de plus en plus vers l'Ouest, le déplacement étant lié à la pression exercée par des cultures de Yangshao (4500-3000), durant l'optimum climatique du milieu de l'Holocène. Il s'agit toujours d'une culture néolithique au Nord-Ouest, sur le cours supérieur du Fleuve Jaune. Elle est plus ancienne mais ensuite contemporaine de l'importante culture de Longshan (2900-1900). Elle précède la culture de Qijia qui marque le passage à l'âge du Bronze.

On y pratique l'agriculture, la chasse et la cueillette. Cette région située au Gansu et à la frontière du corridor du Hexi était déjà une zone de passage et d’échanges tournés vers l'Ouest avec l'Asie centrale ainsi que la Sibérie méridionale, et vers le Nord avec les steppes de Mongolie. La culture de Majiayao en a profité en particulier dans le domaine de la culture des céréales. On y a trouvé ces six céréales : les premiers types de blé, d'avoine et d'orge cultivés en Chine, en provenance du Moyen-Orient (avec les premières mises en culture vers 4600)[149], à côté du millet commun et du millet des oiseaux (premières mises en culture vers 3000, en Chine centrale) ainsi que le riz, originaire de la vallée du Yangzi. Cette région était donc, dès le troisième millénaire, un lieu d'échange très important entre l'Est et l'Ouest.

La céramique peinte, singulièrement très abondante et très élaborée dans cette culture[150], a été préservée dans les tombes. L'étude du contenu de ces tombes semble montrer, dans la première phase, l'égalité entre hommes et femmes. Néanmoins les outils qui indiquent les activités propres à chaque sexe apparaissent et différencient ainsi les inhumations. Puis dans la phase Machang, la dernière, des inégalités sont manifestes : une tombe d'adulte mâle a ainsi pu contenir jusqu'à 85 céramiques. Ces céramiques sont peintes à grands traits de pinceau brun et noir. Ce sont surtout de grandes jarres, souvent avec des figures anthropomorphes, la tête coïncidant avec l'ouverture ou inscrite dans le col, parfois en faible relief.

Moyen fleuve Jaune : culture de Longshan, v. 2900-1900[modifier | modifier le code]

Pichet en terre cuite grise fine et lustrée.
Pichet. Terre cuite grise fine et lustrée, Longshan du Shandong. Musée de Shanghai[N 42]. Interprété comme prototype de récipient métallique.
Article détaillé : Culture de Longshan.

Cette culture s'est étendue sur une très longue période sur deux zones géographiques bien distinctes.

La première zone s'étend sur le cours moyen du fleuve Jaune : le Longshan du Henan (2900-2000)[151]. Des centres fortifiés, jusqu'à 289 ha, apparaissent et la population s'accroît. Quelques différences se creusent entre une élite aux tombes enrichies de dépôts exotiques et une abondante population qui pratique l'inhumation collective. La terre cuite est de couleur claire. Au cours de la période suivante, au Néolithique tardif, dans le Sud-ouest du Shanxi, la plus célèbre ville de la culture de Longshan est Taosi (300 ha), datée de 2600 à 2000. La stratification sociale semble bien plus nette. Les tubes cong et les disques bi ressemblent à ceux de la culture de Liangzhu, pourtant très éloignée.

La seconde zone s'étend sur le cours inférieur du fleuve Jaune, le Longshan du Shandong (2500-2000)[151] : la population croît aussi très nettement durant cette période[152]. De nombreux petits villages se regroupent autour de grands centres, d'environ 270 à 360 ha. Ces centres, entourés de murs, se font la guerre. On y pratique aussi la production de biens qui servent d'échanges, mais la possession des lieux d'approvisionnement, du sel entre autres, pourrait être la cause de ces affrontements. Le signe qui marque l'élite de cette époque est la possession de céramiques noires, aujourd'hui particulièrement célèbres, car la paroi de ces objets de prestige est mince comme une coquille d’œuf et la surface parfaitement polie. Ce sont manifestement des prouesses techniques, mais dépourvues de tout décor rapporté, peint ou modelé.

Région du delta du Yangzi : culture de Liangzhu, v. 3300-2000[modifier | modifier le code]

Ensemble de morceaux de jade taillés dans diverses formes.
L'enterrement sous le jade. Tombe de l'élite de la culture de Liangzhu. Musée de Nanjing.
Article détaillé : Culture de Liangzhu.

La culture de Liangzhu[153], au nord du Zhejiang et au sud du Jiangsu près du Lac Tai[N 43], est la dernière culture néolithique du jade dans le delta du Yangzi. C'est le lieu d'une production intense et contrôlée du jade[154]. Il est travaillé selon des modèles qui se répandent rapidement en Chine : le motif du taotie en particulier, sur les tubes plus ou moins longs : cong. D'autres formes en jade apparaissent aussi : le disque bi et des haches cérémonielles yue, ainsi que des pendentifs gravés de représentations d’oiseaux, de tortues ou de poissons. Jades, soies, ivoires et laques sont déposés dans les tombes de l'élite. Les tombes plus modestes se contentent de simples céramiques. L'acidité du sol a détruit les éléments d'origine organique et en particulier les ossements de l'élite, enterrée dans des lieux surélevés, parfois des collines enterrassées, et plus secs que les plus modestes[155]. Des signes pictographiques, qui pourraient différencier des clans, apparaissent dans le jade ou sur des tessons de poterie ; la figure qui revient souvent est celle d'un oiseau de profil tourné vers la gauche sur ce qui semble être un autel[156]. Ce pourrait-être une forme de proto-écriture[157].

L'agriculture atteint alors un stade avancé : elle utilise l’irrigation pour une culture en rizière (suivant des connaissances remontant à la culture de Hemudu, v. 5000-4500) et pour l’aquaculture. Les habitations sont, en général, le long des rivières et des étangs[158], tandis que les cimetières sont placés, surtout pour les élites, sur des terrasses pouvant aller jusqu'à 10 m de hauteur[159]. Les pratiques rituelles se manifestent par certains édifices, ou autels, en forme de constructions à plusieurs étages, en bois et possédant des murs en lits de pierres régulières. La terrasse supérieure est recouverte d'un sol de terre battue.

Moyen Yangzi : cultures de Qujialing, v. 3400-2500, et Shijiahe, v. 2500-2000[modifier | modifier le code]

Figurines d’argile : deux éléphants. H. 6,8 cm.
Figurines d’argile : deux éléphants. H. 6,8 cm.
Article détaillé : Cultures de Qujialing et Shijiahe.

Un peu plus à l'Est que la précédente culture de Daxi, les deux sites voisins mais éloignés dans le temps de Qujialing et Shijiahe sont les témoins d'une culture étendue sur une très vaste surface centrée sur le Hubei[160]. Le contexte végétal se compose de forêts d'arbres à feuilles caduques et persistantes, de type subtropical chaud et humide, sujet à d'éventuelles submersions. La disparition de cette culture semble associée à la sécheresse qui a suivi cette période.

La période correspond à une rapide expansion de cités encloses : Qujialing atteint 263 ha et Shijiahe 800 ha[161]. Ces enclos, ainsi que l'image d'un guerrier muni d'une hache d'arme, suggèrent que l'on se trouve au moment de l'émergence de cités rivales en guerre. La pression sur les ressources, en raison même de l'accroissement de la population, pourrait être une explication de cette rivalité. Des échanges de technologies avec des cultures fort éloignées sont perceptibles dans la diversité des céramiques. Les statuettes sont encore similaires aux petites figurines modelées de la culture de Daxi, mais de nombreuses formes montées au tour apparaissent. Certaines traces de vaisselle laquée ont été décelées. La phase ultime de Shijiahe (v. 2200-2000) apporte de nombreux objets en jade et des urnes funéraires dans les tombes de l'élite.

Plateau tibétain[modifier | modifier le code]

Le Néolithique est attesté dans la culture de Karuo sur le plateau tibétain, au troisième millénaire, et sur la zone la plus au Nord-est, dans la région de Chamdo. Le site éponyme de Karuo (1 ha)[162] se trouve sur une terrasse du fleuve Lancang (nom donné au Mékong en Chine), à 3 100 m d'altitude. Sur les deux mètres de dépôts, les traces d'un habitat daté de 3300-2300 ont été conservées. Cette population construit des habitations, utilise la poterie, des outils de pierre taillée, dont des microlithes, et de pierre polie. Des ressemblances ont été décelées entre ces objets et ceux du Sichuan, plutôt qu'avec ceux du Gansu-Qinghai. On y pratique la chasse et la cueillette, la culture du millet et l'élevage des porcs[163]. D'autre part, les plantes récoltées à cette époque sur le plateau tibétain montrent, vers 3200, des céréales (autres que le millet et bien sûr le riz), au-delà de 3 000 m d'altitude[164]. Ceci tend à pointer la diversité des espèces sélectionnées ici pour leurs qualités nutritives en fonction du milieu et prouve dès cette époque la diversité des espèces cultivées en dehors des trois cultures les plus souvent repérées : le riz, le blé et le maïs.

Chine du Sud[modifier | modifier le code]

Yunnan[modifier | modifier le code]

Les sites néolithiques sont rares dans le Yunnan avant 3000, mais au millénaire suivant trois types de lieux peuvent les accueillir : des terrasses et des cavernes non loin des rivières et des amas coquilliers au bord des lacs[163]. On y trouve des haches et des herminettes de pierre ainsi que des jarres, des plats et des coupes en céramique. La pâte de la céramique contient parfois des traces de riz qui a donc été exploité à cette époque. Des fouilles récentes (en 2012) sur le site d'Haimenkou (Xian de Jianchuan) ont révélé un ensemble d'habitats sur pilotis près du lac Jian (3000-1900) avec un matériel important, du riz (peut-être originaire du Yangzi) et du millet (peut-être originaire du Nord-ouest). Les couteaux ont des similitudes avec ceux trouvés dans la culture de Karuo, du Tibet. Tout cela semble démontrer que des échanges à longue distance faisaient de cette région une sorte de plaque tournante.

Sud-est : Fujian/Taïwan : v. 3000-2000 Shixia, Yonglang, Tanshishan et v. 2300-1500 Huangguanshan[modifier | modifier le code]

Dans ce milieu géographique très diversifié, les anciennes populations ont développé des stratégies d'alimentation chaque fois bien adaptées à leur environnement[165]. Tandis qu'à l'intérieur des terres l'agriculture du riz a laissé de nombreuses traces, sur la côte, à l'opposé, les gens ont vécu essentiellement des ressources marines abondantes comme au Japon de la période Jōmon. Cette situation s'est poursuivie au second millénaire alors que le Nord de la Chine vivait à l'âge du Bronze.

Ainsi, la culture de Shixia[166], au Nord Guangdong, était une société d'agriculteurs et dans leurs tombes ont été trouvés des tubes cong et des disques bi, certains étant identiques à ceux de la culture de Liangzhu. Les tombes et les poteries sont propres à leur culture mais les autres objets montrent de fortes relations avec les cultures néolithiques du Jiangxi et du bas Yangzi.

La culture de Yonglang[167] s'établit dans le delta de la Rivière des Perles et dans la région de Hong Kong, sur des dunes. Le niveau de la mer étant plus bas à cette époque, l'espace entre océan et collines est plus large. Les villages sont alors construits au bas des collines, et sont devenus aujourd'hui des sites de dunes. Sur le site de Hong Kong, le matériel lithique est composé de haches, d'herminettes, de pointes de flèches et de poids pour les filets des pêcheurs. La céramique aux formes simples porte un décor estampé et un décor cordé (pratiqué ailleurs en Chine, dans la culture de Yangshao). Ce décor cordé peut être comparé à celui de la culture de la céramique cordée, culture européenne préhistorique également caractérisée par des poteries avec impression de corde, ou plus exactement de cordelette, mais où celle-ci est enroulée autour de la poterie fraîche et pressée, tandis que dans le cas de la céramique Jōmon il s'agit d'une corde tressée que l'on fait rouler sur la surface de la poterie. Cette technique est dite « à la roulette »[168] par les spécialistes de poteries traditionnelles africaines[169]. Le mode de vie repose sur la chasse et la pêche, la culture du riz n'étant qu'un complément éventuel, peu décelable, mais indicateur néanmoins de contacts avec la culture de Shixia. Ainsi, bien qu'ayant la connaissance de l'agriculture, ces populations n'en voient pas la nécessité du fait d'un environnement particulièrement favorable.

Les sites de Tianshishan et Huangguashan[170] au Fujian indiquent d'autres stratégies alimentaires et d'autres contacts. Les groupes humains, ici encore, ont vécu de chasse et de pêche mais des traces de grains carbonisés et des phytolithes de riz, de blé et d'orge ont été identifiées sur le site de Huangguashan. Les herminettes sont nombreuses et d'une forme angulaire typique qui s'est maintenue sur plus de 1 500 ans. De nombreuses herminettes sont produites dans des matériaux volcaniques importés ; les découvertes faites sur un site du Fujian indiquent que ces pierres venaient de l'archipel de Penghu, actuellement sur le territoire de la République de Chine à Taïwan. Par ailleurs des ressemblances sont manifestes avec les poteries de l'archipel de Penghu et de Taïwan de l'Ouest. La possibilité de relations maritimes sur de si longues distances semble participer à l'expansion des langues proto-austronésiennes[171], qui sont à l'origine, selon la linguistique comparée, des langues austronésiennes[N 44] (approximativement de Madagascar à la Polynésie) .

Du Néolithique à l'âge du Bronze et du Fer[modifier | modifier le code]

Carte géographique de la Chine.
Du Néolithique à l'âge du Bronze en Chine et dans les steppes de l'Asie Centrale[172].

Généralités[modifier | modifier le code]

  • Cette partie est une présentation générale du passage du Néolithique à l'âge du Bronze et du Fer. Afin d'éviter les répétitions, les sources scientifiques la concernant n'apparaissent pas ici mais dans les développements détaillés présentés dans le reste de l'article.

Avant d'arriver en Chine, la technologie du bronze est mise au point par des peuples nomades et guerriers de l'Ouest, essentiellement du Kazakhstan. Elle est transmise dans le Gansu et au Yunnan à des populations moins mobiles. Dans le Gansu, la culture de Qijia est liée à des groupes d'agriculteurs, éleveurs de moutons ou de chèvres, de porcs, de bœufs et de chevaux. Ceci se passe au cours d'une période de relative sécheresse qui favorise aussi la culture des céréales dont le millet, cultivé en Chine de l'Est, ainsi que le blé et l'orge, originaires d'Asie Centrale. Le bronze est d'abord utilisé pour les objets utilitaires ou destinés à la parure : couteaux, miroirs et plaques incrustées de turquoise. Ce savoir-faire est rapidement transmis dans la grande plaine centrale. Cette technologie sollicite l'esprit créatif des mouleurs qui disposent déjà d'une grande maîtrise du travail de la terre cuite. Ce sont ces bronzes qui vont devenir des objets destinés au culte des morts à Erlitou, puis dans la culture d'Erligang, lesquels précèdent la naissance de l'État Shang. Le bronze offre l'occasion de réalisations prestigieuses et participe du développement de rivalités violentes pour la possession des sources d'approvisionnement. La richesse de quelques-uns dépend alors de la gêne et du labeur imposé aux autres : leurs tombes sont pauvres ou ne comptent aucun dépôt funéraire tandis que les tombes des premiers engloutissent des monceaux de bronze. Le fer, dont le travail se développe ensuite, n'a pas le même usage : il est réservé aux outils agricoles et aux armes.

Comme l'ont montré les recherches effectuées depuis les années 1990, les échanges sont nombreux entre la Chine du Nord, les cultures d'Asie centrale et les steppes eurasiennes avec des populations de pasteurs plus ou moins nomades[N 45]. Ils ont eu lieu en particulier avec la vaste culture d'Andronovo. Ces échanges se font aussi entre les cultures de ce qui est devenu l'Ouest et le Nord-ouest de la République populaire de Chine, c'est-à-dire dans les cultures de Qijia (2200-1600) et Siba (1900-1500), voire au Xinjiang de l'Est, vers le Lob Nor (dont le site de (Tianshanbeilu, v. 2000-1550)[N 46]. Ces échanges s'effectuent enfin au Nord et au Nord-Est : dans les cultures de Zhukaigou (v. 2000-1400) et du Xiajiadian inférieur (2000-1400) en Mongolie-Intérieure et avec les éleveurs de l’extrême Ouest dépositaires de cette singulière culture d'Andronovo. Il s'agit, pour cette dernière, de populations d'éleveurs venant du Kazakhstan, de l'Altaï et de Sibérie méridionale et ses voisines (dont celle qui a précédé Andronovo : le phénomène de migration Sud-est/Nord-ouest appelé Phénomène Seima-Turbino, v. 2100-2000[173]) qui ont permis l'usage régulier de la technologie du métal en Chine de l'Ouest et du Nord-ouest, celui du bronze en particulier.

Les bronziers chinois ne vont pas tarder à s'approprier cette technologie selon une pratique très particulière, avec des moules de terre cuite en nombreuses parties. À l'inverse, ils utilisent peu le travail de la forge et donc le martelage de tôles, ainsi que la technique de fonte à la cire perdue, techniques que la région Balkans-Carpates (v. 5000-3700) utilise depuis longtemps et systématiquement faute de matière première. Ce développement propre à l'âge du Bronze en Chine, riche en métaux, se développe dans la « Plaine centrale », en Chine du Nord et gagne une surface de plus en plus vaste sur le cours moyen du fleuve Jaune (cultures d'Erlitou, puis d'Erligang). Il s'agit de sociétés très hiérarchisées qui prennent progressivement la forme d'États. Elles entretiennent des relations complexes avec leurs voisines de l'Ouest et du Nord. La métallurgie du bronze a été le pivot de cette période[174] d'avant les premiers royaumes retenus par l'historiographie traditionnelle chinoise.

Par ailleurs, de nouvelles données[175] apportent des preuves de la présence de la métallurgie du bronze en Asie du Sud-est à une époque ancienne, à Ban Chiang au Nord-est de la Thaïlande. Le site a été fouillé dans les années 1970, mais un dépôt contenait une poterie avec des traces de riz qui a permis de dater précisément le dépôt funéraire de 2100-1700. Les premiers objets de métal datent de la plus ancienne phase, vers 1800. Il s'agit des premières traces d'objets à base de cuivre en Asie du Sud et ils se composent de bijoux, d'instruments à douille (comme des haches), d'objets moulés plats, de plats (vaisselle) et de pièces en forme de tige, de petits morceaux informes, des creusets parfois fragmentés et des moules pour la coulée, réalisés en céramique. Ainsi, dans le sud de la Chine, cette technologie ne se serait pas implantée depuis la plaine centrale du nord, selon la version transmise par la tradition, mais d'un pays limitrophe d'Asie du Sud-est qui aurait hérité de cette technologie par la voie des pasteurs des steppes, comme ceux d'Asie centrale et de Sibérie méridionale. Une autre possibilité serait celle d'une émergence de cette technologie au Yunnan de l'Ouest, à cette époque, dans la culture de Dian (à proximité du lac Dian), bien avant la constitution du royaume de Dian (v. 800 AEC-420 EC), tout en situant l'origine de cette technologie dans les mêmes régions d'Asie centrale, de Sibérie méridionale et dans les steppes eurasiennes.

Haut fleuve Jaune : culture de Qijia, v. 2200-1600[modifier | modifier le code]

Miroir en bronze gravé d'ornements.
Miroir en bronze de type « steppique »[176], vers 2000, Gansu. Musée national de Chine.
Article détaillé : Culture de Qijia.

La culture de Qijia s'étend jusqu'au N Gansu, NE Qinghai et S Tengger[119], avec un climat chaud et sec qui favorise l'agriculture à une altitude de plus en plus élevée. Elle hérite, pour l'essentiel, de la phase Machang de la culture de Majiayao (2500-1800)[177]. C’est donc une économie de sédentaires, fondée sur l'agriculture : le millet (extrême-oriental : EO), le blé et l'orge (originaires d'Asie centrale : AC) et un élevage très développé des porcs (EO) et des moutons (EO + AC peut-être pour leur laine[119]) en premier lieu, mais aussi des bœufs, des chevaux et des chiens. Il semblerait que l'agropastoralisme n'ait été que peu développé[178]. On chasse également le cerf. Les porcs et moutons ou chèvres, le bétail en général, et quelques chevaux sont utilisés aussi comme offrandes déposées dans les tombes[179]. La diversité des céréales, le grand nombre de chevaux ainsi que des couteaux et des haches de bronze témoignent de relations avec les cultures de Sibérie et d'Eurasie[180]. Plus de cent objets de cuivre et de bronze ont été découverts sur au moins dix sites Qijia, ce qui marque un net contraste avec les cultures précédentes. Des miroirs possèdent un décor géométrique en étoile, de type « steppique »[181]. Il semble que des artisans locaux se soient mis à fabriquer leurs propres objets en bronze avec les richesses minières locales. Ces pratiques novatrices ont été vite transmises à d'autres régions, éventuellement par des migrants de la culture de Qijia, vers le Nord-est dans la culture de Zhukaigou, v. 2000-1400.

Il s'agit donc de la première culture du Néolithique final qui effectue, en Chine, la transition avec l'âge du Bronze, vers 2200-1600[182]. Cette culture du Néolithique final située au Nord-ouest de la Chine, principalement au Gansu, est essentielle dans la transmission au reste de la Chine de l'usage du bronze et de sa technologie employée en Asie centrale et dans la région du Sud de l'Oural. Le fait que le Suédois Johan Gunnar Andersson en ait découvert le premier site en 1923 et que sa découverte se soit inscrite dans une recherche de sources occidentales à la culture chinoise, a considérablement nui à une étude scientifique de ces échanges entre la Chine et ses voisins[N 47].

Nord-Est : culture du Xiajiadian inférieur, v. 2000-1400[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de Xiajiadian inférieur.

Les sites archéologiques ont livré deux types d'habitat : des villages ouverts construits à proximité des rivières et des cités fortifiées sur le sommet des collines. La population n'a, dès lors, cessé de croître. Dans les cités fortifiées, les murs en pierre sont construits autour des bâtiments, sur la partie plate de l'élévation, laquelle se situe toujours au-dessus de 800 m d'altitude.

Centrée sur la zone ouest de la vallée du fleuve Liao[183], cette culture s'est étendue sur le Sud-est de la Mongolie intérieure et dans son extension maximale au Nord du Hebei et à l'Ouest du Liaoning. La subsistance étant assurée par l'élevage (de porcs, de chiens, de moutons et de bovins) et la culture du millet, la chasse assure un complément. Le peuple du Xiajiadian inférieur pratique la divination avec des os oraculaires. Les os sont préparés par perçage et polissage avant leur chauffe. À Xiajiadian, quelques signes, comme cette scapulomancie assez bien développée sont des indicateurs de la zone d'influence de la culture Shang qui renoue alors avec les techniques de divinisation sur les os oraculaires. Différents objets en provenance de la culture d'Erlitou, indiquent que cette élite d'Erlitou est, quant à elle, à la recherche de matière première pour la confection de bronzes, dont les composants abondent dans cette région[184].

Est du Xinjiang : Tianshanbeilu, v. 2000-1550[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tianshanbeilu.

Tianshanbeilu est un site des débuts de l'âge du Bronze dans l'Est de ce qui est aujourd'hui la Région autonome ouïghoure du Xinjiang[185]. Son rôle a été essentiel en tant que lieu de passage et d'échange entre les cultures de l'Ouest : Sibérie du Sud et Asie centrale, avec des populations vivant plus à l'Est. Il s'agit en particulier des cultures du corridor du Hexi et du Gansu, lesquelles étaient au contact avec les cultures chinoises de la plaine centrale du Nord de la Chine actuelle, mais aussi avec les populations du Nord et du Nord-Est : culture de Zhukaigou sur le plateau d'Ordos en Mongolie-Intérieure et culture du Xiajiadian inférieur. C'est donc un lieu de passage et d'échanges avec le monde extérieur à l'espace chinois.

Dans ces oasis, les populations pratiquaient l'agropastoralisme. Le blé a transité par ce passage, venant de l'Ouest vers l'Est[186]. Les ressources locales en minerai ont permis de bénéficier de l'expérience et d'un savoir-faire hérité des populations venues de l'Ouest, faisant le lien entre la steppe eurasienne (phénomène Seima-Turbino, culture d'Andronovo, culture d'Afanasievo, cultures de Karasuk[N 48]) et la culture de Qijia, située plus à l'Est.

Nord, Ordos : culture de Zhukaigou, v. 2000-1400[modifier | modifier le code]

C'est une zone d'échanges intenses dans toutes les directions[187]. Les cultures voisines ont été particulièrement affectées : un hiatus de 500 ans sépare la culture du Xiajiadian supérieur (1000-300), qui se distingue par sa pratique du pastoralisme, de la culture de Xiajiadian inférieur qui l'a précédée. Cela correspond à une adaptation au changement climatique : plus froid et plus sec qu'avant (l'optimum précédent étant au milieu de l'Holocène). On a de bonnes raisons de penser que la culture néolithique et deux mille ans d'exploitation intensive de l'environnement ont affecté le paysage, entraînant ce changement climatique et l'appauvrissement des ressources, particulièrement sensible dans cette région de l'Ordos[188] au centre de la Mongolie-Intérieure[187]. C'est une région riche en configurations géographiques diverses, avec une zone désertique, des collines et des zones alluviales, qui a permis des modes de vie très divers : agriculture, pastoralisme, ainsi que chasse et pêche (en régression nette). Au cours du changement climatique, la société, qui était auparavant essentiellement composée d'agriculteurs, s'est tournée vers l'agro-pastoralisme. Cette société présente des traits caractéristiques des débuts de l'âge du Bronze mais associés aux apports étrangers les plus divers[189], tout particulièrement ceux provenant de la culture de Qijia, des immigrants qui se sont bien intégrés. Quelques fragments de vases de bronze rituels sont destinés à quelques résidents Shang de l'époque[N 49] d'Erligang qui ont vécu suivant leurs traditions, avec leur habitat spécifique, et qui sont enterrés sur le site, bien à l'écart de l'élite locale. Cette élite a utilisé des armes Shang et celles de la zone Nord (Qijia, Siba et cultures de la steppe). Une tradition du Nord s'est formée au contact de ces dernières cultures. Les bronzes Shang, d'Erlitou, de Zhengzhou et Panlongsheng contiennent de fortes proportions de plomb : la technique suppose des artisans spécialisés et les objets sont importés, alors que la tradition du Nord permet une production locale : ce sont des ornements et surtout des couteaux à boucle (pour être suspendu par le manche, comme dans les cultures de Qijia et de Siba, dans les cultures de Seima-Turbino et Karasuk)[N 50] et des dagues courtes, avec un manche en bronze recouvert de corde (comme on en a trouvé précisément à Karasuk). Cette métallurgie du bronze s'est poursuivie ailleurs, en Mongolie-Intérieure (site de Xicha, 120 ha) et elle est semblable à celle de la steppe. Quant à la forme des céramiques, en particulier décorées par un motif de serpents, elle s'est poursuivie bien après que la culture de Zhukaigou a disparu, jusque très loin dans la steppe[190].

Gansu : Culture de Siba, v. 1900-1500[modifier | modifier le code]

Poterie anthropomorphe peinte.
Poterie anthropomorphe peinte. Siba, Gansu. Musée National de Chine.
Article détaillé : Culture de Siba.

La culture de Siba date de l'âge du bronze[191]. Elle est située dans le corridor du Hexi[192]. Elle a assuré la communication entre les populations de l'Ouest qui apportaient la technologie du bronze, ainsi que l'élevage du bétail et du cheval, avec celles de l'Est, en particulier sa voisine orientale : la culture de Qijia. De l'autre côté, elle a reçu des influences culturelles depuis l'intérieur de la Chine.

Seuls sont connus, pour cette culture, des dépôts funéraires dans des tombes. On ne connaît rien de l'habitat. La céramique, avec une terre généralement rouge et des peintures noires géométriques, semble provenir de la phase de Machang de la culture de Majiayao combinée avec l'influence de la culture de Qijia et en interaction avec celle de Kayue au Sud-est. Les habitants disposent d'outils de pierre taillée, dont de nombreux microlithes, et de pierre polie. Les ossements de porc dominent à côté de ceux de cerfs, de moutons et de chiens. Une grande variété de graines est consommée : millet (initialement cultivé au centre de la Chine du Nord), blé, orge et seigle (toutes trois venues de l'Ouest, par l'Asie centrale ou la Sibérie du Sud).

Cours du Moyen fleuve Jaune : Zone réduite : Erlitou, v. 1900-1500[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Erlitou.
Morceaux de céramique portant des signes semblables à des formes d'écriture.
Premiers signes, isolés, relevés sur des céramiques site de Yanshi[193]

L'apparition de la cité d'Erlitou, entourée d'un mur, vers 1850 AEC (dans la région de Luoyang), a entraîné la multiplication de sites bien plus petits aux alentours[194] alors que les autres centres de la plaine centrale étaient sur le déclin depuis longtemps. Il semble que cette fondation soit le résultat d'une migration de populations d'origines diverses et qui ont gardé ensuite leurs traits singuliers dans la cité. Les premiers signes apparaissent, isolés, sur des céramiques. Seulement 200 objets de bronze ont été découverts sur tout l'espace culturel d'Erlitou, d'abord des outils[195], puis de la vaisselle et des armes, dans les tombes mais pas uniquement. Une représentation de dragon en fragments de turquoise et une cloche de bronze ont été déposées dans une tombe[196]. Il s'agit manifestement d'une société fortement clivée entre ceux qui sont au pouvoir et les autres : deux sites emblématiques en témoignent, Erlitou et Xinzhai.

C'est ce que l'école anthropologique américaine considère comme une « société complexe », bien plus « complexe », avec son « palais », que les cultures des régions voisines. L'étude actuelle révèle aussi l'apparition du site de Yanshi, à 5 km d'Erlitou au moment de sa décroissance, et ces configurations archéologiques sont difficilement identifiables dans le vocabulaire politique actuel : s'agit-il d'une nouvelle « capitale », d'un « État », ou d'une « colonie »[197] ? Les restes de « places fortes », de « zones palatiales » structurées en plan et selon des axes viennent alimenter ce débat sur le vocabulaire à employer pour nommer ces vestiges archéologiques. La question de l'articulation de l'archéologie et de l'historiographie chinoise se pose alors à propos de la mystérieuse dynastie Xia. Cette culture a fait et fait encore l'objet de nombreux débats.

Cours du Moyen fleuve Jaune : Zone étendue depuis Erligang, v. 1600-1400, jusqu'à Anyang et les Shang, v. 1570-1046[modifier | modifier le code]

Bloc de bronze gravé d'ornements et monté sur quatre pieds.
Bronze rituel de type fangding[198]. H: 1 m, poids 86 kg. Erligang (Zhengzhou). Musée Provincial du Henan.
Article détaillé : Période d'Erligang.

La culture d'Erligang doit son nom au site d'Erligang (faubourg de Zhengzhou, Henan), datant de la phase initiale de cette culture. La cité fermée mesure 3 km2 tandis que l'ensemble urbain mesure 25 km2. Le bronze y est utilisé pour la première fois pour de grands vases où le décor, filiforme ou ponctué, résulte d'un tracé dans le moule de terre. Cette culture s'est diffusée selon un processus et sur des lieux qui ne recouvrent pas ceux de la culture Shang, tout en étant en relation avec celle-ci depuis l'apparition des Shang dans la région. Des signes isolés apparaissent encore peints sur des fragments de poterie[199]. Quant au grand centre urbain d'Anyang, situé plus à l'Est, il mesure environ 25 km2 et comprend aussi la capitale des Shang, le site de Yinxu qui fut identifié à la toute fin du XIXe siècle et fouillé à partir de 1928. Selon la version communément admise dans les années 2000, le centre politique de la Chine du Nord se serait déplacé vers l'est vers 1400, dans la région d'Anyang. Cette vision est contestée par l'intérêt récemment porté sur les régions situées bien plus au Sud[N 51], au Jiangxi, qui semblent attester du rayonnement d'Erligang, fort loin, depuis Panlongcheng (déjà au Sud du Hubei)[200].

En tout cas la culture Shang, à Anyang entre autres sites, a bien effectué le passage de la Préhistoire à l'Histoire. Par exemple, une découverte (la tombe no 5) réalisée sur le site d'Anyang en 1976 durant la Révolution culturelle, s'est présentée d'abord sous la forme d'une tombe appartenant à un individu identifié par une inscription[201] comme un membre de l'élite dans l'État Shang dans sa phase finale (v. 1250-1046)[202]. La culture Shang marque ainsi l'introduction de la Chine dans l'Histoire avec les premiers textes inscrits, composés de quelques signes, dans le bronze ou sur des ossements oraculaires[203] vers 1200 au cours de cette phase finale. La dynastie Shang est alors en contact avec de nombreux centres urbanisés, encore sans histoire écrite, qui l'environnent : la culture d'Erligang, celles des rives du Liao au Nord-est, celles situées sur les régions actuelles de Chengdu (avec le site de Sanxingdui), à l'Ouest, celles du lac Poyang avec le site de Wucheng au Sud, ainsi qu'au Jiangxi, dans les régions les plus méridionales. Ce réseau est centralisé sur les cultures d'Erligang-Anyang qui ont leurs styles propres. Mais à l'intérieur de ce réseau de relations portant sur les techniques et le transport de matières (matières premières ou travaillées) d'autres styles indigènes se manifestent fortement. Le Yunnan participe de loin à ces échanges avec ses propres ressources en métaux[204] mais ne possède pas non plus d'écriture.

Il est d'usage dans le milieu des archéologues de parler ici des premiers États de Chine, avec celui d'Erligang, entre autres[205].

Cette société est souvent associée à celle d'Erlitou, comme constituant selon un processus continu, de phase en phase, les premiers temps de l'État Shang, voire de la dynastie Shang, telle qu'elle est transmise par l'historiographie chinoise, et ceci même dans des publications récentes[206]. La recherche fournit toutefois de nouvelles propositions avec une argumentation rigoureuse[207]. Ainsi la mise au point de Li Feng, en 2013[208], envisage une période de création des États d'Erlitou, comme d'Erligang, après quoi la prospérité de la période Shang, « période moyenne » (v. 1400-1250), dans le centre et le nord du Henan correspondrait à une autre phase et aux premiers signes cohérents et tangibles de l'Histoire en Chine. Il est donc possible que certains centres nouvellement créés de la culture d'Erligang aient été rivaux des Shang au cours des derniers siècles[209].

Le premier objet de fer, en Chine, est constitué de fer météorique[210]. Il a été découvert au Henan et date du milieu de la dynastie des Shang. L'usage du fer obtenu par la fonte du minerai (à 1538° C) n'apparaît, en Chine de l'Est, qu'avec la Période des Printemps et Automnes : seulement une centaine d'objets de ce type a été retrouvée datant d'avant la fin de cette période (481 AEC). Le bronze jouant ici le rôle le plus important.

Xinjiang, vallée de la Keriya : v. 4000-500 : du néolithique final à l’Antiquité[modifier | modifier le code]

La vallée de la Keriya s'est profondément transformée vers 4000 AEC : d'un fleuve qui traversait le Xinjiang du Sud au Nord, depuis la cordillère du Kunlun jusqu'aux piémonts des Tianshan, elle s'est réduite à une rivière dont les eaux se perdent dans le désert en un delta endoréique. Djoumboulak Koum (milieu du Ier mill. AEC)[211] est une ancienne cité dans cette vallée quasi-asséchée, fortifiée[212] mais actuellement en ruines, bâtie en briques crues (et non en terre damée selon le modèle chinois), proche du modèle achéménide[213]. Les habitants d'alors sont des agriculteurs-éleveurs sédentaires vivant dans une oasis ouverte sur le monde. Cette cité se trouve en effet à la croisée des grands États de l'Inde, de Perse et de Chine, voisine de l'Asie centrale orientale, voire de l'Altaï : une oasis sur une des routes Sud-Nord qui traversent le plus grand désert froid du monde. Les sables de ce désert du Taklamakan ont permis de conserver de nombreux objets de pierre polie (meules, égrugeoirs, broyeurs et molettes), de céramique (pots, bassins) ou de terre crue (silos). Les métaux ont été également utilisés, comme le fer (pointes de flèche forgées) et le cuivre (lames de couteau, ou encore calotte hémisphérique ornée d'un « loup » qui offre des similitudes avec l'art des steppes). On rencontre aussi des matériaux moins attendus : du verre (perles) mais surtout du bois assez bien conservé et divers matériaux textiles fabriqués sur place. Ceux-ci constituent une très exceptionnelle panoplie de matériaux végétaux et animaux tressés, tissés, noués et même transformés en perles, surtout en vêtements pour adultes et enfants, ou en tapisserie en plusieurs couleurs et en éléments de harnachement. Cette population semble proche de celles des Scythes ou des Saces, qui parlait peut-être le tokharien, et semble avoir pratiqué la délicate technique du cuivre coulé[214]. Elle pourrait avoir fait commerce de la fonte de fer (en fonte blanche) produite probablement à l'extrême fin du Ve siècle en Chine du Nord[215].

À l'âge du Fer, les relations avec les peuples utilisant le bronze tout autant que le fer comme les Scythes, populations nomades, ont poursuivi les liens précédents avec l'Est du Xinjiang et le Nord-ouest de la Chine qui avaient existé depuis les débuts de l'âge du Bronze. Cependant, la découverte du fer n'a pas renversé la production du bronze et la technique traditionnelle du bronze coulé, typiquement chinoise, s'est poursuivie à travers les siècles. Par ailleurs, l'introduction de l'art du verre se fait, en Chine, bien plus tard qu'en Égypte et en Mésopotamie où cette technologie apparaît au cours de la Préhistoire, et ici à partir des VIe et Ve siècles, en provenance d'Asie Centrale[216].

L'âge du Fer au Tibet[modifier | modifier le code]

La Préhistoire du Tibet reste encore très mal connue. La culture néolithique Karuo a été identifiée au Tibet oriental et datée d'environ 3300-2300. Cependant des recherches menées depuis le début des années 1990[217] portant uniquement sur le territoire du Zhang Zhung, au Tibet occidental sur le plateau du Changthang, viennent corroborer la tradition orale locale qui évoque dans cette région une société tibétaine fortement établie avant l'arrivée du bouddhisme au Tibet. Les constructions subsistant actuellement, en particulier les forts datant de l'âge du Fer, témoignent du danger que devait alors représenter certaines populations scythes pour les tibétains.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Premiers hommes de Chine : 1 million à 35 000 ans av. J.-C., éditions Faton, coll. « Dossiers d'Archéologie » (no 292), (ISSN 1141-7137) Document utilisé pour la rédaction de l’article
Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition au Musée de l'Homme.
  • Sophie Archambault de Beaune et Antoine Balzeau, La Préhistoire, CNRS, , 200 p. (ISBN 978-2205-06297-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sophie Archambault de Beaune, Pour une archéologie du geste : broyer, moudre, piler : des premiers chasseurs aux premiers agriculteurs, CNRS, , 231 p. (ISBN 2-271-05810-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Olivier Aurenche et Jacques Cauvin (dir.), Néolithisations : Proche et Moyen-Orient, Méditerranée orientale, Nord de l'Afrique, Europe méridionale, Chine, Amérique du Sud : Séminaire organisé à la Maison de l'Orient de 1984 à 1989, Oxford, B.A.R., , 332 p. (ISBN 0-86054-657-8), p. 171-187, avec la participation de Corinne Debaine-Francfort pour le chapitre Les grandes étapes de la néolithisation en Chine, de ca. 9000 à 2000 av. J.-C. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) John Vincent Bellezza, The Dawn of Tibet : The Ancient Civilization on the Roof of the World, Londres, Royaume-Uni, Rowman & Littlefield Lanham, , 349 p. (ISBN 978-1-4422-3461-1), ISBN 978-1-4422-3462-8 (electronic). Sujet : le territoire du Zhang Zhung Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Chen Zhaofu, Découverte de l'art préhistorique en Chine, Paris, A. Michel, , 220 p. (ISBN 2-226-03386-6)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Roberto Ciarla et Araldo de Luca, L'Armée éternelle, Paris, National Geographic, , 285 p. (ISBN 2-845-82168-9)
  • Jean Clottes, Le musée des roches, Paris, Seuil, , 119 p. (ISBN 2-02-040377-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Corinne Debaine-Francfort, La Redécouverte de la Chine ancienne, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard » (no 360), (1re éd. 1998), 159 p. (ISBN 2-07-053352-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
Les 50 premières pages traitent de l'archéologie et de la Préhistoire en Chine.
  • Corinne Debaine-Francfort, Du Néolithique à l'Age du Bronze en Chine du Nord-Ouest : la culture de Qijia et ses connexions, Paris, Éditions Recherches sur les Civilisations, , 435 p. (ISBN 2865382524) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Paul Demoule (dir.), La révolution néolithique dans le monde : Séminaire du Collège de France, Paris, CNRS éditions, , 488 p. (ISBN 978-2-271-06914-6), p. 65-85 Document utilisé pour la rédaction de l’article
Avec la participation de Li Liu : L'émergence de l'agriculture et de la domestication en Chine.
  • Danielle Elisseeff, Art et archéologie : la Chine du néolithique à la fin des Cinq Dynasties (960 de notre ère), Paris, École du Louvre, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux (Manuels de l'École du Louvre), , 381 p. (ISBN 978-2-7118-5269-7)
  • Jean Guilaine (dir.), Premiers paysans dans le monde : naissances des agricultures : Séminaire du Collège de France, Paris, Errance, , 319 p. (ISBN 2-87772-187-6), p. 171-187 Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Avec la participation de Corinne Debaine-Francfort pour le chapitre La néolithisation de la Chine : Où, quand, comment ?
  • (en) Gu Fang and Li Hongjuan (trad. Tony Blishen), Chinese Jade : The Spiritual and Cultural Significance of Jade in China, New York, Better Link Press, , 160 p. (ISBN 978-1-60220-129-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ludmila Koryakova et Andrej Vladimirovich Epimakhov, The Urals and Western Siberia in the Bronze and Iron ages, Royaume-Uni, États-Unis, Australie, Cambridge University Press, , 383 p. (ISBN 0-521-82928-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ann Kumar, Globalizing the Prehistory of Japan : Language, genes and civilization, Londres, Routledge, , X-208 p. (ISBN 0-203-88643-7) (livre numérique) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Kwang-chih Chang et Xu Pingfang (et al.), The Formation of Chinese Civilization : An Archaeological Perspective, Chine, Yale University et New World Press, , 363 p. (ISBN 0-300-09382-9)
Point de vue officiel des archéologues chinois avant 2005.
  • He Li, La Céramique chinoise, Paris, Éditions de l'amateur / L'aventurine, (1re éd. 1996), 352 p. (ISBN 2859172467), p. 17-25 et 105-107
  • (en) Li Feng, Early China : A Social and Cultural History, Cambridge et New York, Cambridge University Press, , 345 p. (ISBN 9780521895521) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Li Liu, The Chinese Neolithic : Trajectories to Early States, Cambridge et New York, Cambridge University Press, , 475 p. (ISBN 978-0-521-64432-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Li Liu and Xingcan Chen, The Archaeology of China : From the Late Paleolithic to the Early Bronze Age, Cambridge et New York, Cambridge University Press, , 310 p. (ISBN 978-0-52181184-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • LI Yonghua, Étude technologique de l'industrie lithique du site du Guanyindong dans la province du Guizhou, sud-ouest de la Chine, Paris, @rchéo-édition.com, , 374 p. (ISBN 978-2-36461-007-1). Située. L'âge des sédiments et des vestiges sont datés entre 200 000 et 50 000 ans, du Pleistocène moyen au Pléistocène supérieur.
  • (en) Li Zhiyan, Virginia L. Bower, et He Li (dir.), Chinese Ceramics : From the Paleolithic Period to the Qing Dynasty, Cambridge et New York, Yale University and Foreign Langage Press, , 687 p. (ISBN 978-0-300-11278-8) Document utilisé pour la rédaction de l’article
Voir la critique de l'ouvrage par Ellen Huang, dans Project Muse en collaboration avec la Milton S. Eisenhower Library[218].
  • (en) David B. Madsen, Chen Fa-Hu et Gao Xing, Late quaternary climate change and human adaptation in arid China, Elsevier, , 337 p. (ISBN 978-0-444-52962-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marcel Otte, La Préhistoire de la Chine et de l'Extrême-Orient, éditions Errances, , 182 p. (ISBN 978-2877724128) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Marc Perino (dir.), Préhistoire : de Toumaï et Lucy à Ötzi et Homère, MSM, , 200 p. (ISBN 978-2205-06297-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
Ouvrage de synthèse couvrant une longue période et l'espace global.
  • Jean-Luc Piel-Desruisseaux, Outils préhistoriques : du galet taillé au bistouri d'obsidienne, Dunod, (1re éd. 2004), 320 p. (ISBN 978-2-10-058826-8) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gideon Shelach-Lavi, The Archaeology of Early China : From Prehistory to the Han Dynasty, USA, Cambridge University Press, , 373 p. (ISBN 978-0-521-14525-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article (collé) ; ISBN 978-0-521-19689-5 (relié)
  • Nathan Schlanger et Anne-Christine Taylor (dir.), La Préhistoire des autres : perspectives archéologiques et anthropologiques, Paris, La Découverte, coll. « Institut national de recherches archéologiques préventives », , 380 p. (ISBN 978-2-7071-7406-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Kyle Steinke (dir.) et Dora C. Y. Ching, Art and Archaeology of the Erligang Civilization, Princeton University Press, coll. « Publications of the Department of Art & Archaeology », , 240 p. (ISBN 9780691159942), Document utilisé pour la rédaction de l’article
Avec les contributions de Robert Bagley et Zhang Changping[N 52].
  • (en) Anne P. Underhill (dir.), A companion to Chinese archaeology, Chichester et Malden, Wiley-Blackwell, , 640 p. (ISBN 978-1-4443-3529-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jeannette Werning et Corinne Debaine-Francfort, Au long du fleuve Jaune : premiers villages, premiers vases du Henan : Musée départemental de préhistoire de Solutré, 21 juin - 15 octobre 1991, Solutré, Musée départemental de préhistoire, , 152 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme, en ethno-archéologie, possède une définition précise. C'est ce qui permet de « distinguer chaque groupe humain occupant un certain espace géographique pendant une période donnée ». « Numéro spécial de Techniques et culture : Cultures matérielles », sur Techniques et culture,‎ janvier-décembre 2010 (consulté le 12 janvier 2015).
  2. Sur les anciens habitants aux second et premier millénaires au Xinjiang voir : Corinne Debaine Francfort Keriya, mémoires d'un fleuve. Archéologie et civilisation des oasis du Taklamakan, 2001, in :Bibliographie: article « Xinjiang ». Voir aussi l'article Route de la soie et en particulier la bibliographie disponible dans l'ouvrage dirigé par Susan Whitfield, en 2009/2010. Dans cet ouvrage, Les premières interactions à travers l'Eurasie évoque la question de l'apparition du bronze et les relations avec la culture d'Andronovo, p. 45.
  3. « Mythes d'origine, mythes d'identification: Jacques Lemoine, in revue « L'Homme » », sur Persée,‎ (consulté le 12 janvier 2015). Extrait de : Du bon usage des dieux en Chine, Paris : École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1987.
  4. Cette question fait l'objet d'un article signé Sophie A. de Beaune : « Aux origines de la division du travail », publié dans Pour la Science, no 455, novembre 2014, pages 56-62. Cette division des tâches, non clairement sexuelle, « serait liée à l'apparition des outils et à leur développement ».
  5. Pierre Teilhard de Chardin devait rester en Chine 17 ans à partir de 1923. Références : « Premiers hommes de chine. Rétrospective au Musée de l'Homme », sur Institut de Paléontologie Humaine,‎ (consulté le 12 janvier 2015) et, plus en détail : Premiers hommes de Chine, 2004, p. 7 sqq., sur l'histoire de la coopération française et internationale avec les spécialistes chinois des recherches sur les premiers hommes en Chine. Et p. 22 sur la relation entre Teilhard de Chardin et ses prédécesseurs français en Chine, dont Émile Licent.
  6. Ces informations sont confirmées par le professeur Gao Xing et ses collaborateurs, (en 2009 :Publications du professeur Gao Xing), dans la couche 4 de Zhoukoudian, datée de 300 000 à 200 000 ans  : Henry de Lumley, « La domestication du feu, un formidable moteur d'hominisation », in :  « Sur le chemin de l'humanité », colloque tenu en 2013 Cité du Vatican. CNRS Éditions, Paris 2015, page 210. Shelach 2015, p. 44 indique, pour sa part, l'usage du feu dans Zhoukoudian localité I, qui semble bien être le site de cette « couche 4 ».
  7. Le docteur Pei Wenzhong a pu préparer en France sa thèse de doctorat, en 1935-36, à l'Institut de Paléontologie humaine et il est devenu la figure éminente dans cette discipline en formant, par ailleurs, pratiquement tous les chercheurs chinois qui travaillent dans le domaine de la paléontologie humaine et de la Préhistoire : Premiers hommes de Chine, 2004, p. 8, 12 et 28.
  8. Homme de Yuanmou, mais d'autres dates sont proposées, le plaçant entre 500 000 et 600 000 ans.
  9. (en) « Institute of Archaeology, Chinese Academy of Social Sciences », sur IACASS,‎ non daté (consulté le 12 janvier 2015).
  10. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 8. La contribution de Xia Nai (en) à l'expédition de l'Academia sinica (publiée initialement en 1946) dans le nord-ouest de la Chine démontra par la stratigraphie que la culture de Yangshao était antérieure à la culture de Qijia, ce qui apparaissait comme une victoire sur Andersson et sa théorie selon laquelle la culture de Yangshao avait une origine occidentale. Les recherches les plus récentes confirment cette chronologie mais précisent que la culture de Qijia a bien servi à l'introduction de la technologie du bronze en Chine depuis des régions situées plus à l'Ouest : culture d'Andronovo et autres. Cette victoire de Xia Nai sur Andersson a été présentée comme un tournant décisif dans la reconstruction de l'histoire nationale.
  11. La Question du Tibet est soulevée avec l'évocation très rapide de la culture de Karuo, sur un site daté 3300-2300 : Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 249. Aucun site relevant de la Préhistoire n'est signalé au Xinjiang par :Li Liu and Xingcan Chen 2012 et par Anne P. Underhill 2013.
  12. Des fouilles sont en cours avec la participation du CNRS, UMR 7194 qui concernent autant le Paléolithique : « Chine Paléolithique: Etudes stratigraphiques et paléoenvironnementales de la grotte de la coloquinte à Tangshan (Jiangsu) (Pléistocène moyen) », sur HNHP - Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (UMR 7194),‎ non daté, (consulté le 12 janvier 2015), que le Néolithique dans le sud de la Chine.
  13. Marcel Otte relève que cette date très ancienne en fait un outil « antérieur à toute trace d'activité humaine attestée nulle part ailleurs ». Otte 2010, p. 23.
  14. Sur cette question le bilan effectué par Kate Wong est éclairant : (en) « The Most Fascinating Human Evolution Discoveries of 2013 », sur Scientific American,‎ (consulté le 12 janvier 2015). La publication française de Pour la Science, novembre 2014, p. 25-27 reprend cette vision mais centrée sur les hominines de l'Afrique australe.
  15. Otte 2010, p. 24: tableau Les plus anciens vestiges. Les fossiles humains repérés dans ce tableau par les sites de leur découverte ne semblent pas les seuls découverts sur ces sites ; en effet les datations proposées par Otte (il date l'un des crânes du Paléolithique inférieur et moyen (240 000-15 000 ans avant le présent) ne correspondent pas totalement à la publication très détaillée de quelques fossiles précis dans : J.J. Bahain, en collaboration avec S. Abdessadok, Le Site de l'Homme de Yunxian in Premiers hommes de Chine, 2004, p. 37. C'est pourquoi la datation partagée par les deux publications est celle qui est mentionnée ici.
  16. Plus précisément il est, selon Premiers hommes de Chine, 2004, « proche de l’Homo erectus au sens large » .
  17. Le premier fossile de l'homme de Lantian a été découvert en 1936, dans le xian de Lantian, à 50 km au sud-est de Xi'an.
  18. Ici il s'agit de frapper la pierre sur une autre surface dure, une autre pierre par exemple, afin de produire de nombreuses petites fractures qui permettent d'enlever des grains de matière. Et ainsi d'approcher progressivement de la forme sphérique prévue dès le départ, avec le choix de la pierre et l'intention de la transformer en boule. : Premiers hommes de Chine, 2004, p. 73. Le procédé est décrit à propos de bolas, découvertes sur un site d'Homo erectus dans les gisements de Dingcun, au Shanxi, et reproduites p. 74 de ce dossier. Ces bolas ont pu servir pour des frondes à une boule ou lancées groupées dans un filet, dans les pattes du gibier : réf. Yves Coppens Le présent du passé au carré : La fabrication de la Préhistoire, Odile Jacob 2010, ISBN 978-2-7381-2476-0, p. 79.
  19. Selon le découvreur : QIAN Fang, ZHOU Guoxing : « Stratigraphy and Paleontology of the Yuanmou Basin, Yunnan Province, China », sur Northern Arizona University,‎ 1991, (1993 traduction) (consulté le 12 janvier 2015).
  20. L'Homme de Dali est peut-être proche par le génome de l'Hominidé de Denisova, mais des restes plus abondants ou plus complets sont nécessaires pour poursuivre dans ce sens : Ewen Callaway in (en) « Fossil genome reveals ancestral link : A distant cousin raises questions about human origins », sur Nature News: UMT / labo du London’s Natural History Museum,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  21. Correspond approximativement à l'Eémien, environ 131 000-114 000 ans.
  22. Mortiers anciens : sur ce type d'objet : Pour une archéologie du geste : broyer, moudre, piler : des premiers chasseurs aux premiers agriculteurs, Sophie Archambault de Beaune 2000.
  23. « Développer de nouvelles variétés d'orge et de blé », sur INRA,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  24. Peter Bellwood, 2013, First Migrants: Ancient Migration in Global Perspective, Chapter 4, page 2. ISBN 978-1-405-18908-8, broché. Voir aussi (en) « Early Modern Humans and Morphological Variation in Southeast Asia: Fossil Evidence from Tam Pa Ling, Laos », sur Plos One,‎ (consulté le 24 avril 2016) ( le même texte PDF) . Dans ces publications il est fait allusion à la mandibule de Zhirendong (sud-est de la Chine) daté de plus de 100 000 rapprochées de dents découvertes, dans ce sud chinois, dans la grotte de Fuyan et datées entre 120 000 et 80 000. Mais une étude sur cette mandibule indique des traits « archaïques », et porteurs de traces génétiques d'hibridation (Revue Nature, mars 2015). La question de l'appartenance, ou non, de ces individus à un groupe d’Homo sapiens venu d'Afrique est posée (revue « Pour la science », 12/2015, p. 31, encadré). Wu Liu, le découvreur, propose d'y voir la présence ancienne de notre espèce en Asie. La presse s'était déjà est fait l'écho des découvertes chinoises dans des articles où l'unique foyer de dispersion d’Homo sapiens depuis l'Afrique pourrait être remis en cause par ces découvertes : Le Figaro 27/10/2010. L'éventuelle remise en question d'un unique foyer d'hominisation en Afrique reste d'actualité auprès des chercheurs en 2016 : Anne Dambricourt Malassé, (UMR 7194) CNRS, dans un article (revue Archéologia avril 2016, p. 24-29+biblio.) portant sur la découverte d'un foyer ancien d'hominisation (homininés) en Inde daté de 2 600 000, titre cet article « Apparition de l'homme: un nouveau foyer en Asie? ». L'article met en parallèle cette découverte avec celle de l'homme de Wushan (ou de Longgupo, évoqué plus haut) sur un sol d'occupation daté 2,48 Ma. Présentation détaillée sur le site du CNRS, Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (UMR 7194)
  25. Mais il s'agit de travaux répartis entre femmes et hommes probablement en fonction du type d'activité. Sur ces distinctions de genre : Alain Testart, L'Amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail, éditions Gallimard, Bibliothèque des sciences-humaines, 2014. ISBN 978-2-07-014341-2 . Avec les réserves nécessaires pour toute transposition entre ce qui est observé à l'époque moderne et ce que l'on peut construire de façon hypothétique à partir de l'archéologie.
  26. La rivière Huang est affluent du fleuve Huai, au Henan, qui se jette à Huangchuang.
  27. Brian Hayden (Université Simon Fraser) [dans Chasseurs-cueilleurs, ouvrage collectif, sous la direction de Sophie Archambault de Beaune, CNRS éditions, 2007 : article Une société hiérarchique ou égalitaire, p. 197-206] indique que la présence de fosses de stockage (qui pourraient être des indices de propriété) et le fait que certains individus sont distingués, par leur inhumation d'une part, par leurs ornements d'autre part, [ce que l'on peut constater en Chine, au moins à cette époque si ce n'est plus tôt] pourraient être des indices de certaines formes de complexité, de différences sociales ou culturelles à l'œuvre dans ces cultures de chasseurs-cueilleurs depuis le Paléolithique supérieur.
  28. Sur cette question : Note 31.
  29. Gu Fang and Li Hongjuan 2013, p. 38: Une « dague » de jade (ou sa reproduction (?) comme ornement, puisqu'ici elle est percée d'un trou circulaire à l'une des extrémités, et quasiment dans l'axe) en partie brisée, ne mesurant que 3,6 cm, y est reproduite. Il s'agit de l'un des plus anciens objets de jade en Chine. Elle est conservée à la Chinese Academy of Social Sciences Institute of Archaeological Research (cass.cn) .
  30. Les régions indiquées comme Chine du Sud-ouest sont reprises de : Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 25 et comprennent les villes importantes de Chengdu et Kunming.
  31. Corinne Debaine-Francfort 1995, p. 29 pointe, en 1995, les « problèmes de terminologie descriptive et de quantification » dans les descriptifs employés par les archéologues chinois pour identifier des terres cuites anciennes. Elle souligne en particulier le fait que « les termes employés pour définir les types fonctionnels de récipients […] recouvrent parfois des formes très différentes ». Le terme guan peut ainsi s'appliquer à une grande jarre, un petit bocal ou même une tasse. Cette pratique est encore employée sans qu'une réflexion l'ait remise en question en 2013, comme on peut le constater, systématiquement, dans : Chinese Ceramics. 2010 et dans : Anne P. Underhill 2013.
  32. Pour une archéologie du geste : broyer, moudre, piler : des premiers chasseurs aux premiers agriculteurs , Sophie Archambault de Beaune, CNRS éditions, 2000 (231 p.-VIII p. de pl.), ISBN 2-271-05810-4. En particulier pages 92 et suivantes. Un objet similaire est décrit dans la notice 19 de : Jeannette Werning et Corinne Debaine-Francfort 1991, p. 90-93. Ce type de meule pouvait servir pour des grains cultivés ou non.
  33. La nature des riz collectés, sauvages ou domestiques, sur le site de Bashidang est encore sujet de controverses en 2015. Shelach 2015, p. 117
  34. Un riz sauvage apparemment : une étude de 2006 (Crawford et al. Dans la revue en chinois : Dongfang Kaogu (Di 3 Ji), p. 247-51) a été lue différemment : selon Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 140, on n'y a décelé aucune différence avec du riz domestique.
  35. Nanning est préfecture de la région autonome Zhuang du Guangxi.
  36. Voici une manière d'accéder rapidement au vocabulaire descriptif de la céramique préhistorique, en passant par l'exemple des « Nomenclature et description des formes pour l'étude des céramiques de la fin du néolithique en Provence », sur Préhistoires méditerranéennes,‎ 10-11/2002 (consulté le 12 janvier 2015) [céramiques néolithiques méditerranéennes en Provence].
  37. Ce terme, emprunté au vocabulaire des ethnologues, permet de signifier implicitement l'apparition de sociétés inégalitaires. Ref: Jean-Paul Demoule (dir.) La Révolution néolithique en France, 2007. page 22. Les processus à l'œuvre ont été étudiés dans le cadre de la théorie de l'identité sociale en particulier en ce qui concerne les processus de comparaison dans la constitution de l'identité qui amènent à des compétitions entre individus, puis entre groupes. Mais l'expression « société de chefferies », employée par les néo-évolutionnistes américains (dont Lewis Henry Morgan et Leslie White, est critiquée par Alain Testart. Cet anthropologue défend l'idée que des sociétés hiérarchisées ont pu exister bien auparavant, chez des chasseurs-cueilleurs comme ce fut le cas chez les Amérindiens de la côte Nord-Ouest, à l'époque moderne. : Avant l'histoire, Gallimard 2012, ISBN 978-2-07-013184-6. Pages 201-202. Et critique générale des concepts néo-évolutionnistes p. 54 sqq.
  38. C'est l'extrémité qui peut faire de cet objet un « hybride d'oiseau ». Ceci évoque la tradition du phénix dans la culture chinoise ultérieure.
  39. (en) « Rice fields and modes of rice cultivation between 5000 and 2500 BC in east China », sur researchgate.net,‎ (consulté le 6 novembre 2015) : ... « rice was cultivated and was undergoing the domestication process » .
  40. Les petites habitations des populations des chasseurs-cueilleurs en voie de néolithisation partielle doivent rappeler que l'essentiel de la vie quotidienne se passait à l'extérieur. Des habitations d'une surface plusieurs fois supérieures à celles de Beixin étaient d'usage dans la précédente culture de Houli : WANG Fen in : Anne P. Underhill 2013, p. 404.
  41. C'est en 2012 (Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 178), avec 16 sites répartis sur 50 km2, le plus vaste ensemble de bâtiments dédiés aux rituels datant de la Préhistoire en Chine. Ce site est aussi isolé, aucun ensemble habité n'ayant été découvert dans une zone de 100 km2.
  42. Ce pichet considéré comme de type he est interprété comme un prototype de récipient métallique : Corinne Debaine-Francfort 1995, p. 321.
  43. Surtout sur la partie Est de la rivière Tiaoxi, où se trouve l'ensemble des sites de Liangzhu (Liangzhu site complex).
  44. L'introduction du riz et de différenciations sociales au Japon a été analysée par Ann Kumar 2009 qui propose d'y voir le résultat de l'immigration des élites de Java et d'Indonésie en général, mouvement relié à l'expansion des Austronésiens (Voir aussi : Austronesian and theoretical linguistics, Amsterdam ; Philadelphia : John Benjamins Pub. Co., c2010). Cette expansion des Austronésiens est un point de liaison ancienne entre les territoires qui sont devenus la Chine, Java, l'Indonésie et le Japon.
  45. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 345 : la mobilité liée au pastoralisme trouve sa motivation dans l'aridité croissante de cette période autour de 2200 AEC, qui génère une réduction des forêts au profit des steppes, et les sites habités se retrouvent dans des zones de steppes. Le pastoralisme en découle comme adaptation à un nouveau contexte. L'usage du cheval, du char et des accessoires métalliques en résulte, avec la découverte de nouvelles ressources de métaux dans l'Est de l'Oural. Cette période d'expansion et d'exploration correspond à 2000-1800 ; les nouvelles mines de l'Est de l'Oural étant au Kazakhstan, le déplacement s'est effectué vers l'Est et des contacts ont eu lieu avec les habitants des oasis d'Asie Centrale.
  46. Lukas Nickel, Les cultures du bronze et de l'or in La Route de la soie : Un voyage à travers la vie et la mort, Fonds Mercator 2009, sous la direction de Susan Whitfield, p. 43-49. Plus précisément sur ce point : la culture qui introduit la métallurgie du bronze dans cette région est dénommée « phénomène Seima-Turbino (en) » (v. 2100-2000 AEC) et si l'on se réfère à Elena Kuz’mina, 2004 (in: Metallurgy in Eastern Eurasia from the Urals to Yellow River), citée dans : Ludmila Koryakova and Andrei Epimakhov, The Urals and Western Siberia in the Bronze and Iron Ages, (2007, édition collée en 2014) p. 15 et p. 108 : l'introduction de cette métallurgie par le phénomène Seima-Turbino (le déplacement de populations conduites par une élite de guerriers pourvus d'armes de bronze, dans un vaste bassin eurasiatique, sur un axe Nord-ouest/Sud-est) est originaire de l'Est du Kazakhstan. Les problèmes posés selon ces auteurs par les cultures d'Andronovo restent actuellement sans réponse consensuelle. Cependant, l'origine de la métallurgie eurasienne est localisée dans la région circopontique (v. 3300-1900) [« Circopontique » : littéralement « autour de la mer Noire », en fait il s'agit de populations des zones nord seulement] : Ludmila Koryakova and Andrei Epimakhov, 2014, p. 26. Le Phénomène Seima-Turbino a été suivi par la famille de cultures d'Andronovo (v. 1900-1600) (selon The Urals and Western Siberia, 2014, p. 15 et 123 sqq.) dans des mouvements plus tournés vers l'Est, jusqu'au Xinjiang.
  47. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 8 parlent d'une « victoire » de Xia Nai sur la théorie d'Anderssson, lorsque cet archéologue publia en 1946 le résultat de ses recherches en Chine de l'Ouest durant la guerre sino-japonaise, victoire qui est vite devenue une légende. Ainsi cette légende a inspiré les archéologues chinois pendant des décennies. Corinne Debaine-Francfort 1995, p. 12 souligne à quel point l'intérêt des archéologues chinois s'est focalisé, jusqu'en 1995, sur la « Chine métropolitaine » et comment les vestiges archéologiques des recherches du début du siècle sont dispersés et lacunaires.
  48. cultures de Karasuk (en)
  49. Phase V.
  50. Une étude publiée initialement en 2007 (The Urals and Western Siberia, 2014) a fait le point sur le rôle de diffusion de la technologie du bronze par certaines populations, comme l'ensemble de Seima-Turbino (en) et de la culture d'Andronovo (vaste zone couvrant en partie l'Oural) ainsi que, dans la plaine de l'Ouest de la Sibérie, la culture de Karasuk) : (en) « The Cambridge History of Ancient China: From the Origins of Civilization to 221BC : Synopsis of Zhou (Chou) story », sur TurkicWorld,‎ (consulté le 6 mars 2015) : Figure 13 : ensemble d'objets de bronze de la culture de Karasuk comparés aux objets de bronze du Northern Zone Complex (ensemble de la zone nord : Tianshanbeilu, Culture de Siba, culture de Qijia, Culture de Zhukaigou et Culture du Xiajiadian inférieur). Objets de bronze de Zhukaigou comparables in : Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 315.
  51. Comme Xingan Dayangzhou (en).
  52. (en) « Préface à Art and Archaeology of the Erligang Civilization », sur http://press.princeton.edu/,‎ (consulté le 30 novembre 2014).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Premiers hommes de Chine, 2004, p. 37 et suivantes
  2. Les ancêtres des Chinois viennent-ils d'Afrique ?, xinhuanet.com, 24 mai 2016
  3. Cette pratique était commune à bien des populations du Paléolithique : Pour une archéologie du geste : Broyer, moudre, piler, des premiers chasseurs aux premiers agriculteurs, Sophie A. de Beaune, CNRS éditions, 2000 (ISBN 2-271-05810-4)
  4. Li Liu : (en) « Paleolithic human exploitation of plant foods during the last glacial maximum in North China »,‎ (consulté le 12 janvier 2015) et « L'émergence de l’agriculture et de l’élevage en Chine », sur INRAP,‎ (consulté le 12 janvier 2015) : publié dans La révolution Néolithique dans le monde, Jean-Paul Demoule (dir.), 2010.
  5. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 474 : de très nombreuses occurrences dans l'index.
  6. (en) « Automated reconstruction of ancient languages using probabilistic models of sound change », sur PNAS,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  7. Search for the Xia Dynasty in : Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 259-260.
  8. Les Xia ont-ils existé ? : Robert W. Bagley : « Chapter 3. Shang Archaeology » in : (en) Michael Loewe and Edward L. Shaughnessy (dir.), The Cambridge history of ancient China : From the origins of civilization to 221 B.C, Cambridge, U.K. ; New York, Cambridge University Press, , 1148 p. (ISBN 0-521-47030-7) : Autres tirages : 2004, 2006, 2007. - (ISBN 978-0-521-47030-8).
  9. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 22-14 et Li Feng 2013, p. 1-7.
  10. Jean Guilaine dans : La « Révolution des symboles » de Jacques Cauvin revisitée, article de Paléorient, 37.1 2011, page 180.
  11. a et b Sophie A. de Beaune, « Chamanisme et préhistoire : Un feuilleton à épisodes », L'Homme, vol. 38, no 147,‎ , p. 203-219 (lire en ligne).
  12. Un recensement dans : Chen Zhaofu 1988. La question de leurs date est posée dans : Otte 2010, p. 89 et 133-138. Documentation : (en) « The major rock art area of China », sur chinarockart.org (consulté le 9 avril 2015) et (en) « Helan Shan Rock Carvings », sur Text and Illustration,‎ (consulté le 9 avril 2015): site des monts Helan. Voir aussi : (en) « Big Wave Bay Rock Carving », sur The Megalithic Portal,‎ (consulté le 12 janvier 2015) [près de Hong Kong, village proche : Tai Long Wan]. Un autre site près de Hong Kong : (en) « More ancient rock carvings found in Ningxia », sur News.cultural-china,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  13. « Une pierre gravée vieille de 30 000 ans découverte en Chine », sur Le Journal de la Science,‎ (consulté le 13 avril 2015).
  14. Jean Clottes 2000, p. 18 et page 69, 72-73. Voir aussi : (en) « Huashan Mountain rock painting submitted for World Heritage listing in 2016 », sur Archaeology News Network,‎ (consulté le 9 avril 2015) ; (en) Paul G. Bahn, « The Cambridge Illustrated History of Prehistoric Art », sur Books.google.fr / Cambridge University Press, 1998,‎ (consulté le 9 avril 2015) : pages 2 et 3.
  15. Premiers hommes de Chine, 2004: Le site des Sinanthropes : Zhoukoudian (localité 1) de 600 000 ans à 200 000 ans, p. 50-61.
  16. « Les fouilles de Choukoutien », par le docteur W. C. Pei in Bulletin de la Société préhistorique de France, sur Persée,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  17. Flora Blanchon, Arts et Histoire de Chine : I, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 1993, ISBN 2-84050-019-1. Page 37.
  18. Premiers hommes de Chine, 2004, p. 8 et 57
  19. Premiers hommes de Chine, 2004, p. 57
  20. Pour une étude détaillée des formes et de leurs production, ainsi que des assemblages avec d'autres matériaux voir Outils préhistoriques, 2013, avec dessins à l'appui.
  21. Ou de peu antérieur à l'Homme de Pékin. La datation des fossiles, aujourd'hui disparus, reste très discutée : Premiers hommes de Chine, 2004, p. 53. : Le site des Sinanthropes : Zhoukoudian (localité 1) de 600 000 ans à 200 000 ans : Stratigraphie, J.-J. Bahain en collaboration avec S. Abdessadok.
  22. « Premiers hommes de chine. Rétrospective au Musée de l'Homme: Les gisements de l'Homme de Lantian », sur Dossiers d’Archéologie,‎ (consulté le 12 janvier 2015) et Premiers hommes de Chine, 2004, p. 45.
  23. a et b Premiers hommes de Chine, 2004, p. 37.
  24. Premiers hommes de Chine, 2004, p. 9 et « Conférence et lancement du livre Le Site de l'homme de Yunxian - IPH - Henry de Lumley », sur Hominides,‎ (consulté le 29 avril 2015).
  25. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 13-16 : Archaeology in the Post-Cultural Revolution Era (1978-Present).
  26. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 14
  27. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 21.
  28. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 14. Voir aussi l'article : Prehistoric Asia#Origin of Asian hominids sur Wikipedia en anglais.
  29. Préhistoire, Jean-Marc Perino 2013. Pages 82 sqq. En bout de chaîne : l'hominisation : sous partie Out of Africa. Aussi : « Préhistoire, de Toumaï et Lucy à Ötzi et Homère », sur MSM éditions,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  30. (en) « The Hybrid-Driven Evolution of Hominids », sur Rokus Blog,‎ 2011-2013 (consulté le 12 janvier 2015).
  31. Kate Wong : « La saga humaine réécrite », page 27 in : Pour la science, numéro spécial, décembre 2014 : L'odyssée humaine : Les moteurs cachés de notre évolution.
  32. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 11.
  33. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 15.
  34. (en) Brian Handwerk, « Early "Human" Is Ape After All, Discoverer Decides », sur National Geographic News,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  35. Otte 2010, p. 19-20.
  36. Otte 2010, p. 20.
  37. Dongyaozitou : « un nucléus en quartzite », et Renzindong : « Des pièces taillées, dont des nucléi à éclats et des éclats retouchés en outils » : Otte 2010, p. 23
  38. (en) « Discovery of a Pliocene stone tool at Yuldan, Hebei Province », sur Springer link,‎ (consulté le 12 janvier 2015) signé Yingjun Tang, Wanyong Chen, Chun Chen.
  39. (en) Fei Han, Jean-Jacques Bahain, Chenglong Deng et Éric Boëda, « The earliest evidence of hominid settlement in China: Combined electron spin resonance and uranium series (ESR/U-series) dating of mammalian fossil teeth from Longgupo cave », sur siencedirect.com,‎ (consulté le 3 mai 2016) : Quaternary International, Elsevier, 20/03/2015
  40. Préhistoire, Jean-Marc Perino 2013 Pages 82 sqq : Inventeur du biface, maître du feu : l'hominisation : p. 39-42 « Les tribulations d’Homo erectus en Chine » et p. 42 : Une présence humaine encore plus ancienne qui développe rapidement cette question.
  41. Anne Dambricourt Malassé : Human origins in the Indian sub-continent. Palevol, vol 15, n° 3-4. p. 279-452.
  42. Le site de Masol, Shivalik Hills [ou Siwalik], région de Chandigarh : Anne Dambricourt Malassé, « Apparition de l'homme : Un nouveau foyer en Asie ? », Archéologia, no 542,‎ , p. 24-29 (lire en ligne)
  43. >(en) « New evidence for early presence of hominids in North China », sur Nature (nature.com),‎ (consulté le 12 mars 2015).
  44. Préhistoire, Jean-Marc Perino 2013. Carte des sites d’Homo erectus (et de l'Homme de Dali) en Chine et au Nord du Viêt Nam: Page 39.
  45. « Charognage », sur Archéologie, Pas-de-Calais,‎ non daté (consulté le 12 janvier 2015) : définition du terme dans le Glossaire : Archéologie du Pas-de-Calais.
  46. Le site de l'Homme de Yunxian in: Premiers hommes de Chine, 2004, p. 37 et suivantes. Le scanner des deux crânes a permis de proposer une reconstitution tridimensionnelle qui effectue la synthèse des informations disponibles grâce aux deux exemplaires et en rectifie les déformations : idem p. 42-43.
  47. Premiers hommes de Chine, 2004, p. 14 : Henry de Lumley, et Jean-Jacques Bahain, en collaboration avec Salah Abdessadok : p. 30 et suivantes.
  48. « Site de l'homme de Yunxian. H. de Lumley et alii. », sur HAL Archives ouvertes,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  49. Premiers hommes de Chine, 2004, p. 14 : D. Cauche, en collaboration avec D. Barsky, V. Celiberti et O. Notter : p. 39.
  50. Les gisements de l'Homme de Lantian in : Premiers hommes de Chine, 2004, p. 48. Voir aussi : (en) « Skull of Lantian Man Paleolithic Era », sur Hua Umf Maine (consulté le 12 janvier 2015).
  51. Otte 2010, p. 32.
  52. L'étude détaillée de cette industrie lithique est très bien synthétisée dans Otte 2010, p. 45-65.
  53. (en) « Spatial distribution of Paleolithic sites in Bose Basin, Guangxi, China : Guilin Xua, Wei Wangb, Christopher J. Baec, Shengmin Huangd, Zhiming Moa », sur Elsevier,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  54. Aussi dénommé Homo georgicus La Préhistoire 2009, p. 39 : carte des sites d’Homo erectus et d’Homo sapiens en Chine.
  55. (en) « Yuanmou Homo Erectus », sur Peter Brown's Australian and Asian Paleoanthropology,‎ non daté (consulté le 12 janvier 2015).
  56. La Préhistoire 2009, p. 86-87.
  57. Nihewan (en).
  58. (en) « Finds in Hebei basin may rewrite history », sur South China Morning Post,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  59. « Études stratigraphiques et paléo-environnementales de la grotte de la coloquinte à Tangshan (Jiangsu) (Pléistocène moyen) », sur HNHP UMR7194 du CNRS,‎ non daté (consulté le 12 janvier 2015).
  60. Premiers hommes de Chine, 2004, p. 66 : Le Site de l'Homme de Dali (Shaanxi). Voir aussi : (en) « Is Dali Man Really A 209000 Year Old Modern Human? », sur Dispatches From Turtle Island,‎ (consulté le 12 janvier 2015) et (en) « Archaic Homo Sapiens », sur Nature education,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  61. Préhistoire, Jean-Marc Perino 2013 planche p. 12-13. Le site initial de l'Homme de Denisova, un « cousin » de Néandertal, se trouve en Sibérie, à une trentaine de kilomètres seulement de l'actuelle frontière avec la Chine. La recherche continue.
  62. Flora Blanchon, Arts et Histoire de Chine : I, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 1993, ISBN 2-84050-019-1. Pages 37-38.
  63. Marcel Otte propose une étude comparée des anatomies crâniennes d’Homo sapiens dans Otte 2010, p. 76-88.
  64. (en) « Paleolithic human exploitation of plant foods during the last glacial maximum in North China », sur PNAS,‎ 2012/2013 (consulté le 6 mars 2015) auteurs: Li Liu, Sheahan Bestel, Jinming Shi, Yanhua Song, and Xingcan Chen.
  65. (en) « The Liujiang cranium, more than 40 000 years old, of a modern Homo sapiens », sur Don's Maps : Resources for the study of Palaeolithic / Paleolithic European, Russian and Australian Archaeology,‎ d'après des sources datées de 2008 (consulté le 12 janvier 2015)
  66. (en) « What does it mean to be human? / Liujiang », sur Smithsonian National Museum of Natural History (consulté le 12 janvier 2015) : This skull from Liujiang, China, dated to at least 68,000 years ago, could reflect an early migration of Homo sapiens beyond Africa.
  67. Premiers hommes de Chine, 2004, p. 82-85. : L'Homme de Zhoukoudian : Upper cave (grotte supérieure). Voir aussi : Flora Blanchon, Arts et Histoire de Chine : I, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 1993, ISBN 2-84050-019-1. Page 38.
  68. (en) Shuangquan Zhang, Francesco d'Errico, Lucinda R. Backwell, Yue Zhang, Fuyou Chen et Xing Gao, « Ma'anshan cave and the origin of bone tool technology in China », Journal of Archaeological Science, vol. 65,‎ , p. 57-69 (DOI 10.1016/j.jas.2015.11.004).
  69. « Épipaléolithique / Mésolithique », sur INRAP,‎ non daté (consulté le 12 janvier 2015)
  70. « Technologie de la pierre taillée: M.-L. Inizan. M. Reduron. H. Roche. J. Tixier », sur Archeotek CNRS,‎ 1995, édition 2015 (consulté le 12 janvier 2015) ou « Technologie de la pierre taillée: M.-L. Inizan. M. Reduron. H. Roche. J. Tixier : in Bulletin de la Société préhistorique française », sur Persée,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  71. (en) « International Chronostratigraphic Chart », sur International Commission on Stratigraphy,‎ (consulté le 12 janvier 2015)
  72. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 30 sqq., pour l'ensemble du paragraphe.
  73. Winkler and Wang in Global climates since the last glacial maximum, H.E. Wright, Jr, J. E. Kutzbach, T. Webb III [et al.]… , Minneapolis ; Londres : University of Minnesota Press, cop. 1993, ISBN 0-8166-2145-4 .
  74. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 30-44, pour l'ensemble du paragraphe.
  75. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 44.
  76. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 47.
  77. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 32-33.
  78. a et b Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 34.
  79. Préhistoire, Jean-Marc Perino 2013, p. 192.
  80. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 35 sqq., pour l'ensemble du paragraphe.
  81. a et b (en) « Climatic Fluctuations and Early Farming in West and East Asia », sur JSTOR / Chicago Journal,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  82. Li Feng 2013, p. 3.
  83. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 35
  84. Li Liu 2004, p. 229.
  85. Une étude détaillée du Paléolithique supérieur en Chine, comprenant en particulier l'industrie lithique, a été réalisée par Marcel Otte dans : Otte 2010, p. 89-99
  86. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 1-21 : Chinese archaeology : Past, present and future.
  87. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 73.
  88. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 57.
  89. Chinese Ceramics. 2010, p. 32, qui donne la datation de 12 000 pour ce pot.
  90. Li Liu in Demoule 2009, p. 67.
  91. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 60.
  92. Li Liu in Demoule 2009, p. 68.
  93. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 61-64
  94. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 72
  95. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 72 qui se réfère à Mc Govern et al. 2004 : Proceedings of the National Academy of Science USA, 101, 2005 : Asian Perspectives, 44.
  96. (en) « Resource Intensification in the Late Upper Paleolithic: A View from Southern China », sur Harvad.edu,‎ (consulté le 12 janvier 2015) et « Resource intensification in the Late Upper Paleolithic: a view from southern China », sur Journal of Archaeological Science,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  97. « New paleolithic site found in Tianjin, China », sur Acta Anthropologica Sinica,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  98. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 44-51.
  99. (en) « Neolithic Chinese People First Tamed Cattle Over 10,000 Years Ago », sur SCI-News.com,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  100. (en) « The Evolution of Millet Domestication, Middle Yellow River Region, North China: Evidence from Charred Seeds at the Late Palaeolithic Shizitan S9 Site », sur RG (consulté le 6 mars 2015) auteurs: Li Liu, Sheahan Bestel, Jinming Shi, Yanhua Song, and Xingcan Chen.
  101. « D'autres agricultures avant le riz en Chine du sud ? », sur Hominidés,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  102. a et b Li Liu in Demoule 2009, p. 65-85.
  103. Domestication of plants and animals : Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 75-122.
  104. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 123-168.
  105. Li Liu in Demoule 2009, p. 85.
  106. Shelach 2015, p. 64
  107. « Vin, bière ou hydromel : », sur France Culture,‎ non daté (consulté le 28 octobre 2015). Avec Fanette Laubenheimer, archéologue, directrice de recherche émérite au CNRS, qui donne ces précisions au cours de l'émission.
  108. a et b Shelach 2015, p. 117
  109. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 152 sqq. .
  110. Liu et Chen, 2012 : voir carte ci-dessus « Néolithisation et premières cultures néolithiques en Chine »
  111. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 158 pour toute cette partie.
  112. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 159 : illustrations.
  113. (en) « Earliest domestication of common millet (Panicum miliaceum) in East Asia extended to 10,000 years ago », sur NCBI (Proc Natl Acad Sci U S A),‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  114. (en) « The Wonders That Were Jiahu The World’s Earliest Fermented Beverage », sur Penn Museum,‎ 2004-2005 (consulté le 12 janvier 2015) article de Patrick E. McGovern, du Biomolecular Archaeology Project.
  115. (en) David B. Madsen, Chen Fa-Hu and Gao Xing, « The earliest well-dated archeological site in the hyper-arid Tarim Basin and its implications for prehistoric human migration and climatic change », sur researchgate.net,‎ (consulté le 2 novembre 2015)
  116. Late quaternary climate change, 2007.
  117. Late quaternary climate change, 2007, p. 75.
  118. Late quaternary climate change, 2007, p. 161.
  119. a, b et c Late quaternary climate change, 2007, p. 76.
  120. WANG Fen in : Anne P. Underhill 2013, p. 390.
  121. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 130.
  122. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 161.
  123. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 160-163.
  124. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 170.
  125. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 158.
  126. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 199-200.
  127. ZHANG Chi in : Anne P. Underhill 2013, p. 511.
  128. Il l'a été par l'archéologue suédois Johan Gunnar Andersson, voir Corinne Debaine-Francfort 2001, p. 27 et Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 4.
  129. Les températures étaient plus élevées de 2 à 3 degrés qu'actuellement et l'air était plus humide : Jeannette Werning in Jeannette Werning et Corinne Debaine-Francfort 1991, p. 35 et 51.
  130. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 189-190.
  131. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 192 et Li Xinwei in Anne P. Underhill 2013, p. 219-220.
  132. Li Xinwei in Anne P. Underhill 2013, p. 220 et suivantes.
  133. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 196-197.
  134. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 184.
  135. Wang Fen in : Anne P. Underhill 2013, p. 402.
  136. Chinese Ceramics. 2010, p. 59.
  137. « Zhulong (dragon-cochon) », sur Musée national des arts asiatiques - Guimet (consulté le 6 mars 2015).
  138. . Appellation chinoise traditionnelle : pièce jue. L'objet est vraisemblablement originaire de la région de Hongshan. Réf. Elisseeff 2008, p. 124-125. Notice 7. "Amulette en forme de larve au museau vaguement porcin" : Roberto Ciarla : Ciarla et de Luca 2005, p. 22.
  139. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 172-182.
  140. Elisseeff 2008, p. 127 : notice 8, et Corinne Debaine-Francfort 1995, p. 40-42 ; Gabriele Fahr-Becker (dir.), Les Arts de l'Asie de l'Est., t. 1, Cologne, Könemann, , 406 p. (ISBN 3-829-01743-X), page 21. Aussi : Anne P. Underhill 2013, p. 55-80, et en particulier ici p. 56-58.
  141. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 182.
  142. Elisseeff 2008, p. 125.
  143. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 214.
  144. Christophe Sand et Stuart Bedford (dir.), Lapita : Ancêtres océaniens, Paris, Somogy et Musée du Quai Branly, , 303 p. (ISBN 978-2-35744-028-9), p. 22 et ISBN 978-2-7572-0367-5 .
  145. [1] : podcast : émission de l'archéologie de France Culture : « Le salon noir », émission du 16/01/2016 : De Taïwan à l'Amérique. L'épopée maritime austronésienne.
  146. (en) « Jade Articles from the Lingjiatan Ruins », sur history.cultural-china.com,‎ non daté (consulté le 12 janvier 2015) et (en) « Stone Drilling Tool », sur cultural-china.com,‎ non daté (consulté le 12 janvier 2015). Voir aussi Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 204 sqq..
  147. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 207-210.
  148. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 232 et suivantes.
  149. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 234.
  150. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 233 et Chinese Ceramics. 2010, p. 62 et suivantes.
  151. a et b Chinese Ceramics. 2010, p. 71.
  152. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 217.
  153. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 216, 236 et suivantes.
  154. Pour un aperçu rapide mais précis : Corinne Debaine-Francfort 2001, p. 48-49.
  155. QING Ling in : Anne P. Underhill 2013, p. 579
  156. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 221, figure 7.4.
  157. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 240.
  158. QIN Ling in : Anne P. Underhill 2013, p. 579.
  159. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 238.
  160. Zhang Chi in : Anne P. Underhill 2013, p. 510 et suivantes.
  161. Zhang Chi in : Anne P. Underhill 2013, p. 513.
  162. Fouillé de 1978 à 1979 : (en) « Karuo Site », sur China Culture.org,‎ (consulté le 21 septembre 2015).
  163. a et b Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 249.
  164. (en) « Archaeologists Shed More Light on Colonization of Tibetan Plateau », sur SCI-News,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  165. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 247 et suivantes.
  166. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 247 et TIANLONG Jiao in : Anne P. Underhill 2013, p. 608-609
  167. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 247
  168. « Motif-Impression roulée avec une roulette cordelette entrelacée à entrelacs unilinéaires autour de plusieurs éléments passifs », sur CNRS : Céramique Africaine Imprimée (consulté le 12 janvier 2015) : plateau de Bandiagara (Mali), deuxième millénaire avant l'ère commune, au Néolithique récent.
  169. Demoule 2009, p. 182 : « Les premières poteries Jomon et le contexte continental ».
  170. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 248
  171. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 248.
  172. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 298 et 301.
  173. The Urals and Western Siberia, 2014, p. 15.
  174. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 299.
  175. « Early Development of Bronze Metallurgy in Eastern Eurasia, by Xiang WAN », sur University of Pennsylvania,‎ (consulté le 12 janvier 2015), qui s'appuie sur des publications de 2009 : White and Hamilton, et antérieures.
  176. Corinne Debaine-Francfort 1995, p. 323.
  177. Sophia-Karin Psarras, in : « Du Néolithique à l'âge du bronze en Chine du Nord-Ouest », sur Persée,‎ (consulté le 6 mars 2015) cf. : Corinne Debaine-Francfort 1995.
  178. CHEN Honghai in Anne P. Underhill 2013, p. 113.
  179. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 324.
  180. Nicola Di Cosmo, The Northern Frontier in Pre-Imperial China in The Cambridge History of Ancient China 1999, p. 901 ainsi que : Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 328 et suivantes.
  181. Corinne Debaine-Francfort 1995, p. 323.
  182. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 234 qui déplace les anciennes dates de référence : 2400-1900. CHEN Honghai in Anne P. Underhill 2013, p. 108 retient les dates de 2300 et 1500 AEC.
  183. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 302 et suivantes.
  184. WANG Lixin in Anne P. Underhill 2013, p. 82.
  185. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 342.
  186. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 344.
  187. a et b Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 312.
  188. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 39 et 40.
  189. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 312-313.
  190. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 322.
  191. (en) « Siba: Bronze Age Culture of the Gansu Corridor, by Jidong Yang », sur Sino Platonic Papers, University of Pennsylvania,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  192. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 333-336.
  193. Rapport de fouilles archéologiques du site de Yanshi 1959 ~ 1978: légende de l'image : 偃师二里头遗址三期陶纹汇集。拓片资料出自《偃师二里头1959年~1978年考古发掘报告
  194. Xu Hong in Anne P. Underhill 2013, p. 301-318 et carte : Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 264 (article p. 262-269).
  195. Xu Hong in Anne P. Underhill 2013, p. 306.
  196. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 265.
  197. Li Feng 2013, p. 41.
  198. Robert Bagley in : Art and Archaeology of the Erligang Civilization 2014, p. 32 et 36: provenant du trésor de Nanshunchengjie, découvert en 1996.
  199. Art and Archaeology of the Erligang Civilization 2014, p. 44.
  200. Art and Archaeology of the Erligang Civilization 2014, préface : à propos du chapitre 7, de Kyle Steinke.
  201. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 12-13.
  202. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 350 et suivantes.
  203. Robert Bagley in : Art and Archaeology of the Erligang Civilization 2014, p. 26.
  204. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 376.
  205. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 294 et Art and Archaeology of the Erligang Civilization 2014.
  206. Li Liu and Xingcan Chen 2012, p. 268-269.
  207. Détaillée dans Art and Archaeology of the Erligang Civilization 2014.
  208. Li Feng 2013, p. 47.
  209. Li Feng 2013, p. 65.
  210. Li Feng 2013, p. 168
  211. « Djoumboulak Koum, bourg fortifié de l'âge du Fer et ses nécropoles (milieu du Ier mill. av. J.-C.) », sur .mae.u-paris10.fr / arscan,‎ (consulté le 28 octobre 2015).
  212. Corinne Debaine Francfort (dir.) et Abduressul Idriss (dir.) : Keriya, mémoires d'un fleuve. Archéologie et civilisation des oasis du Taklamakan, 2001, p. 120-225, article cité dans :Bibliographie: article « Xinjiang »
  213. Keriya, mémoires d'un fleuve, p. 126.
  214. Keriya, mémoires d'un fleuve, p. 167-168.
  215. Keriya, mémoires d'un fleuve, p. 220-225.
  216. Voir dans : Susan Whitfield (dir.), La route de la soie : un voyage à travers la vie et la mort, Bruxelles, Fonds Mercator - Europalia international, (ISBN 978-90-6153-892-9) : L'article La transmission des secrets de l'art du verre, p. 81 sqq.
  217. Bellezza 2014. Et : (en) John Vincent Bellezza, « Antiquities of Zhang Zhung », sur THL,‎ (consulté le 27 avril 2015). Présentation détaillée de l'ouvrage.
  218. (en) « Chinese Ceramics: From the Paleolithic Period through the Qing Dynasty ed. by Li Zhiyan, Virginia Bower, and He Li (review) », sur http://muse.jhu.edu/,‎ (consulté le 30 novembre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 20 mai 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.