Précepteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’éducation
Cet article est une ébauche concernant l’éducation.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

  • Le précepteur est une personne chargée de l’éducation et de l’instruction d’un enfant issu d’une famille noble ou aisée qui reste dans sa famille et ne fréquente aucun établissement d’enseignement public ou privé. Sous l'Ancien régime, les précepteurs royaux sont souvent des hommes d'Église, au moins tonsurés, ayant réputation d'humanistes[1]. À notre époque cela concerne aussi la personne qui instruit son enfant à domicile (enfants déscolarisés).
  • Aux XIIe et XIIIe siècles, le précepteur était le responsable élu d’une commanderie de l’ordre du Temple ou de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, appelée aussi préceptorie ou maison. Le terme de commandeur est apparu lors d'une réforme de la règle des Hospitaliers et est plus souvent employé aujourd’hui. Ce titre servait également à nommer les dignitaires qui administraient une province templière, d'une « langue hospitalière » ou un bailliage. Exemple : Geoffroy de Charnay était précepteur de Normandie.
  • Sous l’Ancien Régime, l’enseignement est délivré par les Jésuites et les frères de l’école chrétienne. Les précepteurs sont des membres du clergé qui éduquent la jeune noblesse. Leur rôle est amoindri par l'ordonnance du 13 décembre 1698. Elle permet de développeur l’instruction de base à tous les enfants du royaume. Ce renouveau profite notamment à la bourgeoisie de l'époque.

En Allemagne[modifier | modifier le code]

Le terme équivalent en allemand Hofmeister, se traduit aussi dans les cours allemandes, et à la cour impériale de Russie, par maître de la maison royale ou de la maison princière, selon les cours, office particulièrement prisée par l'aristocratie et les hauts fonctionnaires de l'époque.

Précepteurs célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Colbus, Brigitte Hébert, Les outils de la connaissance : enseignement et formation intellectuelle en Europe entre 1453 et 1715, Université de Saint-Etienne,‎ (lire en ligne), p. 374

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]