Motte castrale de Villars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Poype de Villars)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Motte castrale de Villars
Image illustrative de l’article Motte castrale de Villars
Une vue de la poype.
Nom local Poype de Villars
Période ou style Moyen Âge central
Type Fortification de terre
Début construction Xe siècle
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Propriété de l'État
Protection Logo monument historique Classé MH (1905)[1]
Coordonnées 46° 00′ 11″ nord, 5° 01′ 46″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bresse
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Commune Villars-les-Dombes

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Motte castrale de Villars

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Motte castrale de Villars

La motte castrale de Villars ou poype de Villars est une fortification de terre du Xe siècle qui se dresse sur la commune de Villars-les-Dombes, dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Villars fut le centre d'une seigneurie, puis d'une baronnie, d'un comté et enfin d'un marquisat.

La motte castrale fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par arrêté du 15 février 1905[1].

Situation[modifier | modifier le code]

La poype de Villars est située dans le département français de l'Ain sur la commune de Villars-les-Dombes. Le tertre artificiel est aujourd'hui au centre de la commune et porte à son sommet les vestiges d’une tour ronde de briques rouges qui daterait de l'an 940.

Histoire[modifier | modifier le code]

La poype, avec quelques pans de murs, est le dernier vestige de l'ancien château bâti, au XIe siècle, par les sires de Villars et complètement démantelé, en 1595, par les troupes de Biron, qui s'emparèrent de vive force de la ville, au mois de septembre, la saccagèrent et la pillèrent après avoir massacré les habitants.

Au mois de novembre 1227, Étienne Ier engage des droits de son fief à Humbert de Beaujeu. Ces droits reconnus, en mars 1253, par Béatrix de Faucigny, mère et tutrice d'Humbert III de Thoire-Villars, et seront cédés, le 24 novembre 1327, par Guichard de Beaujeu, au dauphin de Viennois et, en 1337, au comte Édouard de Savoie.

Le 19 octobre 1308, Humbert V de Thoire-Villars prend en fief-lige de Jean, dauphin de Viennois, son château de Villars, dont il donne la jouissance, le 10 avril 1331, à Humbert VI, son fils, en l'émancipant.

Au mois d'octobre 1400, Humbert de Villars, le dernier des sires de Thoire-Villars, aliène la seigneurie de Villars et toutes ses dépendances, s'en réservant néanmoins la jouissance jusqu'à sa mort, survenue le 7 mai 1423, à Amédée VII de Savoie, qui l'inféode, le 26 juin 1432, en titre de baronnie, puis de comté, à Philippe de Lévis, deuxième du nom, vicomte de Lautrec.

Jean de Lévis, petit-fils de Philippe, la vend, le 1er février 1469, au duc Amédée VIII de Savoie. Le 19 novembre 1497, le duc Philibert, l'inféode à René, bâtard de Savoie, sur qui elle fut confisquée quelques années après et donnée, pour partie de son douaire, à Marguerite d'Autriche, veuve de Philibert-le-Beau, duc de Savoie.

Le 14 janvier 1520, René rentre en possession du comté de Villars, qu'il transmet à Honorat, son fils, qui en obtint l'érection en marquisat, le 13 juin 1565. Honorat de Savoie ne laissa qu'une fille, Henriette, mariée en premières noces à Melchior des Prés, chevalier, puis à Charles de Lorraine, duc de Mayenne. Henriette mourut en 1611. Emmanuel-Philibert des Prés, son fils du premier lit, recueillit dans sa succession le marquisat de Villars, qu'il donne en mourant à Jacques-Honorat de la Baume, comte de Suze, son neveu. Le 3 septembre 1666, Louis de Suze, évêque de Viviers, passe vente de la terre de Villars à Pierre Perrachon, conseiller du roi, qui la cède, au prix de 109 368 livres, à Antoine de Covet, seigneur de Montribloud (Saint-André-de-Corcy) et de Saint-Barnard.

Des de Covet, elle passe successivement à Claude Perret, conseiller en la chancellerie près le parlement de Dijon, puis à Joseph et à Louis-François-Julien, ses neveux, et enfin à la famille Dugas de Bois-Saint-Just, qui en jouissait en 1789.

Description[modifier | modifier le code]

L’intérêt du site est connu depuis le XIXe siècle, date à laquelle des premières fouilles révélèrent l’existence non seulement du château mais aussi d’une église enterrée au cœur même de la motte. En 1902, la poype de Villars est acquise par l’État et classée monument historique en 1905[1].

À l'origine la motte castrale fut érigée à la périphérie du village qui était à cette époque groupé autour de l'église qui conserve des vestiges d'époque romane. La basse-cour était entouré d'un fossé concentrique à celui de la motte. Comme l'ont démontré les fouilles le tertre a été dressé au-dessus d'un bâtiment du haut Moyen Âge, une grande salle, l'aula. Le bourg s'est quant à lui enfermé dans une enceinte construite durant le XIIIe siècle qui a repris le contour des fortifications de terre de la basse-cour établit près de la motte[3]. En 1988, lorsque le centre inter-universitaire d’histoire et d’archéologie médiévales ouvre le chantier de fouilles, il découvre, enfouie, une église romane complète, datant probablement du XIe siècle. En dégageant l'abside, les archéologues font une autre découverte. Ils mettent au jour une tour carrée couverte d’une voûte en berceau plein cintre, sur laquelle repose l’église. Une datation par le carbone 14 situe la date de construction au Xe siècle. Dans la maçonnerie, on identifiera même des blocs gallo-romains.

Il est à noter que sur la commune s'élevaient trois autres mottes ou poypes : Filioli, détruite vers 1847, la Juyre et Termant[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Motte féodale dite Poype de Villars », notice no PA00116595, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  3. Action thématique programmée en archéologie métropolitaine : "inventaire des fortifications de terre" (groupe Rhône-Alpes), Château de Terre : de la motte à la maison-forte - histoire et archéologie médiévales dans la région Rhône-Alpes, Juin 1987-décembre 1988, p. 32.
  4. Marie-Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse et Lyon, A. Brun, 1873, p. IV, disponible en ligne sur Gallica.