Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier
Auteur Patrick Modiano
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Gallimard
Collection Blanche
Lieu de parution Paris
Date de parution
Type de média Livre papier
Nombre de pages 145
ISBN 978-2-07-014693-2

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier est un roman de Patrick Modiano paru le aux éditions Gallimard[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Le roman s'ouvre sur une citation de Stendhal, tirée de Vie de Henry Brulard : « Je ne puis pas donner la réalité des faits, je n'en puis présenter que l'ombre ».

Ce récit relate l'histoire de Jean Daragane, un écrivain qui, ayant perdu son carnet, est contacté par Gilles Ottolini qui souhaite le lui rendre. Lors de leur rencontre, Gilles évoque un monsieur Torstel, présent dans le carnet d'adresse. Il demande à Jean des informations sur cet homme sur lequel il enquête, mais l'écrivain dit ne pas s'en souvenir. Gilles et sa compagne Chantal Grippay donnent donc des photocopies du « Dossier ». En lisant celui-ci, Jean tombe sur le nom d'Annie Astrand. Cela le replonge dans une chaîne de souvenirs, jusqu'alors oubliés...

Le jeu des temps dans le roman[modifier | modifier le code]

Trois époques de la vie du personnage principal, Jean Daragane, s'entrelacent dans le roman :

  • L'enfance de Jean Daragane  : il a 7 ans. Peut-être 1951 (date de l’assassinat du personnage secondaire Colette Laurent) ou 1952 (date de publication de Fabrizio Lupo que lisent les deux personnages secondaires Bob Bugnand et Jacques Perrin de Lara). Cette période va peut-être jusqu'à 1956, date de publication d’Arbre mon ami de Minou Drouet, que Jean Daragane jalouse.
  • La jeunesse de Jean Daragane : vraisemblablement autour de 1967. Cette année-là, Jean Daragane a 21 ans, Annie Astrand 36.
  • Le "présent" de Jean Daragane : 2013 (une allusion est également faite à l'année 2011).

Personnages[modifier | modifier le code]

Jean Daragane, le narrateur, écrivain

Gilles Ottolini, ayant trouvé le carnet de l'écrivain, il lui demande des renseignements sur un certain Guy Torstel

Chantal Grippay, jeune femme à la robe de satin noir et hirondelles jaunes, aux activités "spéciales"

Jacques Perrin de Lara, Guy Torstel, Bob Bugnand, amis de la mère de l'auteur

Annie Astrand, fille de nuit dans un cabaret, à des amis louches. Elle s'occupe de Jean en l'absence de ses parents.

Roger Vincent, bon ami d'Annie, possède une grosse voiture américaine, semble avoir des activités louches.

Colette Laurent, amie d'Annie

Dr Voustraat, médecin de Saint-Leu-La-Forêt, il a soigné Jean Daragane lorsqu'il était enfant.

Extraits[modifier | modifier le code]

"Et l'enfant? demanda Daragane, vous avez eu des nouvelles de l'enfant? Aucune. Je me suis souvent demandé ce qu'il était devenu... Quel drôle de départ dans la vie..."

"Au réveil, dans cette chambre, il se rendait compte qu'il lui avait fallu quinze ans pour traverser la rue."

" Il s'était aperçu que l'on rencontre en de très rares occasions une personne que l'on aurait voulu vraiment rencontrer. Deux ou trois fois dans la vie?"

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]