Pour la République sociale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pour la République Sociale)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PRS.
Pour la République sociale
Image illustrative de l'article Pour la République sociale

Création mai 2004
Dissolution février 2009
Type Association politique française
Siège Paris
Langue(s) Français
Membre(s) Adhérents directs
Président Jean-Luc Mélenchon
Site web pourlarepubliquesociale.org

Pour la République sociale (PRS) est une ancienne association politique française d'éducation populaire fondée en mai 2004, ayant vocation à replacer les valeurs républicaines au cœur de l'union des gauches. Autrefois présidée par Jean-Luc Mélenchon, elle s'est dissoute dans le Parti de gauche (PG) lors de sa création le 1er février 2009.

Présentation[modifier | modifier le code]

Son délégué général était François Delapierre. Le Bureau national de PRS était notamment composé de René Revol, Jérôme Guedj, Catherine Picard, Raquel Garrido, Audrey Galland, Jacques Serieys, Marie-Pierre Oprandi, Gabriel Amard, Charlotte Girard, Danielle Simonnet, Nathanaël Uhl et Alexis Corbière.

Opposé à la vision de la République « ni droite ni gauche », prônée par Jean-Pierre Chevènement lors de l'élection présidentielle de 2002, et à l'union des républicains des deux rives, PRS défendait comme son nom l'indique l'établissement d'une République sociale, c'est-à-dire d'une alliance des combats socialistes et républicains.

L'association était organisée en structures départementales tournées vers l'action militante et l'éducation populaire. Localement, les associations se fixaient comme objectif de refonder une alternative de gauche à la domination matérielle et culturelle du capitalisme de notre époque, en militant de façon active pour une nouvelle union des gauches. PRS a lancé une campagne d'affichage et de vente de badges début 2006 avec le slogan « gauche unis-toi, le peuple a besoin de toi ! »

Ce n'était pas un courant du Parti socialiste, puisqu'il fédèrait aussi des membres d'autres partis politiques (PCF, Verts, LCR, PRG, , etc.) ou des membres non membres de partis[1]. Par exemple, dans les manifestations anti-CPE, PRS défilait séparément du PS.
Pour ce qui est de sa composante socialiste, elle doit être appelée par le nom de la contribution déposée pour le Congrès du Mans : Trait d'union.

PRS s'impliqua fortement dans la campagne du non au référendum sur la constitution européenne en 2005 au côté des collectifs unitaires pour le non, campagne qu'elle poursuivit après la victoire du non avec le slogan « Respectez notre non ».

Elle accueillit entre autres Marie-George Buffet, Olivier Besancenot et José Bové lors de son université d'été de 2005 à Arles sur le thème « Une nouvelle union des gauches est-elle possible ? ».

Le 7 novembre 2008, Jean-Luc Mélenchon annonça qu'il quittait le Parti socialiste pour se consacrer à la construction du Parti de Gauche (PG) et appela à la «constitution d'un front de forces de gauche pour les élections européennes». Il fut rejoint dans cette démarche par le député socialiste du Nord, Marc Dolez. PRS fait ainsi partie des organisations politiques fondatrices du PG.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

PRS a repris l'édition de l'hebdomadaire Données et arguments, À gauche, autrefois hebdomadaire de la Gauche socialiste puis de Nouveau Monde, anciens courants du Parti socialiste, devenu hebdomadaire du Parti de gauche.

L'organisation éditait également une revue théorique tournée vers l'action intitulée Pour la République sociale.

Revue no 1 :

Revue no 2 :

Revue no 3 :

  • Peut-on dire non au référendum sur la constitution européenne ? par Dominique Rousseau
  • Cette méthode est un piège pour la gauche, par François Delapierre
  • Pourquoi, comment, il faut dire non à la constitution européenne ? par Paul Alliès
  • Les bonnes intentions à l’épreuve du texte, par Michel Soudais
  • Oui, la laïcité est mise en cause ! par Laurent Maffeïs
  • Sociaux-démocrates ou sociaux-républicains ? par Jean-Luc Mélenchon
  • Pour une politique de l’émancipation, par Henri Peña-Ruiz

Revue no 4 :

  • De la République à la République Sociale, histoire et dynamique par René Revol
  • La République Sociale, pas un slogan, un projet cohérent, une alternative émancipatrice par Denis Collin
  • Refuser le constitutionalisme économique par Alain Dontaine
  • Droit social et République par Emmanuel Giraud
  • Guéret et la défense des services publics en Creuse, naissance d'un Porto Allegre républicain par Jacques Serieys
  • Mouvement social et politique, un entretien avec Jean-Luc Mélenchon par Michel Vakaloulis

Revue no 5 : Le Manifeste pour la république sociale

Revue no 6 : La gauche d'après (texte adopté lors de la Convention nationale de 2007)

  • Notes éditoriales par Laurent Maffeïs
  • La gauche d'après, le document
  • La gauche d'après, l'exposition

Revue no 7 : La stratégie religieuse de Sarkozy

  • Le nouvel horizon des religions par Jean-Luc Mélenchon
  • Europe et Religions: la nouvelle donne par Laurent Maffeïs
  • Le projet de reconfessionalisation de la France par Audrey Galland
  • La religion n'est pas un service public par Henri Peña-Ruiz
  • Vigilance laïque face aux sectes par Catherine Picard

PRS a aussi publié un carnet de chants : Chantons la République sociale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.pourlarepubliquesociale.org/prs/index.php/layout/116-declaration-de-presentation