Livre sterling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pound sterling)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Livre et Sterling.
livre sterling
Unité monétaire moderne actuelle
Pays officiellement
utilisateurs
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Dépendances de la Couronne britannique
Territoires britanniques d'outre-mer
Symbole local £
Code ISO 4217 GBP
Sous-unité 100 pence
(singulier : penny)
Taux de change 1 EUR = 0,863785 GBP ()[1]
1 GBP = 1,15770 EUR ()[2]
Chronologie de la monnaie

La livre sterling (au pluriel livres sterling, en anglais pound sterling, généralement abrégée pound) est l'unité monétaire officielle du Royaume-Uni, des dépendances de la Couronne britannique, et des Territoires britanniques d'outre-mer. Toutefois il faut différencier plusieurs livres sterling selon les territoires.

La livre sterling est l'une des plus anciennes monnaies encore en circulation et la 4e devise la plus traitée sur le marché des changes[3]. Elle est symbolisée par le signe £ (Sterling) et le code ISO GBP. Le symbole £, un L orné[note 1], est utilisé depuis le XVIIIe siècle[4] et se note, dans les pays anglo-saxons, avant le montant et non après[note 2] : on écrit donc « £7.50 » et non 7,50 £.

Évolution du taux de change de la Livre sterling face à l'Euro entre 1999 et 2012

Le , la livre sterling est tombée à son cours historique le plus bas face à l'euro en reculant à 1,0205 pour 1 £, un seuil jamais atteint dans l'histoire de la monnaie britannique.

Lieux d'émission[modifier | modifier le code]

Angleterre et pays de Galles[modifier | modifier le code]

La livre sterling anglaise n'a cours légal qu'en Angleterre et au pays de Galles. C'est la banque d'Angleterre (Bank of England) qui émet les billets de banques pour ces deux territoires. Ainsi seuls les billets de banque émis par la banque d'Angleterre ont cours légal en Angleterre et au pays de Galles[5]. Dans la pratique, la livre sterling anglaise circule sur l'ensemble du territoire britannique. Mais on peut changer de l'argent en Europe aussi.

Écosse et Irlande du Nord[modifier | modifier le code]

Des banques de détail ayant reçu l'agrément de la banque d'Angleterre sont autorisées à émettre des billets de banque. Ces banques sont au nombre de trois pour l'Écosse (Bank of Scotland, Clydesdale Bank et la Royal Bank of Scotland) et de quatre pour l'Irlande du Nord (Ulster Bank, Bank of Ireland, Northern Bank et First Trust Bank). Les banques écossaises émettent des livres écossaises et les banques nord-irlandaises émettent des livres irlandaises. Ces monnaies ont la dénomination de pound sterling toutefois, en Écosse et en Irlande du Nord aucune monnaie n'a le statut de cours légal. Ni celles émises par Bank of England ni celles émises par les banques des territoires correspondants[5].

Des négociations sont actuellement en cours au Royaume-Uni pour donner le titre de cours légal à la livre écossaise en Angleterre, au pays de Galles et en Écosse. Si jusqu'à présent l'acceptation de la livre écossaise était restée à l'appréciation des commerçants anglais et gallois, cette modification de la loi obligera ces derniers à accepter la livre écossaise comme moyen de paiement obligatoire[6].

Dépendances de la Couronne britannique[modifier | modifier le code]

  • L'île de Man émet la Livre mannoise ou Manx Pound[7], abrégée IMP (non ISO), qui est la seule monnaie à avoir cours légal sur ce territoire. La livre anglaise est toutefois généralement acceptée.
  • L'île de Guernesey également située dans les îles Anglo-Normandes émet la livre de Guernesey[9], abrégée GGP (non ISO) qui est la seule monnaie à avoir cours légal sur ce territoire. L'acceptation de la livre jersiaise et la livre anglaise est laissée à l'appréciation des commerçants.

Les pièces frappées dans les dépendances de la Couronne sont calquées sur les divisions de la livre sterling (même jeu de valeurs faciales), mais les faces sont ornées de motifs spécifiques. Ces monnaies n'ont pas cours légal hors des territoires qui les émettent, ainsi que dans certains territoires britanniques d'outre-mer.

Toutes ces monnaies sont des monnaies légales mais leur cours légal peut varier d'un territoire à un autre. C'est-à-dire que ces monnaies peuvent être acceptées comme moyen de paiement légal pour des transactions courantes. Tout comme les cartes de crédit, débit ou autres chèques, ces moyens de paiement n'ont pas cours légal mais sont acceptés en tant que moyen de paiement légal. Ainsi un commerçant anglais qui refuse un billet en livres irlandaises, mannoises ou autres en arguant que ces billets n'ont pas cours légal en Angleterre, devrait dans sa logique refuser les cartes de crédit et les chèques.

Toute livre émise par des territoires du Royaume-Uni, des dépendances de la couronne britannique ou des territoires britanniques d'outre-mer étant indexée sur la livre anglaise pourra être échangée pour des livres anglaises sur simple demande dans n'importe quelle banque anglaise. Ces territoires comprennent :

Origine[modifier | modifier le code]

Selon l'historien Nicholas Mayhew[10], la dénomination sterling pour désigner la monnaie anglaise date de la fin du XIe siècle - début du XIIe siècle (soit juste après l'invasion normande de 1066)[11]. On trouve la première occurrence du terme dans l'autobiographie de Guibert de Nogent en 1115 relatant une opération de corruption de cardinaux romains en vue de confirmer l'élection de l'évêque de Laon[12], mais l'étymologie du terme reste obscure.

  • Selon l'Oxford Advanced Learner's Dictionary, le terme serait d'origine normande et viendrait de steorra (les premiers pennies portaient une petite étoile - star). À l'appui de cette explication, le fait qu'à l'origine, sterling désignait le penny[note 3] et s'utilisait au pluriel : on parlait de « 5 £ of sterlings »[13].
  • Selon les travaux de Jacques Paul Migne[14], l'estelin ou esterlin est une unité de mesure (poids) en usage au haut Moyen Âge chez les orfèvres, puis dans les monnaies. Une évolution strictement comparable à la livre romaine (poids) devenue Livre (monnaie) du temps de la République, dans la Rome ancienne. L'esterlin contenait 28 et 3/4 de grains (soit 28,75 grains en système décimal). Il fallait 20 esterlins pour faire une once, et 160 esterlins pour faire un marc. Les équivalences étaient donc : 1 marc égale 160 esterlins, 20 esterlins égalent une once, et 1 esterlin égale 28,75 grains. L'usage de l'esterlin en matière de poids était établi depuis le plus haut Moyen Âge, vraisemblablement sous les Carolingiens. Devenu monnaie, l'esterlin circulait à la fois sur le territoire des Plantagenêt (rois d'Angleterre et ducs de Normandie et d'Aquitaine, comtes d'Anjou, de Guyenne et d'Aunis Saintonge) et celui des Capétiens. Son cours était fixé par le roi de France. Sa valeur faciale (façonnage et droit de seigneuriage compris) en 1158, sous Louis VI, un marc d'argent valait en France, 13 sous et 4 deniers esterlins. Un siècle plus tard, Saint Louis en fixe le cours par ordonnance prise lors de la session de Toussaint du Parlement en 1262. Un esterlin pour 4 deniers tournois. La livre tournois avait été imposée en France, par Saint Louis, et elle était définie par rapport à l'or. Mais l'esterlin, argent, demeurera une monnaie anglaise, après son interdiction par le même Saint Louis en France. Pourquoi circulait-elle en Angleterre ? Il est fort probable que Guillaume le Conquérant l'ait emportée lors de sa conquête, et imposée lors de sa réforme monétaire des années 1080, avec l'usage du système complet : esterlin, grain, once et marc. Par la suite, les territoires continentaux des Plantagenêt, héritiers de Guillaume, seront plus importants que leurs territoires britanniques (Normandie, Anjou, Perche, Saintonge, Aquitaine et Guyenne), mais ils demeureront vassaux et redevables de l'Hommage, aux rois de France. Il n'est pas surprenant que la monnaie ait circulé sur tous ces territoires.

L'esterlin a très vraisemblablement été transformé phonétiquement, en sterlin, prononciation : sterlin(e), puis sterling, sous l'effet de l'absence de nasale dans la langue anglaise.

  • Dans son Histoire des civilisations, Will Durant avance une autre explication de l'origine du mot sterling : il proviendrait de la réputation d'intégrité des marchands de la Ligue hanséatique, les Easterlings (les hommes de l'est) et décrirait un or ou un argent « de bon poids et de bon aloi ». Mais selon l'OALD, si cette explication était correcte, la première syllabe accentuée n'aurait pas disparu.
  • Selon une autre source, le mot sterling viendrait du vieux français esterlin, qui a donné le vieil anglais stière (fort, ferme, inébranlable)[note 4]. Le Petit Robert renverse l'explication : l'esterlin était une monnaie française du Moyen Âge (fin du XIIe siècle) et c'est le terme français qui serait d'origine anglaise[15].
  • Selon Nicholas Mayhew, le mot sterling n'existe pas en vieil anglais. De plus, le terme apparaît d'abord dans sa forme latine sterlingus avant d'apparaître en français au XIIe siècle, puis en italien et en allemand au XIIIe siècle. Il fait sienne l'explication par la racine germanique ster qui possède la connotation de force et de stabilité et justifie le rapprochement par le fait que Guillaume le Conquérant avait mis fin au complexe (et encore mal compris) système de poids et mesures utilisé par les Anglo-Saxons et établi un début de « standardisation ». Ainsi les pièces les plus communes frappées dans les dernières années de son règne ont un poids fixe d'environ 1,38 g.
    Le terme sterling ferait référence à cette nouvelle stabilité et aurait marqué l'instauration d'un nouveau régime. D'après Mayhew, le sterling aurait fort bien pu faire partie du paquet de réformes administratives qui ont eu lieu en Angleterre dans les années 1080 : outre la création de la nouvelle monnaie, l'époque a connu l'instauration d'une lourde taxe foncière en 1084 et le recensement du Domesday Book en 1086[16].

Historique[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La dynastie normande[modifier | modifier le code]

À la fin du XIe siècle, la masse monétaire totale est estimée à 37 500 livres, soit 9 millions de pennies (seules pièces existant à l'époque), ce qui représentait une quantité d'argent métal très importante (environ 15 tonnes). Le Domesday Book laisse entrevoir une société dans laquelle la monnaie joue déjà un rôle essentiel. Éparpillés sur tout le territoire, il n'y a pas moins de 71 ateliers de frappe en activité sous le règne de Guillaume Ier[17].Cependant, l'approvisionnement en métal constitue un problème récurrent de l'Angleterre et la rareté métallique indigène déterminera l'une des caractéristiques fondamentales de son économie : la nécessité de développer le commerce maritime. Ce n'est que dans les années 1180 que la situation s'améliore.

Si Guillaume le Conquérant a mis fin au système monétaire anglo-saxon, il en a toutefois conservé l'une des caractéristiques, le changement annuel du motif de frappe[18]. Cette tradition a été conservée par ses successeurs jusqu'à Henri Ier d'Angleterre. Le procédé avait plusieurs avantages : d'abord il affirmait le rôle du roi dans la validation de la monnaie, ensuite il permettait de lier régulièrement la valeur faciale de la monnaie à sa valeur intrinsèque, enfin il était source de revenu pour le pouvoir royal qui percevait un impôt pour l'émission de la monnaie, le seigneuriage.

Durant tout le Moyen Âge, la pénurie de métal précieux sera l'un des éléments déterminants de l'économie, et la richesse d'un État dépendait plus de la découverte fortuite d'un nouveau gisement aurifère ou argentifère que de la politique économique de ses dirigeants. Les moyens de faire face à la pénurie étaient nombreux : diminution du titre, de la masse globale de la pièce, augmentation de la valeur faciale, etc. La qualité économique d'une monnaie dépendait grandement de la qualité métallique de ses pièces. Certains souverains anglais durent d'ailleurs faire face à des mouvements de mécontentement qui se fondaient sur une diminution réelle ou supposée de la qualité monétaire[19].

Ainsi, à Noël 1124, Henri Ier, que l'on[note 5] soupçonnait de frapper des pièces de moins bon aloi[20], tenta de restaurer la confiance dans sa monnaie et opéra un contrôle de la qualité du travail des moneyers (ouvriers chargés de la fabrication de la monnaie). À la suite de cet audit, 94 des 150 ouvriers furent castrés et eurent la main droite coupée en punition de leur mauvais travail[21].

La relation entre monnaie et pouvoir royal était particulièrement étroite en Angleterre. Une vérité que démontre a contrario la multiplication des ateliers d'émission pendant la période suivante qui voit le pays se déchirer pendant la guerre civile anglaise (1135-1154).

Les Plantagenêt[modifier | modifier le code]

L'accession d'Henri II place son règne sous le signe de la rationalisation : diminution du nombre d'ateliers de frappe (à une trentaine), ce qui permet un meilleur contrôle de la qualité, standardisation du seigneuriage (5 %). Henri II est crédité de l'introduction en Angleterre du système français de mesure troy, ainsi que de la création de la Tower pound[22] utilisée par la Monnaie de la tour de Londres comme étalon de la livre sterling monétaire. Le titre de la monnaie, pratiquement pur jusqu'alors, passe à 92 %.

Sur le plan économique[23], le XIIIe siècle voit se poursuivre les découvertes minières : Toscane, Styrie, Carinthie, Tyrol, Sardaigne et finalement la Bohème. Cette abondance métallique entraîna une augmentation considérable de la quantité de monnaie d'argent en Occident[24] et provoquera une véritable « révolution commerciale » au XIIIe siècle.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

À l'origine, la livre représentait la valeur correspondant à la masse d'une livre d'argent métal pur[note 6]. Parmi les nombreuses transformations que la monnaie britannique a connu durant sa longue histoire, l'une des plus importantes fut la « décimalisation ». Jusqu'en 1971 en effet, le Royaume-Uni avait maintenu un système monétaire dont les divisions et subdivisions remontaient à l'Empire romain[réf. nécessaire]. Ce système était resté la norme en Europe jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, mais avait été abandonné pratiquement partout depuis. Le Royaume-Uni fut ainsi la dernière grande économie à adopter le système décimal.

Avant la décimalisation[modifier | modifier le code]

Fondée sur le modèle livre / sou / denier hérité de l'époque carolingienne, la livre sterling était divisée en 20 shillings et un shilling valait 12 pence (singulier : un penny). Une livre se divisait donc en 240 pence[note 7]. L’abréviation du shilling était « / »[note 8] ou « s » (qui n’est pas la première lettre du mot anglais, mais celle du latin solidus). Le symbole du penny était « d », du latin denarius.

Pièces de monnaies avant la décimalisation :

  • Le farthing, 1/4 de penny (1/48 de shilling). Frappé en cuivre de 1672 à 1956, date de sa disparition.
  • Le demi-penny (1/24e de shilling). Frappé en cuivre de 1672 à 1967.
  • Le penny (1/12e de shilling). Le penny en cuivre est la continuation d'une monnaie romaine, le denarius.
  • Le trois pence (1/4 de shilling). Frappé en argent de 1551 à 1944 et en laiton plus grand et de forme dodécagonale de 1937 à 1967, date de sa disparition.
  • Le quatre pence ou groat (1/3 de shilling), frappé en argent. Une des plus vielle pièce avec mention 4 pence est de 1704 et la plus récente de 1930.
  • Le six pence (1/2 shilling), frappé en argent de 1551 à 1946 et en cupronickel de 1947 à 1967, date de sa disparition.
  • Le shilling (1/20e de livre), frappé en argent de 1548 à 1946 et en cupronickel de 1947 à 1967, date de sa disparition.
  • Le florin valait 2 shillings (1/10e de livre). Frappé en argent de 1848 à 1936, il se nomma ensuite tout simplement 2 shillings, en argent de 1937 à 1967, date de sa disparition.
  • La demi-couronne valait 2 shillings et demi (1/8e de livre). Frappé en argent de 1551 à 1946, et en cupronickel de 1947 à 1967, date de sa disparition.
  • La couronne valait 5 shillings (1/4 de livre). Frappé en argent de 1526 à 1947 puis en cupronickel jusqu'en 1965, date de sa disparition.
  • La guinée, pièce en or frappée de 1663 à 1818, date de sa disparition. Originellement elle était à parité avec la livre sterling qui pesait vraiment une livre d'argent (environ 409 grammes). Avec le cours de l'or, son prix a été fixé à 21 shillings soit 1 livre et 1 shilling. Son nom vient de la Guinée (le pays), une importante source d'or à l'époque.
  • Le demi-souverain valait 10 shillings (1/2 livre). Frappé en or, environ 4 grammes.
  • Le souverain. En or de 1818 à aujourd'hui (environ 8 grammes) était à parité avec la livre sterling.

Le système monétaire anglais a connu cependant d'autres pièces :

  • Le mark (comprise aussi bien comme unité de masse que comme unité monétaire)[25] qui valait 2/3 de livre. 1 mark valait donc 160 pennies, ou 13 shillings et 4 pennies (1 m = 13s 4d).
  • Le 1/2 farthing de la reine Victoria, en 1844 seulement.
  • Le 1/3 de farthing de Georges V, en 1913 seulement.
  • Le double florin de la reine Victoria, entre 1887 et 1890.

La guinée[modifier | modifier le code]

La guinée (guinea) est une pièce en or frappée de 1663 à 1813 et valant 21 shillings. Bien que ne correspondant plus à une monnaie existante, la guinée a continué d'être utilisée couramment, notamment dans le commerce des chevaux de courses, mais aussi pour exprimer certains montants en particulier les honoraires de certaines professions libérales, et les prix dans certains magasins chics. De 1813 à 1971, elle valait une livre et un shilling, soit 21 shillings ou encore 252 anciens pence. Depuis la décimalisation de 1971, elle vaut 105 (nouveaux) pence.

Après la décimalisation[modifier | modifier le code]

Avers et revers d'une pièce de 10 New Pence émise peu après la décimalisation (1975). Avers et revers d'une pièce de 10 New Pence émise peu après la décimalisation (1975).
Avers et revers d'une pièce de 10 New Pence émise peu après la décimalisation (1975).
Article détaillé : Pièces de monnaie du Royaume-Uni.

Depuis le D-Day (Decimalisation Day), le , le shilling a disparu et la livre sterling est divisée en 100 pence (au singulier, 1 penny). La lettre « p » a été adopté comme symbole du nouveau penny pour le différencier de l’ancien.

La valeur du penny a changé à l’occasion du passage au système décimal. Les premières années qui ont suivi 1971, le penny d’un nouveau genre était souvent appelé new penny (« nouveau penny »). Les pièces de ½ p, 1 p, 2 p, 5 p, 10 p et 50 p portèrent la mention NEW PENCE jusqu’en 1982, date à laquelle l’inscription est devenue ONE PENNY, TWO PENCE, FIVE PENCE et ainsi de suite. Le ½ penny a été retiré de la circulation en 1984.

Argot de la livre sterling[modifier | modifier le code]

Dans le langage familier, l’initiale p (prononcé /pi:/) de penny et son pluriel pence est utilisée : « it's 50 pence » devient « it’s 50 p. ». À l'origine, ce terme servait à distinguer le nouveau penny décimal (symbole p) du vieux penny du système original (symbole d); l'usage de ce terme s'est fixé longtemps après que le vieux penny a été oublié.

Dans le registre familier, pound est remplacé par quid. À l'origine (XVIIe siècle), le terme quid désignait un souverain ou une guinée, aujourd'hui, une livre[26]. Par exemple, « it costs five pounds » devient « it costs five quid » (sans marque du pluriel). On n'utilise quid que pour les nombres entiers. « ten quid » pour dix livres, mais on dit « seven pound(s) fifty » ou tout simplement « seven fifty » pour £7,50 (jamais « seven quid fifty »).

Pour demander une coupure de 5 livres on peut dire « Have you got a fiver? ». Pour demander une coupure de 10 livres cela donnerait « Have you got a tenner? »

Dans l'argot australien et néozélandais, « to make a quid » signifie « faire de l'argent »[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Unicode : &#163
  2. Au contraire de la France où le symbole monétaire se place après le montant. ex. : 7,50 £ ; 13,75 $ ; 38 €
  3. À l'origine, le seul type de pièce existant
  4. Le terme aurait désigné les deniers écossais du roi David Ier d'Écosse (1123 à 1153), et du nouveau denier anglais du roi Henri II Plantagenêt en 1180.
  5. En particulier, ses mercenaires
  6. Cependant, aussi bien la définition précise de la livre que le titre de la monnaie a connu de nombreuses modifications.
  7. 240 est un nombre hautement composé comportant pas moins de 20 diviseurs.
  8. Les prix s'écrivaient par exemple « 1/ 5 », qui s'énonçait one and five, la demi-couronne « 2/ 6 » se disait two and six.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://fr.loobiz.com/historique/euro+livre-sterling
  2. http://fr.loobiz.com/historique/livre-sterling+euro
  3. (en) http://www.trader-forex.fr/bible-forex-livre-sterling
  4. Nicholas Mayhew, Sterling, p. 2
  5. a et b (en) Bank of England Frequently Asked Questions
  6. (en) New hope in banknote battle, Express.co.uk
  7. Livre mannoise
  8. Livre jersiaise ancienne série, Livre jersiaise nouvelle série
  9. Livre de Guernesey
  10. (en) Page de Nicholas Mayhew
  11. Nicholas Mayhew, Sterling. The History of a Currency, p. 1
  12. Ibidem.
  13. Nicholas Mayhew, p. 2. Le Shorter Oxford English Dictionary et le Petit Robert reprennent, brièvement, la même explication.
  14. Jacques Paul Migne, 'Encyclopédie théologique ou Série de dictionnaires sur toutes les parties de la science religieuse- 1832- Dictionnaire de numismatique, p. 479-480.
  15. Le Shorter Oxford English Dictionary est quant à lui d'avis que le terme 'esterlin' serait antérieur à l'anglais.
  16. Nicholas Mayhew, Sterling, p. 3
  17. Spink, Coins of England, p. 127
  18. Coins of England, Spink, p. 127
  19. Selon Mayhew, une diminution du titre d'argent de 900 à 700 millième est parfaitement invisible à l'œil nu.
  20. Un soupçon qui n'était apparemment pas dénué de tout fondement, selon Mayhew
  21. Mayhew, Sterling, p. 10
  22. La Tower pound était une mesure de masse exclusivement utilisée à des fins monétaire, elle était égale à 5 400grain troy. Elle sera remplacée en 1526 par la Troy pound, qui pesait 5 760 grains troy (Mayhew, op. cit. p. 271)
  23. La Saxe en 1168, Cologne et Flandres en 1170, l'Angleterre en 1180.
  24. Mayhew estime par exemple à 900 000 lires la monnaie disponible en Angleterre vers 1300.
  25. Nicholas Mayhew,Sterling, p.2
  26. a et b Oxford Shorter Dictionary of English, article quid

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]