Poule-les-Écharmeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poule-les-Écharmeaux
Statue de Napoléon Ier au col des Écharmeaux
Statue de Napoléon Ier au col des Écharmeaux
Blason de Poule-les-Écharmeaux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Thizy-les-Bourgs
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Ouest Rhodanien
Maire
Mandat
Joëlle Couleur
2017-2020
Code postal 69870
Code commune 69160
Démographie
Population
municipale
1 098 hab. (2014)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 59″ nord, 4° 27′ 29″ est
Altitude Min. 450 m
Max. 962 m
Superficie 31,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Poule-les-Écharmeaux

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Poule-les-Écharmeaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poule-les-Écharmeaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poule-les-Écharmeaux

Poule-les-Écharmeaux est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village situé au nord du département sur la RD 385 (la Route Buissonnière) au nord-ouest de Lyon, entre Roanne et Mâcon.
Il fait partie de la communauté de communes de la Haute Vallée d'Azergues. Selon l'INSEE, la commune appartient au bassin de vie de Beaujeu.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Propières Chénelette Rose des vents
Belleroche (Loire) N Saint-Didier-sur-Beaujeu
O    Poule-les-Écharmeaux    E
S
Ranchal Saint-Nizier-d'Azergues Claveisolles

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière Azergues prend sa source sur le territoire de Poule-les-Écharmeaux, au pied de la Roche d'Ajoux.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1801, la commune s'appelait Poule. Elle fut renommée Poule-les-Echarmeaux en 1954. Avant ces dates, Poule s'écrivait Poulle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Marc Coffy    
2008 2014 Jeanine Corcelette    
2014 2017[1] Françoise Mélinand    
2017   Joëlle Couleur[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 098 habitants, en augmentation de 5,07 % par rapport à 2009 (Rhône : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 596 1 426 1 637 1 714 2 020 2 118 2 203 2 115 2 067
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 056 1 989 1 961 1 900 1 861 1 786 1 809 1 681 1 928
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 753 1 560 1 523 1 312 1 289 1 171 1 087 1 123 1 097
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 114 1 025 832 795 838 834 956 1 081 1 098
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
En 2013 sur les 1 102 habitants de la commune 373 ont moins de 30 ans, 429 sont âgés de 30 à 59 ans et 299 ont 60 ans et plus[7].

Logements[modifier | modifier le code]

Il existe 628 logements dans la commune, dont 449 résidences principales, 122 résidences secondaires et 57 logements vacants. 593 sont des maisons et 33 des appartements. Les 449 occupants des résidences principales sont pour 361 propriétaires et 82 locataires[7].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

On trouve au centre du village l'église d'un ancien prieuré clunisien.

La commune se trouve dans le Haut Beaujolais. Ses habitants participent chaque année à diverses festivités. Cela prend la forme de défilés de chars et de bals qui ont lieu alternativement dans chaque village de la région, sous le nom de fête des conscrits. Cette fête des conscrits dite « fête des classes » à laquelle participent les différentes décennies donne lieu, outre au défilé de chars déjà évoqué, à une messe, un banquet.

Parmi les autres activités et fêtes : la Sainte-Barbe en l'honneur des pompiers, une randonnée pédestre annuelle, le défilé et le feu d'artifice du 14-Juillet, la kermesse, la fête de la musique et celle de la Sainte-Cécile, le concours de pêche, la brocante vide-greniers, les concours de belote des diverses sociétés.

Économie[modifier | modifier le code]

L'environnement du village est essentiellement rural. On y trouve des activités liées à la production et à la transformation du bois, des agriculteurs mais également des artisans : maçons, menuisiers-charpentiers, mécaniciens, serrurier, carrossier, ferrailleur et des commerces de proximité : boulangerie, boucherie-charcuterie traiteur, salon de coiffure, papeterie-journaux.

Emploi[modifier | modifier le code]

653 habitants de la commune ont de 15 à 64 ans, 74,1 % sont des actifs (67 %ont un emploi et 7,1 % sont chômeurs) et 25,9 % des" inactifs" (élèves et étudiants : 8,5 % ; retraités 11,2%).

Le nombre d’emploi sur le territoire communal est de 192 (205 en 2008), dont 129 sont des emplois salariés et 63 des non salariés[7].

Établissements[modifier | modifier le code]

Il existe 127 établissements dans la commune : 28 appartiennent au secteur de l’agriculture, 16t au secteur industriel, 16 à celui de la construction, 57 au commerce, transport et services divers, 10 à l’administration publique, à l’enseignement, à la santé, à l’action sociale[7].

98 établissements n’emploient aucun salarié, 28 en ont de 1 à 9 et 1 établissement a plus de 9 salariés.

Une gare a été construite en contrebas du centre du village et le transport des voyageurs est assuré avec Lyon deux fois par jour. Plus aucun train ne s'arrête dans cette gare depuis peu.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Ponton et siphon du plan d'eau de Poule-les-Écharmeaux.

Terrain de camping 2 étoiles de 4 500 m2 comptant 24 emplacements. Pêche à la truite dans l'Azergues, mais aussi pêche dans le plan d'eau qui est également un agréable lieu de détente avec ses abords fleuris, ses jeux pour les enfants, son cadre de verdure et d'arbres, apprécié pendant la saison chaude. Le GR 7 traverse Poule-les-Écharmeaux[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Françoise Mélinand, maire depuis 2014, est décédée », sur leprogres.fr, (consulté le 29 mars 2017).
  2. « Joëlle Couleur élue maire », sur leprogres.fr, .
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. a, b, c et d « INSEE Poule-les-Écharmeaux ; dossier complet », sur INSEE.fr, (consulté le 24 mars 2017)
  8. « Zone humide des Monneries | Poule-Les Écharmeaux », sur www.poulelesecharmeaux.fr (consulté le 6 mars 2016)
  9. « Chemin de grande randonnée, GR 7 | Poule-Les Écharmeaux », sur www.poulelesecharmeaux.fr (consulté le 6 mars 2016)