Glossaire de géologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Post-épaississement)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Géologie.

Cet article est un glossaire de géologie.

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

  • Accrétion : accumulation de matière de nature et d'origine différente à l’origine de l’élargissement des plaques océaniques (accrétion océanique par volcanisme), des continents (accrétion continentale par incorporation des prismes d’accrétions sédimentaires), et même de la formation de la Terre.
  • Acide : qualifie une roche magmatique dont la teneur en silice SiO2 est supérieur à 65 %[1].
  • Affleurement : lieu où les roches qui forment le sous-sol sont mises à nu à la surface.
  • Alcalin : s'applique aux roches magmatiques riches en feldspaths potassiques et sodiques.
  • Allochtone : qualifie des terrains qui ont été charriés et qui en recouvrent d'autres pouvant être plus récents, dits autochtones.
  • Alloclaste : particule volcanoclastique se formant en profondeur par destruction de roches éruptives préexistantes par des processus volcaniques.
  • Anorogénique : s'applique à une région qui, pour une époque donnée, et contrairement aux zones voisines, n'a pas subi d'orogenèse.
  • Anticlinal : structure géologique en forme de pli convexe où les couches de roches les plus anciennes se situent au cœur de la structure.
  • Antiforme : structure géologique où les couches de roche forment un pli convexe (de la forme d'un « U »).
  • Aquifère : formation rocheuse suffisamment poreuse et perméable pour que de grandes quantités d'eau puissent y circuler et y être stockées.
  • Arc volcanique : ensemble de volcans s'alignant plus ou moins selon une courbe.
  • Ardoise : roche métamorphique sombre à noire, au grain fin et présentant une foliation prononcée permettant l'obtention de fragments très plats et très peu épais.
  • Argile : roche sédimentaire composée pour une large part de minéraux spécifiques, silicates en général d'aluminium plus ou moins hydratés, qui présentent une structure feuilletée, ou bien une structure fibreuse.
  • Atoll : formation géologique composée d'une barrière de corail partiellement ou totalement immergée et grossièrement circulaire entourant un lagon.
  • Aulacogène : grand fossé tectono-sédimentaire interprété comme un rift avorté.
  • Autochtone : qualifie des terrains recouverts par d'autres plus anciens qui ont été charriés, dits allochtones.
  • Autoclaste : particule volcanoclastique se formant par friction mécanique lors de l'écoulement des laves et de la rupture des encaissants froids ou de l'écroulement des aiguilles et des dômes.

B[modifier | modifier le code]

  • Basalte : roche volcanique à structure microlithique émise généralement par du volcanisme de point chaud, de rift et de dorsale.
  • Basique : qualifie une roche magmatique dont la teneur en silice SiO2 est comprise entre 52 et 65 %.
  • Bassin sédimentaire : dépression relative de la croûte terrestre située sur un continent émergé, un plateau continental, ou encore dans un océan, qui recueille des quantités relativement importantes de matériaux sédimentaires qui, par diagenèse, se transforment ensuite progressivement en couches stratifiées de roches sédimentaires.
  • Batholite : masse de roches ignées intrusives qui se forme lorsque le magma se refroidit à l'intérieur de l'écorce terrestre.
  • Bioclaste : dans une roche, tout élément fossile, entier ou plus souvent en fragment, d'origine animale ou végétale.
  • Blaste : minéral formé pendant (syncinématique) ou après (postcinématique) une phase métamorphique donnée.
  • Bloc erratique : masse rocheuse de taille relativement importante, située de façon isolée, ayant été déplacée par un glacier, parfois sur de grandes distances.
  • Bouclier : grande région stable du socle ancien, généralement plate et nivelée par l'érosion, composée de roches d'origine magmatique et métamorphique datant du Précambrien.
  • Brachyanticlinal : anticlinal dont la section par un plan horizontal n'est guère plus longue que large[2].
  • Brachysynclinal : synclinal dont la section par un plan horizontal n'est guère plus longue que large[3].
  • Brèche : conglomérat composé pour moitié, au moins, de morceaux anguleux. Une brèche peut être d'origine sédimentaire, volcanique ou tectonique.

C[modifier | modifier le code]

  • Calcaire : roche sédimentaire composée principalement de calcite (au moins 80 %).
  • calco-alcaline : s'applique aux roches magmatiques riches en feldspaths potassiques et sodiques, et en plagioclases.
  • calco-sodique : s'applique aux roches magmatiques qui ne possèdent que des plagioclases.
  • Caldeira : vaste dépression ceinturée par une falaise circulaire ou elliptique, située au centre de certaines grandes formations volcaniques, résultant d'une éruption qui vide la chambre magmatique sous-jacente et entraîne l'effondrement du toit de celle-ci.
  • Cataclase : broyage d'une roche et de ses éléments qui sont réduits en petits débris anguleux, tordus et étirés.
  • Cataclastique : s'applique à la structure des roches ayant subi une cataclase lors des phases violentes du métamorphisme.
  • Catazone : zone du métamorphisme général fort.
  • Ceinture : bande de minéraux, roches ou terrains qui délimitent une autre structure de même nature.
  • Cendre volcanique : fines particules de roches et de minéraux, inférieures à deux millimètres de diamètre, qui sont éjectées d'un volcan.
  • Chaîne : alignement de montagnes plus ou moins rectiligne et composé d'un ou plusieurs massifs montagneux.
  • Chambre magmatique : zone de stockage de magma dans la lithosphère, qui est à la fois l'origine et le moteur des remontées de magma vers la surface terrestre.
  • Charriage : chevauchement de grande amplitude (de la dizaine à la centaine de kilomètres, voire au-delà).
  • Chevauchement : mouvement tectonique conduisant un ensemble de terrains à en recouvrir un autre par le biais d'un contact anormal peu incliné.
  • Cheminée de fée : grande colonne naturelle faite de roches friables et dont le sommet est constitué d'une roche plus résistante à l'érosion.
  • Cheminée volcanique : conduit créé par l'ascension du magma de la chambre magmatique jusqu'au cratère d'un volcan.
  • Cimentation : action par laquelle des éléments détritiques se lient et forment une roche compacte.
  • Claste : fragment de cristal, de fossile ou de roche inclus dans une roche[4].
  • Compétence : capacité d'une roche ou d'une couche géologique à ne pas se déformer.
  • Cône volcanique : structure en forme de montagne ou de colline formée par l'empilement de téphras et pyroclastes au cours de l'éruption d'un volcan.
  • Conglomérat : roche sédimentaire détritique ; composée, au moins pour moitié, de morceaux d'autres roches liés par un ciment. Les conglomérats sont dits « polygéniques » si leurs composants sont d'origines variées, « monogéniques » dans le cas contraire.
  • Couverture : ensemble de terrains sédimentaires, ou parfois volcaniques, reposant en discordance sur un autre ensemble très plissé, souvent métamorphisé et granitisé, puis pénéplané avant leur dépôt, et appelé socle.
  • Craie : roche calcaire au grain très fin formée par l'accumulation de squelettes (tests) de phytoplancton.
  • Craton : vaste portion stable du domaine continental par opposition aux zones instables déformées. Antonyme : orogène.
  • Crétacé : période géologique qui s’étend de −145 à −66 millions d'années (Ma).
  • Cuesta : relief constitué d’un côté par un talus à profil concave (le front), en pente raide, et, de l’autre côté, par un plateau doucement incliné en sens inverse (le revers). Les cuestas se forment sur les bordures de bassins sédimentaires peu déformés.

D[modifier | modifier le code]

  • Décrochement (faille décrochante) : faille le long de laquelle deux compartiments rocheux se déplacent horizontalement en sens opposé.
  • Déversement : acquisition d'un pli dont la surface axiale et les flancs ont des pendages de même sens.
  • Diaclase : fracture d'une formation géologique sans déplacement vertical des parties de part et d'autre de la fracture.
  • Diapir : type d'intrusion résultant de la remontée de roches plus légères à travers des roches plus denses.
  • Discontinuité : zone de la structure interne de la Terre, où l'on observe des modifications brutales de la vitesse de propagation des ondes sismiques, correspondant à des changements de milieu physiques délimitant les différentes grandes enveloppes de la Terre.
Discontinuité de Mohorovičić, abrégée Moho : discontinuité de la vitesse sismique marquant la limite entre la croûte terrestre et le manteau de la Terre.
Discontinuité de Gutenberg : discontinuité de la vitesse sismique marquant la limite entre le manteau et le noyau de la Terre.
Discontinuité de Lehmann : discontinuité de la vitesse sismique à une profondeur d'environ 200 km dans le manteau supérieur de la Terre, faisant toujours l'objet de controverses.
  • Distension : déformation des roches provoquée par la divergence des plaques lithosphériques.
  • Dôme de lave : structure volcanique formée d'une masse de lave, le plus souvent grossièrement arrondie, originant de l'éruption lente de lave hautement visqueuse d'un volcan.
  • Dorsale : frontière de divergence entre deux plaques tectoniques qui s'écartent l'une de l'autre avec création de croûte océanique (lithosphère océanique).
  • Dyke : filon de roche magmatique injecté dans l'encaissant. Si le filon est horizontal, on parle de « Sill ».

E[modifier | modifier le code]

  • Ensellement : abaissement local d'allure souple, soit d'une crête topographique, soit de l'axe d'un anticlinal allongé, formant une dépression à versants doux entre 2 reliefs positifs.
  • Épiclaste : particule volcanoclastique (roche ou minéral) produite par la remobilisation de roches volcaniques originelles par des processus de type « avalanches de débris », « lahariques » et par tous les processus d'érosion.
  • Épizone : zone du métamorphisme général faible.
  • Érosion : ensemble des phénomènes physiques, chimiques ou physico-chimiques provoquant la désagrégation, la dissolution, la fragmentation et la mobilisation de la partie superficielle de la croûte terrestre.
  • Éclogite : roche métamorphique indiquant la présence d'une zone de paléo-subduction.

F[modifier | modifier le code]

  • Faille : zone de déformation localisée dans la croûte supérieure, avec déplacement entre les deux blocs qu'elle séparent.
  • Faille active : faille de l'écorce terrestre, ayant joué récemment (temps historiques ou Quaternaire), et susceptible de causer un futur tremblement de terre.
  • Faciès : Terme très général utilisé pour caractériser une structure géologique, un minéral ou une roche. Il peut être descriptif (exemple : faciès récifal) ou historique (exemple : faciès métamorphique).
  • Flambage : ondulation à grande longueur d'onde (pli de lithosphère) dans une direction différente de celle des forces de sollicitation[5].
  • Flexuration : déformation à grande longueur d'onde affectant toute l'épaisseur de la croûte.

G[modifier | modifier le code]

H[modifier | modifier le code]

  • Halmyrolyse : altération chimique d'un sédiment marin au contact de l'eau de mer.
  • Head : dépôt de solifluxion sous climat périglaciaire.
  • hololeucocrate : s'applique aux roches magmatiques riches en minéraux dits blancs dont l'indice de coloration se situe entre 0 et 10.
  • holomélanocrate : s'applique aux roches magmatiques riches en minéraux dits noirs dont l'indice de coloration se situe entre 90 et 100.
  • Horst : compartiment soulevé entre des failles normales conjuguées.
  • Hot spot (en) : synonyme de point chaud.
  • Hydroclaste : particule volcanoclastique se formant par explosion phréatomagmatique lors d'interactions entre l'eau et le magma et par fragmentation des coulées subaquatiques (hydroclastites de progression).

I[modifier | modifier le code]

J[modifier | modifier le code]

K[modifier | modifier le code]

  • Karst : structure géomorphologique résultant de l'érosion hydrochimique et hydraulique de formations de roches carbonatées, principalement de formations calcaires.
  • Klippe : partie d'une nappe de charriage isolée du corps principal de celle-ci par l'effet de l'érosion ou par désolidarisation du front de nappe.

L[modifier | modifier le code]

  • Laccolite : intrusion de roches magmatiques qui se met en place parallèlement à l'encaissant en déformant la couche supérieure.
  • Lave : roche en fusion, plus ou moins fluide, émise par un volcan lors d’une éruption, résultant du dégazage total ou partiel et de la dépressurisation totale ou partielle d'un magma.
  • Leucocrate : s'applique aux roches magmatiques riches en minéraux dits blancs dont l'indice de coloration se situe entre 10 et 40.
  • Lignite : roche sédimentaire carbonée, composée de restes fossiles de plantes. C'est une roche intermédiaire entre la tourbe et la houille.
  • Lithosphère : enveloppe terrestre rigide de la surface, comprenant la croûte terrestre et une partie du manteau supérieur.
  • Limon : formation sédimentaire dont la taille des grains est intermédiaire entre les argiles et les sables (entre environ 2 et 50 micromètres, les limites précises peuvent varier quelque peu suivant les laboratoires). Un dépôt majoritairement limoneux peut être qualifié de limon.
  • Lœss : roche sédimentaire détritique meuble formée par l'accumulation de limons issus de l'érosion éolienne (déflation), dans les régions désertiques et périglaciaires.
  • Lopolite : corps intrusif de roches magmatiques partiellement concordant sur l'encaissant, de forme lenticulaire.

M[modifier | modifier le code]

  • Magma : roche partiellement ou totalement fondue, gazéifiée et mise sous pression.
  • Manteau : couche intermédiaire entre le noyau planétaire et la croûte terrestre.
  • Marge : marge continentale, zone formant le bord d’un continent et qui assure une transition active ou passive entre la croûte continentale et la croûte océanique.
  • Massif : ensemble de montagnes présentant une certaine unité géographique ou géologique et pouvant faire partie d'une chaîne de montagnes.
  • Mélanocrate : terme qualifiant les roches magmatiques et métamorphiques riches en minéraux dits noirs dont l'indice de coloration se situe entre 65 et 90.
  • Mésocrate : terme qualifiant les roches magmatiques et métamorphiques dont l'indice de coloration se situe entre 35 et 65.
  • Mésozone : zone du métamorphisme général moyen.
  • Métalumineux : magma ou roche pauvre en aluminium comparé à ses autres éléments.
  • Métamorphisme : ensemble des transformations subies à l'état solide par une roche sous l'effet de modifications des conditions de température, de pression, de la nature des fluides et, parfois, de la composition chimique de la roche.
  • Métasédiment : sédimentaire métamorphisé.
  • Minéral : substance normalement inorganique, plus rarement organique, formée naturellement ou synthétisée artificiellement, définie par sa composition chimique et l'agencement de ses atomes selon une périodicité et une symétrie précises qui se reflètent dans le groupe d'espace et dans le système cristallin du minéral.
  • Mio-pliocène : expression désignant l'ensemble du Miocène et du Pliocène.
  • Mole : terme imagé désignant une région ayant un comportement relativement rigide (île granitique, socle) par rapport à d'autres plus souples.
  • Monoclinal (ou relief monoclinal) : relief caractérisé par des couches géologiques parallèles et régulièrement inclinées dans le même sens avec un pendage modéré.
  • Monogénique : se dit de roches sédimentaires détritiques dont les éléments sont de même nature, ou d'un relief formé dans des conditions constantes.
  • Mylonite : roche dynamométamorphique issue de la transformation d'une roche originelle (magmatique ou sédimentaire) broyée au point de rendre indiscernable à l’œil ses composants d'origine.

N[modifier | modifier le code]

  • Nappe de charriage : Déplacement d'un ensemble de terrains déplacés de son site d'origine et recouvrant un autre ensemble, distant du premier.
  • Nappe phréatique : nappe d'eau souterraine accessible par puits.
  • Néphrite : synonyme de jade.
  • Nivéo-éolien : qualifie un dépôt constitué de sable fin et de limon mélangés à de la neige et transporté par le vent sous climat froid.
  • Noyau (nife, ou barysphère en géophysique) : partie métallique centrale de la structure interne de la Terre comprenant le noyau interne et le noyau externe, et qui serait composée essentiellement de fer et de nickel.

O[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

Q[modifier | modifier le code]

R[modifier | modifier le code]

  • Rapakivi : qualificatif pour certains granites à grands cristaux d'orthose. Mot d'origine finlandaise.
  • Rift : région formée d'un vaste fossé d'effondrement allongé, limitée par deux failles normales, orientées dans l'axe d'un bombement de la croûte terrestre, et dont les dimensions peuvent atteindre quelques dizaines de kilomètres de large pour plusieurs centaines de kilomètres de long.
  • Rifting : synonyme de distension.
  • Roche : matériau formé par un agrégat naturel de minéraux, de fossiles, et/ou d'éléments d'autre(s) roche(s).
  • Roche magmatique (roche ignée) : roche formée quand un magma se refroidit et se solidifie, avec ou sans cristallisation complète des minéraux le composant.
  • Roche métamorphique : type de roche dont la formation a pour origine la transformation à l'état solide des roches sédimentaires, magmatiques ou encore métamorphiques, en raison des modifications des paramètres physico-chimiques du milieu dans lequel elles évoluent (notamment la pression et la température).
  • Roche métasédimentaire : roche sédimentaire métamorphisée.
  • Roche plutonique (intrusive) : type de roche magmatique formée lors du refroidissement d'un magma en profondeur dans la croûte terrestre.
  • Roche sédimentaire : roche provenant de l'accumulation de sédiments qui se déposent en couches (strates) à la surface de la croûte terrestre.
  • Roche volcanique (roche extrusive ou roche effusive) : type de roche magmatique, résultant du refroidissement rapide d'une lave, magma arrivé à la surface de la croûte terrestre.

S[modifier | modifier le code]

  • Sable : roche sédimentaire meuble constituée de petites particules provenant de la désagrégation d'autres roches dont la dimension est comprise entre 0,063 et 2 mm.
  • Schiste : roche qui a pour particularité d'avoir un aspect feuilleté, et de se débiter en plaques fines ou « feuillet rocheux ».
  • Schlieren (en) : bandes sombres ou claires dans les roches plutoniques hétérogènes, dont la composition diffère de celle de la lithologie principale.
  • Sédiment : particule de taille et d'origine variable, détachée de sa matrice originelle par des phénomènes d'érosion et transportée par la gravité, l'eau, le vent ou la glace. Leur dépôt sur une superficie de taille variable est à l'origine de la formation de couches sédimentaires.
  • Sial : ancien nom donné à la croûte continentale.
  • Sill : filon de roche magmatique injecté horizontalement dans l'encaissant. Si le filon est plutôt orienté verticalement, on parle de « Dyke ».
  • Sima : couche inférieure de la croûte terrestre.
  • Slumping : glissement synsédimentaire sous-marin.
  • Socle : structure géomorphologique constituée d'un ensemble rocheux induré composé de roches métamorphiques ou magmatiques plissées puis pénéplanées, formées au cours d'un ou plusieurs cycles orogéniques.
  • Stratification : dépôt de strates.
  • Subduction : processus par lequel une plaque tectonique océanique s'incurve et plonge sous une autre plaque avant de s'enfoncer dans le manteau.
  • Subsidence : lent affaissement de la lithosphère entraînant un dépôt progressif de sédiments sous une profondeur d'eau constante.
  • Suffosion (en) : entraînement, par expulsion à la surface, de matériaux fins (boues et sables gorgés d'eau) dans les alluvions, causé par des infiltrations ou par fusion de la glace sous-jacente et pouvant générer des cavités ou conduits souterrains.
  • Surimposition : synonyme d'uplift[à vérifier].
  • Synclinal : structure géologique formant un pli concave où les couches de roches les plus récentes sont au cœur de la structure. Antonyme : anticlinal.
  • Syn-épaississement : caractérise un phénomène géologique ayant lieu pendant un épaississement crustal.
  • Synforme : structure géologique où les couches de roche forment un pli concave. Antonyme : antiforme.
  • Syncinématique : se dit d'un minéral, d'une roche ou d'un massif géologique qui subit un déplacement durant un phénomène tectonique.
  • Synorogénique : se dit d'un phénomène géologique qui survient durant une orogenèse.
  • Syntectonique : se dit d'un phénomène géologique qui survient durant la tectogenèse.

T[modifier | modifier le code]

  • Taphrogenèse : tectonique distensive en failles normales produisant des structures en horsts et grabens
  • Tardi-orogénique : se dit d'un phénomène géologique qui survient à la fin d'une orogenèse.
  • Tardi-tectonique : se dit d'un phénomène géologique qui survient à la fin de la tectogenèse.
  • Tectonique : étude des structures géologiques d'échelle kilométrique et plus.
  • Tectogenèse : formation de structures tectoniques dans l'écorce terrestre.
  • Tholéiite : sorte de basalte, du type de ceux constituant les fonds océaniques.
  • Trapp : très vastes plateaux des étendues continentales, constitués d'épais dépôts de roches basaltiques.
  • Trias : période géologique qui s’étend de −252,2 ± 0,5 et −201,3 ± 0,2 millions d'années (Ma).
  • Trou bleu : excavation sous-marine dont la couleur bleu foncé contraste avec le bleu plus clair environnant.

U[modifier | modifier le code]

  • Ultrabasique : qualifie une roche magmatique dont la teneur en silice SiO2 est inférieure à 45 %.
  • Uplift : soulèvement progressif, pendant une assez longue période, des terrains d'une certaine zone.

V[modifier | modifier le code]

  • Varisque : cycle orogénique paléozoïque aussi appelé hercynien.
  • Vergence : sens de déversement ou de déjettement d'un pli. Par extension, sens vers lequel se font des chevauchements.
  • Volcan : relief se présentant généralement sous la forme d'une montagne et étant formé par l'accumulation de matériaux issus de magma éjecté à la surface de la Terre.
  • volcanoclastique : s'applique à une particule ou une roche formée de fragments de roches volcaniques.

W[modifier | modifier le code]

Y[modifier | modifier le code]

Z[modifier | modifier le code]

  • Zircon : minéral du groupe des silicates, utilisé en joaillerie. Considérés comme les plus anciens témoins des minéraux terrestres (4,3 - 4,4 Ga), les zircons peuvent donner des indications sur la température et la chimie régnant au moment de leur cristallisation.
  • Zone de cisaillement : discontinuité où se concentre la déformation dans la croûte et le manteau terrestres.
  • Zone de subduction : zone de la lithosphère où une plaque tectonique océanique s'incurve et plonge sous une autre plaque avant de s'enfoncer dans le manteau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’adjectif « acide » vient du terme « acide silicique » qui désignait autrefois SiO2.
  2. Il correspond généralement à un anticlinal d'ampleur forte mais très court. Si la section est circulaire ou presque, on parle de dôme.
  3. Il correspond généralement à un synclinal d'ampleur forte mais très court. Si la section est circulaire ou presque, on parle de cuvette.
  4. Ce terme est souvent utilisé comme suffixe pour désigner une terme de claste : porphyroclaste (fragment de cristal dans une roche métamorphique) ; bioclaste (fragment de fossile dans une roche sédimentaire); lithoclaste (débris de roche remanié dans une roche sédimaire) ; épiclaste (produit volcanique érodé, transporté et redéposé dans des séries sédimentaires).
  5. Beaucoup de grandes structures géologiques peuvent être interprétées comme la résultante d'un flambage lithosphérique de grande longueur d'onde issues de déformations en champ lointain par la tectonique des plaques. Ainsi l'orogenèse pyrénéenne et alpine a eu des répercussions sur l'ensemble de la France. Leurs compressions provoquent notamment des flambages responsables de séismes et de la mise en place de vastes synformes et antiformes (de direction alpine NE-SW, de direction pyrénéenne NW-SE) : les seuils de l'Artois, de Bourgogne et du Poitou en sont une manifestation ; de même que le massif armoricain qui correspond à l'intersection d'anticlinaux ou le bassin parisien à une interférence de deux synclinaux. « Cf » Pierre Peycru, Jean-François Fogelgesang, Didier Grandperrin et Christiane Perrier (dir.), Géologie tout-en-un, Dunod, , p. 620-621.
  6. Granoclassement normal lorsque la taille va du plus gros au plus petit, granoclassement inverse lorsque la taille va du plus petit au plus gros.
  7. Si le protolithe est encore reconnaissable, les géologues lui associent le préfixe méta. S'il n'est pas bien identifié mais son origine reconnue, les géologues associent au nom de la roche métamorphique le préfixe para pour désigner une origine sédimentaire, ortho pour une origine magmatique.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]