Portugal Telecom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise
Cet article est une ébauche concernant une entreprise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Portugal Telecom
logo de Portugal Telecom
Dates clés 1996 : Privatisation
2013 : Fusion avec Oi
2014 : Rachat par Altice[1]
Personnages clés Paulo Neves (CEO), Armando Pereira (Chairman)
Siège social Lisbonne, Drapeau du Portugal Portugal
Actionnaires Altice
Activité Télécommunications
Société mère Altice
Sociétés sœurs SFR, Numericable, Completel, Virgin Mobile France
Effectif 12 000
Site web http://www.telecom.pt
Chiffre d’affaires € 6,3 milliards (2006)

Portugal Telecom est l'opérateur de télécommunications historique portugais.

Histoire[modifier | modifier le code]

En septembre 2013, Portugal Telecom fusionne avec l'opérateur de télécommunication brésilien Oi, pour créer une nouvelle entreprise nommée CorpCo, basé à Rio de Janeiro, avec un chiffre d'affaires de 19 milliards de dollars et servant 100 millions de clients[2].

En , Altice entre en négociation exclusive avec Oi pour le rachat de Portugal Telecom, avec une offre ferme de 7,025 milliards de dollars[1].

Présence mondiale[modifier | modifier le code]

Il est présent dans de nombreux pays :

Brésil, Hongrie, Chine, Macao, Cap-Vert, Timor, Guinée-Bissau, Maroc, São Tomé et Principe, Namibie, Kenya, Angola, Botswana, Mozambique.

Portugal Telecom possédait, entre autres, le plus gros réseau mobile de l'hémisphère austral (Vivo), basé au Brésil.

La filiale française Marconi France Télécommunications, tout comme Marconi Suisse, a été reprise fin 2005 par Magic Fil Telecom.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Altice va racheter Portugal Telecom, Le Monde, 1er décembre 2014
  2. Oi, Portugal Telecom combine to battle bigger rivals, Andrei Khalip et Luciana Bruno, Reuters, 2 octobre 2013

Lien externe[modifier | modifier le code]