Portrait du docteur Gachet avec branche de digitale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Docteur Gachet
Image dans Infobox.
Portrait du docteur Gachet (première version)
Artiste
Date
Juin 1890
Type
Technique
Dimensions (H × L)
66 × 57 cm
Inspiration
Torquato Tasso (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Collection privée (vente Christie's, New York, 15 mai 1990)
Collection
Localisation
Commentaire
F753 / JH2007 - Réalisé à Auvers-sur-Oise
Le Docteur Gachet
Image dans Infobox.
Portrait du docteur Gachet (deuxième version)
Artiste
Date
1890
Type
Technique
Dimensions (H × L)
68 × 57 cm
Inspiration
Torquato Tasso (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Collection
Localisation
Musée d'Orsay, Paris (France)
Commentaire
F754 / JH2014 - Réalisé à Auvers-sur-Oise

Le Portrait du docteur Gachet avec branche de digitale est l'une des peintures les plus chères de l'artiste-peintre néerlandais Vincent van Gogh, puisqu'elle a été vendue au prix record de 82,5 millions de dollars (75 millions de dollars, plus 10 pour cent de commission) en 1990. Elle représente le docteur Paul Gachet.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il existe deux versions authentiques de ce portrait, toutes les deux exécutées en juin 1890 pendant les derniers mois de la vie de Van Gogh. Bien que les deux tableaux soient très proches quant à leur forme, ils peuvent facilement être différenciés par leur style.

Les deux tableaux, peints à Auvers-sur-Oise près de Paris, représentent le docteur Gachet assis à une table avec la tête penchée et appuyée sur son bras droit. Gachet est le médecin qui a pris soin de Van Gogh pendant ses derniers mois de vie. On note également la présence d'une digitale pourpre[1], à partir de laquelle est fabriquée la digitaline utilisée pour le traitement de certaines douleurs au cœur. La digitale constitue donc un attribut de Gachet en tant que docteur.

En revanche, les styles picturaux adoptés par Van Gogh pour réaliser ces tableaux sont assez différents. Tout d'abord, les couleurs utilisées ne sont pas tout à fait les mêmes. Mais c'est surtout le « coup de pinceau » qui est très différent ainsi que la précision des traits qui est plus évidente dans la première version.

Aussi différentes qu'elles soient, les deux versions s'inspirent manifestement du Portrait d'Eugène Bénon peint par Puvis de Chavannes en 1882. Fervent admirateur de cet artiste, Van Gogh écrit tout le bien qu'il en pense dans une lettre à Emile Bernard de 1888, ( Correspondance, édit.1960, III, p. 158.) et dans deux autres à son frère Téo. Dans la seconde, daté de , il écrit: "Un idéal de figure est pour moi toujours resté le portrait de Puvis de Chavannes, un vieillard lisant un roman jaune...." (Idem, p. 417)

Détenteurs des tableaux[modifier | modifier le code]

La version originale de cette peinture (la première version) a été vendue par la sœur de Van Gogh pour 300 francs en 1897. Plus tard, elle a été vendue respectivement à Paul Cassirer (1904), à Kessler (1904) et à Eugène Druet (1910). En 1911, la peinture a été achetée par la Städelsches Kunstinstitut und Städtische Galerie à Francfort en Allemagne où elle est restée accrochée jusqu'en 1933, date à laquelle elle a été mise dans une salle cachée. En 1937, elle a été confisquée par le ministère de la propagande du Reich qui voyait en elle une forme d'art dégénéré. Elle est alors entrée en possession d'Hermann Göring qui l'a rapidement vendue au collectionneur Franz Koenigs qui l'aurait vendue à son tour à un autre collectionneur, Siegfried Kramarsky.[2] Celui-ci l'a emportée avec lui lorsqu'il s'est sauvé à New York où elle a été exposée au Metropolitan Museum of Art. Finalement, la famille de Kramarsky l'a mise aux enchères en 1990 et elle a été achetée le par l'homme d'affaires japonais Ryoei Saito pour 148,6 millions de dollars, en faisant une des peintures les plus chères au monde. Lorsque Saito est décédé en 1996, l'endroit où se trouvait le tableau et son propriétaire sont restés assez mystérieux. Toutefois, début 2007, il est apparu que la peinture aurait été vendue à un fonds d'investissement qui l'aurait cédée à un collectionneur inconnu. Il se peut aussi que le tableau soit dans les mains d´une banque japonaise, créancière de Monsieur Saito[3].

La deuxième version du portrait est au musée d'Orsay à Paris[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La digitale pourprée dans les deux portraits du Dr Gachet peints par Van Gogh à Auvers en 1890 : symbole ou signe de son utilisation ? par Michel Paris
  2. (en) Martin Bailey, « Where is the portrait of Dr Gachet? The mysterious disappearance of Van Gogh's most expensive painting » [archive], sur www.lootedart.com, The Art Newspaper, (consulté le ) : « When the Portrait of Dr Gachet was sold at Christie’s in 1990 the Koenigs name did not appear in the published provenance in the catalogue, although it now appears that it passed through his hands. However, the Koenigs heir believes that the picture was then acquired by Kramarsky in questionable circumstances. Christine Koenigs, Franz’s granddaughter who is based in Amsterdam, told The Art Newspaper that “I can confirm making a claim on the picture”, although she declined to give further details. »
  3. Histoire du tableau du Dr Gachet
  4. « Vincent Van Gogh Le docteur Paul Gachet en 1890 - Notice de l'œuvre », sur Musée d'Orsay

Articles connexes[modifier | modifier le code]