Portrait de la marquise de Santiago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Portrait de la marquise de Santiago
Francisco José de Goya y Lucientes (Francisco de Goya) (Spanish - Portrait of the Marquesa de Santiago - Google Art Project.jpg
Artiste
Date
Type
Technique
Huile sur toile
Dimensions (H × L)
212 × 125 cm
Collection
N° d’inventaire
83.PA.12Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Paul Getty Museum, Malibu (Éats-Unis)

Le portrait de la marquise de Santiago (1804) est une huile sur toile de Francisco de Goya. C’est le pendent de la toile de son épouse, le Portrait du Marquis de San Adrián.

Contexte[modifier | modifier le code]

Dans les années 1790, Francisco de Goya était devenu un peintre à la mode, dont les portraits étaient très demandés, tant par l’aristocratie que par la haute bourgeoisie madrilène. Avec cette série de tableau des années 1800, il initie la période la plus féconde de sa vie, qui lui assura sa renommée et sa fortune.

Doña María de la Soledad Fernández de los Ríos était mariée avec le marquis de Sant Adrian. Goya réalise ici encore un portrait double, dans le style anglais, s’inscrivant dans les traditions hispaniques des portraits doubles mais s’éloignant nettement des portraits veslasquiens aux fonds neutres et de la mode baroque dont les personnages adoptaient des poses symétriques.

La jeune marquise aux traits disgracieux tirés par la maladie mourut quelques années après.

Analyse[modifier | modifier le code]

Portrait du Marquis de San Adrián, pendent de ce portrait

Doña María de la Soledad Fernández de los Ríos est représentée, debout, de corps entier, dehors – marquant le style anglais - dans un champ – peut être les abords d’une résidence champêtre. Elle porte une robe noire avec une mantille blanche couvrant sa tête, des chaussettes de soie. Sa main gauche porte un éventail – accessoire indispensable à la mode – et pose son poing droit à la ceinture.

La lumière provient de la gauche et éclaire la poitrine de la dame, son visage et sa mantille. Son regard est absent, le geste perdu malgré le poing décidé sur la hanche ; Goya rend compte de la psychologie de es personnages, et fait contraster le portrait de la marquise avec celui de son mari, l'élégant et indolent marquis de Sant Adrian.

Les noirs et les blancs dominent les coloris.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]