Portrait d'une danseuse espagnole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d'une danseuse Espagnole
Artiste
Date
Type
Huile sur toile
Dimensions (H × L)
53 × 66 cm
Localisation

Portrait d'une danseuse expagnole est une toile de Joan Miró, peinte à Barcelone, en janvier 1921. C'est la dernière œuvre de la période où il s'efforçait de « serrer au plus près la forme en appliquant la discipline du cubisme[1] ». Réalisée d'après un chromo, c'est une peinture forte au dessin intense et précis. Miró cherche vainement à atteindre une vérité objective, sans émotion, avec un réalisme appliqué et contraint[2]. Elle fait partie de la collection Picasso, d'abord cédée au musée du Louvre[3], puis au musée Picasso[4].

Description[modifier | modifier le code]

Cette danseuse espagnole (et non pas « nègre » comme on l'a souvent qualifiée, à cause du fond noir), n'est représentée que par la ligne de son contour, avec des couleurs violentes (rouge pour le vêtement, cernes noirs autour des yeux), avec beaucoup de précision dans la coiffure où des accroche-cœurs viennent orner le front. Tout est fortement dessiné depuis le long coller de perles jusqu'aux boucles d'oreille et aux barrettes rouges et noires qui retiennent les cheveux. Avec le rouge de la bouche sensuelle, l'orangé du peigne et les multiples arabesques, cette toile annonce la technique future de Miró[4].

Mais selon Yves Bonnefoy, la stylisation de la toile ne dépasse pas le niveau de l'affiche. Le critique d'art trouve cette œuvre maladroite, et cependant il écrit : « En ruinant les moyens du peintre moderne de l'apparence, en effet, et les prétentions même de l'apparence à signifier le réel, Miró a retrouvé dans cette danseuse cette expression directe du sentiment instinctif que le peintre avait trop dominée et presque oubliée[5]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rowell 1986, p. 44 (lettres de Miró à Jacques Dupin).
  2. Dupin 1961 et 1993, p. 69.
  3. Cela et Serra 1984 et 1985, p. 44.
  4. a et b Dupin 1961 et 1993, p. 81.
  5. Bonnefoy 1964, p. 10.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean- Louis Prat, Miró, Martigny (Suisse), Fondation Pierre Gianadda, (ISBN 2-88443-042-3).
  • Jean-Louis Prat, Joan Miró, rétrospective de l'œuvre peint, Saint-Paul (Alpes-Maritimes), Fondation Maeght, (ISBN 2-900923-01-8, notice BnF no FRBNF34720720).
  • Camilo José Cela et Pere A. Serra, Miró et Mallorca, Barcelone et Paris, Polígrafa et Cercle d'Art, 1984 et 1985 (ISBN 2-7022-0191-1).
  • Jacques Dupin, Miró, Paris, Flammarion, 1961 et 1993 (ISBN 2-08-011744-0).
  • (en) Margit Rowell, Joan Miró: Selected Writings and Interviews, Boston, J.K.Hall et Da Capo press, , 356 p. (ISBN 0306804859)
    L'ouvrage regroupe les lettres de Miró avec ses amis et les écrits des amis de Miró sur le peintre, ainsi que leur correspondance.
  • Yves Bonnefoy, Joan Miró, Paris, Bibliothèque des Arts, .