Portland Place

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Portland Place
image illustrative de l’article Portland Place
Portland Place, côté sud.
Situation
Coordonnées 51° 31′ 13″ nord, 0° 08′ 42″ ouest
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Angleterre
Région Grand Londres
Borough Cité de Westminster
Ville Londres
Quartier(s) Marylebone
Tenant Langham Place
Aboutissant Park Crescent
Morphologie
Type Rue
Longueur 560 m
Largeur 33 m

Géolocalisation sur la carte : Londres

(Voir situation sur carte : Londres)
Portland Place

Portland Place est une rue du quartier Marylebone au centre de Londres.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Park Crescent au nord de Portland Place.

Portland Place est une rue qui s’étend de Park Crescent au nord à Langham Place au sud. Elle est perpendiculaire à Marylebone Street. Elle se distingue par sa largeur, inhabituelle dans le centre de Londres : 33 mètres.

Du nord au sud, elle croise successivement :

  • Devonshire Street ;
  • Weymouth Street ;
  • New Cavendish Street ;
  • Duchess Street ;
  • Langham Street.

La station de métro la plus proche est Oxford Circus, où circulent les trains des lignes Bakerloo roundel1.PNG Bakerloo Central line roundel (no text).svg Central Victoria roundel1.PNG Victoria.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Portrait du 3e duc de Portland (1782).

La rue doit son nom au 3e duc de Portland (1738-1809), qui fut deux fois, brièvement, Premier ministre[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Portrait de l'architecte Robert Adam, vers 1770-1775.

Portland Place est dessinée en 1776-1780 par Robert et James Adam pour le compte du duc de Portland, propriétaire foncier. Son étonnante largeur est due à une contrainte de l’époque : aucune construction ne doit gêner la vue des habitants de Foley House, manoir aujourd’hui détruit et situé dans l’axe de la rue, à son extrémité sud[2].

Quarante ans plus tard, elle est intégrée à la route royale reliant Carlton House à Regent's Park, conçue par l’architecte John Nash au début du XIXe siècle. La rue est alors censée s’achever, au nord, par un « circus », comparable à Oxford Circus et appelé Regent’s Circus, mais celui-ci ne voit pas le jour. Park Crescent en donne cependant une idée.

Parmi ses résidents, Portland Place compte à cette époque bon nombre de pairs, de baronnets, de juges et d’ambassadeurs[3].

L’unité architecturale de la rue a souffert de maintes reconstructions, dues pour certaines à la Seconde Guerre mondiale. La partie la mieux préservée se situe côté est, entre Weymouth Street et New Cavendish Street[4] .

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

34-48 Portland Place.
  • No 1 C : Langham Hotel, palace construit en 1863-1865 sur l’emplacement de Foley House ;
  • No 3 : consulat du Portugal ;
  • No 35 : consulat de Colombie ;
  • No 47 : ambassade de Pologne ;
  • No 49-51 : ambassade de Chine ;
  • No 51 : en 1889, le général Boulanger, alors en exil, s’installe pour quelques mois à cette adresse, dans une maison qui, selon Marie Quinton, amie du général, est tout bonnement une confortable habitation bourgeoise, sans cour d’honneur ni péristyle, et précédée seulement d’une grille à la mode anglaise et dont elle donne dans son livre une description exhaustive[5] ;
  • No 66 : Institut royal d’architecture (1930) ; on y trouve notamment une bibliothèque spécialisée, créée en 1834, ouverte à tous ; avec plus de quatre millions d’objets[6], c’est l’une des plus riches au monde.

Bâtiment détruit[modifier | modifier le code]

  • No 11 : adresse londonienne[7] de l’écrivain autrichien Stefan Zweig, alors en exil, d’octobre 1933 à 1936 (immeuble démoli après la guerre[8]) ;

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Résident à Portland Place les personnages fictifs suivants :

  • Rachel Dreyfus et sa famille dans La fortune de Sir Julius Levy (1933) de Daphne du Maurier.

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]