Portets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Portet ou Portet-sur-Garonne.
Portets
L'hôtel de ville (mai 2009)
L'hôtel de ville (mai 2009)
Blason de Portets
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton Les Landes des Graves
Intercommunalité Communauté de communes de Podensac, des Coteaux de Garonne et de Lestiac-sur-Garonne, Paillet, Rions
Maire
Mandat
Didier Cazimajou
2014-2020
Code postal 33640
Code commune 33334
Démographie
Gentilé Portésiens
Population
municipale
2 615 hab. (2014 en augmentation de 11,99 % par rapport à 2009)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 41′ 52″ nord, 0° 25′ 23″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 37 m
Superficie 15,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Portets

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Portets

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Portets

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Portets
Liens
Site web www.mairie-portets.fr/

Portets est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Bordeaux située sur la rive gauche de la Garonne à 22 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu de département, à 22 km au nord-ouest de Langon, chef-lieu d'arrondissement, et à 7 km au nord-ouest de Podensac, chef-lieu de canton[1].

Le sud du territoire communal est couvert de forêts qui font partie de la frange est des landes girondines.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Arbanats au sud-est, Saint-Michel-de-Rieufret au sud sur à peine plus d'un kilomètre, Saint-Selve au sud-ouest, et Castres-Gironde à l'ouest ; sur la rive droite de la Garonne se trouvent les communes de Tabanac au nord, Le Tourne au nord-nord-est, Langoiran au nord-est et Lestiac-sur-Garonne à l'est-nord-est.

Communes limitrophes de Portets
Tabanac     Le Tourne

                                          Rive droite de
Langoiran               
          Lestiac-sur-Garonne
la Garonne                                               
Castres-Gironde Portets
Saint-Selve Saint-Michel-de-Rieufret Arbanats

Communications et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 1113, ancienne route nationale 113, qui relie Bordeaux à Langon et plus loin Marmande et est à proximité du premier pont sur la Garonne en amont de Bordeaux qui relie la rive droite (Langoiran) à la rive gauche (Portets).

L'accès le plus proche à l'autoroute A62 est le no 1.1, dit de La Brède, qui se trouve à environ 6 km vers l'ouest.

La commune bénéficie d'une gare SNCF sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune tire son nom de l'ancienne activité de son port sur la Garonne aujourd'hui transformé en halte nautique à vocation touristique grâce à un ponton-passerelle.

Le nom de la commune est Portèth en gascon.

Ses habitants sont appelés les Portésiens[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pour l'état de la commune au XVIIIe siècle, voir l'ouvrage de Jacques Baurein[3].

À la Révolution, la paroisse Saint-Vincent de Portets forme la commune de Portets[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Henri Delamette    
mars 1977   François Jean Déjean    
mars 1989 mars 2014 Marie-France Théron UMP  
mars 2014 en cours Didier Cazimajou DVD Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2014, la commune comptait 2 615 habitants[Note 1], en augmentation de 11,99 % par rapport à 2009 (Gironde : +6,37 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 684 1 664 1 737 1 744 1 830 1 881 1 820 1 873 1 864
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 804 1 904 1 902 1 906 1 883 1 904 1 996 2 013 2 027
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 953 1 865 1 827 1 725 1 781 1 780 1 732 1 643 1 678
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 685 1 889 1 997 2 030 2 008 2 001 2 120 2 478 2 615
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Une grande part des ressources de la commune est d'origine viticole. Le vignoble existe depuis plus de 2 000 ans et produit des rouges à partir des cépages de cabernet sauvignon, de merlot et de cabernet franc ainsi que des blancs secs à partir de sauvignon, de sémillon et de muscadelle. L'AOC du vignoble portésien est celle des Graves.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Vincent a été construite en 1861 et n'est pas classée[9].
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Il ne subsiste rien du château de Portets construit au XIVe siècle ; le logis actuel date du XVIIe siècle et a été remanié et agrandi dans la première moitié du XIXe siècle ; il a été inscrit au titre des monuments historiques en 2013[10],[11].
    • Au nord du château, près de la Garonne, là où, aujourd'hui, a été construite la halte nautique, se trouvait le Port-du-Roy dont il ne subsiste que les canaux ainsi qu'une tour de guet destinée à la surveillance du trafic fluvial appelée tour du Président de Gasq[12] ; la tour de guet ainsi que le chemin d'arrivée du port et les chenaux sont inscrits au même titre que le château de Portets.
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Le château de Mongenan, classé monument historique depuis 2003[13], propose un jardin botanique portant le label jardin remarquable, du mobilier du XVIIIe siècle et un temple maçonnique de la même époque conservé en l'état.
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Le château de l'Hospital, édifié à la fin du XVIIIe siècle par Victor Louis ou l'un de ses élèves. En 1973, le château est classé au titre des monuments historiques[14],[15]. En 2013, la protection est étendue à l'ensemble du domaine.
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg La maison Gaubert, entreprise de viticulture sise à l'angle de la route des Graves (RD1113) est l'œuvre, en 1796, de l'architecte Gabriel Durand, élève de Victor Louis et est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1987[16].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Portets se blasonnent ainsi :

Parti, au premier d'azur à la tour de guet couverte en dôme d'argent, ouverte et ajourée de sable, posée sur une rivière du champ ondée aussi d'argent mouvant de la pointe, au second d'argent au cep de vigne de sable feuillé de sinople et fruité de quatre grappes de raisin de pourpre, deux à dextre et deux à senestre, tortillé sur son échalas terrassé aussi de sable ; le tout sommé d'un chef de gueules chargé d'un léopard d'or.

  • Le lion passant anglais (en français, un léopard) symbolise le duché de Guyenne, auquel appartient la seigneurie au Moyen Âge.
  • La tour de péage rappelle le passage des gabares sur la Garonne à Portets et le paiement de l’octroi.
  • Quant au pied de vigne, il évoque l’activité viticole du village.

La devise associée au blason et, en fait, correspondant à chaque parti, est Port je fus, Vignoble je reste[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 20,2 km pour Bordeaux, 21,2 km pour Langon et 8 km pour Podensac. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 29 octobre 2011.
  2. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 11 avril 2013.
  3. Jacques Baurein, Variétés Bordeloises, t. 3, Bordeaux, , 2e éd. (1re éd. 1786) (lire en ligne), article 5.X, pages 69-73
  4. Historique des communes, p. 41, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 11 avril 2013.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  9. « Recensement de l'église », notice no IA00067908, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 29 octobre 2011.
  10. « Inscription MH du château de Portets », notice no PA33000172, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Inventaire général : château de Portets », notice no IA00067920, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 29 octobre 2011.
  12. « Recensement de l'ancien port, de ses canaux et de la tour », notice no IA00067938, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 29 octobre 2011.
  13. « Inscription MH du château de Mongenan », notice no PA00083672, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 29 octobre 2011.
  14. « Inscription MH du château de l'Hospital », notice no PA00083671, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Inventaire général : Château de l'Hospital », notice no IA00067932, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Inscription MH de la maison Gaubert », notice no PA00083673, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Présentation de Portets sur le site de l'office de tourisme « Sauternes Graves Landes girondines », consulté le 14 septembre 2014.