Porte du non-retour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Porte du non-retour (Ouidah)
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Créateur
Localisation
Adresse
Coordonnées

La Porte du non-retour est un arc mémorial en béton et bronze dans la ville de Ouidah, au Bénin. L'arc, qui se trouve sur la plage érigé en 1995 à l'initiative de l'UNESCO.

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Elle commémore la déportation des millions de captifs mis en esclavage en direction des colonies d'outre-Atlantique dans la traite négrière[1].

Plusieurs artistes ont collaboré avec l'architecte du projet, Yves Ahouen-Gnimon. Les colonnes et bas-reliefs sont les créations de l'artiste béninois Fortuné Bandeira, les egungun, d'Yves Kpede, et les bronzes, de Dominque Kouas Gnonnou[2],[3].

Rénovation et réhabilitation[modifier | modifier le code]

La Porte du non-retour est fermée au public depuis août 2020 pour rénovation[4]. En novembre 2021, les travaux ne sont toujours pas terminés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

La Maison des Esclaves sur l'île de Gorée, au Sénégal, qui commémore également les esclaves africains déportés vers l'Amérique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Lieux de mémoire 5 », sur www.lesmemoiresdesesclavages.com
  2. (en) Timothy R. Landry et Helaine Silverman (dir.), Contested Cultural Heritage : Religion, Nationalism, Erasure, and Exclusion in a Global World, Springer, , 286 p. (ISBN 978-1-4419-7305-4, lire en ligne), « Touring the Slave Route: Inaccurate Authenticities in Benin, West Africa »
  3. (en) Dòwòti Désir, Goud kase goud : Conjuring Memory in Spaces of the AfroAtlantic : Conjuring Memory in the Spaces of the AfroAtlantic, , 85 p. (ISBN 978-1-304-72244-7, lire en ligne)
  4. « Le Bénin restaure ses monuments pour sensibiliser à l'histoire de l'esclavage », sur VOA (consulté le )