Porte de Roubaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Porte de Roubaix
Lille porte de roubaix ext.JPG
Présentation
Type
Porte
Architecte
Michel Watrelos
Jean Lesur
Construction
1620
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Nord
voir sur la carte du Nord
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lille
voir sur la carte de Lille
Red pog.svg

La porte de Roubaix ou porte Saint-Maurice[1], est une porte de Lille, inscrite dans l’ancienne enceinte espagnole construite entre 1617 et 1621. Inaugurée en 1625, elle a été percée de deux arches latérales et restaurée en 1875 pour laisser passer le tramway. Elle a été classée monument historique en 1929[2].

Ce site est desservi par les stations de métro Gare Lille-Flandres et Gare Lille-Europe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construite lors de l'extension de l’enceinte de la ville sous l’âge d’or des archiducs Albert et Isabelle, gouverneurs des Pays-Bas, la porte de Roubaix a été édifiée par les maîtres maçons Michel Watrelos et Jean Lesur en 1620[3]. Elle a ensuite été conservée par Vauban, lors de la reconfiguration des fortifications à partir de 1668, qui l'a simplement renforcée de quelques ouvrages avancés.

C'est ici que se présenta, en 1792, le major autrichien porteur de l'ultimatum du Duc de Saxe-Teschen, sommant la ville assiégée de se rendre.

La porte a été percée de deux arches latérales en 1875 pour permettre le passage du tramway. Elle a été entièrement rénovée à l’occasion de la manifestation culturelle Lille 2004.

Description[modifier | modifier le code]

Côté intérieur, sa façade est faite de briques polychromes travaillées en chevron et ses fenêtres sont encadrées de cordons de pierre. Côté extérieur, la corniche crénelée et les rainures dans lesquelles se logeaient les bras du pont-levis rappellent encore aujourd'hui sa vocation défensive.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Et plus rarement porte de Reneau[réf. nécessaire].
  2. Notice no PA00107724, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Étienne Poncelet, Le front oriental de Lille, In Situ [En ligne], 16 | 2011, mis en ligne le 09 mai 2011, consulté le 23 juin 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]