Porte de France (Grenoble)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porte de France.
Porte de France
Image illustrative de l'article Porte de France (Grenoble)
Présentation
Type Porte de ville
Date de construction 1620[1]
Propriétaire Ville de Grenoble
Protection Logo monument historique Classé MH (1925)
Géographie
Pays France
Région Rhône-Alpes
Commune Grenoble
Localisation
Coordonnées 45° 11′ 37″ N 5° 43′ 10″ E / 45.193593, 5.71943 ()45° 11′ 37″ Nord 5° 43′ 10″ Est / 45.193593, 5.71943 ()  

Géolocalisation sur la carte : Grenoble

(Voir situation sur carte : Grenoble)
Porte de France

La Porte de France est une porte de ville située à l'entrée ouest de Grenoble. Elle a été érigée en 1620[2] dans le cadre de la fortification de la colline de la Bastille par le Duc de Lesdiguières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument aux morts situé sous l'arche de la porte.

Succédant à la porte Perrière construite en 1533, sa fonction défensive prendra fin en 1880, lorsque la dernière enceinte de la ville est construite pour fermer toute la partie nord de la ville, limitrophe avec le village de Saint-Martin-le-Vinoux. Le roi Louis XIII est passé sous cette porte à plusieurs reprises lors de ses passages à Grenoble entre 1622 et 1630[3]. Rénové dans les années 1970, le monument de la porte de France est officiellement depuis 1935 le monument aux morts de la ville pour la période 1914 à 1926, totalisant 1 722 noms[4].

Architecture[modifier | modifier le code]

La façade extérieure est ornée de beaux bas-reliefs avec trophées militaires réalisés par Jacob Richier, sculpteur favori de Lesdiguières. La porte fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 18 septembre 1925[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La base Mérimée indique 1619 comme date, mais ce sont les remparts aboutissant à cette porte qui ont été achevés en juillet 1619.
  2. Play Grenoble.
  3. Mémoire de master de Christophe Caix.
  4. Le Dauphiné libéré du 11 novembre 2012, page 13.
  5. « Notice no PA00117199 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]