Porte de Bretagne (Péronne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Porte de Bretagne
Péronne - Porte de Bretagne 3561.jpg
Présentation
Type
Porte de ville
Construction
1601-1606
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Province
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Somme
voir sur la carte de la Somme
Red pog.svg

La Porte de Bretagne est une porte fortifiée faisant partie des anciens remparts de la ville de Péronne, dans le département de la Somme.

Historique[modifier | modifier le code]

La porte de Bretagne avec son réseau fortifié, illustre l'aspect défensif de Péronne, place forte française et ville frontière à deux pas des possessions espagnoles jusqu'au Traité des Pyrénées de 1659.

La ville de Péronne située sur la route des Flandres étaient protégée par des remparts depuis le Moyen Âge. Au XVIe siècle, deux portes permettaient de pénétrer dans la ville : la porte de Paris au sud et la porte Saint-Sauveur, au nord. Cette dernière nécessitant de grosses réparations, il fut décidé à la fin du XVIe siècle pour ne pas interrompre la circulation pendant les travaux, d'ouvrir une nouvelle porte dans la muraille, la porte de Bretagne, la porte Saint-Sauveur fut démolie par la suite. Les travaux durèrent de 1601 à 1606[1]. La porte de Bretagne endommagée pendant la Grande Guerre a été restaurée dans son état du début du XVIe siècle[Note 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom porte de Bretagne provient du faubourg de Bretagne, quartier de Péronne appelé ainsi en souvenir des Irlandais, des Bretons insulaires (Anglais, Écossais, Gallois) etc. qui accompagnèrent Fursy de Péronne lors de son installation à Péronne. S'étant installés à l'extérieur de la cité, hors de l'enceinte fortifiée, le quartier prit le nom de faubourg de Bretagne, le nom s'est transmis à la nouvelle porte de la ville qui débouchait dans ce quartier[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La porte de Bretagne est composée de deux pavillons en brique et pierre, séparés l'un de l'autre par un espace à ciel ouvert. Sur le pavillon ouvrant sur l'extérieur des remparts, les armoiries de la ville de Péronne ont été sculptées dans la pierre. Sur le pavillon intérieur, une niche abritait autrefois une statue de la Vierge. Un pont-levis permettait de franchir la porte ou de protéger la ville en cas de danger[2].

La porte est classée monument historique en 1925 ; Les Vestiges des fortifications qui entourent la porte de Bretagne dont le Bastion royal, des cavaliers, des demi-lunes, des chicanes construits de 1647 à 1652 ont été classés le 8 mars 1944[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le pont-levis a été restitué; son mécanisme est en état de marche

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gustave Devraine, conservateur du Musée Alfred-Danicourt, Péronne, son histoire, ses monuments des origines à nos jours, Péronne, Imprimerie Vincent, 1970
  2. Gustave Devraine, conservateur du Musée Alfred Danicourt, Péronne, son histoire, ses monuments des origines à nos jours, Péronne, Imprimerie Vincent, 1970
  3. Notice no PA00116216, base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Devraine (conservateur du Musée Alfred Danicourt), Péronne, son histoire, ses monuments des origines à nos jours, Péronne, Imprimerie Vincent, 1970

Articles connexes[modifier | modifier le code]