Portarlington

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portarlington
Cúil an tSúdaire
Administration
Pays Drapeau de l'Irlande Irlande
Province Leinster
Comté Comté de Laois
Démographie
Population 7 092 hab. (2006)
Géographie
Coordonnées 53° 09′ 02″ nord, 7° 10′ 52″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Irlande
Voir sur la carte administrative d'Irlande
City locator 14.svg
Portarlington
Géolocalisation sur la carte : Irlande
Voir sur la carte topographique d'Irlande
City locator 14.svg
Portarlington

Portarlington (Cúil an tSúdaire en irlandais, c'est-à-dire le « coin de tanneur ») est une ville du comté de Laois en République d'Irlande.

La ville de Portarlington compte 7 092 habitants. C'est un important nœud ferroviaire, à la fonction des lignes reliant l'ouest (Galway, comté de Mayo) et le sud (Cork, Limerick, Tralee) avec l'est (Dublin, Kildare).

Portarlington, traversée par la rivière Barrow, se trouve à la limite entre les comtés de Laois et d'Offaly.

Histoire[modifier | modifier le code]

Église Saint-Paul sur French Chruch Street

À la fin du XVIIe siècle Guillaume III d'Orange-Nassau, roi d'Angleterre, fait don de la ville au marqui de Ruvigny, descendant des protestants français Huguenots et commandant en chef de l'armée anglaise en Irlande. En 1699, après le traité de Ryswick, des protestants français s'établissent dans la ville. Au XVIIIe siècle, Portalington compte seize école françaises. Un nouveau temple français est consacré en 1694. En 1723, le chef militaire des Camisard des Cévennes Jean Cavalier s'y installe un temps[1]. Jonathan Swift (1667-1745) rédige une partie des Voyages de Gulliver à la Woodbrook House de Portalington.

Chaque mois de juillet est célébré le Festival français de Portalington.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres projets[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Joannon, « Les Huguenots français en Irlande », Etudes irlandaises, vol. 10, no 1,‎ , p. 165–179 (DOI 10.3406/irlan.1985.2340, lire en ligne, consulté le )