Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


-- Sélection d'articles du Portail Pyrénées - Le saviez-vous ?--




Marmotta marmotta...

La marmotte a disparu du massif des Pyrénées à la fin de pléistocène. Elle ne fut réintroduite par l'homme qu'en 1948 dans le vallon du Barrada (au-dessus de Gèdre dans les Hautes-Pyrénées) à partir de marmottes du Queyras. On procéda par la suite à des lâchers dans différents sites jusqu'en 1973. La plus grande partie de la chaîne est aujourd'hui recolonisée.


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/1}}




Siffleur d'Aas

Les habitants du village d'Aas des Pyrénées-Atlantiques communiquaient en sifflant d'un flanc de vallée à l'autre, celle-ci formant un véritable guide d'onde permettant d'utiliser ce mode de communication entre les pâturages et le village. Il s'agissait d'un langage sifflé assez complexe et qui se transmettait de génération en génération. Les nouvelles techniques de communication le firent disparaître.


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/2}}




Moon landing map.jpg
Point de localisation

Montes Pyrenaeus (du latin signifiant Montagnes Pyrénées) désigne une chaîne de montagnes sur la Lune, nommée d'après la chaîne de montagnes terrestre des Pyrénées séparant la France de l'Espagne. Johannes Mädler, au XIXe siècle, nomma ces montagnes du nom latin des montagnes Pyrénées. En effet, il fut pris l'habitude de nommer les montagnes de la Lune du nom des montagnes terrestres, le nom fut officiellement adopté par l'Union astronomique internationale (UAI) en 1961.


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/3}}




Rite du « Txotx »: cidre se renversant du baril, dans un sagardotegi semi-traditionnel

Le cidre est originaire du Pays basque : on y fabrique le sagardoa, qui signifie littéralement en basque « vin de pomme », depuis l’Antiquité. Ce sont les marins basques qui le firent découvrir aux marins normands. Dès 1189, apparaît dans le Labourd le premier règlement écrit sur les pommeraies, suivi par d’autres documents, ordonnances et décrets royaux de Navarre sur les pommiers et le cidre. De nos jours, il s'y déguste dans un Sagardotegi, établissement à mi-chemin entre un restaurant et « une maison de cidre ».


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/4}}




Tió de Nadal

Le Tió de Nadal, « Bûche de Noël » en catalan, est une tradition de Noël répandue en Catalogne. Il s'agit d'un morceau de tronc creux, debout sur deux ou quatre petites jambes en bois, avec un grand sourire dessiné et un petit nez en bois. Pour Noël, on le bat alors avec des bâtons, on chante des chansons, et on lui commande de « chier » des cadeaux, généralement des bonbons, des noix, des tourons, ou des figues sèches. Quand il n'a plus rien à chier, il donne un hareng salé, une gousse d'ail, un oignon, ou il « pisse ».


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/5}}




Desman des Pyrénées

Le desman des Pyrénées est un mammifère atypique de la famille des talpidés qui ne vit que dans les Pyrénées et le nord de l'Espagne et du Portugal. Seule espèce de son genre, vulnérable, c'est un insectivore exclusif aux mœurs nocturnes et semi-aquatiques, vivant à proximité des torrents. Combinant les traits anatomiques du rat, de la taupe et de la musaraigne, il est surnommé rat à trompette à cause de la forme de son museau (alors qu'il est aussi éloigné de ce dernier que l'homme, puisqu'il faut remonter jusqu'aux placentaires).


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/6}}




Brèche de Roland

La Brèche de Roland est une impressionnante trouée naturelle de 40 m de large et de 100 m de haut s’ouvrant dans les falaises situées au-dessus du cirque de Gavarnie à la frontière franco-espagnole entre le département des Hautes-Pyrénées et la Province de Huesca. Selon une légende locale, la brèche fut ouverte par Roland, neveu de Charlemagne, alors qu’il tentait de détruire son épée Durandal en la frappant contre la roche à l’issue de la bataille de Roncevaux (778) située à 100 km de là...


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/7}}




Le comte devant une de ses grottes

Le comte Henry Russell est un pyrénéiste du XIXe siècle, pionnier de la conquête des hauts sommets pyrénéens. Seul, ou avec ses guides, il réalise une trentaine de premières dont la première ascension hivernale d'Europe. Il vit d'une fortune personnelle et de rentes bancaires. Il est surtout connu pour ses ascensions du Vignemale où il aménage des grottes : la villa Russell, celle des Guides, des Dames. Il y reçoit ses amis avec des tapis d'orient et une profusion d'accessoires (« il y avait même des vaporisateurs »), ce qui lui vaut une réputation d'extravagant. En 1889, il obtient la concession du Vignemale (200 ha entre 2 300 et 3 300 m), la location annuelle étant fixée à 1 franc sur 99 ans.


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/8}}




Drapeau de l'Andorre

La constitution d'Andorre ainsi que l'entrée du pays dans l'Organisation des Nations unies n'a été adoptée par référendum que le 14 mars 1993. Le régime de l’Andorre est la coprincipauté parlementaire, héritage lointain du pareatge (paréage) de 1278 entre l’évêché d’Urgell et le comte de Foix. Par évolution historique, le comté de Foix étant passé au royaume de France puis à la république française, les coprinces officiels actuels sont donc à titre personnel l’évêque d’Urgell et le président de la République française.


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/9}}




Vue aérienne de la citadelle de Jaca

Jaca est une commune d'Espagne dans la communauté autonome d'Aragon en province de Huesca, capitale de la comarque de la Jacétanie avec une population de 12 759 habitants (2007). Située au pied des Pyrénées sur l'axe Pau - Saragosse, la cité de Jaca fut la première capitale du royaume d'Aragon au XIIe siècle et un des points de départ de la Reconquista. Son emplacement stratégique au pied du col du Somport et sur le camino aragonés, chemin de pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle, faisait de Jaca une des villes les plus importantes du massif pyrénéen au Moyen-Âge.


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/10}}




Lac du Milieu de Bastan

Le massif du Néouvielle le plus haut massif des Pyrénées entièrement en France et culmine au pic Long à 3 192 mètres. C'est le 6e plus haut massif de toute la chaîne après ceux de la Maladeta (3 404 m), des Posets (3 371 m), du Mont-Perdu (3 355 m), du Vignemale (3 298 m) et de Perdiguère (3 222 m), ces deux derniers massifs étant situés sur la frontière entre l'Espagne et la France.

C'est aussi un massif lacustre avec 70 lacs répertoriés, possédant de fait une grande diversité végétale et animale, et comptant plusieurs espèces endémiques de Pyrénées, dont des espèces inféodées au milieu aquatique de haute montagne. La réserve naturelle du Néouvielle, spécialement créée en 1935 pour protéger ce milieu, est d'ailleurs l'une des plus ancienne aire protégée des Pyrénées.


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/11}}




Pic de Bugarach

Le Pech de Bugarach est le plus haut sommet du massif des Corbières avec 1 230 mètres d'altitude, mais c'est aussi un lieu mystique et mystérieux d'après le courant New Age pour lequel il est réputé avoir des propriétés telluriques particulières, abriter un trésor caché et même avoir une activité lieés aux OVNI.

À la fin 2010, le maire de la commune de Bugarach se plaint de l'arrivée massive de visiteurs prétendant que seul ce village pourrait échapper à la destruction du monde en décembre 2012 telle qu'elle aurait été prédite selon certaines interprétations du calendrier maya. Le 13 octobre 2012, à Salses-le-Château, la FECRIS réunit divers acteurs de la lutte contre les sectes pour faire le point sur « le dossier de l'apocalypse de Bugarach », au moment même où un arrêté municipal interdit l'accès au pic pendant le mois de décembre. Sur place, le ministère de l’Intérieur avait prévu « un bouclage complet du site » mais la décision a finalement été « d'accompagner le rassemblement plutôt que de tenter de l’interdire », avec le peloton de gendarmerie de haute montagne d’Osséja (PGHM) et 45 pompiers du Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux (GRIMP).


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/12}}




Le Pic d'Anie, demeure du Jaunagorri

Jaunagorri ou Yona-Gorri, qui signifie littéralement en basque le « Seigneur rouge », est un être de la mythologie basque habillé de rouge et dont la demeure est le pic d'Anie à 2 504 m, sommet limitrophe du Béarn et du Pays basque. Il y posséderait un jardin merveilleux produisant des fruits d'immortalité, et repousserait les audacieux, qui tenteraient l'ascension de la montagne, par de terribles orages et tempêtes de grêle jusque dans la plaine.

Par le passé, les habitants de Lescun en contre-bas, qui voyaient les orages et la foudre se former sur la montagne d'Anie, la regardaient donc comme le séjour de Jaunagorri, l'être habillé couleur de feu. Ils voyaient d'un œil inquiet tout étranger voulant se rendre sur cette montagne, parce que Yona-Gorri s'irrite de ces visites indiscrètes, et se venge en lançant des orages sur les plaines. Ainsi, peu avant la Révolution française de 1789, le savant Jean-Charles de Borda fut empêché par les habitants de Lescun, pour cette raison, de tenter l'ascension du pic d'Anie.


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/13}}




Les coupoles du pic du Midi au lever du Soleil

L'observatoire astronomique du Pic du Midi de Bigorre, à plus de 2 800 m d'altitude, existe depuis plus de 100 ans. En 1908 la première coupole est installée, la coupole Baillaud, de 8 m de diamètre. Elle est équipée d'une monture équatoriale mécanique. Elle abrite une lunette et un télescope réflecteur.

En 1963, la NASA finance l'installation d'un télescope de 106 cm, qui sera utilisé pour prendre des clichés précis de la surface lunaire dans le cadre de la préparation des missions du programme Apollo. Un des premiers télémètres laser sera aussi installé dans les années 60 afin de mesurer avec une grande précision la distance Terre-Lune.

Une tour haute de 28 m et de 14 m de diamètre est construite à partir de 1972. Elle est installée à l'écart des autres bâtiments, de façon à minimiser les perturbations atmosphériques. En 1980, elle abrite un télescope de 2 m : le télescope Bernard-Lyot.


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/14}}




Lac de Yesa

Le Lac de Yesa est un lac artificiel situé dans les Pyrénées, formé par la retenue sur la rivière Aragon, est la plus grande surface navigable de Navarre avec une superficie minimum de 1 900 hectares. Il est connu sous le surnom de Mer des Pyrénées et se trouve à l'entrée de cette chaîne.

Le barrage, construit en 1960 pour approvisionner en électricité la région, a provoqué l'abandon de plusieurs villages, l'expropriation de plantations de pin en amont pour éviter le colmatage du barrage, et l'inondation 2 408 hectares de terres cultivables. En retour, les eaux de l'Aragon transvasées par le canal de Bardenas ont rendu propice la création de quelques 75 000 hectares d'irrigation, et la création d'une quinzaine de nouveaux villages en aval.


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/15}}




Château de Peyrepertuse

Les Châteaux du Pays cathare et le Pays cathare sont des termes touristiques contemporains utilisés par le département de l'Aude pour désigner le phénomène socio-religieux dit du « catharisme » qui s'était développé dans la région du XIe siècle au XIIIe siècle. Les membres de ce mouvement s'appelaient entre eux « bons hommes », alors que l'église catholique et l'inquisition de l'époque les nommaient « albigeois » dans leurs documents.

Quant aux châteaux, c'est une série de forteresses bâties par les rois de France après la croisade des Albigeois, afin de surveiller la frontière sud du royaume de France, le Comté de Roussillon appartenant alors à la couronne de Catalogne. Toutefois, ces sites sont effectivement connus pour avoir eu, antérieurement à la période royale, un habitat villageois de type castral susceptible d'avoir abrité des cathares et rasé lors de l'érection des citadelles.


Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/16}}




Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/17 Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/17}}




Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/18 Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/18}}




Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/19 Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/19}}




Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/20 Modifier : {{Portail:Pyrénées/Le saviez-vous ?/20}}