Portail:Politique française

Le projet « Politique française » lié à ce portail
Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Emblème officieux de la République française
Emblème officieux de la République française

Politique française
38 783 articles de Wikipédia sont actuellement consacrés à Politique française.

Introduction

Depuis l'adoption de la Constitution de la Cinquième République, la France est une république semi-présidentielle.

Le pouvoir exécutif est détenu essentiellement par le président de la République et il le partage avec le Premier ministre et le gouvernement qu'il a nommés. Le pouvoir législatif appartient au Parlement. Les collectivités territoriales exercent les compétences que la loi leur confie.

Les élections nationales (présidentielle, législatives) et européennes ont lieu tous les cinq ans ; les élections locales (régionales, départementales, municipales) ont lieu généralement tous les six ans.

Personnalités en fonction

Principaux partis politiques français

Partis Personnalités actuelles Sigles
Extrême gauche
Lutte ouvrière Nathalie Arthaud (porte-parole) LO
Nouveau Parti anticapitaliste Philippe Poutou (candidat à l'élection présidentielle) - Christine Poupin (porte-parole) NPA
Gauche radicale
Parti communiste français Fabien Roussel (secrétaire national) - Ian Brossat (candidat aux élections européennes) et Cécile Cukierman (porte-paroles) PCF
La France insoumise Jean-Luc Mélenchon (fondateur) - Adrien Quatennens (coordinateur) FI
Gauche
Parti socialiste Olivier Faure (premier secrétaire) - Gabrielle Siry et Boris Vallaud (porte-paroles) PS
Europe Écologie Les Verts Julien Bayou (secrétaire national) - Éva Sas et Alain Coulombel (porte-paroles) EELV
Centre droit
La République en marche Emmanuel Macron (fondateur) - Stanislas Guerini (délégué général) LREM
Mouvement démocrate François Bayrou (président) - Jacqueline Gourault MoDem
Union des démocrates et indépendants Jean-Christophe Lagarde (président) - François Zocchetto - Philippe Vigier UDI
Droite
Les Républicains Christian Jacob (président) - Aurélien Pradié (secrétaire général) LR
Debout la France Nicolas Dupont-Aignan (président) DLF
Extrême droite
Rassemblement national Marine Le Pen (présidente) - Nicolas Bay (secrétaire général) - Wallerand de Saint-Just (trésorier national) - Steeve Briois (vice-président) - Jordan Bardella (vice-président) RN
Reconquête Éric Zemmour (président) - Guillaume Peltier (vice-président) - Jérôme Rivière (vice-président) R!

Scrutins sous la Ve République

Actualités politiques

WikiNews-Logo-fr.svg

Nouvelles

Voir aussi

Article au hasard

Constitution sceau.jpg

L’article 49 de la Constitution de 1958 fait partie du Titre V : Des rapports entre le Parlement et le Gouvernement (articles 34 à 51). Il organise la responsabilité politique du Gouvernement devant le parlement. En cela, il donne à la constitution, dont la nature est discutée, un des traits principaux du régime parlementaire. Il s'agit cependant d'un parlementarisme fortement rationalisé, c’est-à-dire cherchant à assurer la stabilité du gouvernement. Il réutilise en les renforçant des éléments déjà présents sous la IVe République et introduit par son alinéa 3 une disposition originale, sans équivalent dans des constitutions antérieures ou à l'étranger, et fournissant une arme très puissante au Gouvernement. Ces dispositions visent à apporter au pays la stabilité gouvernementale qui lui faisait défaut en protégeant le gouvernement de majorités de circonstance qui défaisaient les gouvernements au gré des alliances, tout en étant incapables de proposer une alternative.

L'article constitue un des éléments forts pour permettre d'éviter les crises ministérielles, telles que la France les a connues sous la IVe République. Il organise : l'engagement de responsabilité sur un programme (dite aussi « question de confiance ») à l'initiative du gouvernement ; la motion de censure à l'initiative de l'Assemblée nationale ; l'engagement de responsabilité sur un texte, le point le plus original, qui permet au gouvernement de forcer l'adoption d'un texte, sauf si l'Assemblée est prête à le renverser ; et la possibilité enfin pour le gouvernement de demander l'approbation de sa politique par le Sénat, cette dernière ou son refus éventuel étant dépourvue d'effets juridiques.

Autres articles sélectionnés au sein du portail de la politique

Contenu de qualité

Article de qualité 28 Articles de qualité

Bon article 34 Bons articles sur la politique française

Sur Wikimédia

Wikimedia-logo.svg
Commons
Commons
Médiathèque
Wikiquote
Wikiquote
Citations
Wikidata
Wikidata
Base de données
Wikivoyage
Wikivoyage
Guide de voyage
Wiktionnaire
Wiktionnaire
Dictionnaire
Wikisource
Wikisource
Bibliothèque
Wikinews
Wikinews
Site d'actualités