Portail:Patrimoine mondial/Asie

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Asie et Océanie / Pacifique (Turquie incluse, Russie et Chili exclus)
00 à 29 / 30 à 59

Réel[modifier le code]

00[modifier le code]

Grande barrière de corail

La grande barrière de corail est le plus grand récif corallien du monde. Il est situé au large du Queensland, en Australie.

Il s'étend sur 2 600 kilomètres, de Bundaberg à la pointe du Cape York. D'une superficie de 350 000 km², il peut être vu de l'espace. À titre de comparaison, l'Allemagne a une superficie de 357 000 km². La Grande barrière de corail compte plus de 2 000 îles et près de 3 000 récifs de toutes sortes. On peut en apercevoir près des côtes, mais les plus spectaculaires se trouvent à quelque 50 km du large.

Lire l’article

01[modifier le code]

Nô

Le (, ?) est un des styles traditionnels de théâtre japonais, venant d'une conception religieuse et aristocratique de la vie. Ce sont des drames lyriques au jeu dépouillé et codifié. La gestuelle des acteurs est stylisée autant que la parole qui semble chantée.

Constitué fin XIIIe siècle au Japon, le nô est une forme théâtrale unissant deux traditions : les pantomimes dansées et les chroniques versifiées récitées par des bonzes errants. Le drame, dont le protagoniste est couvert d'un masque, était joué les jours de fête dans les sanctuaires. Ses acteurs, protégés par les daimyo et les shogun, se transmettent depuis lors de père en fils les secrets de leur art. Le nô a évolué de diverses manières dans l'art populaire et aristocratique. Il formera aussi la base d'autres formes dramatiques comme le kabuki. Après que Zeami a fixé les règles du nô, le répertoire s'est figé vers la fin du XVIe siècle et nous demeure encore intact. Le nô est unique dans son charme subtil (yūgen) et son utilisation de masques distinctifs.

02[modifier le code]

Persépolis

Persépolis (grec ancien Περσέπολις [Persépolis], « la cité perse »), Parsa en vieux-persan, (persan تخت جمشید [Takht-e Jamshid], « le Trône de Jamshid »), (Coordonnées : 29°56′04″N, 52°53′29″E), était une capitale de l’empire perse achéménide. Le site se trouve dans la plaine de Marvdasht, au pied de la montagne Kuh-e Rahmat, à environ 70 km au Nord-Est de la ville de Shiraz, province de Fars, Iran.

Sa construction commence en -521 sur ordre de Darius Ier. Elle fait partie d’un vaste programme de construction monumentale visant à souligner l’unité et la diversité de l’empire perse achéménide, et à asseoir la légitimité du pouvoir royal. Elle fait appel à des ouvriers et artisans venus de toutes les satrapies de l’empire. L’architecture résulte d’une combinaison originale des styles issus de ces provinces créant ainsi le style architectural perse ébauché à Pasargades, également retrouvé à Suse et Ecbatane. Cette combinaison des savoir-faire marque également les autres arts perses, comme la sculpture ou l’orfèvrerie. La construction de Persépolis se poursuit pendant plus de deux siècles, jusqu’à la conquête de l'empire et la destruction partielle de la cité par Alexandre le Grand en -331.

Le site est plusieurs fois visité au cours des siècles par des voyageurs occidentaux, mais ce n’est qu’au XVIIe siècle qu’il est authentifié comme étant les ruines de la capitale achéménide. De nombreuses explorations archéologiques permettent par la suite d’en mieux appréhender les structures, mais aussi l’aspect et les fonctions passés.

03[modifier le code]

Le Taj Mahal

Le Taj Mahal (en hindi ताज महल, qui signifie en arabe le "palais de Mahal" تاج محل) est situé à Âgrâ, au bord de la rivière Yamunâ dans l'État de l'Uttar Pradesh en Inde. C'est un mausolée de marbre blanc construit par l'empereur moghol Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam, aussi connue sous le nom de Mumtaz Mahal, qui signifie en persan « la lumière du palais ». Elle meurt le 17 juin 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant alors qu'elle allait à la campagne. Elle trouve une première sépulture sur place dans le jardin Zainabad à Burhampur. Suite à sa mort survenue le 31 janvier 1666, son époux fut inhumé auprès d'elle.

La construction commence en 1632. Cependant, il demeure une incertitude sur la date exacte de la fin des travaux. Le chroniqueur officiel de Shah Jahan, Abdul Hamid Lahori indique que le Taj Mahal est achevé fin 1643 ou début 1644. Mais à l'entrée principale une inscription indique que la construction s'est achevée en 1648. L'État de l'Uttar Pradesh, qui a célébré officiellement le 350e anniversaire de l'édifice en 2004, affirme quant à lui que les travaux se sont achevés en 1654. Parmi les 20 000 personnes qui ont travaillé sur le chantier, on trouve des maîtres artisans venant d'Europe et d'Asie centrale. L'architecte principal fut Usad Ahmad de Lahore. Le 7 juillet 2007, le célèbre monument a été désigné comme l'une des sept nouvelles merveilles du monde.

Lire l’article

04[modifier le code]

Vue de la Khazneh à la sortie du Siq

Pétra (de πέτρα petra, « rocher » en grec ancien ; البتراء Al-Butrāʾ en arabe), de son nom sémitique Reqem ou Raqmu (« la Bariolée »), est une ancienne cité troglodytique située dans l'actuelle Jordanie, au cœur d'un bassin bordé par les montagnes qui forment le flanc oriental de l'Arabah (Wadi Araba), grande vallée prolongeant le grand rift vers le nord et qui s'étend de la mer Morte au golfe d'Aqaba.

Elle était dans l'Antiquité une ville édomite puis est devenue la capitale du royaume des Nabatéens. Vers le VIIIe siècle, les habitants quittent la cité à la suite de la baisse du commerce et de catastrophes naturelles.

05[modifier le code]

Angkor Vat

Angkor Vat ou Angkor Wat est le plus grand des temples du complexe monumental d'Angkor au Cambodge. Il fut construit par Suryavarman II au début du XIIe siècle en tant que temple de son état et capitale. Temple le mieux préservé d'Angkor, il est le seul à être resté un important centre religieux depuis sa fondation, premièrement hindou et dédié à Vishnou, puis bouddhiste. Le temple est le symbole du style classique de l'architecture khmère. Il est devenu le symbole du Cambodge, figurant sur son drapeau national, et il est le lieu touristique principal du pays.

Angkor Vat combine deux bases de l'architecture khmère pour les temples : le côté temple de montagne et le côté temple à galeries. Il est conçu pour représenter le mont Meru, la maison des dieux dans la mythologie hindoue. À l'intérieur d'une douve et d'un mur externe de 3,6 km de longueur se trouvent trois galeries rectangulaires, chacune construite l'une au-dessus de l'autre. Au centre du temple se dresse des tours en quinconce. Contrairement à la plupart des temples d'Angkor, Angkor Vat est orientée vers l'Ouest, probablement parce qu'il est orienté vers Vishnou.

Le temple est admiré pour la grandeur et l'harmonie de son architecture et ses nombreux bas-reliefs sculptés qui ornent ses murs. Sa beauté et sa taille sont telles que beaucoup le considèrent comme la huitième merveille du monde.

Lire l’article

06[modifier le code]

Dôme de Genbaku

Le dôme de Genbaku (原爆ドーム, Genbaku Dōmu?), ou le mémorial de la paix d'Hiroshima ou encore le dôme de la Bombe Atomique, était à l'origine le Palais d’exposition industrielle du département de Hiroshima.

Conçu par l’architecte tchèque Jan Letzel, ce bâtiment de style européen fut construit en 1915. Remarquable par son dôme ovale et ses façades bombées, il était un point de repère pour les habitants et un symbole du département.

Le 6 août 1945, à 8h15 du matin, la première bombe atomique explosa à 580 mètres du sol, à 160 mètres au sud-est de ce bâtiment. Les constructions alentour furent instantanément vaporisées, mais ce bâtiment, du fait qu’il ait subi le souffle de l’explosion presque directement de dessus, resta en partie debout, offrant à la vue ses façades calcinées et l’ossature métallique du dôme telles qu’on peut les voir aujourd’hui.

Au bout d’un certain temps, les gens se mirent à nommer les ruines de ce bâtiment le « Dôme de Genbaku ». En juin 1995, ces ruines furent classées monument historique et l’année suivante, le 5 décembre 1996, elles furent inscrites sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

Lire l’article

07[modifier le code]

Troie

Troie (en grec ancien Τροία / Troía), aussi appelée Ilios (Ἴλιος) ou Ilion, est une ancienne ville d'Asie Mineure, située non loin de la mer Égée, à l'entrée de l'Hellespont. Elle se situe dans l'actuelle province de Çanakkale en Turquie.

L'histoire légendaire de la guerre avec la Grèce est le sujet de l'Iliade d'Homère, des épopées du cycle troyen et l'un des sujets de l'Énéide de Virgile, dans laquelle Énée doit abandonner Troie, événement qui mène très indirectement à la fondation de Rome.

Lire l’article

08[modifier le code]


La Baie d'Ha-Long (ou Baie d'Ha Long ou encore Baie d'Along) est une étendue d'eau d'environ 1 500 km² située au nord du Viêt Nam, dans le Golfe du Tonkin, à proximité de la Chine et à 170 km à l'est de Hanoi. Elle est longée par une côte de 120 km.

Lire l’article

09[modifier le code]

L'Opéra de Sydney

L’Opéra de Sydney (en anglais : Sydney Opera House) à Sydney (Nouvelle-Galles du Sud, Australie), est l'un des plus célèbres bâtiments du XXe siècle, et un haut-lieu de représentation des arts. Son architecture originale (voilier pour les uns, coquillage pour les autres) a été imaginée par le danois Jørn Utzon.

Situé dans le port de Sydney (l'endroit précis s'appelle Bennelong Point), il est entouré d'un parc boisé au sud et est voisin du Harbour Bridge (célèbre pont de Sydney constitué d'une seule arche). Le paysage qui en résulte est d'ailleurs devenu un symbole de l'Australie, et de Sydney tout particulièrement. L'Opéra est aujourd'hui une attraction touristique majeure de la ville bien que la plupart des visiteurs n'ont pas l'occasion d'assister à une représentation.

Non seulement siège de l'Opéra d'Australie, de la Compagnie de théâtre de Sydney et de l'Orchestre symphonique de Sydney, l'Opéra accueille également beaucoup de productions artistiques étrangères en tournée. Il est administré par le Opera House Trust, structure régie par le Ministère des Arts des Nouvelles-Galles du Sud (New South Wales).

Lire l’article

10[modifier le code]

Cité interdite

La Cité interdite (Chinois : ; pinyin : gùgōng) est le palais impérial de Pékin dont la construction fut ordonnée par Yongle, troisième empereur Ming, et réalisée entre 1407 et 1420. Ce palais, d'une envergure inégalée — il s'étend sur une superficie de 720000 m² — fait partie des palais les plus anciens et les mieux conservés de Chine. De nos jours, il est devenu un musée qui conserve les trésors impériaux de la civilisation chinoise ancienne.

Lire l’article

11[modifier le code]


Les Bouddhas de Bâmiyân étaient deux statues monumentales de bouddhas debout, excavées dans la paroi d'une falaise située dans la vallée de Bâmiyân du centre de l'Afghanistan, à 230 kilomètres au nord-ouest de Kaboul et à une altitude de 2500 mètres. Le site tout entier est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

En 2001, après avoir survécu relativement épargnées durant plus de 15 siècles, avoir assisté à la destruction de la ville de Bâmiyân par les Mongols de Genghis Khan en 1222, avoir vu l'occupation russe, les statues sont décrétées idolâtres par le mollah Mohammed Omar et les Talibans les détruisent au moyen d'explosifs et de tirs d'artillerie. En mars 2001, les deux statues avaient disparu après presque un mois de bombardement intensif, causant une vive émotion de par le monde.

Lire l’article

12[modifier le code]

Parc national d'Uluru-Kata Tjuta

Le parc national d'Uluru-Kata Tjuta, auparavant appelé parc national d'Uluru (Ayers Rock-Mont Olga), est un parc national classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Il est situé dans l'« Outback » au centre de l'Australie, plus précisément au sud du Territoire du Nord, à proximité de la ville d'Alice Springs.

Il contient notamment le monolithe d'Uluru, symbole de l'Australie et des aborigènes.

Lire l’article

13[modifier le code]


Jérusalem (également nommée Hiérosolyme, Solyme ou Salem en ancien français, ירושלים - Yerouchalahim en hébreu, القدس - al Quds pour les arabophones musulmans ou اورشليم Ûrshalîm pour les arabophones chrétiens ; la dénomination israélienne officielle étant Yerushalayim) est une ville du Proche-Orient qui tient une place prépondérante dans les religions juive, chrétienne et musulmane, et dans le sentiment national israélien. L'État d'Israël a proclamé Jérusalem unifiée comme étant sa « capitale éternelle ». Cette désignation n'est pas reconnue par la communauté internationale. Jérusalem-Est, considéré comme un territoire occupé, est également revendiquée comme capitale d'un éventuel futur État palestinien.

Située sur le mont Sion, à 745 m d'altitude, la ville s'étend, début 2005, sur 200 km2 pour une population de 704 900 habitants. La ville qui est le chef-lieu du District de Jérusalem, est très hétérogène : s'y mêlent de nombreuses religions, peuples, groupes socio-économiques. La partie nommée « vieille ville » est entourée de remparts et est constituée de deux quartiers à dominante arabe, dits quartier chrétien et quartier musulman, d'un quartier à dominante arménienne et d'un quartier à dominante juive.

Lire l’article

14[modifier le code]

Palais du Potala

Le Palais du Potala (sinogramme : trad./simpl. , bùdálā gōng (pinyin), pu4ta2la1 kung1 (Wade-Giles)), est un édifice architectural tibétain du XVIIe siècle, situé à Lhassa, la capitale du Tibet.

Construit par le 5e Dalaï Lama, Lobsang Gyatso (1617-1682), il fut notamment le lieu de résidence principal des Dalaï lama qui lui succédèrent, jusqu'à la fuite de 14e Dalaï lama en Inde après le soulèvement contre l'armée chinoise en 1959. Aujourd'hui, le 14e Dalaï Lama réside à Dharamsala dans le Nord de l'Inde et le Palais du Potala est devenu un musée de la République populaire de Chine.

Lire l’article

15[modifier le code]

Pamukkale

Pamukkale (« château de coton » en turc) ou Pamukalé est un site naturel et touristique de Turquie. Il est inscrite depuis 1988 conjointement avec Hiérapolis sur la liste du patrimoine mondial. Une ville du même nom se trouve à proximité.

Pamukkale est une curiosité géologique extraordinaire, entièrement fabriquée par les eaux chaudes qui s'écoulent des entrailles de la montagne et, en libérant le dioxyde de carbone, fait précipiter le carbonate de calcium qu’elle contient. Certaines sources ont une température de plus de 45 degrés Celsius, et sont saturées de sels minéraux, qui lors de l'évaporation de l'eau se déposent et se pétrifient sur le flanc de la colline.

Lire l’article

16[modifier le code]

Samarcande

Samarcande ou Samarkand (Samarqand ou Самарқанд en Ouzbek) (population 400 000) est une ville d'Ouzbékistan, capitale de la Région de Samarcande (Samarqand Viloyati). Son nom signifie probablement « lieu de la rencontre » ou « lieu du conflit » (samara : rencontre, conflit en sanskrit, kand, kent : ville, terme centre-asiatique) et illustre bien sa position à la limite des mondes turc et persan.

Lire l’article

17[modifier le code]

Lac Baïkal

Situé dans le sud de la Sibérie, en Russie orientale, le lac Baïkal, mer d'eau douce sacrée pour ses premiers habitants, les Bouriates d'origine mongole, représente la plus grande réserve d'eau douce liquide en Asie (23 000 km3). Sa transparence est unique et la visibilité parfaite jusqu'à 40 mètres de profondeur. Pour le microclimat qu'il génère dans cette région froide, on le surnomme Perle de Sibérie.

C'est le lac le plus vieux (vingt-cinq millions d'années) et le plus profond du monde, 1 637 m au maximum reposant sur 7 000 mètres de sédiments et son volume 23 000 km³ représente environ 260 fois celui du Léman. Il représente 20 % du volume mondial d'eau douce contenue dans les lacs et les rivières. Sa taille fait qu'il est soumis à un système de vagues parfois importantes (jusqu'à 6 m) et qu'il est parcouru par des courants réguliers.

Lire l’article

18[modifier le code]

Ville-mosquée historique de Bagerhat

La ville-mosquée historique de Bagerhat, située dans le district de Bagerhat au sud-ouest du Bangladesh, est une ville ancienne comportant une grande concentration de mosquées et autres monuments islamiques. Fondée au XVe siècle par Khan Jahan Ali, le lieu était alors connu sous le nom de Khalifatabad.

La ville abrite, entre autres, la mosquée Shatgumbad (ou « Mosquée des soixante piliers »), l'une des plus anciennes du Bangladesh. Elle a en réalité plus de soixante piliers et possède 81 gambuj (dômes), dont 77 formant le toit et quatre petits dômes disposés à chaque coin. La structure est principalement faite de terre cuite et de briques.

Le site inclut également trois lacs (Pacha, Ekhtiarkha, et Buraka), et la tombe de Khan Jahan Ali.

Lire l’article

19[modifier le code]

Lord Howe

Lord Howe est une île d’origine volcanique en forme de croissant. Elle est rattachée administrativement à la Nouvelle-Galles-du-Sud.

Située à environ 600 km à l’est de l'Australie, à peu près à la même latitude que les Blue Mountains, elle est couverte de banians et de palmiers kentia qui abritent un oiseau rare : l’ocydrome. L’isolement de cette île a permis de fournir des informations très précieuses sur l’évolution de ces espèces. Environ 300 personnes y habitent en permanence.

Lire l’article

20[modifier le code]

Palmyre

Palmyre (en grec ancien Πάλμυρα) est une oasis du désert de Syrie à 210 km au nord-est de Damas. Son nom sémitique, attesté déjà dans les archives de Mari (XVIIIe siècle av. J.-C.) est Tadmor (تدمر). C'est toujours son nom actuel.

Elle faisait partie d'un réseau marchand reliant la Syrie à la Mésopotamie et à la côte méditerranéenne. La Bible attribue la construction de Palmyre au roi Salomon.

Lire l’article

21[modifier le code]

Château de Himeji

Le château de Himeji (姫路城?) est situé à Himeji, Préfecture de Hyōgo, Japon.

C'est l'une des plus vieilles structures du Japon médiéval. Inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO et désigné comme trésor culturel du Japon, avec le Matsumoto-jō et Kumamoto-jō, c'est l'un des trois seuls châteaux japonais en bois encore existants. Il est aussi connu sous le nom de « Hakuro-jō » (château du Héron blanc) en raison de sa couleur blanche extérieure.

Le château de Himeji apparaît souvent à la télévision japonaise. La raison en est simple, lorsque le tournage d'une fiction doit avoir lieu (Abarembo Shōgun par exemple), les producteurs se tournent naturellement vers cette merveille qui est la seule aussi bien conservée. Il est également le lieu où se sont tournées les scènes extérieures de Ran ou encore de Kagemusha deux célèbres films d'Akira Kurosawa.

Lire l’article

22[modifier le code]

Mausolée de Khoja Ahmed Yasavi

Le mausolée (mazar) de Khoja Ahmed Yasavi est un mausolée inachevé de la ville de Turkestan (ou Türkistan, ou Hazrat-e Turkestan), au sud du Kazakhstan. En 2002, il devint le premier patrimoine kazakh reconnu par l’UNESCO comme patrimoine mondial de l’humanité.

La structure actuelle a été commandée en 1389 par Tamerlan pour remplacer un plus petit mausolée du XIIe siècle d’un maître soufi célèbre, Khoja Ahmed Yasavi (av. 1103–1166). Les maîtres constructeurs de Perse érigèrent un bâtiment rectangulaire haut de 39 mètres en gantch, c’est-à-dire en brique cuite mêlée de mortier et d’argile, et couronné du dôme le plus grand jamais construit en Asie centrale. Ce double dôme, décorée de tuiles vertes et dorées, mesure 18,2 mètres de diamètre et 28 mètres de haut.

Le bâtiment, l’un des plus grands de son époque, fut laissé inachevé à la mort de Tamerlan en 1405. Comme les dirigeants ultérieurs lui accordèrent peu d’attention, le mausolée est arrivé jusqu’à nous comme la mieux préservée de toutes les constructions timourides.

Lire l’article

23[modifier le code]

Les sites retenus par l'UNESCO sous le nom de patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra sont trois parcs nationaux indonésiens :

Ils abritent tous une faune et une flore exceptionnelles et plutôt bien préservées, ainsi que des montagnes, volcans et lacs.

Lire l’article

24[modifier le code]

Forteresse de Hwaseong

La forteresse de Hwaseong (« forteresse brillante »), est située à Suwon en Corée du Sud (à 30 km de Séoul). Construite entre 1794 et 1796 sous les ordres du roi Jeongjo pour honorer et abriter les restes de son père, le prince Sado, contraint de se suicider par le roi Yeongjo, qui le fit mettre dans un coffre plein de riz.

La forteresse est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1997.

Lire l’article

25[modifier le code]

Sanaa

Sanaa, (aussi orthographié Sana, Sana'a ou Sanaá), en arabe : صنعاء, est la capitale du Yémen, située à 2350 mètres d'altitude, au pied de deux montagnes le Djebel Nogoum (2892 mètres) et le Djebel Ayban (3194 mètres). Elle abrite 2 millions d'habitants (en 2007).

Éthiopienne au VIe siècle, la ville a été occupée plusieurs fois par l'Empire ottoman. À l'indépendance du Yémen, en 1918, Sanaa est devenu la capitale, jusqu'en 1948 date à laquelle celle-ci fut transférée à Taïz, avant de revenir à Sanaa en 1962.

La ville de Sanaa est un centre culturel islamique, on y trouve une université musulmane et beaucoup de mosquées. Elle a été désignée par l'UNESCO « Capitale culturelle du monde arabe » pour 2004 et la vieille ville est inscrite au patrimoine mondial depuis 1986.

Lire l’article

26[modifier le code]

Cathédrale de Bagrati

La cathédrale de Bagrati (en géorgien : ბაგრატი; ბაგრატის ტაძარი, transcrit « Bagratis tadzari ») est une cathédrale construite au XIe siècle dans la ville de Kutaisi (région d'Imereti), en Géorgie. Aujourd'hui en ruines, elle est un chef-d'œuvre de l'architecture médiévale géorgienne.

Située sur la colline Uk'imerioni, elle est construite au début du XIe siècle pendant le règne du roi Bagrat III, d'où son nom, signifiant « la cathédrale de Bagrat ». Une inscription sur le mur septentrional révèle que le plancher fut installé en « chronicon 223 », donc 1003 au calendrier julien.

Elle est dévastée par des bombes des troupes ottomanes en 1692 ; ceux-ci étaient en train d'envahir le royaume d'Imereti. Cet incident cause l'effondrement de la coupole et du toit, laissant ainsi la cathédrale en l'état dont on la voit aujourd'hui.

Les travaux de conservation et de restauration ainsi que des études archéologiques sont en cours depuis 1952. Elle est ajoutée à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1994, ex-aequo avec le monastère de Gelati, et en 2001 elle est rendue à l'Église orthodoxe apostolique de Géorgie. Les cérémonies religieuses y sont célébrées de manière limitée, mais elle attire beaucoup de pèlerins et de touristes et est souvent utilisée comme symbole de la ville de Kutaisi.

Lire l’article

27[modifier le code]

Mausolée de l'empereur Qin

Le Mausolée de l'empereur Qin qui s'étend sur environ 56 km² à Xi'an, est dédié à l'empereur Qin (IIIe siècle av. J.-C.)

Il s'agit d'un tumulus haut de 115 mètres à 1,5 kilomètre recouvrant une fosse contenant quelque huit mille statues de soldats — ayant quasiment toutes un visage différent — et de chevaux en terre cuite. Elles furent passées dans des fours à une chaleur d’environ 900 degrés puis décorées et colorées (ce qui en dit long sur l'avancée technique de l'époque).

Lire l’article

28[modifier le code]

Rizières de Banaue

Les rizières de Banaue (en tagalog : Hagdan-hagdang Palayan ng Banaue) sont des rizières vieilles de 2 000 ans construites sur les montagnes Ifugao par les ancêtres de l'ethnie Batad, aux Philippines. Elles sont souvent appelées « la huitième merveille du monde ».

On pense que les terrasses furent construites avec peu d'outils, essentiellement à main grâce à un savoir faire transmis de génération en génération. Elles sont situées à environ 1 500 m au-dessus du niveau de la mer et recouvrent 10 360 km2. Elles sont alimentées en eau par la forêt tropicale poussant plus haut sur les monts.

Les rizières de Banaue font partie des rizières en terrasses des cordillères des Philippines, structures anciennes de 2 000 à 6 000 ans. On trouve ces rizières dans les provinces d'Apayao, Benguet, des Montagnes et Ifugao. Elles font toutes partie du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Les habitants de la région cultivent encore du riz et d'autres plantes sur les terrasses, mais les jeunes générations délaissent de plus en plus l'agriculture, préférant si possible travailler dans le tourisme, puisque les terrasses attirent beaucoup de visiteurs, y inclus de l'étranger. Dû à cet abandon, on voit l'érosion progressive des « marches » des terrasses, nécessitant des travaux de reconstruction et entretien constants.

Lire l’article

29[modifier le code]

La Grande Muraille

La Grande Muraille (en chinois traditionnel : 長城 ; simplifié : 长城 ; pinyin : Chángchéng ; littéralement la « longue muraille ») est un ensemble de fortifications militaires chinoises construites, détruites et reconstruites en plusieurs fois et plusieurs endroits entre le Ve siècle av. J.-C. et le XVIe siècle pour marquer et défendre la frontière nord de la Chine.

Populairement, on désigne sous le nom de « Grande Muraille » la partie construite durant la dynastie Ming qui part du détroit de Shanhai sur les rives du fleuve Yalu à l’est pour arriver à Jiayuguan à l’ouest. La longueur de la muraille varie selon les sources. Selon un rapport de 1990, la longueur totale des murs serait de 6 700 km. En raison de sa longueur, la Grande Muraille est surnommée en chinois « La longue muraille de dix mille li » (萬里長城, wàn lǐ chángchéng), le li étant une unité de longueur et dix mille symbolisant l’infini en chinois. Ce surnom peut cependant être pris dans son sens littéral par approximation, 6 700 km faisant 13 400 li. En moyenne, la Grande Muraille mesure 6 à 7 m de hauteur, et 4 à 5 m de largeur.

La Grande Muraille est la structure architecturale la plus grande construite par l’homme en termes de longueur, surface et masse.

Lire l’article

Redirections[modifier le code]

30[modifier le code]

Grande barrière de corail

La grande barrière de corail est le plus grand récif corallien du monde. Il est situé au large du Queensland, en Australie.

Il s'étend sur 2 600 kilomètres, de Bundaberg à la pointe du Cape York. D'une superficie de 350 000 km², il peut être vu de l'espace. À titre de comparaison, l'Allemagne a une superficie de 357 000 km². La Grande barrière de corail compte plus de 2 000 îles et près de 3 000 récifs de toutes sortes. On peut en apercevoir près des côtes, mais les plus spectaculaires se trouvent à quelque 50 km du large.

Lire l’article

31[modifier le code]

Nô

Le (, ?) est un des styles traditionnels de théâtre japonais, venant d'une conception religieuse et aristocratique de la vie. Ce sont des drames lyriques au jeu dépouillé et codifié. La gestuelle des acteurs est stylisée autant que la parole qui semble chantée.

Constitué fin XIIIe siècle au Japon, le nô est une forme théâtrale unissant deux traditions : les pantomimes dansées et les chroniques versifiées récitées par des bonzes errants. Le drame, dont le protagoniste est couvert d'un masque, était joué les jours de fête dans les sanctuaires. Ses acteurs, protégés par les daimyo et les shogun, se transmettent depuis lors de père en fils les secrets de leur art. Le nô a évolué de diverses manières dans l'art populaire et aristocratique. Il formera aussi la base d'autres formes dramatiques comme le kabuki. Après que Zeami a fixé les règles du nô, le répertoire s'est figé vers la fin du XVIe siècle et nous demeure encore intact. Le nô est unique dans son charme subtil (yūgen) et son utilisation de masques distinctifs.

32[modifier le code]

Persépolis

Persépolis (grec ancien Περσέπολις [Persépolis], « la cité perse »), Parsa en vieux-persan, (persan تخت جمشید [Takht-e Jamshid], « le Trône de Jamshid »), (Coordonnées : 29°56′04″N, 52°53′29″E), était une capitale de l’empire perse achéménide. Le site se trouve dans la plaine de Marvdasht, au pied de la montagne Kuh-e Rahmat, à environ 70 km au Nord-Est de la ville de Shiraz, province de Fars, Iran.

Sa construction commence en -521 sur ordre de Darius Ier. Elle fait partie d’un vaste programme de construction monumentale visant à souligner l’unité et la diversité de l’empire perse achéménide, et à asseoir la légitimité du pouvoir royal. Elle fait appel à des ouvriers et artisans venus de toutes les satrapies de l’empire. L’architecture résulte d’une combinaison originale des styles issus de ces provinces créant ainsi le style architectural perse ébauché à Pasargades, également retrouvé à Suse et Ecbatane. Cette combinaison des savoir-faire marque également les autres arts perses, comme la sculpture ou l’orfèvrerie. La construction de Persépolis se poursuit pendant plus de deux siècles, jusqu’à la conquête de l'empire et la destruction partielle de la cité par Alexandre le Grand en -331.

Le site est plusieurs fois visité au cours des siècles par des voyageurs occidentaux, mais ce n’est qu’au XVIIe siècle qu’il est authentifié comme étant les ruines de la capitale achéménide. De nombreuses explorations archéologiques permettent par la suite d’en mieux appréhender les structures, mais aussi l’aspect et les fonctions passés.

33[modifier le code]

Le Taj Mahal

Le Taj Mahal (en hindi ताज महल, qui signifie en arabe le "palais de Mahal" تاج محل) est situé à Âgrâ, au bord de la rivière Yamunâ dans l'État de l'Uttar Pradesh en Inde. C'est un mausolée de marbre blanc construit par l'empereur moghol Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam, aussi connue sous le nom de Mumtaz Mahal, qui signifie en persan « la lumière du palais ». Elle meurt le 17 juin 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant alors qu'elle allait à la campagne. Elle trouve une première sépulture sur place dans le jardin Zainabad à Burhampur. Suite à sa mort survenue le 31 janvier 1666, son époux fut inhumé auprès d'elle.

La construction commence en 1632. Cependant, il demeure une incertitude sur la date exacte de la fin des travaux. Le chroniqueur officiel de Shah Jahan, Abdul Hamid Lahori indique que le Taj Mahal est achevé fin 1643 ou début 1644. Mais à l'entrée principale une inscription indique que la construction s'est achevée en 1648. L'État de l'Uttar Pradesh, qui a célébré officiellement le 350e anniversaire de l'édifice en 2004, affirme quant à lui que les travaux se sont achevés en 1654. Parmi les 20 000 personnes qui ont travaillé sur le chantier, on trouve des maîtres artisans venant d'Europe et d'Asie centrale. L'architecte principal fut Usad Ahmad de Lahore. Le 7 juillet 2007, le célèbre monument a été désigné comme l'une des sept nouvelles merveilles du monde.

Lire l’article

34[modifier le code]

Vue de la Khazneh à la sortie du Siq

Pétra (de πέτρα petra, « rocher » en grec ancien ; البتراء Al-Butrāʾ en arabe), de son nom sémitique Reqem ou Raqmu (« la Bariolée »), est une ancienne cité troglodytique située dans l'actuelle Jordanie, au cœur d'un bassin bordé par les montagnes qui forment le flanc oriental de l'Arabah (Wadi Araba), grande vallée prolongeant le grand rift vers le nord et qui s'étend de la mer Morte au golfe d'Aqaba.

Elle était dans l'Antiquité une ville édomite puis est devenue la capitale du royaume des Nabatéens. Vers le VIIIe siècle, les habitants quittent la cité à la suite de la baisse du commerce et de catastrophes naturelles.

35[modifier le code]

Angkor Vat

Angkor Vat ou Angkor Wat est le plus grand des temples du complexe monumental d'Angkor au Cambodge. Il fut construit par Suryavarman II au début du XIIe siècle en tant que temple de son état et capitale. Temple le mieux préservé d'Angkor, il est le seul à être resté un important centre religieux depuis sa fondation, premièrement hindou et dédié à Vishnou, puis bouddhiste. Le temple est le symbole du style classique de l'architecture khmère. Il est devenu le symbole du Cambodge, figurant sur son drapeau national, et il est le lieu touristique principal du pays.

Angkor Vat combine deux bases de l'architecture khmère pour les temples : le côté temple de montagne et le côté temple à galeries. Il est conçu pour représenter le mont Meru, la maison des dieux dans la mythologie hindoue. À l'intérieur d'une douve et d'un mur externe de 3,6 km de longueur se trouvent trois galeries rectangulaires, chacune construite l'une au-dessus de l'autre. Au centre du temple se dresse des tours en quinconce. Contrairement à la plupart des temples d'Angkor, Angkor Vat est orientée vers l'Ouest, probablement parce qu'il est orienté vers Vishnou.

Le temple est admiré pour la grandeur et l'harmonie de son architecture et ses nombreux bas-reliefs sculptés qui ornent ses murs. Sa beauté et sa taille sont telles que beaucoup le considèrent comme la huitième merveille du monde.

Lire l’article

36[modifier le code]

Dôme de Genbaku

Le dôme de Genbaku (原爆ドーム, Genbaku Dōmu?), ou le mémorial de la paix d'Hiroshima ou encore le dôme de la Bombe Atomique, était à l'origine le Palais d’exposition industrielle du département de Hiroshima.

Conçu par l’architecte tchèque Jan Letzel, ce bâtiment de style européen fut construit en 1915. Remarquable par son dôme ovale et ses façades bombées, il était un point de repère pour les habitants et un symbole du département.

Le 6 août 1945, à 8h15 du matin, la première bombe atomique explosa à 580 mètres du sol, à 160 mètres au sud-est de ce bâtiment. Les constructions alentour furent instantanément vaporisées, mais ce bâtiment, du fait qu’il ait subi le souffle de l’explosion presque directement de dessus, resta en partie debout, offrant à la vue ses façades calcinées et l’ossature métallique du dôme telles qu’on peut les voir aujourd’hui.

Au bout d’un certain temps, les gens se mirent à nommer les ruines de ce bâtiment le « Dôme de Genbaku ». En juin 1995, ces ruines furent classées monument historique et l’année suivante, le 5 décembre 1996, elles furent inscrites sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

Lire l’article

37[modifier le code]

Troie

Troie (en grec ancien Τροία / Troía), aussi appelée Ilios (Ἴλιος) ou Ilion, est une ancienne ville d'Asie Mineure, située non loin de la mer Égée, à l'entrée de l'Hellespont. Elle se situe dans l'actuelle province de Çanakkale en Turquie.

L'histoire légendaire de la guerre avec la Grèce est le sujet de l'Iliade d'Homère, des épopées du cycle troyen et l'un des sujets de l'Énéide de Virgile, dans laquelle Énée doit abandonner Troie, événement qui mène très indirectement à la fondation de Rome.

Lire l’article

38[modifier le code]


La Baie d'Ha-Long (ou Baie d'Ha Long ou encore Baie d'Along) est une étendue d'eau d'environ 1 500 km² située au nord du Viêt Nam, dans le Golfe du Tonkin, à proximité de la Chine et à 170 km à l'est de Hanoi. Elle est longée par une côte de 120 km.

Lire l’article

39[modifier le code]

L'Opéra de Sydney

L’Opéra de Sydney (en anglais : Sydney Opera House) à Sydney (Nouvelle-Galles du Sud, Australie), est l'un des plus célèbres bâtiments du XXe siècle, et un haut-lieu de représentation des arts. Son architecture originale (voilier pour les uns, coquillage pour les autres) a été imaginée par le danois Jørn Utzon.

Situé dans le port de Sydney (l'endroit précis s'appelle Bennelong Point), il est entouré d'un parc boisé au sud et est voisin du Harbour Bridge (célèbre pont de Sydney constitué d'une seule arche). Le paysage qui en résulte est d'ailleurs devenu un symbole de l'Australie, et de Sydney tout particulièrement. L'Opéra est aujourd'hui une attraction touristique majeure de la ville bien que la plupart des visiteurs n'ont pas l'occasion d'assister à une représentation.

Non seulement siège de l'Opéra d'Australie, de la Compagnie de théâtre de Sydney et de l'Orchestre symphonique de Sydney, l'Opéra accueille également beaucoup de productions artistiques étrangères en tournée. Il est administré par le Opera House Trust, structure régie par le Ministère des Arts des Nouvelles-Galles du Sud (New South Wales).

Lire l’article

40[modifier le code]

Cité interdite

La Cité interdite (Chinois : ; pinyin : gùgōng) est le palais impérial de Pékin dont la construction fut ordonnée par Yongle, troisième empereur Ming, et réalisée entre 1407 et 1420. Ce palais, d'une envergure inégalée — il s'étend sur une superficie de 720000 m² — fait partie des palais les plus anciens et les mieux conservés de Chine. De nos jours, il est devenu un musée qui conserve les trésors impériaux de la civilisation chinoise ancienne.

Lire l’article

41[modifier le code]


Les Bouddhas de Bâmiyân étaient deux statues monumentales de bouddhas debout, excavées dans la paroi d'une falaise située dans la vallée de Bâmiyân du centre de l'Afghanistan, à 230 kilomètres au nord-ouest de Kaboul et à une altitude de 2500 mètres. Le site tout entier est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

En 2001, après avoir survécu relativement épargnées durant plus de 15 siècles, avoir assisté à la destruction de la ville de Bâmiyân par les Mongols de Genghis Khan en 1222, avoir vu l'occupation russe, les statues sont décrétées idolâtres par le mollah Mohammed Omar et les Talibans les détruisent au moyen d'explosifs et de tirs d'artillerie. En mars 2001, les deux statues avaient disparu après presque un mois de bombardement intensif, causant une vive émotion de par le monde.

Lire l’article

42[modifier le code]

Parc national d'Uluru-Kata Tjuta

Le parc national d'Uluru-Kata Tjuta, auparavant appelé parc national d'Uluru (Ayers Rock-Mont Olga), est un parc national classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Il est situé dans l'« Outback » au centre de l'Australie, plus précisément au sud du Territoire du Nord, à proximité de la ville d'Alice Springs.

Il contient notamment le monolithe d'Uluru, symbole de l'Australie et des aborigènes.

Lire l’article

43[modifier le code]


Jérusalem (également nommée Hiérosolyme, Solyme ou Salem en ancien français, ירושלים - Yerouchalahim en hébreu, القدس - al Quds pour les arabophones musulmans ou اورشليم Ûrshalîm pour les arabophones chrétiens ; la dénomination israélienne officielle étant Yerushalayim) est une ville du Proche-Orient qui tient une place prépondérante dans les religions juive, chrétienne et musulmane, et dans le sentiment national israélien. L'État d'Israël a proclamé Jérusalem unifiée comme étant sa « capitale éternelle ». Cette désignation n'est pas reconnue par la communauté internationale. Jérusalem-Est, considéré comme un territoire occupé, est également revendiquée comme capitale d'un éventuel futur État palestinien.

Située sur le mont Sion, à 745 m d'altitude, la ville s'étend, début 2005, sur 200 km2 pour une population de 704 900 habitants. La ville qui est le chef-lieu du District de Jérusalem, est très hétérogène : s'y mêlent de nombreuses religions, peuples, groupes socio-économiques. La partie nommée « vieille ville » est entourée de remparts et est constituée de deux quartiers à dominante arabe, dits quartier chrétien et quartier musulman, d'un quartier à dominante arménienne et d'un quartier à dominante juive.

Lire l’article

44[modifier le code]

Palais du Potala

Le Palais du Potala (sinogramme : trad./simpl. , bùdálā gōng (pinyin), pu4ta2la1 kung1 (Wade-Giles)), est un édifice architectural tibétain du XVIIe siècle, situé à Lhassa, la capitale du Tibet.

Construit par le 5e Dalaï Lama, Lobsang Gyatso (1617-1682), il fut notamment le lieu de résidence principal des Dalaï lama qui lui succédèrent, jusqu'à la fuite de 14e Dalaï lama en Inde après le soulèvement contre l'armée chinoise en 1959. Aujourd'hui, le 14e Dalaï Lama réside à Dharamsala dans le Nord de l'Inde et le Palais du Potala est devenu un musée de la République populaire de Chine.

Lire l’article

45[modifier le code]

Pamukkale

Pamukkale (« château de coton » en turc) ou Pamukalé est un site naturel et touristique de Turquie. Il est inscrite depuis 1988 conjointement avec Hiérapolis sur la liste du patrimoine mondial. Une ville du même nom se trouve à proximité.

Pamukkale est une curiosité géologique extraordinaire, entièrement fabriquée par les eaux chaudes qui s'écoulent des entrailles de la montagne et, en libérant le dioxyde de carbone, fait précipiter le carbonate de calcium qu’elle contient. Certaines sources ont une température de plus de 45 degrés Celsius, et sont saturées de sels minéraux, qui lors de l'évaporation de l'eau se déposent et se pétrifient sur le flanc de la colline.

Lire l’article

46[modifier le code]

Samarcande

Samarcande ou Samarkand (Samarqand ou Самарқанд en Ouzbek) (population 400 000) est une ville d'Ouzbékistan, capitale de la Région de Samarcande (Samarqand Viloyati). Son nom signifie probablement « lieu de la rencontre » ou « lieu du conflit » (samara : rencontre, conflit en sanskrit, kand, kent : ville, terme centre-asiatique) et illustre bien sa position à la limite des mondes turc et persan.

Lire l’article

47[modifier le code]

Lac Baïkal

Situé dans le sud de la Sibérie, en Russie orientale, le lac Baïkal, mer d'eau douce sacrée pour ses premiers habitants, les Bouriates d'origine mongole, représente la plus grande réserve d'eau douce liquide en Asie (23 000 km3). Sa transparence est unique et la visibilité parfaite jusqu'à 40 mètres de profondeur. Pour le microclimat qu'il génère dans cette région froide, on le surnomme Perle de Sibérie.

C'est le lac le plus vieux (vingt-cinq millions d'années) et le plus profond du monde, 1 637 m au maximum reposant sur 7 000 mètres de sédiments et son volume 23 000 km³ représente environ 260 fois celui du Léman. Il représente 20 % du volume mondial d'eau douce contenue dans les lacs et les rivières. Sa taille fait qu'il est soumis à un système de vagues parfois importantes (jusqu'à 6 m) et qu'il est parcouru par des courants réguliers.

Lire l’article

48[modifier le code]

Ville-mosquée historique de Bagerhat

La ville-mosquée historique de Bagerhat, située dans le district de Bagerhat au sud-ouest du Bangladesh, est une ville ancienne comportant une grande concentration de mosquées et autres monuments islamiques. Fondée au XVe siècle par Khan Jahan Ali, le lieu était alors connu sous le nom de Khalifatabad.

La ville abrite, entre autres, la mosquée Shatgumbad (ou « Mosquée des soixante piliers »), l'une des plus anciennes du Bangladesh. Elle a en réalité plus de soixante piliers et possède 81 gambuj (dômes), dont 77 formant le toit et quatre petits dômes disposés à chaque coin. La structure est principalement faite de terre cuite et de briques.

Le site inclut également trois lacs (Pacha, Ekhtiarkha, et Buraka), et la tombe de Khan Jahan Ali.

Lire l’article

49[modifier le code]

Lord Howe

Lord Howe est une île d’origine volcanique en forme de croissant. Elle est rattachée administrativement à la Nouvelle-Galles-du-Sud.

Située à environ 600 km à l’est de l'Australie, à peu près à la même latitude que les Blue Mountains, elle est couverte de banians et de palmiers kentia qui abritent un oiseau rare : l’ocydrome. L’isolement de cette île a permis de fournir des informations très précieuses sur l’évolution de ces espèces. Environ 300 personnes y habitent en permanence.

Lire l’article

50[modifier le code]

Palmyre

Palmyre (en grec ancien Πάλμυρα) est une oasis du désert de Syrie à 210 km au nord-est de Damas. Son nom sémitique, attesté déjà dans les archives de Mari (XVIIIe siècle av. J.-C.) est Tadmor (تدمر). C'est toujours son nom actuel.

Elle faisait partie d'un réseau marchand reliant la Syrie à la Mésopotamie et à la côte méditerranéenne. La Bible attribue la construction de Palmyre au roi Salomon.

Lire l’article

51[modifier le code]

Château de Himeji

Le château de Himeji (姫路城?) est situé à Himeji, Préfecture de Hyōgo, Japon.

C'est l'une des plus vieilles structures du Japon médiéval. Inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO et désigné comme trésor culturel du Japon, avec le Matsumoto-jō et Kumamoto-jō, c'est l'un des trois seuls châteaux japonais en bois encore existants. Il est aussi connu sous le nom de « Hakuro-jō » (château du Héron blanc) en raison de sa couleur blanche extérieure.

Le château de Himeji apparaît souvent à la télévision japonaise. La raison en est simple, lorsque le tournage d'une fiction doit avoir lieu (Abarembo Shōgun par exemple), les producteurs se tournent naturellement vers cette merveille qui est la seule aussi bien conservée. Il est également le lieu où se sont tournées les scènes extérieures de Ran ou encore de Kagemusha deux célèbres films d'Akira Kurosawa.

Lire l’article

52[modifier le code]

Mausolée de Khoja Ahmed Yasavi

Le mausolée (mazar) de Khoja Ahmed Yasavi est un mausolée inachevé de la ville de Turkestan (ou Türkistan, ou Hazrat-e Turkestan), au sud du Kazakhstan. En 2002, il devint le premier patrimoine kazakh reconnu par l’UNESCO comme patrimoine mondial de l’humanité.

La structure actuelle a été commandée en 1389 par Tamerlan pour remplacer un plus petit mausolée du XIIe siècle d’un maître soufi célèbre, Khoja Ahmed Yasavi (av. 1103–1166). Les maîtres constructeurs de Perse érigèrent un bâtiment rectangulaire haut de 39 mètres en gantch, c’est-à-dire en brique cuite mêlée de mortier et d’argile, et couronné du dôme le plus grand jamais construit en Asie centrale. Ce double dôme, décorée de tuiles vertes et dorées, mesure 18,2 mètres de diamètre et 28 mètres de haut.

Le bâtiment, l’un des plus grands de son époque, fut laissé inachevé à la mort de Tamerlan en 1405. Comme les dirigeants ultérieurs lui accordèrent peu d’attention, le mausolée est arrivé jusqu’à nous comme la mieux préservée de toutes les constructions timourides.

Lire l’article

53[modifier le code]

Les sites retenus par l'UNESCO sous le nom de patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra sont trois parcs nationaux indonésiens :

Ils abritent tous une faune et une flore exceptionnelles et plutôt bien préservées, ainsi que des montagnes, volcans et lacs.

Lire l’article

54[modifier le code]

Forteresse de Hwaseong

La forteresse de Hwaseong (« forteresse brillante »), est située à Suwon en Corée du Sud (à 30 km de Séoul). Construite entre 1794 et 1796 sous les ordres du roi Jeongjo pour honorer et abriter les restes de son père, le prince Sado, contraint de se suicider par le roi Yeongjo, qui le fit mettre dans un coffre plein de riz.

La forteresse est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1997.

Lire l’article

55[modifier le code]

Sanaa

Sanaa, (aussi orthographié Sana, Sana'a ou Sanaá), en arabe : صنعاء, est la capitale du Yémen, située à 2350 mètres d'altitude, au pied de deux montagnes le Djebel Nogoum (2892 mètres) et le Djebel Ayban (3194 mètres). Elle abrite 2 millions d'habitants (en 2007).

Éthiopienne au VIe siècle, la ville a été occupée plusieurs fois par l'Empire ottoman. À l'indépendance du Yémen, en 1918, Sanaa est devenu la capitale, jusqu'en 1948 date à laquelle celle-ci fut transférée à Taïz, avant de revenir à Sanaa en 1962.

La ville de Sanaa est un centre culturel islamique, on y trouve une université musulmane et beaucoup de mosquées. Elle a été désignée par l'UNESCO « Capitale culturelle du monde arabe » pour 2004 et la vieille ville est inscrite au patrimoine mondial depuis 1986.

Lire l’article

56[modifier le code]

Cathédrale de Bagrati

La cathédrale de Bagrati (en géorgien : ბაგრატი; ბაგრატის ტაძარი, transcrit « Bagratis tadzari ») est une cathédrale construite au XIe siècle dans la ville de Kutaisi (région d'Imereti), en Géorgie. Aujourd'hui en ruines, elle est un chef-d'œuvre de l'architecture médiévale géorgienne.

Située sur la colline Uk'imerioni, elle est construite au début du XIe siècle pendant le règne du roi Bagrat III, d'où son nom, signifiant « la cathédrale de Bagrat ». Une inscription sur le mur septentrional révèle que le plancher fut installé en « chronicon 223 », donc 1003 au calendrier julien.

Elle est dévastée par des bombes des troupes ottomanes en 1692 ; ceux-ci étaient en train d'envahir le royaume d'Imereti. Cet incident cause l'effondrement de la coupole et du toit, laissant ainsi la cathédrale en l'état dont on la voit aujourd'hui.

Les travaux de conservation et de restauration ainsi que des études archéologiques sont en cours depuis 1952. Elle est ajoutée à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1994, ex-aequo avec le monastère de Gelati, et en 2001 elle est rendue à l'Église orthodoxe apostolique de Géorgie. Les cérémonies religieuses y sont célébrées de manière limitée, mais elle attire beaucoup de pèlerins et de touristes et est souvent utilisée comme symbole de la ville de Kutaisi.

Lire l’article

57[modifier le code]

Mausolée de l'empereur Qin

Le Mausolée de l'empereur Qin qui s'étend sur environ 56 km² à Xi'an, est dédié à l'empereur Qin (IIIe siècle av. J.-C.)

Il s'agit d'un tumulus haut de 115 mètres à 1,5 kilomètre recouvrant une fosse contenant quelque huit mille statues de soldats — ayant quasiment toutes un visage différent — et de chevaux en terre cuite. Elles furent passées dans des fours à une chaleur d’environ 900 degrés puis décorées et colorées (ce qui en dit long sur l'avancée technique de l'époque).

Lire l’article

58[modifier le code]

Rizières de Banaue

Les rizières de Banaue (en tagalog : Hagdan-hagdang Palayan ng Banaue) sont des rizières vieilles de 2 000 ans construites sur les montagnes Ifugao par les ancêtres de l'ethnie Batad, aux Philippines. Elles sont souvent appelées « la huitième merveille du monde ».

On pense que les terrasses furent construites avec peu d'outils, essentiellement à main grâce à un savoir faire transmis de génération en génération. Elles sont situées à environ 1 500 m au-dessus du niveau de la mer et recouvrent 10 360 km2. Elles sont alimentées en eau par la forêt tropicale poussant plus haut sur les monts.

Les rizières de Banaue font partie des rizières en terrasses des cordillères des Philippines, structures anciennes de 2 000 à 6 000 ans. On trouve ces rizières dans les provinces d'Apayao, Benguet, des Montagnes et Ifugao. Elles font toutes partie du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Les habitants de la région cultivent encore du riz et d'autres plantes sur les terrasses, mais les jeunes générations délaissent de plus en plus l'agriculture, préférant si possible travailler dans le tourisme, puisque les terrasses attirent beaucoup de visiteurs, y inclus de l'étranger. Dû à cet abandon, on voit l'érosion progressive des « marches » des terrasses, nécessitant des travaux de reconstruction et entretien constants.

Lire l’article

59[modifier le code]

La Grande Muraille

La Grande Muraille (en chinois traditionnel : 長城 ; simplifié : 长城 ; pinyin : Chángchéng ; littéralement la « longue muraille ») est un ensemble de fortifications militaires chinoises construites, détruites et reconstruites en plusieurs fois et plusieurs endroits entre le Ve siècle av. J.-C. et le XVIe siècle pour marquer et défendre la frontière nord de la Chine.

Populairement, on désigne sous le nom de « Grande Muraille » la partie construite durant la dynastie Ming qui part du détroit de Shanhai sur les rives du fleuve Yalu à l’est pour arriver à Jiayuguan à l’ouest. La longueur de la muraille varie selon les sources. Selon un rapport de 1990, la longueur totale des murs serait de 6 700 km. En raison de sa longueur, la Grande Muraille est surnommée en chinois « La longue muraille de dix mille li » (萬里長城, wàn lǐ chángchéng), le li étant une unité de longueur et dix mille symbolisant l’infini en chinois. Ce surnom peut cependant être pris dans son sens littéral par approximation, 6 700 km faisant 13 400 li. En moyenne, la Grande Muraille mesure 6 à 7 m de hauteur, et 4 à 5 m de largeur.

La Grande Muraille est la structure architecturale la plus grande construite par l’homme en termes de longueur, surface et masse.

Lire l’article