Port en drapeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arbres en drapeau, sur la côte du Somerset du Nord
Port asymétrique en drapeau sur tronc resté vertical, typique de certains conifères (ici arbre « émergent » d'une canopée dans le Défilé de Straiture (Vosges, France)

Un port en drapeau est la forme que peut prendre un arbre sous l'effet de vents forts soufflant régulièrement d'une même direction et l'obligeant à développer ses branches, ou à les conserver, dans le sens de ces vents dominants ; le houppier présente un étirement maximum dans le sens dominant du vent et le tronc est parfois presque couché. En bordure de mer s'ajoutent les effets des embruns marins (sel et polluants marins)[1]; Tous les arbres ont des réponses biomécaniques et d'aérodynamisme face au stress que constitue un vent unilatéral fort et régulier, mais différemment selon les essences[2],[3].

Enjeux paysagers[modifier | modifier le code]

Ces arbres contribuent à la spécificité des nombreux paysages littoraux et de montagne, par exemple sur les falaises, landes et pelouses de front de mer en France [4]. De même pour les paysages insulaires (Bretagne, Corse[5] par exemple) ou pour certains paysages arides [6].

Enjeux sanitaires[modifier | modifier le code]

Ces arbres sont souvent plus vulnérables au dépérissement[7].

Bois spéciaux[modifier | modifier le code]

Autre fois ces bois avaient une valeur particulière pour les charpentiers, pour les charpentes de marine (bois tors) notamment. Aujourd'hui ces arbres ont surtout une valeur paysagère, écopaysagère et de protection contre le vent[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dupuy B (1990) Sylviculture de l'Acacia mangium en basse Côte d'Ivoire. Bois & forêt des tropiques, 225(225), 24-32.
  2. Louf J.F (2015) Couplage poro-élastique et signaux hydrauliques dans les plantes : approche biomimétique (Doctoral dissertation, Aix-Marseille)
  3. Fournier, M., Bonnesoeur, V., Deleuze, C., Renaud, J. P., Legay, M., Constant, T., & Moulia, B. (2015) Pas de vent, pas de bois. L’apport de la biomécanique des arbres pour comprendre la croissance puis la vulnérabilité aux vents forts des peuplements forestiers. Revue Forestière Française.
  4. Richard, J. F., & Rougerie, G. (1971). Landes et pelouses de front de mer en Bretagne méridionale. Bulletin de l'Association de Géographes Français, 48(393), 415-421
  5. Gamisans, J. (1981). Hêtre, Sapin, bouleau et pin laricio en Corse. Revue Forestière Française.
  6. Giffard, P. L. (1971). L'arbre dans le paysage sénégalais (Vol. 1). Centre technique forestier tropical.
  7. Badot PM & Garrec JP (1993) Dépérissement local du pin d'Alep (Pinus halepensis) le long du littoral méditerranéen. Revue forestière française.
  8. de Foucault B (1997) Nouvelles réflexions sur les lois qualitatives du monde végétal et leur valeur heuristique. Acta botanica gallica, 144(1), 129-144.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]