Port de Valleyfield

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Port de Valleyfield
Port-valleyfield-logo.png
Logo du Port de Valleyfield
Présentation
Type
Port de commerce (fluvial)
Construction
Statut
Tonnage
652 973 tonnes (2015)
Trafic
111 navires (2015)
Superficie
265 ha
Géographie
Coordonnées
Pays
Province
Ville
Plan d'eau
Localisation sur la carte du Québec
voir sur la carte du Québec
Legenda port.svg

Le Port de Valleyfield est le seul port autonome sous gestion municipale au Canada.

Histoire[modifier | modifier le code]

Souhaitant profiter de cette imposante réalisation, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield décide alors de construire son propre port au coût de 1,6 M$[précision nécessaire].

C’est donc le qu’on procède à la première pelletée de terre en présence des personnalités politiques suivantes :

  • Charles Mills Drury, ministre de l’Industrie et de la Production de la défense;
  • George James McIlraith, président du Conseil privé;
  • Robert Cauchon, maire de Salaberry-de-Valleyfield;
  • Maurice Lamontagne, secrétaire d’État;
  • Gérald Laniel, député de Beauharnois-Salaberry.

Une année plus tard, soit le , le M/V Christine est le premier navire à s’accoster au Port de Valleyfield avec une cargaison de phosphate. Construit au départ pour assurer l’approvisionnement en matières premières des entreprises Canadian Electrolytic Zinc (CEZ) et Les Engrais du St-Laurent, il s’est vite affirmé un pilier logistique pour l’ensemble des complexes industriels de la région du sud-ouest de la Montérégie. Pour plusieurs clients suprarégionaux, le Port de Valleyfield constitue un choix économique de grande valeur, tant en approvisionnement qu’en distribution[1].

Trafic maritime[modifier | modifier le code]

En 2015, 111 navires se sont arrimés à l’un ou l’autre des huit quais. C’est un navire de moins qu’en 2014. Annuellement, quelque 115 navires en provenance ou à destination de marchés commerciaux internationaux et nationaux font escale à Salaberry-de-Valleyfield. Outre le Canada et les États-Unis, notons l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Corée du Sud, l’Espagne, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Russie, la Suède, la Turquie et le Venezuela[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Historique | Port de Valleyfield », sur www.portvalleyfield.com (consulté le 1er juillet 2016)
  2. « Le Port | Port de Valleyfield », sur www.portvalleyfield.com (consulté le 1er juillet 2016)