Port de Boucharo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Port de Boucharo
Image illustrative de l’article Port de Boucharo
Le port de Boucharo vu côté espagnol, en été
Altitude 2 270 m
Massif Pyrénées
Coordonnées 42° 42′ 13″ nord, 0° 03′ 51″ ouest[1]
PaysDrapeau de la France FranceDrapeau de l'Espagne Espagne
ValléeVallée des Pouey Aspé
(est)
Vallée de Bujaruelo
(ouest)
Ascension depuisGavarnie Torla
AccèsHRP,
piste (prolongement de la D 923)
HRP,
piste

Géolocalisation sur la carte : Province de Huesca

(Voir situation sur carte : Province de Huesca)
Port de Boucharo

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Port de Boucharo

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Port de Boucharo

Le port de Boucharo ou port de Gavarnie (en aragonais puerto de Buixaruelo ou puerto de Gavarnía ; en espagnol puerto de Bujaruelo) est le point de passage le plus bas, depuis Gavarnie, vers le versant sud des Pyrénées. Contrairement à la brèche de Roland, il n'est pas situé dans le cirque de Gavarnie mais au bout de la vallée voisine des Pouey Aspé.

Orienté nord/sud, il marque la frontière entre l'Espagne et la France :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le mot port signifie « col » en gascon bigourdan. Boucharo vient de Bujaruelo/Buxargüelo, premier lieu-dit que l'on rencontre en contrebas dans la vallée côté espagnol.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le port de Boucharo marque la limite entre le massif du Mont-Perdu et celui du Vignemale. Il se situe à la limite de la nappe de charriage résultant de la collision de la plaque ibérique avec la plaque eurasienne[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le port de Boucharo est de longue date un point de franchissement de la chaîne pyrénéenne. L'idée d'y construire une route est ancienne. La construction d'une route est ainsi planifiée par Napoléon Ier dès 1811. Mais ce n'est qu'au cours des années 1930 que des études sont engagées en ce sens. Avec la guerre civile espagnole, puis la Seconde Guerre mondiale, le projet est mis de côté[3].

Alors qu'en 1969 la route est achevée sur le versant français, aucune route n'est jamais construite côté espagnol. Finalement les deux derniers kilomètres entre le col de Tentes et le port de Boucharo sont déclassés. Le revêtement goudronné est ensuite retiré pour laisser place à un chemin accessible aux personnes à mobilité réduite sur les 800 premiers mètres[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : cartes IGN à l'échelle 1:25000 sur Géoportail
  2. « Histoire géologique du site Pyrénées Mont Perdu », sur http://www.parc-pyrenees.com/
  3. Marcel Lavedan, « L’étrange destin de la route de Lourdes à Zaragoza par Gavarnie », Pyrénées : organe officiel du Musée pyrénéen du Château-fort de Lourdes, de la Fédération franco-espagnole des sociétés pyrénéistes, du G.P.H.M., Société des amis du Musée pyrénéen,‎ , p. 3-7 (lire en ligne).
  4. « Gavarnie. Tentes-Boucharo : la route requalifiée », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Friebe et Pete Golding, Sommets mythiques : Cyclisme, les 50 cols incontournables d'Europe, GEO, , 224 p. (ISBN 978-2-8104-0296-0), p. 162-165

Liens externes[modifier | modifier le code]