PortAventura Park

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Port Aventura)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec le complexe de loisirs nommé PortAventura World.

PortAventura Park
Image illustrative de l’article PortAventura Park
Shambhala et Dragon Khan
Image illustrative de l’article PortAventura Park

Ancien nom * Port Aventura (1995-1998),
* Universal's Port Aventura (1999),
* Universal Studios Port Aventura (2000-2001)
* Port Aventura (2002-2004)
Ouverture
Domaine PortAventura World
Superficie 52 ha (parc à thème)[1]
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Catalogne
Comarque Tarragonès
Commune Salou
Propriétaire Investindustrial et KKR
Type de parc Parc à thèmes
Nombre d'attractions Total : 38
Nb de montagnes russes : 7
Nb d'attractions aquatiques : 5
Nombre de visiteurs 3,6 millions[2] (2017)
Site web portaventuraworld.com
Coordonnées 41° 05′ 16″ nord, 1° 09′ 28″ est

Géolocalisation sur la carte : Catalogne

(Voir situation sur carte : Catalogne)
PortAventura Park

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
PortAventura Park

PortAventura Park est un parc à thèmes espagnol situé au sud-ouest de Barcelone sur les communes de Vila-seca et Salou, dans la province de Tarragone, sur la Costa Daurada. Il ouvre ses portes le . Il fait partie du complexe de loisirs PortAventura World.

Avec une fréquentation annuelle oscillant entre 3 et 3,6 millions, il est l'un des parcs européens les plus importants.

Historique[modifier | modifier le code]

Hypothétique parc Disney et conception de Port Aventura[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, The Walt Disney Company cherche un terrain en Europe pour y implanter un parc à thèmes[3]. En , après une première sélection, seuls deux sites espagnols et deux sites français sont conservés comme des candidats viables[N 1],[4]. Situé à environ 85 km au sud-ouest de Barcelone, l'emplacement catalan est choisi en raison de son climat avantageux et de la proximité de la Méditerranée. Desservi par l'autoroute A-7, il est à une heure de Barcelone. En Espagne, les pouvoirs publics et la presse s'enthousiasment à l'idée de recevoir le futur parc. Ils décident de multiplier les subventions afin d'attirer les américains. Les négociations avancent et les espagnols imaginent remporter le marché. Ce n'est pas le cas, le protocole d'accord avec le gouvernement français et la région Île-de-France pour la réalisation du complexe Euro Disney Resort à Marne-la-Vallée est signé le [5].

The Walt Disney Company a généré une attente pour un produit de ce type en Catalogne[4]. Ses dirigeants expriment leur déception et désirent un parc de loisirs sur leurs terres[1],[3].

La généralité de Catalogne entre en contact avec Anheuser-Busch et sa filiale Busch Entertainment pour construire un grand parc d'attractions en Espagne. Plusieurs problèmes apparaissent. Les terrains pressentis pour héberger le complexe Euro Disney Resort se situent sur les deux villages Vila-seca et Salou partageant alors la même commune. Ces deux villages veulent leur indépendance et ne plus appartenir à la même commune. De ce fait, Anheuser-Busch est prêt à se retirer du projet. Un décret de la généralité de Catalogne daté du 23 juin 1989 approuve son installation. Le 30 octobre 1989, un arrêt de la Cour suprême accorde l'indépendance administrative de Salou et Vila-seca qui deviennent chacun une commune[6]. La même année, le projet d'un parc d'attractions est proposé officiellement par Anheuser Entreprises Busch, Inc.[1]. Ce groupe fournit une partie du capital, mais aussi le savoir-faire technique nécessaire à la construction et à la gestion du parc grâce à l'expérience acquise dans leurs parcs Busch Gardens et SeaWorld. En outre, Busch est responsable de la conception du parc de loisirs. La généralité garantit 100 millions de dollars de prêts et le gouvernement fournit un ensemble de prêts et de crédits à faible taux d'intérêt d'une valeur d'environ 250 millions de dollars[7]. Jusqu'alors Anheuser-Busch possède 100 % du capital. En 1991, la multinationale américaine décide d'abandonner le projet car les affrontements entre les communes de Salou et Vila-seca engendrent des problèmes. C'est alors que la généralité de Catalogne convainc la société Grand Peninsula, filiale de Grand Tibidabo alors propriétaire du parc d'attractions Tibidabo, de contribuer à hauteur de 80 % du capital[8].

Les concepteurs de Busch se penchent sur ce que sera le contenu du parc. Des études de marché populaires révèlent que le public européen associe l'exotisme avec certaines régions du monde : l'Ouest américain, la Chine, la Polynésie et le Mexique. Elles seront, avec un village méditerranéen catalan, les sections du parc à thèmes[9]. Le parc est calibré pour accueillir 35 000 personnes quotidiennement[10]. La capacité du parking est de 6 000 voitures et 250 autocars[11].

Chantier de Mediterrània.
Premier logo du parc (1997)

Un consortium présidé par le représentant de la généralité de Catalogne est constitué en avril 1992 pour gérer le terrain où le centre de loisirs doit être situé. L'année 1992 marque le début de la construction du parc édifié à 2 km de la plage sur les communes de Salou et Vila-seca. La première pierre est posée en avril et le chantier démarre en mai[1],[7]. Même s'il en est question dans les ébauches initiales, le parc n'ambitionne pas de devenir un resort doté d'hôtels dans un premier temps. D'ailleurs, la presse fait écho des déboires d'Euro Disney Resort qui peine à remplir ses hôtels entraînant de lourds déficits[12]. Il est alors question que le parc se nomme Tibi Gardens[4],[13].

Michael Herbert et Ray Barratt du Tussauds Group, propriétaire des musées Madame Tussauds et du parc d'attractions anglais Alton Towers, cherchent de nouvelles opportunités de développement en Europe. Un investisseur[N 2] les informe qu'un parc de loisirs développé par Anheuser-Busch cherche des partenaires. Ils rencontrent une équipe Busch à Alton Towers[14]. Anheuser-Busch annonce officiellement en novembre 1992 sa coentreprise avec Grand Tibidabo dans la construction de Tibi Gardens à Salou[7]. Peu après, Grand Penisula est contrainte de quitter le projet en raison de scandales financiers[15]. Début 1993, la généralité entame des négociations avec divers interlocuteurs dans le but de trouver des investisseurs pour Tibi Gardens[8]. La généralité de Catalogne convainc alors la banque espagnole La Caixa, la société espagnole d'électricité FECSA et les anglais du Tussauds Group, filiale du groupe Pearson, d'acheter 80 % des actions de Grand Peninsula[N 3],[10],[16]. Tussauds accepte d'être à la fois investisseur et exploitant du parc, dont le nom sera finalement Port Aventura[N 4],[14]. L'actionnariat se répartit donc entre Tussauds Group avec 40,01 %, La Caixa avec 33,19 %, Anheuser-Busch avec 19,9 % et FECSA avec 6,7 %[11]. Pearson via Tussauds Group investit 37,5 millions de livres sterling pour sa participation dans le parc[17].

Les contrats pour les attractions sont alors signés, hormis pour les principales montagnes russes. L'équipe Tussauds privilégie le fabriquant Bolliger & Mabillard pour celles-ci. L'attraction Dragon Khan est bien meilleure et plus grande que celles initialement prévue, elle deviendra l'attraction phare de Port Aventura. Tussauds Group influe dans d'autres domaines pour perfectionner le parc. Des journées de préouverture employées comme répétitions générales ont lieu dès le 8 avril 1995[18]. Le parc ouvrira dans les délais et dans les limites du budget, à tel point que la fontaine sur la place de l'entrée, retirée du projet car considérée comme n'étant pas essentielle, est finalement érigée[14].

Inauguration et période Universal[modifier | modifier le code]

Le , Port Aventura est inauguré officiellement en présence du président de la généralité de Catalogne, Jordi Pujol, du ministre du Commerce et du Tourisme, Javier Gómez-Navarro et de quinze mille personnes ; le grand public accède à Port Aventura le lendemain. Son attraction phare est alors Dragon Khan. Dessinées par Bolliger & Mabillard, ces montagnes russes, atteignant les 110 km/h, offrent huit inversions, un parcours de 1 270 m de long pour une hauteur maximale de 45 m[11].

L'investissement total de 48 milliards de pesetas (288,5 millions d'euros)[18],[11] permet également la réalisation - entre autres - des autres attractions majeures, les bouées des Grand Canyon Rapids, les bûches de Silver River Flume, le Shoot the Chute Tutuki Splash et le train de la mine El Diablo. Les vingt-six attractions ont une capacité de 32 384 personnes par heure.

Logo Universal's Port Aventura (1999)
Logo Universal Studios Port Aventura (2000-2001)
Logo Port Aventura (2002-2004)

Proche des aéroports de Barcelone et Reus, le domaine s'étend alors sur quelques 115 hectares, situés sur une superficie de 825,7 hectares de terrains disponibles pour d'éventuels agrandissements[1]. Les 620 000 entrées payantes des deux premiers mois sont un signe encourageant[12]. Les dirigeants attendent 2,5 millions de visiteurs en cette première année ; en fin de saison, ils sont 2,7 millions[9]. Alors qu'étaient attendus 60 % d'Espagnols et 40 % d'étrangers, ils sont 35 % à venir de Catalogne, 45 % du reste de l'Espagne et 20 % de l'étranger[1].

Le parc est régulièrement comparé à Disneyland Paris à cette époque[3],[9],[12],[19]. Tussauds Group est non seulement l'actionnaire principal, mais également l'exploitant du site[N 5],[20].

En 1996, la gare de Port Aventura de la Renfe est édifiée. Cette gare de la ligne R16 (anciennement dénommée Ca-1) relie Barcelone à Tortosa. Alors qu'Universal Studios désire s'implanter en Europe, Port Aventura rejoint en 1996 les Great European Theme Parks. Cette association est fondée en 1993 en réponse à l'arrivée d'Euro Disney Resort. Le but est de créer une collaboration d'importants parcs d'attractions européens non concurrents compte tenu de leur situation géographique[21],[22]. Ses membres sont Europa-Park, Alton Towers, le Parc Astérix, Efteling et Liseberg. Cette deuxième année voit également 2 700 000 visiteurs passer les portes du parc. Celui-ci se place de ce fait sur la 5e place des parcs européens les plus fréquentés, ex aequo avec Alton Towers et devant Europa-Park[23],[24].

Le 17 mars 1997 a lieu le lancement de la 3e saison avec ses premiers ajouts : Tomahawk, des montagnes russes junior en bois, et Stampida, des montagnes russes racing en bois, les premières de ce genre en Europe. Le 5 juillet, Stampida est le théâtre d'un accident mortel. Stampida et Tomahawk restent fermés jusqu'à la fin de la saison[16]. Le parc de loisirs totalise en 1997 huit millions d'entrées depuis son ouverture[17].

El Tifón

Tussauds Group vend sa participation en juin 1998 pour 58 millions de livres sterling. L'achat de Thorpe Park par le groupe a lieu à la même époque[25]. Ses 40,5 % sont achetés par Universal Studios à hauteur de 37 % et par Acesa, contrôlée par La Caixa, à hauteur de 3,5%[17]. Universal devient à la fois investisseur et exploitant du parc[19].

De plus, La Caixa achète 6,7 % à FECSA qui quitte l'actionnariat du parc[N 4]. Les actionnaires de Port Aventura sont les suivants : La Caixa 39,6 %, Universal Studios 37 %, Anheuser-Busch 19,9 %, Acesa (Abertis) 3,6 %. Les projets de resort un temps écartés reviennent à la surface avec Universal. En août, l'attraction de type Waikiki Wave (nl) El Tifón est démantelée en raison de problèmes techniques récurrents. Les montagnes russes Vekoma Junior Coaster nommées Tami-Tami sont inaugurées dans le même quartier.

Pour marquer sa filiation avec le groupe américain, le parc est rebaptisé Universal's Port Aventura en 1999. La mascotte Woody Woodpecker et sa compagne Winnie Woodpecker font leur entrée la même année. La nouveauté étrennée est le spectacle pyrotechnique FiestAventura, première création des équipes Thinkwell Group et Universal Creative à Salou. Il remporte en 2000 le Thea Award du meilleur Live Event (spectacle vivant). Rebaptisé Universal Studios Port Aventura, le parc inaugure le simulateur Sea Odyssey de Thinkwell Group et Universal Creative. Il réunit une plate-forme dynamique qui descend à plus de 2 m avec 6 types de mouvement, une animation graphique sur ordinateur et le premier système électronique de rétroprojection cinématographique en 70 mm[23]. De plus, la fête d'Halloween y est célébrée du 16 octobre au 5 novembre 2000 pour la première fois. Le parc catalan ne fait plus partie des Great European Theme Parks pour la saison 2001. Cette association ne sera encore en activité que quelques mois. Le walkthrough doté d'effets spéciaux et pyrotechniques Templo del Fuego ouvre au public en 2001. Popeye, Olive, Brutus, la Panthère rose, l'inspecteur Clouseau et Betty Boop étoffent la galerie des mascottes d'Universal Studios Port Aventura la même année[26]. Le 20 millionième visiteur est reçu le 22 novembre 2001. La première célébration de Noël se déroule du 20 décembre au 6 janvier 2002. La 7e saison se clôture avec 3,2 millions de visiteurs[16].

Deux hôtels thématiques et un parc aquatique sortent de terre en 2002. Le site n'est plus uniquement un parc à thèmes, mais bien un complexe de loisirs dotés de différentes unités. Le resort est nommé Universal Mediterranea et le parc à thèmes reprend son nom d'origine : Port Aventura, accolé au logo Universal. Templo del Fuego remporte en 2003 le Outstanding Achievement (prix d'excellence) aux Thea Awards[27],[28],[29].

L'historique du domaine depuis que celui-ci est un complexe de loisirs est traité dans l'article PortAventura World, complexe de loisirs inauguré le .

Nouvelle identité et crise espagnole[modifier | modifier le code]

De juin à décembre 2004, les deux derniers wagons d'El Diablo sont inversés, le passager peut choisir de faire le voyage en avant ou en arrière. Malgré la vente de ses parts, Universal Studios reste toujours lié au complexe par un contrat d'utilisation de la licence Universal moyennant 1,5 % des bénéfices du resort. En 2004, le domaine enregistre deux millions de bénéfices, une première en sept ans[30]. Le 30 millionième visiteur est reçu le 27 novembre 2004.

Trono de Pacal

Pour la saison 2005 et à la suite du départ d'Universal, le parc d'attractions Port Aventura est rebaptisé PortAventura Park[N 4]. L'espace est supprimé afin d'enregistrer le nom. Les nouveaux ajouts du parc sont de type attractions à sensations fortes avec premièrement la tour de chute de 100 m Hurakan Condor en mai 2005. Son ouverture coïncide avec le 10e anniversaire du parc à thèmes. Il s'agit d'une chute libre de 86 m à 115 km/h où les passagers subissent un freinage de 3g[31]. La saison 2006 est la dernière de Trono de Pacal, manège de type Rainbow du constructeur Huss Rides.

Les montagnes russes les plus rapides d'Europe sont inaugurées lors de la 13e saison. Les montagnes russes lancées de type Wing Rider baptisées Furius Baco ouvrent le avec la présence du champion MotoGP Valentino Rossi. Conçues par Intamin, elles propulsent les visiteurs à 135 km/h en 3,5 s[31]. L'investissement est, comme pour Dragon Khan, d'environ quinze millions d'euros. Fin du mois, une attraction mineure est disponible pour les enfants : El Laberinto Blacksmith.

L'année 2008 est synonyme de nouvelles mascottes, celles de Sesame Street (1, rue Sésame en français). C'est aussi en cette année que les effets de la crise économique espagnole commencent à se faire ressentir. Certaines activités voient leur période d'ouverture réduite, certains projets sont gelés. Les résultats économiques vont de pair avec la récession. PortAventura Park ne bénéficie plus d'investissements.

Pendant toute la saison 2010, le parc est agrémenté de décorations spéciales pour célébrer son 15e anniversaire. Le simulateur Sea Odyssey passe à la technologie 4-D avec de nouveaux films en relief du catalogue nWave.

Retour aux investissements[modifier | modifier le code]

En 2011, PortAventura Park inaugure une 6e zone thématique : SésamoAventura. Dédiée aux personnages de 1, rue Sésame, elle comporte une dizaine d'attractions destinées à séduire les enfants de 1 à 12 ans et leur famille[32],[33]. Avec un coût de 12 millions d'euros, cette extension de 1,2 hectares est dessinée par le créatif italien Claudio Mazzoli[N 6]. Les six nouvelles attractions proviennent pour trois d'entre-elles des constructeurs italiens SBF Visa Group et Zamperla et pour deux d'entre-elles des constructeurs allemands Zierer et Heege. Ce nouvel espace thématique fait croître le nombre de visiteurs d'un demi-million[30].

En 2012, PortAventura Park ouvre le nouveau parcours de montagnes russes Shambhala. Détentrices de trois records européens[N 7], ces hyper montagnes russes ont pour thème le mythique royaume tibétain Shambhala, dessiné à Salou par l'italien Mazzoli. Sur 14 000 m2, elles sont construites par Bolliger & Mabillard, tout comme Dragon Khan[34]. Pour permettre l'accès à cette nouvelle section depuis l'esplanade inspirée de la Cité interdite chinoise, l'attraction de type chaises volantes Fumanchú est définitivement retirée. Une attraction mineure est disponible en 2013, il s'agit du palais des glaces dénommé El secreto de los Mayas.

Angkor

La principale nouveauté 2014 est Angkor, le Splash Battle le plus long d'Europe. D'une longueur de 300 m, il prend place dans le quartier chinois à côté de Shambhala. Tout comme ce dernier, Angkor est imaginé par le créatif Claudio Mazzoli qui a puisé son inspiration dans le temple cambodgien d'Angkor Wat. L'attraction d'une capacité horaire de 726 personnes propose d'embarquer sur l'un des quatorze bateaux de huit passagers chacun pour un périple de dix minutes. Elle est érigée sur les 10 500 m2 de la sous-section inspirée des mythologies hindoue et bouddhique[35].

Les investissements à PortAventura Park diminuent au profit d'autres branches du domaine comme l'édification du 2e parc à thèmes Ferrari Land. L'accord de licence conclu avec le constructeur automobile italien Ferrari est annoncé en mars et la construction est censée commencer à l'automne 2014[36],[37]. Elle est retardée à mai 2015[38].

PortAventura Park célèbre son 20e anniversaire en 2015. En cette année, de nouveaux trains Mini-llennium Flyer fabriqués par Great Coasters International parcourent les montagnes russes en bois Tomahawk en lieu et place de ceux du constructeur Philadelphia Toboggan Coasters. Le film Ice Age: The 4D Experience est diffusé dans le simulateur Sea Odyssey. 2015 est également l'année de la 15e édition d'Halloween.

Résultats annuels[39],[2],[40],[41]
2012 2013 2014 2015 2016 2017
Visiteurs des parcs[N 8] 3 703 217 3 700 000 3 819 474 3 940 444 3 896 901 4 715 088
Visiteurs de PortAventura Park 3 439 444 3 494 998 3 499 375 3 528 908 3 607 937
Visiteurs internationaux 35 % 38 % 36 % 33 % 33 % 33 %

Le film Dino Escape 4D Experience diffusé dans le simulateur Sea Odyssey est la nouveauté 2017. La saison 2018 est marquée par le 20e anniversaire de Woody Woodpecker à PortAventura Park, alors qu'il fête son 19e anniversaire étant donné qu'il fait son arrivée en 1999. En juillet, la maison de Woody accueille le public pour une visite et y prendre la pose pour la photo.

Il est annoncé pour 2019 l'arrivée d'une nouvelle attraction, un parcours scénique interactif de 15 millions d'euros du fabricant Sally Corporation doté d'animatroniques, d'écrans et de mapping vidéo autour des personnages de 1, rue Sésame sur 1 300 m2 dans la zone qui leur est consacrée, SésamoAventura[42].

Composition du parc[modifier | modifier le code]

Le parc se divise en plusieurs « mondes » ou espaces thématiques, Méditerranée, Polynésie, SésamoAventura, Chine, Mexique et Far West. Ils sont composés chacun d'attractions, de services et de spectacles.

Mediterrània[modifier | modifier le code]

Cette partie permet l'accès au parc. En train, en catamaran ou en jonque chinoise, le passager distance le port et le village latin. Le public y trouve tous les services traditionnels, comme les points d'informations, les caisses… Le quartier contient également de nombreuses boutiques et points de restauration dans les ruelles étroites. Cette zone propose trois attractions et un spectacle primé :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Polynesia[modifier | modifier le code]

Une fois sorti de Mediterrània, le quartier le plus arboré du parc se présente comme entièrement décoré sur le thème de la Polynésie peuplée d'oiseaux tropicaux et de différentes essences végétales dont des palmiers. Aux sons du Tamure ou du Hula, elle est reproduite comme le Capitaine Cook la découvrit il y a plus de deux siècles. Jusqu'en 2010, la zone comportait plus d'attractions. Avec l'ouverture de SésamoAventura l'année suivante, certaines sont englobées dans cette nouvelle section. Ce quartier propose quatre attractions :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

SésamoAventura[modifier | modifier le code]

Inaugurée en 2011, cette zone est la seule qui n'était pas présente dès l'ouverture de Port Aventura[N 4]. Plus petite aire du parc, elle est aussi la seule consacrée à une licence, 1, rue Sésame en l'occurrence. Érigée sur la section orientale de Polynesia, certaines attractions de celles-ci sont rattachées dans ce nouveau quartier. Le trajet du train se voit pourvu d'une gare supplémentaire lors de l'ouverture de SésamoAventura. Cette zone propose dix attractions :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

China[modifier | modifier le code]

Cette zone se présente comme entièrement inspirée du Monde chinois et se divise en deux zones distinctes ; la Chine populaire et la Chine impériale. Le promeneur y retrouve une reproduction de Cité interdite, une représentation de la muraille de Chine inspirée par un tronçon situé à Badaling, un campement de nomades mongols, la cité agricole de Ximpang et son embarcadère inspiré par les abords du fleuve Yangzi Jiang[43]. La zone est complétée et enrichies avec des univers inspirés par l'Himalaya et le Cambodge. La plus grande aire thématique du parc est le siège de l'attraction-phare du parc depuis son inauguration, Dragon Khan, qui jouxte Shambhala ouvert en 2012. Cette zone propose huit attractions :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

México[modifier | modifier le code]

Entièrement consacrée à la culture mexicaine et à l'Empire maya, la zone s'inspire de la péninsule du Yucatán au Sud du Mexique. On peut y voir une reproduction du Chichén Itzá et de la tombe d'un gouverneur de Palenque comme l'auraient découverts les espagnols à leur arrivée sur le nouveau continent. La zone est également composée de la cantina, animée par des mariachis. Huit attractions sont situées dans cette section :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Far West[modifier | modifier le code]

Ce quartier s'articule autour de la thématique de l'Ouest américain. Il se divise en deux parties, l'une représentant le Grand Canyon et le domaine minier de la « C.C. Sampling & Ore Company » et l'autre une petite ville inspirée du Texas, nommée Penitence. Le saloon, le french cancan, son shérif, ses cow-boys, ses hors-la-loi et ses chasseurs de prime se situent dans ce village mouvementé. C'est un des lieux principaux où se déroule l'événement Halloween et où l'on trouve de nombreux jeux d'adresse. La zone thématique accueille onze attractions :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Records et distinctions[modifier | modifier le code]

PortAventura Park est une référence Européenne, mais aussi mondiale. Il détient un grand nombre de récompenses et records dont voici les principaux :

  • 1995 : Dragon Khan est le circuit de montagnes russes ayant le plus grand nombre d'inversions au monde, 8 en l'occurrence. De plus, elle possède le plus haut looping vertical au monde avec 36 mètres[30].
  • 2000 : Fiestaventura remporte le prix du meilleur Live Event (spectacle vivant) aux Thea Awards[44].
  • 2003 : Templo del Fuego remporte le Outstanding Achievement (prix d'excellence) aux Thea Awards[44].
  • 2007 : Ouverture du Furius Baco, le parcours de montagnes russes à propulsion le plus rapide d'Europe (135 km/h).
  • 2012 : Inauguration de Shambhala, le circuit de montagnes russes le plus haut d'Europe avec ses 76 m de hauteur et sa chute principale de 78 m. Ses 134 km/h en font les hyper montagnes russes les plus rapides d'Europe[N 7].
  • 2012 : Prix de la « Meilleure attraction Européenne » décerné par l'EAS pour l'attraction Shambhala.

Caractéristiques des principales attractions[modifier | modifier le code]

Principales attractions de PortAventura Park
Nom Constructeur Type Vitesse maximale (km/h) Hauteur maximale (m) Longueur (m) Année
Shambhala B&M Hyper montagnes russes 134 76
de chute : 78
1 650 2012
Dragon Khan B&M Montagnes russes en métal 110 45
de chute : 50
1 270
8 inversions
1995
Furius Baco Intamin Montagnes russes lancées 135 16 850
1 inversion
2007
Hurakan Condor Intamin Tour de chute 115 100
de chute : 86
- 2005
Stampida CCI Duel de montagnes russes en bois 75 26 954 1997
Tomahawk CCI Montagnes russes en bois 48 13,5 440 1997
El Diablo Arrow Dynamics Train de la mine 60 16,5 970 1995
Tutuki Splash Intamin Shoot the Chute 56 15 438 1995
Silver River Flume Mack Rides Flume ride 55 16 689 1995
Tami-Tami Vekoma Montagnes russes junior 35 8,5 207 1998
Grand Canyon Rapids Intamin River rapids ride 15 - 465 1995

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un site français proche de Toulon est alors retenu, il sera rejeté à cause de la géologie de son sous-sol, trop dur. Un site espagnol proche d'Alicante est alors retenu, il sera rejeté lorsqu'on constata qu'il y soufflait des forts vents tous les ans pendant plusieurs semaines. Il est à souligner que le parc à thèmes Terra Mítica ouvre en 2000 dans la région d'Alicante.
  2. La banque d'investissement Lazard.
  3. En 1993, Tussauds Group réalise 100 millions d'euros de bénéfices et reçoit annuellement 8 millions de visiteurs.
  4. a b c et d Afin de pouvoir déposer cette marque en 2005, le terme « Port Aventura » devient « PortAventura » avec la suppression de l'espace.
  5. En 1995, Tussauds Group occupe la 2e place en termes de fréquentation à l'échelle européenne derrière Disneyland Paris.
  6. Il travaille également pour Gardaland, entre autres sur Fantasy Kingdom qui présente de nombreuses similitudes avec SésamoAventura.
  7. a b et c Red Force lui ravit en 2017 les records des plus rapides et plus hautes montagnes russes d'Europe.
  8. Les spectateurs du Cirque du Soleil y sont inclus en 2014, 2015 et 2017. Le spectacle ne s'est pas tenu en 2016.
  9. Précédemment Sea Odyssey de 2000 à 2009, Sea Odyssey 4D avec divers films de 2010 à 2015 et Ice Age: The 4D Experience en 2015 et 2016.
  10. L'attraction se trouvait précédemment dans la section China sous le nom Dragis.
  11. Entre 1998 et 2010, l'attraction se trouve dans la section Polynesia sous le même nom.
  12. a et b Entre 1995 et 2010, l'attraction se trouve dans le quartier Polynesia sous le même nom.
  13. En 1995 et 1996, l’attraction se trouve dans le quartier Far West sous le nom Pony Express en référence au Pony Express postal américain. Elle ouvre avec son nom actuel à México à la suite de la construction de Stampida.
  14. Entre 1995 et 1999, l’attraction se trouve dans la section México sous le nom Chac-Mool en référence au terme Chac Mool. Elle ouvre avec sa situation et son nom actuels pour la construction de Templo del Fuego.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (es) Salvador Antón Clavé, « El parque temático Port Aventura » [PDF], sur Estudios Turísticos, (consulté le 19 octobre 2018)
  2. a et b (en) « Corporate responsibility report 2017 » [PDF], sur investindustrial.com, (consulté le 25 octobre 2018)
  3. a b et c (de) Martin Dahms, « Konkurrenz für Eurodisney », sur Die Zeit, (consulté le 17 mai 2018)
  4. a b et c (es) Juan Diaz, « De aquella espana de proyectos de parques de ocio… Terrible 1991 », sur Estudios Turísticos, (consulté le 19 octobre 2018)
  5. Sébastien Roffat, Disney et la France : Les vingt ans d'Euro Disneyland, L'Harmattan, , 382 p. (ISBN 978-2-296-02989-7), p. 59-69.
  6. (es) « Decret 152/1989, de 23 de juny, pel qual s'aprova la instal·lació d'un centre recreatiu turístic a Vila-seca i Salou. (Correcció d'errades en el DOGC núm. 1168, pàg. 3009, de 14.7.1989) », sur vLex España, (consulté le 19 octobre 2018)
  7. a b et c (en) Richard Schweid, « Europe’s Second Major Theme Park Planned In Spain », sur Associated Press, (consulté le 19 octobre 2018)
  8. a et b (es) Josep Maria Cortes, Manel Perez, « La Generalitat tomará y el 10% del parque de Salou si Busch recupera la mayoría », sur vLex España, (consulté le 19 octobre 2018)
  9. a b et c Jean-Hébert Armengaud, « La revanche de l'Espagne sur EuroDisney. Le parc Port Aventura, en Catalogne, attend 2,5 millions de visiteurs en 1995 », sur Libération, (consulté le 19 octobre 2018)
  10. a et b Martine robert, « Port Aventura veut s'imposer comme le deuxième parc européen », sur Les Échos, (consulté le 19 octobre 2018)
  11. a b c et d « Naissance de Port Aventura, gigantesque parc de loisirs près de Barcelone », sur Libération, (consulté le 19 octobre 2018)
  12. a b et c Béatrice Peyrani, « Port Aventura tient tête à Disneyland », sur L'Expansion, (consulté le 19 octobre 2018)
  13. (en) John Evan Frook, « Santa Monica lights lamp for set decorators - So those beer guys », sur Variety, (consulté le 19 octobre 2018)
  14. a b et c (en) « Ray Barratt: Port Aventura, CWOA and a Life in Attractions », sur blooloop.com, (consulté le 19 octobre 2018)
  15. (es) Agustina Lalo, « Grand Tibidabo paga sus deudas veinte años después de quebrar », sur La Vanguardia, (consulté le 19 octobre 2018)
  16. a b et c (es) « Extra - Historia », sur pafans.com, (consulté le 19 octobre 2018)
  17. a b et c (en) Peter Thal Larsen, « Pearson raises pounds 58m on sale of Spanish theme park stake », sur The Independent, (consulté le 19 octobre 2018)
  18. a et b (es) Rosa Mari Bosch, « Port Aventura inicia su mágico viaje » [PDF], sur La Vanguardia, (consulté le 19 octobre 2018)
  19. a et b (en) Peter Prengaman, Carlta Vitzthum, « Universal Studios to Buy Control Of Europe's Port Aventura Park », sur The Wall Street Journal, (consulté le 19 octobre 2018)
  20. Eddy Meeùs, Hors des sentiers battus : Du Kivu à Walibi, Beersel, Éditions Clepsydre, , D/2002/8166/2 éd., 349 p. (ISBN 2-930304-07-3)
  21. (en) « European parks form new association: GET. (Great European Theme Parks) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur business.highbeam.com
  22. (nl) « Great European Theme Parks », sur eftepedia.nl (consulté le 10 septembre 2018)
  23. a et b « Agence de développement et d'urbaniste – Les parcs à thème », sur adu-montbeliard.fr, (consulté le 27 octobre 2018)
  24. (en) « Amusing Europe's Masses », sur Los Angeles Times, (consulté le 27 octobre 2018)
  25. (en) « Pearson Completes Tussauds Group Disposal », sur pearson.com, (consulté le 19 octobre 2018)
  26. Patrick Desprez, « Port Aventura tout feu, tout flamme », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 19 octobre 2018)
  27. (es) « Masterplan PortAventura 1999-2013 », sur parquestematicos.org, (consulté le 19 octobre 2018)
  28. Simon Bourlet, « Une équipe au service de la magie créatrice », sur parkothek.info (consulté le 19 octobre 2018)
  29. (en) Judith Rubin, « Craig Hanna, CCO of Thinkwell Group, to speak about new Warner Bros. Harry Potter studio tour in London at Thea Case Studies Day April 5 in Anaheim », sur theaawards2013.blogspot.com, (consulté le 19 octobre 2018)
  30. a b et c (es) Mireia Corchón, « La Caixa se hace con el control del 100% de Port Aventura », sur El País, (consulté le 15 octobre 2018)
  31. a et b (es) « Del Dragon Khan al mayor polo turístico del Mediterráneo », sur diaridetarragona.com, (consulté le 15 octobre 2018)
  32. « Nouvelles images officielles (et plan) de Sésamo Aventura à PortAventura », sur parcplaza.net, (consulté le 26 octobre 2018)
  33. « Les attractions de Barrio Sésamo, nouveauté 2011 de Port Aventura », sur parcplaza.net, (consulté le 26 octobre 2018)
  34. (es) « PortAventura tuvo 3,7 millones de visitantes en el 2011, 16% más que en 2010 », sur finanzas.com, (consulté le 19 octobre 2018)
  35. (es) « PortAventura incorpora Cirque du Soleil, nuevas atracciones y wifi gratis », sur hosteltur.com, (consulté le 19 octobre 2018)
  36. (es) « Ferrari abrirá un parque temático en PortAventura », sur hosteltur.com, (consulté le 19 octobre 2018)
  37. (es) « Ferrari abrirá un parque temático en PortAventura », sur hosteltur.com, (consulté le 19 octobre 2018)
  38. (es) « PortAventura quiere superar los 4 millones de visitantes », sur Europa Press, (consulté le 19 octobre 2018)
  39. (en) « Corporate responsibility report '16 » [PDF], sur investindustrial.com, (consulté le 23 octobre 2018)
  40. (en) « Annual report Corporate responsibility 2012 » [PDF], sur fundacioportaventura.org, (consulté le 3 novembre 2018)
  41. (en) « Annual report 2013 Corporate responsibility » [PDF], sur fundacioportaventura.org, (consulté le 3 novembre 2018)
  42. (es) Xavier Canalis, « PortAventura incorporará una atracción "dark ride" y un nuevo hotel », sur hosteltur.com, (consulté le 19 octobre 2018)
  43. (en) « Press kit 2018 » [PDF], sur AWS, (consulté le 26 octobre 2018)
  44. a et b (en) Jennie Nevin, « Past Thea Award recipients: 1994-2018 », sur Themed Entertainment Association, (consulté le 19 octobre 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]