Port-d'Envaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Port-d'Envaux
La Charente à Port-d'Envaux.
La Charente à Port-d'Envaux.
Blason de Port-d'Envaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Saint-Porchaire
Intercommunalité Communauté de communes Charente-Arnoult-Cœur de Saintonge
Maire
Mandat
Sylvain Barreaud
2014-2020
Code postal 17350
Code commune 17285
Démographie
Gentilé Port-d'Envallois
Population
municipale
1 138 hab. (2014en augmentation de 4.31 % par rapport à 2009)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 13″ nord, 0° 40′ 49″ ouest
Altitude Min. 2 m – Max. 59 m
Superficie 22,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Port-d'Envaux

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Port-d'Envaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Port-d'Envaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Port-d'Envaux
Liens
Site web www.portdenvaux.fr

Port-d'Envaux est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Port-d'Envallois et les Port-d'Envalloises[1].

La commune appartient depuis 2011 au réseau « Villages de pierres et d'eau », label initié par le conseil général afin de promouvoir des sites exceptionnels présentant la particularité d'être situés au bord d'une étendue d'eau (mer, rivière, étang...)[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune de Port-d'Envaux se situe dans le centre du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[3], au cœur de l'arc atlantique, elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est également incluse dans le Grand Ouest.

Située au nord-ouest de Saintes, la commune de Port-d'Envaux borde le fleuve Charente.

Deux autoroutes passent dans la commune et forment une jonction. Au sud-est de la commune passe l'A10 (ou E05) Bordeaux-Paris et sur la limite ouest l'A837 (ou E602), route Centre-Europe Atlantique Mâcon-Angoulême-Saintes-La Rochelle et en même temps autoroute des Estuaires Bordeaux-Nantes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Port-d'Envaux
Crazannes Saint-Savinien Taillebourg
Plassay Port-d'Envaux Saint-Vaize
Écurat Saintes Bussac-sur-Charente

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Les sols sont siliceux et présentent le long de la Charente des alluvions modernes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est sur la rive gauche de la Charente, dont la rive convexe forme une zone inondable appelée la Prée.

Une prairie à Port-d'Envaux en mai 2013.

Végétation[modifier | modifier le code]

Une grande partie ouest de la commune est boisée. On trouve en particulier le Bois du Sable.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1794, la commune se nommait Saint-Saturnin-des-Échauds; en 1801, elle devient Port-d'Envaux-de-Saint-Saturnin-des-Échauds puis en 1853 prend son appellation actuelle de Port-d'Envaux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’argent au bateau de gueules, les voiles ferlées d’azur, pavillonné aux couleurs de la France, voguant sur une mer du champ agitée d’azur et de sable, au soleil d’or mouvant de l’angle dextre du chef.
Commentaires : Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1984 en cours Sylvain Barreaud DVG Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 138 habitants, en augmentation de 4,31 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 343 1 495 1 405 1 360 1 482 1 448 1 480 1 536 1 493
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 452 1 442 1 404 1 370 1 285 1 320 1 307 1 333 1 266
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 312 1 319 1 219 1 108 1 133 1 047 1 012 1 022 917
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
928 1 029 905 1 003 1 028 991 949 1 091 1 138
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Panloy : château construit en 1770, sous Louis XV en conservant les deux pavillons Renaissance et son parc au préinventaire des jardins remarquables[8],[9] ;
  • Aire du Pré Valade ;
  • L'église Saint-Saturnin, dont la partie la plus ancienne remonte au début du XIIe siècle, a subi de multiples remaniements[10]. Elle a été fortifiée par construction d'une chambre haute munie d'archères[réf. nécessaire] ;
  • La laiterie et fromagerie industrielles (caséinerie) de Port-d'Envaux, située au lieu-dit Coumaillauds, a été créée en 1893 ;
  • Trois porcheries, construites respectivement en 1928, 1930 et 1934, permettaient la valorisation du petit-lait sur place. Ce site fait l'objet d'une étude pour intégrer la liste du patrimoine industriel ;
  • Les Lapidiales : situées dans le prolongement des carrières de pierre de Crazannes, ces falaises accueillent depuis 2001 des artistes sculpteurs du monde entier, qui taillent leurs œuvres à même les parois[11]. Autour de différents thèmes : Passe le temps…, Terre, planète vie, De l’abîme à l'azur, L'imaginaire du fleuve, Dans le ventre du monde, Le monument aux morts pour rien

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Treize villages unis pour le meilleur et pour le pire, article de Thomas Brosset paru dans Sud Ouest, 10 février 2011
  3. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Château de Panloy », notice no PA00104852, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « parc du Château de Panloy », notice no IA17008874, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. églises de Charente-Maritime
  11. « Instants poétiques aux Lapidialese », sur Journal Sud-Ouest (consulté le 30 août 2013)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :