Port-Blanc (Penvénan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Port-Blanc
Pors Gwenn
Port-Blanc (Penvénan)
Rocher de la Sentinelle
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Lannion
Canton Tréguier
Commune Penvénan
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 09″ nord, 3° 18′ 56″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Port-Blanc
Pors Gwenn
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Port-Blanc
Pors Gwenn
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Port-Blanc
Pors Gwenn
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Port-Blanc
Pors Gwenn

Port-Blanc est un village breton rattaché à la commune de Penvénan dans les Côtes-d'Armor, dans le pays historique du Trégor. C'est la station balnéaire de Penvénan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Port-Blanc (Pors Gwen en breton) était jadis un havre pour marins. Les moines de Grande-Bretagne y trouvèrent aussi refuge pour ensuite s'installer à l'intérieur des terres. Port-Blanc pourrait désigner l'endroit où a séjourné la petite Gwen, Gwenan, la fille de Judaël)[pas clair].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La commune de Penvénan possède plusieurs menhirs.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En mai 1230, l'armée anglaise débarque à Port-Blanc, alors appelé Port Gueltas. Il s'agit d'une des deux troupes sous le commandement de Richard, frère du roi Henri III d'Angleterre, appelé à l'aide par Pierre Mauclerc, alors en sédition contre le roi Louis IX[1].

En , Bolingbroke, duc de Lancastre, futur roi Henri IV d'Angleterre, armé et équipé par le duc de Bretagne, part de Port-Blanc[2] avec dix navires[3] et fait voile vers l'Angleterre pour réclamer ses titres et terres que le roi Richard II lui a confisqués. Il déposera ce roi et se fera couronner à sa place sous le nom d'Henri IV. Shakespeare, dans sa pièce Richard II, cite Port-Blanc à l'acte II scène 1 vers 277 : « Port-le-Blanc, a bay in Brittany ! »[4].

En 1492, un seigneur de la Roche-Jagu chargé de la défense de Port-Blanc où les Anglais avaient débarqué demande de l'aide à la ville de Guingamp. Les anglais repartent avant même la bataille[1]. Il est probable que cet épisode soit à l'origine de la légende de l'invasion anglaise manquée[5], racontée par Anatole Le Braz :

« C'était (...) dans le temps que les forbans d'Outre-Manche, les Saozons exécrés, écumaient à tout propos les eaux armoricaines. Et donc, une nuit, profitant de ce que le ciel était chargé de nuages, ils s'introduisirent furtivement dans la baie, avec l'espoir de surprendre à la faveur des ténèbres les habitants endormis. Mais Notre-Dame du Port-Blanc veillait. À la minute précise où ils s'apprêtaient à débarquer, une lune resplendissante, survie à l'improviste, leur montra le muretin qui entourait le courtil de la chapelle entièrement garni d'hommes en armes dont ils pouvaient voir se découper au-dessus de la crête les ombres mouvantes et menaçantes (...). Ils n'eurent qu'un souci, celui de déguerpir au plus vite. (...) On raconta le lendemain dans le village que Notre-Dame du Port-Blanc avait métamorphosé en soldats les fougères arborescentes qui foisonnant alors sur son tertre[6].. »

Epoque moderne[modifier | modifier le code]

A la fin du XVIe siècle, Port Gueltas prend définitivement le nom de Port-Blanc[7].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le front de mer du Port-Blanc se caractérise par une architecture de défense militaire et portuaire[8] datant du XVIIIe siècle jusqu'au début du XXe siècle qui s'est associée à l'architecture vernaculaire et balnéaire du XXe siècle et du début du XXe siècle.

La station balnéaire est créée en 1872[9] (Quelles sources ou preuves ?) Des prises de sable ont lieu dans la baie et le long des grèves jusqu'à la fin des années 30 et suscitent en 1937 des manifestations des hôteliers et des pêcheurs pour son interdiction à l'instar des plages voisines comme celle de Trestel ou de Perros[9].

L'ancienne maison d'Anatole Le Braz où l'écrivain séjourna entre 1898 et 1924 est représentative de ce type d'habitat traditionnel néo-breton. La digue-promenade et le mur-digue militaire de l'organisation Todt (Seconde Guerre mondiale) offrent deux types d'architecture, l'une en béton et l'autre en moellons de granite pour défier les assauts de la mer. L'ancienne poudrière et l'oratoire de la Sentinelle correspondent à des ré-utilisations d'architecture de défense, de même que la nouvelle cale à proximité du blockhaus.

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

La commune compte de nombreux sites pittoresques, comme la chapelle Notre-Dame de Port-Blanc[10] qui date du XVIe siècle, avec les vestiges de sa tour de garde du XIIe siècle et le manoir de Kerpeulven[11], inscrit au titre des Monuments historiques. Plusieurs mégalithes sont également visibles, parmi lesquelles les menhirs de Kerbelven et le menhir de Kervéniou et les sépultures néolithiques de Roch-Las-en-Port-Blanc.

Sur le littoral de Port-Blanc, on trouve de nombreux îlots et ses paysages sauvages, comme l'île des Femmes, l'île du Château-Neuf et l'île Saint-Gildas. Un sentier des Douaniers rejoint Port-Blanc à Buguélès, et permet de découvrir la côte des Ajoncs et de suivre de petits circuits balisés qui mènent aux différents calvaires et chapelles.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Parmi les personnages célèbres à l'histoire entremêlée au Port-Blanc, on trouve notamment Anatole Le Braz dont l'ouvrage célèbre La légende de la mort en Basse-Bretagne évoque à plusieurs reprises le Port-Blanc et ses alentours. Il reçut vraisemblablement dans sa demeure au Port-Blanc Ernest Renan, auteur en 1882 de la célèbre conférence à la Sorbonne « Qu'est-ce qu'une Nation ? ». Theodore Botrel habita également le Port-Blanc.colonel ERULIN chef de corps du 2eme REP lors de l'operation bonite sur kolwesi zaire


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chouteau, p.8
  2. Jean-Michel Déprats, Shakespeare Histoires, tome 2, Gallimard, collection La Pléiade, Paris, 2008, 1743 pages, (ISBN 978-0-804-70503-5), p. 1475 note 16
  3. Benjamin Williams, Chronicque de Richart, 1846, 324 pages, oclc 2200437, p. 179
  4. Chouteau, p.9
  5. Corlouër, Bruger, p. 14
  6. Anatole Le Braz, Vieilles chapelles de Bretagne, Terre de Brume, 2003 (ISBN 2-84362-214-X)
  7. Corlouër, Bruger, p. 15
  8. Ensemble fortifié de port-Blanc
  9. a et b Corlouër, Bruger, p. 48
  10. Chapelle Notre-Dame du port-Blanc
  11. Manoir de Kerpeulven

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicole Chouteau, Histoire de Penvénan, Port-Blanc, Buguélès, Saint-Brieuc, Les presses bretonnes, , 62 p. (lire en ligne)
  • Nicole Chouteau, Histoire de Penvénan, Port-Blanc et Buguélès, Bégard, Cahier du Trégor, (ISSN 0758-1238, lire en ligne)
  • Luc Corlouër, Pierre Bruger, Penvénan Port-Blanc Autrefois, Editions Le Cormoran, , 216 p. (ISBN 978-2-916687-33-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]