Populous : À l'aube de la création

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Populous (homonymie).

Populous
À l'aube de la création
Image illustrative de l'article Populous : À l'aube de la création

Éditeur Electronic Arts
Développeur Bullfrog Productions
Musique Mark Knight
Russell Shaw
Andrew Nuttall

Date de sortie PC
AN : 30 novembre 1998
EU : 15 septembre 1998

PlayStation
AN : 31 mars 1999
EU : 1999
JP : 10 juin 1999

PlayStation Network
PAL : 20 décembre 2007
JP : 14 octobre 2009
AN : 11 février 2010
Genre Stratégie temps réel, God game
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme Windows, PlayStation, PlayStation Network
Média CD-ROM
Contrôle Clavier, souris, DualShock

Évaluation ESRB : T ?
Moteur Version modifiée du Magic Carpet

Populous: À l'aube de la création (titre original : Populous: The Beginning) est un jeu vidéo de type God game et stratégie en temps réel développé par Bullfrog Productions et publié par Electronic Arts le 15 septembre 1998 en Europe puis le 30 novembre 1998 en Amérique du Nord. Le jeu a également été porté sur PlayStation en 1999 et est disponible sur le PlayStation Network depuis 2007. C'est le troisième épisode de la série Populous faisant suite à Populous et Populous 2: Trials of the Olympian Gods publiés respectivement en 1989 et 1991. Contrairement aux précédents titres de la série, dans lesquels le joueur incarne un dieu influençant ses adeptes, ce troisième opus met le joueur dans la peau d’une chamane contrôlant directement sa tribu. Au cours des vingt-cinq missions de la campagne solo du jeu, le joueur mène sa tribu à la conquête d’un système solaire où il affronte d’autre tribu pour le contrôle de la magie devant lui permettre de devenir un dieu.

À l'aube de la création est le premier jeu de la série à proposer des graphismes en trois dimensions, Bullfrog ayant attendu quatre ans après la sortie de Populous 2 afin de disposer d’une technologie suffisamment performante pour pouvoir réaliser un jeu vraiment différent. Cela leur permet notamment d’ajouter la possibilité de déformer le terrain et de rendre les villageois plus autonomes, ce qui d’après eux ajoute une nouvelle dimension à la série. Initialement baptisé Populous: The Third Coming, le jeu est finalement renommé peu de temps avant le lancement de sa bêta.

Le système de jeu de Populous 3 est très différent de celui des premiers épisodes de la série et à sa sortie, il n’est pas très bien accueilli par la presse spécialisée. En effet, si ses graphismes sont jugés excellents, de nombreuses critiques pointent les indécisions de son concept – entre God game et stratégie en temps réel – ainsi que les faiblesses de son intelligence artificielle.

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Populous : À l'aube de la création prend place dans un système planétaire fictif composé de vingt-cinq planètes, le joueur n’ayant aucune indication sur l’époque à laquelle se déroulent les événements. Si la plupart des planètes sont recouvertes de prairies et d’arbres, certaines comportent des environnements très différents avec par exemple une planète volcanique et une planète presque entièrement recouverte d'océans. Ces mondes sont habités par quatre tribus humaines, chacune d’elles étant représentée par une couleur: le vert pour les Matak, le jaune pour les Chumara, le rouge pour Dakini et le bleu pour la tribu contrôlée par le joueur. Chaque tribu est commandée par une chamane et est généralement en guerre avec les autres tribus. Outre celles-ci, les différents mondes sont habités par des sauvages qui ne peuvent ni attaquer, ni être attaqué mais qui peuvent être convertis par une chamane[1].

Scénario[modifier | modifier le code]

La campagne du jeu se déroule avant les événements racontés dans les deux premiers opus de la série[2]. Le joueur contrôle la tribu bleue et affronte les trois autres tribus qui contrôlent la majeure partie du système planétaire. L’objectif du joueur est de devenir un dieu et il doit pour cela vaincre chacune des autres tribus[3]. Le joueur débute la campagne sur la planète la plus éloignée du soleil et doit s’en rapprocher en attaquant les planètes une par une. Dans sa quête, la chamane peut apprendre de nouvelles capacités et de nouveaux sorts pouvant l’aider dans ses combats. Pour terminer une mission, le joueur doit généralement détruire toute opposition, certaines mission pouvant nécessiter de remplir un objectif spécial[4]. Après avoir battu les autres tribus, la chamane contrôlée par le joueur accède à la divinité avant d’amener son peuple à la victoire dans un conflit final[5].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Populous: À l'aube de la création mélange des éléments de God game et jeu de stratégie en temps réel. Le joueur observe le monde en trois dimensions du jeu en vue à la troisième personne, l’angle de vue et le zoom de la caméra pouvant être changé à tout moment. Si la topologie du terrain forme un tore, la carte est projetée localement sur une sphère afin de donner au joueur l’impression d’être sur une planète[6].

Contrairement aux précédents titres de la série, dans lesquels le joueur incarnait un dieu influençant ses adeptes, ce troisième opus met le joueur dans la peau d’une chamane qui contrôle directement sa tribu en leurs ordonnant par exemple de construire un bâtiment ou d’attaquer un ennemi[7]. La gestion de ressources est peu présente dans le jeu, de nouvelles unités étant créé automatiquement et l’entrainement des troupes ne coutant que du mana. Seul le bois est nécessaire pour construire des bâtiments[8]. Le joueur est amené à contrôler différents types d’adeptes, chacun ayant ses avantages et ses inconvénients. L’unité de base, le brave, peut construire des huttes, des tours et des bâtiments militaires. Il peut également subir un entrainement afin d’être transformer en un guerrier, en pyroguerrier, en prêcheur ou en espion. Les guerriers sont de puissants combattants au corps à corps alors que les pyroguerriers lancent des boules de feu à distance. Les prêcheurs peuvent convertir les troupes ennemies, ou contrer les prêcheurs ennemis qui tentent de convertir vos troupes. Enfin, l’espion peut se déguiser en ennemi afin de s'infiltrer dans leurs camps et de mettre en feu leurs huttes[9]. Les chamanes sont moins fortes physiquement que les guerriers mais elles peuvent lancer de puissants sorts et être réincarnées lorsqu’elles sont tuées. Certains sorts disparaissent après utilisation, d’autres se rechargeant plus ou moins rapidement en fonction du nombre d’adepte du chamane. Certains sorts permettent par exemple de soulever le fond de la mer afin de créer un pont, de lâcher un essaim d’insectes qui empêche les ennemis de combattre ou de déclencher une tornade détruisant les bâtiments. Trente-six sorts sont disponibles dans le jeu, le joueur les débloquant en progressant dans la campagne du jeu[9].

Développement[modifier | modifier le code]

À l'aube de la création est le premier jeu de la série proposant des graphismes entièrement en trois dimensions. Il est également le premier Populous n’ayant pas été créé par Peter Molyneux, ce dernier ayant quitté Bullfrog Productions pour créer Lionhead Studios[7]. Le jeu est publié plus de quatre ans après la sortie de Populous 2, les développeurs justifiant ce délai et expliquant avoir attendu de disposer d’une technologie suffisamment performante pour pouvoir réaliser un jeu vraiment différent[10]. Des contraintes techniques ont néanmoins obligés les développeurs à abandonner certaines fonctionnalités, comme le sort « peste » pourtant présent dans les deux premiers Populous[11].

Bien que Populous soit l’un des jeux fondateurs du god game, les concepteurs souhaitent s’éloigner du concept des deux premiers opus de la série tout en se différenciant des jeux de stratégie en temps réel comme Command and Conquer. Contrairement aux précédents titres de la série, dans lesquels le joueur incarne un dieu influençant ses adeptes, ce troisième opus permet ainsi au joueur de contrôler directement sa tribu en leur donnant des ordres[7]. D’un autre côté, l’ajout d’un système permettant de modifier le terrain et de villageois autonomes donne – d’après Alan Wright, le chef de projet du jeu – une nouvelle dimension au jeu lui permettant de se distinguer des autres jeux de stratégie en temps réel de l’époque[10],[12].

Le jeu est initialement baptisé Populous: The Third Coming[10], mais son titre a déjà change lorsqu’une version bêta jouable est présenté fin 1998[10].

Versions[modifier | modifier le code]

La version PC de Populous: À l'aube de la création est publiée par Electronic Arts le 15 septembre 1998 en Europe puis le 30 novembre 1998 en Amérique du Nord[13]. La version PlayStation du jeu est d’abord publiée le 31 mars 1999 en Amérique du Nord avant d’être publiée la même année en Europe et au Japon[14]. Le jeu a bénéficié d’une extension, baptisée Undiscovered Worlds, qui est publié par Bullfrog Productions en 1999 uniquement aux États-Unis et au Royaume-Uni. Cette dernière inclut douze missions solo inédites faisant suite à celles de la campagne du jeu original et dans lesquels le joueur incarne une nouvelle chamane devant ramener la paix dans le système solaire. Outre ces missions solo, l’extension inclut également douze nouveaux niveaux multijoueur[15],[16].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Populous: À l'aube de la création
Média Pays Notes
Cyber Stratège FR 4/5[17]
Game Revolution US B+[18]
GameSpot US 75 %[19]
Gen4 FR 4/5[20]
IGN US 86 %[2]
Jeuxvideo.com FR 18/20[21]
Joystick FR 80 %[22]
Compilations de notes
GameRankings US 79.7 %[23]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Populous: The Beginning Instruction Manual, Electronic Arts, , p. 8
  2. a et b (en)Trent C. Ward, «  Populous: The Beginning Review », sur IGN, .
  3. Populous: The Beginning Instruction Manual, Electronic Arts, , p. 2
  4. Populous: The Beginning Instruction Manual, Electronic Arts, , p. 7
  5. (en) « Populous 3: Nothing to Write Home About », sur PCGames.com, .
  6. Populous: The Beginning Instruction Manual, Electronic Arts, , p. 8-9.
  7. a b et c (en) « PC Review: Populous: the Beginning », sur Computer and Video Games, .
  8. Populous: The Beginning Instruction Manual, Electronic Arts, , p. 4.
  9. a et b (en) Peter Olafson,, « Review: Populous 3 », sur GamePro.com, .
  10. a b c et d (en) Stephen Poole, « The Beginning Preview », sur GameSpot, .
  11. (en) « Populous: The Beginning Preview », sur IGN, .
  12. (en) Tom Chick,, « Populous: The Third Coming; The return of the god game », sur Computer Games Magazine, .
  13. (en) « Populous: The Beginning », sur GameSpy.
  14. (en) « Populous: The Beginning (PS) », sur GameSpy.
  15. (en) « Populous 3 - Undiscovered Worlds », sur Computer and Video Games.
  16. (en) « Populous: The Beginning — Undiscovered Worlds », sur MobyGames.
  17. Eric Sublet, « Populous 3 : Chamane deviendra dieu ! », Cyber Stratège, no 11,‎ février-mars 1999, p. 58-61 (ISSN 1280-8199).
  18. (en)Dr Moo, «  Populous: The Beginning Review  », sur Game Revolution, .
  19. (en)Ron Dulin, «  Populous: The Beginning Review », sur GameSpot, .
  20. Xavier Hanart, «  Populous: À l'aube de la création – Il était une foi… », Gen4, no 117,‎ , p. 140-146.
  21. Vinsssounet, « Test de Populous : A l'Aube de la Création », sur Jeuxvideo.com, .
  22. Kika, « Populous: The Beginning », Joystick, no 99,‎ , p. 100-101.
  23. (en)« Populous: The Beginning », sur GameRankings.