Population relique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En biologie, on parle de population relique lorsqu'une population d'une espèce subsiste dans une zone éloignée de la répartition actuelle habituelle de l'espèce, à la suite de modifications des conditions de vie, pour des raisons climatiques ou d'autres origines.

Des modifications importantes des conditions d'existence ont pu séparer des populations d'une espèce qui finissent par être isolées les unes des autres à des distances parfois considérables. Ces modifications sont par exemple celles qui ont suivi les glaciations, en Europe, en Asie ou en Amérique du Nord, les changements intervenus au Pléistocène en Afrique, ou encore les interventions humaines, par la destruction des habitats ou la chasse (par exemple, l'ours dans les Pyrénées). On peut également parler de populations reliques pour les rares vignes européennes qui ont échappé au phylloxera[1],[2].

La population relique constitue souvent, de par son évolution, une sous-espèce distincte de celle(s) des autres populations de l'espèce. Elle peut être menacée de par son isolement ou les modifications de son écosystème.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'épithète relique est emprunté au latin, reliquiae, signifiant les restes, les survivants[3], du verbe relinquere, laisser derrière soi[4]. Son utilisation dans cette acception semble remonter à 1969-1970[5].

Populations reliques dues aux glaciations[modifier | modifier le code]

Les glaciations ont par exemple repoussé vers le sud des espèces (flore, faune, etc.) habituées aux conditions boréales, qui ont pu subsister dans des refuges glaciaires, puis, en se retirant, ont permis à celles-ci de remonter vers le nord, mais des populations sont restées dans les massifs d'altitude situés plus au sud, et ont finalement été séparées des populations qui sont remontées dans les régions boréales. Un exemple emblématique est celui du Lagopède alpin (Lagopus muta), dont la répartition circumpolaire est boréale et arctique, dans l'Ancien comme dans le Nouveau monde, mais dont des populations ont été "piégées" au retrait des glaciations dans des massifs comme ceux des Pyrénées, des Alpes, de l'Oural ou du Pamir, ou dans des îles séparées comme en Écosse ou au Japon[6]. Le même phénomène s'observe avec d'autres espèces boréales comme le Tétras-lyre (Tetrao tetrix) ou la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus) chez les oiseaux, ou la Linnée boréale (Linnaea borealis) chez les plantes.

Dans le cas de la Niverolle alpine (Montifringilla nivalis), dont les populations se retrouvent uniquement dans les zones montagneuses du centre de l'Europe ou de l'Asie, et qui n'est pas remontée vers le nord, on parle d'espèce relique.

Populations dues à l'optimum climatique de l'Holocène[modifier | modifier le code]

Inversement, il existe aussi des espèces de climats doux qui se répartissent aujourd'hui principalement dans la moitié Sud de l'Europe, mais qui avaient profité de l'optimum climatique de l'Holocène pour remonter jusqu'en Europe du Nord, y laissant des populations relictuelles isolées après la nouvelle contraction de leur aire vers le Sud du fait des refroidissements du climat lors de la seconde moitié de l'Holocène (le dernier de ces refroidissements fut le petit âge glaciaire). Un cas récemment étudié est la couleuvre d'Esculape (Zamenis longissimus), dont il existe des populations reliques en Allemagne et en Tchéquie et même une population longtemps observée au Danemark jusqu'au XIXe siècle[7],[8]. C'est aussi le cas du chêne pubescent (Quercus pubescens) qui subsiste dans des stations isolées en Belgique et au nord de l'Allemagne par exemple, sur des coteaux orientés au Sud.

Dans l'évolution d'Homo sapiens[modifier | modifier le code]

Dans les recherches sur les origines, l'évolution et les déplacements d'Homo sapiens, on a posé l'hypothèse, au sein du scénario de la "dispersion australe", que certaines populations des hauts plateaux de Bornéo, les Mélanésiens, les Aborigènes d'Australie (cf. langues pama-nungyan) et certaines ethnies des Philippines constitueraient des populations reliques d'une première migration issue d'Afrique[9].

Exemples de populations reliques[modifier | modifier le code]

  • Lagopède alpin (Lagopus muta): populations des Pyrénées, des Alpes, d'Écosse, de l'Oural, du Pamir, de l'Altaï, du Japon
  • Tétras lyre (Tetrao tetrix): populations des Alpes, des Ardennes, de Grande-Bretagne, etc.
  • Nyctale de Tengmalm (Aegolius funereus): populations des Alpes
  • Caribou (Rangifer tarandus): populations du sud du Saint-Laurent ("le caribou de la Gaspésie-Atlantique")[10]
  • Chèvre des montagnes Rocheuses (Oreamnos americanus): population de l'île de Baranof[11]
  • Gorille de l'Ouest (Gorilla gorilla): population du sud du Nigeria (sous-espèce Gorilla gorilla diehli)
  • Phoque annelé (Pusa hispida): la population du lac Saimaa en Finlande (sous-espèce Pusa hispida saimensis)
  • Marsouin commun (Phocoena phocoena): population de la Mer noire
  • Campagnol nordique (Microtus oeconomus): population des Pays-Bas (sous-espèce M. o. arenicola)
  • Dasypeltis saharensis (une espèce de couleuvre présente dans l'ouest du Sahel, du Sénégal au nord du Nigeria): populations du Sud du Maroc et du Sahara occidental[12]
  • Triton crêté (Triturus cristatus): populations du pourtour méditerranéen, comme en France celles du Gard et des Bouches du Rhône[13]
  • Triton alpestre (Ichtyosaura alpestris): population du Nord de l'Espagne (sous-espèce I. a. cyreni) et des Balkans[14]
  • Aeshne septentrionale (Aeshna septentrionalis): population au sud du 50e parallèle[15]
  • Linnée boréale (Linnaea borealis): populations des Alpes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. prodégustation, « Le blog de ProDégustation : Vignes préphylloxériques de Saint-Mont : un lieu historique ! », sur www.prodegustation.com (consulté le 16 mars 2019)
  2. « Vins des vignes préphylloxériques », sur cavesa.ch (consulté le 16 mars 2019)
  3. « RELIQUE : Etymologie de RELIQUE », sur www.cnrtl.fr (consulté le 15 mars 2019)
  4. « relinquo — Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org (consulté le 15 mars 2019)
  5. « RELIQUE : Définition de RELIQUE », sur www.cnrtl.fr (consulté le 15 mars 2019)
  6. Lionel Maumary, Laurent Valloton et Peter Knaus, Les oiseaux de Suisse, Sempach, Montmollin, Station ornithologique suisse et Nos Oiseaux, , 848 p. (ISBN 978-3-9523006-1-9), p. 249-252
  7. Musilova R, Zavadil V, Marková S, Kotlík P. 2010. Relics of the Europe’s warm past: Phylogeography of the Aesculapian snake. Molecular Phylogenetics and Evolution 57 :1245-1252.
  8. Morten E. Allentoft, Arne Redsted Rasmussen, Hans Viborg Kristensen, Centuries-Old DNA from an Extinct Population of Aesculapian Snake (Zamenis longissimus) Offers New Phylogeographic Insight, mars 2018, [1].
  9. (en) Martin Richards, Antonio Torroni, Stephen Oppenheimer et Hans-Jürgen Bandelt, « Single, Rapid Coastal Settlement of Asia Revealed by Analysis of Complete Mitochondrial Genomes », Science, vol. 308, no 5724,‎ , p. 1034–1036 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 15890885, DOI 10.1126/science.1109792, lire en ligne, consulté le 16 mars 2019)
  10. « Profil d'espèce (Caribou) - Registre public des espèces en péril », sur faune-especes.canada.ca (consulté le 15 mars 2019)
  11. « 📰 Alaska: une population relique de chèvres de montagne », sur Techno-Science.net (consulté le 16 mars 2019)
  12. (en) Daniel Escoriza, « Dasypeltis sahelensis », sur Amphibians & Reptiles of Morocco and Western Sahara, (consulté le 16 mars 2019)
  13. Julien Renet et Anthony Olivier, « Le Triton crêté Triturus cristatus Laurenti, 1768 (Caudata : Salamandridae) en région Provence-Alpes-Côte d'Azur : enjeux et problèmes de conservation de l'unique population connue », Nature de Provence - Revue du CEN PACA, no 1,‎ , p. 15-20 (lire en ligne)
  14. « AmphibiaWeb - Ichthyosaura alpestris », sur amphibiaweb.org (consulté le 16 mars 2019)
  15. « Libellules Québec - Quebec Dragonflies and Damselflies: Population relique de l'Aeschne septentrionale (Azure Darner, Aeshna septentrionalis) dans le parc national des Grands-Jardins », sur Libellules Québec - Quebec Dragonflies and Damselflies (consulté le 16 mars 2019)