Poppers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Popper.
Flacons de poppers dans la vitrine d’un sex shop.

Les poppers (parfois dénommés « pop », « pops » ou « poppy ») sont des substances vasodilatatrices (c'est-à-dire qui lorsqu'elles sont inhalées dilatent les vaisseaux sanguins).

D'abord utilisés pour traiter des maladies cardiaques telles que l'angine de poitrine, ils ont été à partir des années 1970 détournés pour des usages dits récréatifs et psychosexuels ; Le médicament avait pour effets secondaires de susciter un léger sentiment d'euphorie et/ou de relaxation, et était réputé pouvoir exacerber ou retrouver ou prolonger le désir sexuel et la sensualité. Selon Lowry (1982) les poppers sont présents dans la culture gay depuis les années 1970[1] ; mais leur commerce et leur usage comme drogues récréatives à usage sexuel a profité du développement de l'Internet. Cet usage s'est principalement développé chez les homosexuels et bisexuels au sein des communautés LGBTIQ+. Le popper ayant alors vocation, lors de rapports sexuels, à « faciliter les relations sexuelles anales réceptives » (26 à 46% des hommes homosexuels l'utilisent ou l'ont essayé dans ce but selon les chercheurs Brown & al. (2019)[2] ; car pouvant « soulager la douleur, améliorer le plaisir et faciliter la pénétration lors des rapports sexuels »[2].
Ils sont parfois aussi utilisés récréativement et en groupe (comme le protoxyde d'azote) mais pas en premier choix[2].
Ce sont des liquide volatils riche en nitrites d'alkyle (dont des nitrites de butyle, le nitrite d'isopropyle et/ou de pentyle), généralement contenus dans un flacon de 8 à 40 ml[3], très inflammable. Ils sont hautement toxique si avalés, et un contact direct cause des lésions à la peau ou aux muqueuses.
Leur nom vient du fait qu'ils étaient autrefois conservées dans des ampoules qui produisaient à l’ouverture un bruit (pop) .
On les classe aussi parmi les dépresseurs, à cause des effets de relâchement des muscles lisses qu’ils provoquent.

Leur composition chimique a changé (ex : en 2006 au Royaume-Uni) ; le nitrite d'isobutyle a été remplacé par le nitrite d'isopropyle (541-42-4 (CH3)2CHONO) comme composé actif, car le premier a été classé cancérogène du groupe 2[4], mais depuis les années 2010 des études laissent penser que son remplaçant pourrait être au moins aussi nocif ou cancérigène que son prédécesseur[5], et les médecins constatent un nombre croissant de lésions internes de l'œil (maculopathie, se traduisant par une perte de vision centrale, parfois après la première utilisation[4], sans que l'on sache si ceci et dû à un usage plus fréquent, à une meilleure détection ou à des synergies entre poppers ou avec d'autres produits de notre environnement ; En 2017, « à l'exception de l'arrêt de l'utilisation, il n'y a pas de traitement pour les lésions rétiniennes liées au popper »[4]. .

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1844, le chimiste français Antoine-Jérôme Balard synthétise le nitrite d'amyle[6].

En 1867, l’Écossais Thomas Lauder Brunton découvre l’intérêt cardiologique du nitrite d’amyle : levée des spasmes coronariens chez l’angineux. Il sera par la suite remplacé par d’autres dérivés nitrés, dont la trinitrine[6].

Dès les années 1970, les poppers circulent dans les milieux homosexuels masculins pour leurs effets sur la sexualité : augmentation de la durée de l’érection, amplification des contractions orgasmiques, retard de l’éjaculation[6], détente des muscles lisses involontaires des sphincter dont ceux de la gorge, de l'anus, et du vagin[7] ce qui facilite momentanément la pénétration anale[8],[9].

Il est d'abord associé à la culture gay (selon Dr Lucy Robinson, Université du Sussex "Si on suit la bouteille d'amyl (un type de nitrite d'alkyle) à travers l'histoire de la fin du XXe siècle, on retrace l'héritage de la culture gay dans la culture populaire du XXe siècle"[10]. Leur utilisation se répand ensuite dans une population plus jeune, qui recherche davantage les effets euphorisants que les effets sur la sexualité[6]. Les Poppers ont aussi fait partie de la culture disco du milieu de la scène disco du milieu des années 1970, puis ont trouvé une nouvelle popularité dans la scène rave des années 1980 et 1990[11]. C'est l'un des ingrédients du Slam, un ensemble de pratiques sexuelles extrêmes, sans rapport - autre que le nom - avec la déclamation de poésie sur fond musical). Ce slam est pratiqué en soirées ou le week-end durant des heures, voire dizaines d'heures, avec consommation de drogues déshinhibitrices, devenant sources de nouvelles dépendances, prises de risque (dont relations à risques sans préservatif et/ou le partage de seringues), infections (MST dont hépatites et Sida), overdoses[12].

En France, en 2010, parmi les personnes âgées de 15 à 64 ans, 5,2 % déclarent avoir déjà consommé du poppers au cours de leur vie, mais seulement 0,7 % l’a fait au cours de l’année (usage actuel). Les hommes sont plus nombreux à avoir expérimenté les poppers (7 % contre 3,5 % des femmes)[13].

Parce que ce sont à la fois des nitrites et des vasodilatateurs, ils sont parfois vendus en ampoules munies d'un « diffuseur » en coton comme antidote contre les intoxications au cyanure[réf. nécessaire].

Depuis des décennies, les poppers sont la source d'un commerce en partie illégal ; dans divers pays, pour se soustraire aux législations sanitaires (certains poppers sont cancérigènes) ou antidrogue, des poppers sont trompeusement étiquetés ou conditionnés comme désodorisants d'intérieur, vernis à cuir ou nettoyants. De faux poppers, éventuellement plus dangereux, peuvent aussi être trouvés sur le marché, dont sous forme de chlorure d'éthyle (parfois qualifié de "Maximum Impact" vendu en aérosol, alors qu'il n'a pas de lien historique avec les poppers et ne contienne pas d'alkylnitrites (et au risque de faire croire à des usagers inexpérimentés que des poppers puissent être inhalés sous forme d'aérosol, ce qui serait hautement dangereux) [14].
Avec le développement de l'Internet, de la publicité en ligne et de l'industrie de la pornographie le marché des poppers semble s'être récemment étendu à toute l'Asie, alors que dans le monde l'abus de nouvelles substances psychoactives synthétiques a augmenté à un rythme sans précédent (dont en Asie où les cannabinoïdes synthétiques (SC), le kratom ou les poppers étaient autrefois rarement utilisés ; de la Turquie au Japon et à la Corée en passant par la Chine, la Malaisie ou la Thaïlande[15]. Le développement de pratiques de « chemsex »[12], les surdosages, usages chroniques et associations entre produits ou avec de l'alcool, d'autres drogues ou des médicaments psychoactifs préoccupent le monde médical[15],[16].

Chimie/biochimie[modifier | modifier le code]

Les poppers appartiennent à la famille des nitrites d’alkyle aliphatiques ou cycliques.
Ils se présentaient autrefois surtout sous forme de nitrites d’amyle, et ensuite sous forme de nitrites de butyle, et en Europe sous forme de nitrites d'isopropyle, une molécule non-interdite. Les fabricants adaptent leurs utilisations de différents nitrites organiques pour contourner les législations/interdictions nationales ou internationales, en proposant des poppers destinés à la vente sur le territoire et d'autres destinés à l'exportation uniquement, au gré de l'évolution de la législation.

Synthèse : elle se fait par réaction entre l'acide nitreux produit in situ et l'alcool correspondant. Elle est simple mais dangereuse car hautement exothermique, potentiellement explosive et source de gaz nocifs comme le NOx. Le nitrite de sodium est dissout dans de l'eau. L'alcool d'intérêt est ensuite ajouté (butanol, isobutanol, isopropanol, etc.). Un acide est enfin très lentement incorporé, à −12 °C (cette phase est potentiellement dangereuse car très exothermique). Le nitrite se forme rapidement dans la phase supérieure du mélange.

R-OH + HNO2 ⟺ R-ONO + H2O
Les produits se décomposent lentement au repos en oxydes d'azote, eau, alcool et produits de polymérisation de l'aldéhyde.

Typologie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Nitrite d'alkyle Numéro CAS Formule Masse molaire (g/mol) État physique Point d'ébullition Densité
Nitrite d'amyle 110-46-3 (CH3)2CH(CH2)2ONO 117,15 Liquide transparent 97 à 99 °C 0,872
Nitrite de butyle 544-16-1 CH3(CH2)3ONO 103,12 Liquide huileux 78,2 °C 0,9144 (°C)
Nitrite de cyclohexyle 5156-40-1 C6H11ONO 129,16 Liquide huileux 138,7 °C
Nitrite d'isobutyle 542-56-3 (CH3)2CHCH2ONO 103,12 Liquide incolore 67 °C 0,8702 (20 °C)
Nitrite d'isopropyle 541-42-4 (CH3)2CHONO 89,09 Huile claire jaune pâle 39 °C à 760 mmHg
Nitrite de pentyle (nitrite de n-amyle) 463-04-7 CH3(CH2)4ONO 117,15 Liquide jaune 96 à 99 °C 0,872

Usage détourné et récréatif[modifier | modifier le code]

Flacons de poppers.

L'utilisation préconisée et considérée comme sans risque par l'étiquette ou le fabricant est de laisser ouvert le flacon dans une pièce propre, bien aérée et sèche, afin que les vapeurs s'y diffuse et soient inhalées via l’air ambiant.
Cependant l’usage récréatif consiste généralement à inhaler directement les vapeurs narine après narine au-dessus de la fiole. L'effet est rapide (quelques secondes) mais ne dure pas longtemps ; au mieux quelques minutes.

Effets recherchés[modifier | modifier le code]

Ils sont brefs et fugaces.

  • euphorie
  • sensualité exacerbée
  • désinhibition
  • bouffée vertigineuse et stimulante
  • parfois effet psychédélique suivant le contexte (stimulation des sens)
  • détente des muscles lisses

Risques pour la santé[modifier | modifier le code]

Généralités :

  • Pour un usage conforme à l'étiquette, c'est-à-dire inhalation de faibles doses de nitrites d'alkyl émis dans l'air d'une pièce propre à partir d'un flacon ouvert, Le Manuel de diagnostic et de traitement de Merck signale un risque insignifiant associé à l'inhalation[17]. Et en 2007, les recommandations du gouvernement britannique sur la nocivité des alkyl nitrites les placent, s'il n'y a pas mésusage du produit, parmi les moins nocifs des drogues dites "récréatives"[18]. Cependant le produit est rarement consommé conformément à ces recommandations.
  • Le produit, très volatil, est inflammable et potentiellement explosif (au contact du feu).

On distingue des effets de court et long termes :

Toxicité aigue, effets indésirables à court terme[modifier | modifier le code]

  • avaler des poppers (plutôt que d'inhaler les vapeurs) peut provoquer une cyanose/méthémoglobinémie, une perte de conscience, un coma et des complications entraînant la mort[7],[22],[23],[24],[25]. L'aspiration accidentelle de nitrites d'amyle ou de butyle peut provoquer une pneumonie lipoïde[26] (au moins 12 cas de morts dues à l'ingestion de poppers ont été signalées par la littérature médicale entre 1997 et 2017, tous attribuées aux nitrites d'alkyle)[4]). D'autres effets adverses possibles sont :
  • vertiges voire malaises[6] ,
  • perte de mémoire à court terme ;
  • maux de tête et nausées[6] ;
  • irritations des muqueuses, dont les muqueuses nasales ;
  • brûlures des muqueuses et de la peau autour des narines et de la bouche en cas de contact direct avec le produit ;
  • hyperthermie ;
  • vasodilatation[6] ;
  • augmentation du rythme cardiaque[6] ;
  • baisse de la pression artérielle ;
  • augmentation de la pression interne de l’œil (glaucome)[6] ;
  • lèvres bleues, teint pâle et ongles violet foncé ;
  • méthémoglobinémie, parfois mortelle ;
  • une intoxication peut survenir en synergie avec certains médicaments (Bupropion par exemple[27])

Toxicité chronique[modifier | modifier le code]

L’utilisation répétée du poppers peut engendrer à long terme :

  • asthme, bronchite (et même à court terme, voire au 1er usage pour les personnes déjà asthmatiques) ;
  • une dépression respiratoire ;
  • un endommagement des cloisons nasales avec irritation souvent suppurante des muqueuses : dermatose faciale avec formation de croûtes jaunâtres (poppers dermatitis)[6] ;
  • hémolyse[6] ;
  • une corrélation a été souvent évoquée avec le sarcome de Kaposi, sujette à caution, ainsi : « Parce que le développement de sarcome de Kaposi est largement lié au facteur de croissance endothélial vasculaire et ses récepteurs, le prétendu lien entre l’inhalation de nitrites et Sarcome de Kaposi peut s’expliquer mécaniquement par le biais de la stimulation de l’expression du facteur de croissance endothélial vasculaire par ces substances. »[28],[29] ; c’est-à-dire que le développement de sarcomes est lié au facteur de croissance endothélial vasculaire, et ce dernier est effectivement stimulé par l’usage de poppers, cependant cela ne semble pas suffire à démontrer un véritable lien causal (sous réserve) ;
  • dans les études sur les animaux, les poppers se sont révélés être mutagènes et cancérogènes[30] ;
  • des troubles ophtalmollogiques (cas de maculopathies), de plus en plus fréquents, sont relatés par la littérature médicale [31], avec pertes visuelles dues à une dégradation des cellules photoréceptrices de la rétine[32], réversible[33],[34]. Et des poppers dans les quels des analyses chimiques poussées n'ont pas trouvé de contaminants externes semblent néanmoins présenter une toxicité pour l'œil et en particulier pour la fovea[4]. La science n’explique pas encore pourquoi cet effet n’apparaît que chez certaines personnes, aux profils, aux âges et à l’état de santé très différents, ni pourquoi certains recouvrent une vue normale rapidement alors que d’autres ne la recouvrent que partiellement ou pas du tout[35].

Un travail (non revu par des pairs) d'analyse d'une partie de la littérature scientifique sur les poppers par Cameron Schwarz[36] montre que cette littérature pourrait avoir surestimé les risques induits par les poppers sur la santé, à cause d'un biais d'interprétation, venant du fait que les universitaires peuvent être inconsciemment soumis à des stéréotypes à la fois sur les hommes homosexuels et sur les consommateurs de drogues, à des émotions[37], une difficulté à prendre en compte le sujet du plaisir ou de certains bénéfices[38] lié aux drogues[39] ou leurs préjugés, ce qui auraient entraîné, selon Schwartz une exagération des risques liés aux poppers au fil du temps[36].

Cube de dangerosité pharmacologique[modifier | modifier le code]

Législation[modifier | modifier le code]

Législation française[modifier | modifier le code]

Les poppers contenant des nitrites de butyle ou de pentyle ont été interdits à la vente en France le [6],[40]. Les marques françaises utilisent depuis le nitrite d'isopropyle, à la suite du décret européen de 2007 (Directive 2005/90/EC) interdisant le nitrite de butyle[41].

Par décret en Conseil d'État du 20 novembre 2007[42], le Premier ministre François Fillon a interdit la fabrication, l’importation, l’exportation, l’offre, la détention en vue de la vente ou de la distribution à titre gratuit, la mise en vente, la vente et la distribution à titre gratuit des produits de type poppers ne bénéficiant pas d’une autorisation de mise sur le marché. Toutefois, ce décret a été annulé par le Conseil d’État[43] au motif que « le Premier ministre, en l’état des éléments versés au dossier, a adopté une mesure excessive et disproportionnée au regard des risques que représente la commercialisation de ce produit pour la santé et la sécurité des consommateurs ».

Étienne Apaire, président de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie, annonce, le , que les poppers seront prochainement totalement interdits à la vente en France[44].
Depuis le , les nitrites d'alkyle étaient interdits à l'offre et à la cession en France, par l'article 1er de l'arrêté du [45] « portant application d'une partie de la réglementation des stupéfiants aux produits contenant des nitrites d'alkyle aliphatiques, cycliques ou hétérocycliques et leurs isomères ». Cependant, le le Conseil d’État a annulé le décret en question[46].

Les poppers (re)deviennent légaux en France en juin 2013[47] y compris ceux fortement suspectés d'être cancérigènes jusqu'au 1er janvier 2017, où la production et la vente de poppers à l'isobutyle sont enfin interdites en France (car cancérigènes) et dans l'ensemble de l'UE suite au règlement CE no 1907/2006. En 2018, alors que les poppers autorisés sont suspectés, eux-aussi d'être cancérigènes et/ou toxiques pour l'œil, aucune mesure n'est prise en France.

Législation belge[modifier | modifier le code]

L'utilisation et la vente de poppers en Belgique sont illégales.

Législation canadienne[modifier | modifier le code]

Produit interdit depuis le 11 juillet 2014[48].

Législation suisse[modifier | modifier le code]

Produit légal mais uniquement sur ordonnance et limité à une consommation de 10 ml par mois.

Législation anglaise[modifier | modifier le code]

Un projet de loi sur les substances psychoactives devait interdire la production et la vente de poppers au Royaume-Uni à partir d'avril 2016[49], mais les poppers ont finalement été exemptés de l'interdiction au motif qu'ils ne stimulent ni ne dépriment directement le système nerveux central[50],[4].

Visibilité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lowry T.P (1982) Psychosexual aspects of the volatile nitrites. Journal of Psychoactive Drugs, 14(1–2), 77–79. https://doi.org/10.1080/02791072.1982.10471914
  2. a b et c Brown, J., Cossar, R., Ryan, T., Peacock, A., Sutherland, R., Lynch, A. M., ... & Cairns, R. (2019) Getting over the blues from the rush on poppers|URI : http://hdl.handle.net/2123/20675 | Department/Unit/Centre: Menzies Centre for Health Policy| Collections Emerging Health Policy Research Conference (Annual)|résumé
  3. Amine Benyamina, Le cannabis et les autres drogues, Solar, (ISBN 2-263-03904-X).
  4. a b c d e et f Rewbury, R., Hughes, E., Purbrick, R., Prior, S., & Baron, M. (2017). Poppers: legal highs with questionable contents? A case series of poppers maculopathy. British Journal of Ophthalmology, 101(11), 1530-1534
  5. Davies S, Salina J, Ramsey J, et al. (2010) Analysis of the Volatile Alkyl Nitrites ; octobre In Therapeutic drug monitoring (Vol. 31, No. 5, pp. 633-633). 530 Walnut St, Philadelphia, PA 19106-3621 USA: Lippincotte Williams & Wilkins |http://www.the-ltg.org/data/uploads/posters/alkyl-nitrites_final.pdf
  6. a b c d e f g h i j k l et m Denis Richard, Jean-Louis Senon, Marc Valleur, Dictionnaire des drogues et des dépendances, Larousse, (ISBN 2-03-505431-1).
  7. a et b « Amyl Nitrite » [archive du ], sur Medsafe, New Zealand Medicines and Medical Devices Safety Authority, (consulté le 15 mars 2007)
  8. Peizhen Zhao, Songyuan Tang, Cheng Wang, Ye Zhang, John Best, Thitikarn May Tangthanasup, Shujie Huang, Bin Yang et Chongyi Wei, « Recreational drug use among Chinese MSM and transgender individuals: Results from a national online cross-sectional study », PLOS ONE, vol. 12, no 1,‎ , e0170024 (ISSN 1932-6203, PMID 28107391, PMCID 5249205, DOI 10.1371/journal.pone.0170024, Bibcode 2017PLoSO..1270024Z)
  9. Axel J. Schmidt, Adam Bourne, Peter Weatherburn, David Reid, Ulrich Marcus et Ford Hickson, « Illicit drug use among gay and bisexual men in 44 cities: Findings from the European MSM internet survey (EMIS) », International Journal of Drug Policy, vol. 38,‎ , p. 4–12 (PMID 27788450, DOI 10.1016/j.drugpo.2016.09.007)
  10. « How gay culture bottled a formula that has broken down boundaries », The Independent,‎ (lire en ligne)
  11. « Nitrites » [archive du ], sur Drugscope (consulté le 24 avril 2007)
  12. a et b Milhet, M., Néfau, T., Bordeaux, L., & Marseille, P. (2017). Chemsex, slam. Renouvellement des usages de drogues en contextes sexuels parmi les HSH. Saint-Denis, OFDT, coll. Théma TREND.
  13. François Beck, Romain Guignard, Jean-Baptiste Richard, Stanislas Spilka et al., « Les niveaux d’usage des drogues en France en 2010 », Tendances, no 76,‎ , p. 1–6
  14. Timothy M. Hall, Steven Shoptaw et Cathy J. Reback, « Sometimes Poppers Are Not Poppers: Huffing as an Emergent Health Concern among MSM Substance Users », Journal of Gay & Lesbian Mental Health, vol. 19, no 1,‎ , p. 118–121 (ISSN 1935-9705, PMID 25893032, PMCID 4399803, DOI 10.1080/19359705.2014.973180)
  15. a et b Bae, K., ji Kwon, N., & Han, E. (2018). A review on the abuse of three NPS (synthetic cannabinoids, kratom, poppers) among youths in Asia. Forensic science international |résumé.
  16. Problème de santé public lié à la droque
  17. Gerald F. O’Malley et Rika O’Malley, « Volatile Nitrites », dans Porter, Robert S., The Merck Manual Online, Merck & Co., (lire en ligne)
  18. D. Nutt, L.A. King, W. Saulsbury et C. Blakemore, « Development of a rational scale to assess the harm of drugs of potential misuse », Lancet, vol. 369, no 9566,‎ , p. 1047–1053 (PMID 17382831, DOI 10.1016/S0140-6736(07)60464-4)
  19. Le monoxyde d’azote est un vasodilatateur.
  20. (en) « Sexual Dysfunction and Cardiac Risk (the Second Princeton Consensus Conference) », sur http://www.sciencedirect.com/, (consulté le 22 mars 2016)
  21. Chomchai, S., Phuditshinnapatra, J., Mekavuthikul, P., & Chomchai, C. (2019, February). Effects of unconventional recreational drug use in pregnancy. In Seminars in Fetal and Neonatal Medicine. WB Saunders.
  22. D.S. Dixon, R.F. Reisch et P.H. Santinga, « Fatal methemoglobinemia resulting from ingestion of isobutyl nitrite, a "room odorizer" widely used for recreational purposes », J Forensic Sci, vol. 26, no 3,‎ , p. 587–593 (PMID 7252472)
  23. M.T. Pruijm et P.H. de Meijer, « [Methemoglobinemia due to ingestion of isobutyl nitrite ('poppers')] », Ned Tijdschr Geneeskd, vol. 146, no 49,‎ , p. 2370–2373 (PMID 12510403)
  24. R. Stalnikowicz, Y. Amitai et Y. Bentur, « Aphrodisiac drug-induced hemolysis », J Toxicol Clin Toxicol, vol. 42, no 3,‎ , p. 313–316 (PMID 15362601, DOI 10.1081/clt-120037435)
  25. Emergency Medicine: Principles and Practice. Harper & Collins, 2nd edition. 2008. pp. 42–51.
  26. I.G. Hagan et K. Burney, « Radiology of recreational drug abuse », Radiographics, vol. 27, no 4,‎ july–august 2007, p. 919–940 (PMID 17620459, DOI 10.1148/rg.274065103)
  27. Batista, F., Alves, C., Trindade, M., Duarte, J. A., & Marques, R. (2019). Methaemoglobinemia induced by poppers and bupropion intoxication in the emergency department. European journal of case reports in internal medicine, 6(3).
  28. (en) Effects of inhalant nitrites on VEGF expression: a feasible link to Kaposi’s sarcoma?
  29. (en) « Correlates of Prevalent and Incident Kaposi’ Sarcoma »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), « The relationship of amyl nitrite use to KSHV seroincidence was further investigated by adding the significant univariate variables to the model, one at a time. The OR did not change after adding either HSV-2 infection or bacterial STIs to the model, but it declined from 7.0 (95% CI, 2.0-24.9) to 5.5 (95% CI, 1.4-20.8) after adding a reported history of bathhouse use. Thus, these variables did not mitigate the association between amyl nitrite use and KSHV seroconversion. »
  30. (en) Ronald W. Wood, The Acute Toxicity of Nitrite Inhalants, in NIDA Research, Monograph 83.
  31. Davies, A. J., Kelly, S. P. et Bhatt, P. R., « 'Poppers maculopathy' — an emerging ophthalmic reaction to recreational substance abuse », Eye, vol. 26, no 888,‎ , p. 1479–1486 (PMID 22402700, PMCID 3376285, DOI 10.1038/eye.2012.37)
  32. (en) Poppers-Associated Retinal Toxicity, The New England Journal of Medicine, 14 octobre 2010.
  33. http://www.inserm.fr/espace-journalistes/des-pertes-visuelles-chez-les-consommateurs-de-poppers
  34. http://www.centres-antipoison.net/CCTV/Rapport_CCTV_Poppers_et_troubles_visuels_2010.pdf
  35. Salim Berkoun, « Le poppers détruit les yeux et personne n’en parle », Daily Geek Show,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mai 2017)
  36. a et b Schwartz C (2019) Conducting a Critical Interpretive Synthesis on Poppers Literature: The influence of the medical model of health on our understanding of alkyl nitrites ; Project Submitted in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Master of Public Health ; Simon Fraser University
  37. McFerran, K. S., Hense, C., Medcalf, L., Murphy, M., & Fairchild, R. (2017). Integrating Emotions into the Critical Interpretive Synthesis. Qualitative Health Research. https://doi.org/10.1177/1049732316639284
  38. Morgan, C. J. A., Noronha, L. A., Muetzelfeldt, M., Feilding, A., Fielding, A., & Curran, H. V. (2013). Harms and benefits associated with psychoactive drugs: findings of an international survey of active drug users. Journal of Psychopharmacology (Oxford, England), 27(6), 497–506. https://doi.org/10.1177/0269881113477744
  39. Moore D (2008) Erasing pleasure from public discourse on illicit drugs : On the creation and reproduction of an absence. International Journal of Drug Policy, 19(5), 353–358. https://doi.org/10.1016/j.drugpo.2007.07.004
  40. Décret n° 90-274 du , relatif aux produits dits « poppers » contenant des nitrites de butyle et de pentyle, abrogé par le décret no 2007-1636 du .
  41. http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ%3AL%3A2006%3A033%3A0028%3A0081%3Aen%3APDF
  42. Décret no 2007-1636 du 20 novembre 2007 relatif aux produits contenant des nitrites d’alkyle aliphatiques, cycliques, hétérocycliques ou leurs isomères destinés au consommateur et ne bénéficiant pas d’une autorisation de mise sur le marché.
  43. CE, , Société France Conditionnement Création et autres, concl. Julie Burguburu, requête no 312449.
  44. http://www.leparisien.fr/societe/les-poppers-vont-etre-interdits-en-france-29-06-2011-1513585.php
  45. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024317338&fastPos=1&fastReqId=1685074291&categorieLien=id&oldAction=rechTexte
  46. « Les poppers pourront de nouveau être commercialisés en France », sur liberation.fr (consulté le 4 juin 2013).
  47. Victorri-Vigneau, C., Trewick, D., Dejoie, T., Masson, D., Bulteau, S., Rousselet, M., ... & Jolliet, P. (2018). Poppers regulation for public sale: No measure in France yet. Therapies, 73(3), 217-221.
  48. « Les poppers vendus à l’échelle du Canada posent des risques graves », sur canadiensensante.gc.ca (consulté le 30 mai 2016)
  49. he Home Office. Psychoactive Substances Act 2016. http://www.legislation.gov.uk
  50. Iversen L. Advisory Council on the Misuse of Drugs (2016). ACMD review of alkyl nitrites (“poppers”). URL : https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/508179/Poppersadvice.pdf
  51. Lire en ligne, sur www.francetvinfo.fr.
  52. http://hannibal.wikia.com/wiki/Mason_Verger

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Advisory Council on the Misuse of Drugs (2016). ACMD review of alkyl nitrites (“poppers”).
  • Batista, F., Alves, C., Trindade, M., Duarte, J. A., & Marques, R. (2019). Methaemoglobinemia induced by poppers and bupropion intoxication in the emergency department. European journal of case reports in internal medicine, 6(3).
  • Bourgeois C (2018) Le Guide (Interdit) du Poppers, Kindle Direct Publishing.
  • Beck, F., Guignard, R., & Richard, J.-B. (2014). Poppers at top: alkyl nitrites use in France. Medecine Sciences : M/S, 30(10), 916. https://doi.org/10.1051/medsci/20143010020
  • Dax E.M, Adlei W.H, Nagel J.E & Lange W.R (1991) Amyl nitrite alters human in vitro immune function. Immunopharmacology and Immunotoxicology, 13(4), 577–587. https://doi.org/10.3109/08923979109019724
  • Demant D & Oviedo‐Trespalacios O (2019) Harmless ? A hierarchical analysis of poppers use correlates among young gay and bisexual men. Drug and alcohol review.
  • Dutta, A., Uno, H., Holman, A., Lorenz, D. R., Wolinsky, S. M., & Gabuzda, D. (2017) Long-term nitrite inhalant exposure and cancer risk in MSM. AIDS, 31(8), 1169–1180. https://doi.org/10.1097/QAD.0000000000001451
  • Finnerty, F., Rewsbury, R., Hughes, E., & Clarke, A. (2016). “Poppers maculopathy” in three HIV-positive patients. HIV Medicine, 17, 52. https://doi.org/http://dx.doi.org/10.1111/hiv.12393
  • French, R., & Power, R. (1998). A qualitative study of the social contextual use of alkyl nitrites (Poppers) among targeted groups. Journal of Drug Issues. https://doi.org/10.1177/002204269802800104
  • French, R. S., & Power, R. (1997). Self-reported effects of alkyl nitrite use: A qualitative study amongst targeted groups. Addiction Research, 5(6), 519–548. https://doi.org/10.3109/16066359709004364
  • García-Bella J, Donate J, Gallego-Pinazo R & Benítez del Castillo J.M (2016)« Maculopatía por poppers» en España. Una nueva enfermedad oftalmológica | Archivos de la Sociedad Española de Oftalmología, Volume 91, Issue 8, aout, Pages 397-399
  • García-Bella J, Donate J, Gallego-Pinazo R & Benítez del Castillo J.M (2016) “Poppers maculopathy?” in Spain. A new ophthalmological disease |Archivos de la Sociedad Española de Oftalmología (English Edition), Volume 91, Issue 8, aout, Pages 397-399
  • Grimson R.C (1990). Re: "An autopsy of epidemiologic methods: the case of "poppers" ; in the early epidemic of the acquired immunodeficiency syndrome (AIDS)"; American Journal of Epidemiology, 131(1), 195. https://doi.org/10.1093/oxfordjournals.aje.a115477
  • Gruener, A. M., Jeffries, M. A. R., El Housseini, Z., & Whitefield, L. (2014). Poppers maculopathy. The Lancet. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(14)60887-4
  • Health Canada (2018) Poppers sold across Canada pose serious risks | URL:http://www.healthycanadians.gc.ca/recall-alert-rappel-avis/hc-sc/2013/34343a-eng.php?_ga=2.58646826.1260830709.1513001089-1165639816.1500047287
  • Janssens, U., Hillen, S., Janssens, T., & Grafe, J. (2019) Methämoglobinämie nach Inhalation von Poppers. Medizinische Klinik-Intensivmedizin und Notfallmedizin, 114(4), 345-349 (résumé).
  • Lowry T (1979) The volatile nitrites as sexual drugs : A user survey. Journal of Sex Education and Therapy. https://doi.org/10.1080/01614576.1979.11074609
  • Mullens, A. B., Young, R. M. D., Dunne, M. P., & Norton, G (2011) The Amyl nitrite expectancy questionnaire for men who have sex with men (AEQ-MSM): A measure of substance-related beliefs. Substance Use and Misuse. https://doi.org/10.3109/10826084.2011.599096
  • Nossaman, V. E., Nossaman, B. D., & Kadowitz, P. J. (2010) Nitrates and nitrites in the treatment of ischemic cardiac disease. Cardiology in Review. https://doi.org/10.1097/CRD.0b013e3181c8e14a
  • Race, K., Lea, T., Murphy, D., & Pienaar, K. (2017) The future of drugs: recreational drug use and sexual health among gay and other men who have sex with men. Sexual Health, 14(1), 42–50. https://doi.org/10.1071/SH16080
  • Rewbury, R., Hughes, E., Purbrick, R., Prior, S., & Baron, M. (2017). Poppers: Legal highs with questionable contents? A case series of poppers maculopathy. British Journal of Ophthalmology, 101(11), 1530–1534. https://doi.org/10.1136/bjophthalmol-2016-310023
  • Romanelli, F., Smith, K. M., Thornton, A. C., & Pomeroy, C. (2004). Poppers: epidemiology and clinical management of inhaled nitrite abuse. Pharmacotherapy, 24(1), 69. https://doi.org/10.1592/phco.24.1.69.34801
  • Seage, G. R., Mayer, K. H., Horsburgh, C. R., Holmberg, S. D., Moon, M. W., & Lamb, G. A. (1992). The relation between nitrite inhalants, unprotected receptive anal intercourse, and the risk of human immunodeficiency virus infection. American Journal of Epidemiology, 135(1), 1. https://doi.org/10.1093/oxfordjournals.aje.a116186
  • Ramonell, R. P., Daniels, L., & Neveu, W. A. (2019). Using Poppers Until You're Blue in the Face. In B42. DYSPNEA CASE REPORTS (pp. A3177-A3177). American Thoracic Society |[ https://www.atsjournals.org/doi/pdf/10.1164/ajrccm-conference.2019.199.1_MeetingAbstracts.A3177 résumé].
  • Wang, Z., Li, D., Lau, J. T. F., Yang, X., Shen, H., & Cao, W. (2015). Prevalence and associated factors of inhaled nitrites use among men who have sex with men in Beijing, China. Drug and Alcohol Dependence, 149, 93–99. https://doi.org/10.1016/j.drugalcdep.2015.01.021

Liens externes[modifier | modifier le code]