Pony Express

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pony Express (homonymie).
Pony Express
logo de Pony Express

Création
Disparition
Fondateurs William H. Russell
Alexander Majors
William B. Waddell
Siège social Saint-Joseph
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Courrier

Le Pony Express est un service de distribution rapide du courrier aux États-Unis, en service entre le et . Reliant en une dizaine de jours Saint-Joseph dans le Missouri à Sacramento en Californie en passant par les Grandes Plaines, les montagnes Rocheuses et la Sierra Nevada, ce système vise à sortir l'ouest des États-Unis de son isolement géographique.

Non rentable et apparu peu de temps avant le télégraphe qui le rendra obsolète, le Pony Express consiste à faire porter le courrier par des cavaliers individuels lancés au galop au lieu de le faire transporter par des diligences. Ce service par cavaliers permettait un gain de temps de l'ordre de vingt jours.

Malgré sa courte histoire, le Pony Express fait partie du romantisme associé à la conquête de l'Ouest. Son mode de fonctionnement, basé sur les compétences et l'endurance de cavaliers solitaires plutôt que sur des innovations technologiques, cadre avec les valeurs d'individualisme d'une partie de la population américaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Publicité du Pony Express.

Raisons de la création du service[modifier | modifier le code]

La création du Pony Express est inspirée par les exploits d'un Canadien français nommé Francois-Xavier Aubry. Natif de Saint-Justin dans le comté de Maskinongé au Québec, ce dernier effectue en janvier 1848 le trajet de Santa Fe à Independence en 5 jours et demi[1]. Un historien du Pony Express, William Vissher, écrit que « la course d'Aubry est la plus grande performance physique qu’un cavalier de l'Ouest puisse avoir accomplie »[2]. La récente intégration de la Californie au sein des États-Unis accentuait de plus la nécessité de moyens de communication vers le reste du pays.

Vers 1845 l'acheminement d'un message vers la côte ouest, le plus souvent par bateau, peut prendre jusqu'à six mois. En 1860, la transmission du courrier entre le Missouri et le Texas prenait de l'ordre de 25 jours par diligence. L'exploit d'Aubry a dès lors inspiré la création du Pony Express, fondé sur la rapidité de cavaliers isolés.

Création[modifier | modifier le code]

Anciens locaux de B.F. Hastings & Co et de Wells Fargo, terminus ouest du service postal Pony Express. Le bâtiment abrite également la Cour suprême de Californie à ses débuts.

Le Pony Express appartient à la Leavenworth & Pike's Peak Express Company fondée en 1849, qui en 1850 est devenue la Central Overland California and Pikes Peak Express Company. Cette entreprise est fondée par William H. Russell, Alexander Majors, et William B. Waddell[3].

Le Pony Express démarre officiellement le 3 avril 1860[4]. Le premier trajet vers l'ouest est accompli en 10 jours, 7 heures et 45 minutes. Le trajet vers l'est nécessite 11 jours et 12 heures.

Le siège est à Saint-Joseph dans le Missouri, plus précisément à Patee House. Ce pâté de maisons est le lieu de l'assassinat de Jesse James par Robert Ford. Après son assassinat, les membres de la famille de Jesse James logent à l'hôtel y sont interviewés par les journalistes[5].

Déclin et héritage[modifier | modifier le code]

L'entreprise n'a jamais été rentable, notamment en raison de l'impossibilité pour elle de décrocher le contrat d'acheminement du courrier pour le gouvernement fédéral, attribué à la Butterfield Overland Mail Company, une compagnie de transport par diligence. Ce contrat sera attribué par la suite à la mise en service du premier service de télégraphe (First Transcontinental Telegraph) vers la Californie en 1861, rendant les communications presque instantanées. Le Pony Express est vendu en 1862 à Ben Holladay, un homme d'affaires.

Les poteaux de télégraphie passèrent exactement sur la même route qu'empruntaient les cavaliers du Pony Express[réf. nécessaire].

Opération[modifier | modifier le code]

Fonctionnement et parcours[modifier | modifier le code]

Carte des routes du pony Express.

Ce service de courrier rapide fonctionne par des messages portés par les cavaliers dans les relais de stations à travers les prairies, plaines, déserts et des montagnes de l'ouest des États-Unis. Tout au long de ses 18 mois de fonctionnement, il a brièvement réduit le temps pour que les messages voyagent en une dizaine de jours entre la côte atlantique et la côte pacifique[7].

Le service relie les villes de Saint-Joseph (Missouri) et Sacramento (Californie). Il y a environ 160 relais, espacés de 5 à 20 miles (d'environ 8 à 32 km), soit la distance que pouvait parcourir d'une traite un cheval au galop. À chaque relais, le cavalier change de cheval ; au total, 400 chevaux sont à leur disposition. La distance parcourue par l'ensemble du système s'élève à 250 miles (plus de 400 km) par tranche de 24 heures.

Le parcours d'environ 1 900 miles[8] (plus de 3 050 km) suivait à peu près la piste de l'Oregon et ensuite la piste de Californie vers Fort Brager dans le Wyoming, puis le sentier Mormon de Salt Lake City. De là, elle suivait à peu près la route terrestre centrale à Carson City, avant de passer la Sierra à Sacramento, en Californie.

Carte illustrée de la route du Pony Express Route en 1860 par William Henry Jackson.
La route du Pony Express pour la distribution du courrier, 3 avril 1860 - 24 octobre, 1861; Reproduction de l'illustration de Jackson émise pour commémorer le 100e anniversaire du Pony Express, fondé le 3 avril 1860. Reproduction émise par la Société l'Union Pacific Railroad Company.

Chevaux[modifier | modifier le code]

Frank E. Webner, cavalier du Pony Express, en 1861.

On estime au total que 400 chevaux ont été utilisés par le Pony Express afin de livrer le courrier. Les chevaux étaient sélectionnés pour leur rapidité et leur endurance. À l'extrémité est de la route du Pony Express les chevaux étaient généralement choisis parmi les unités de cavalerie des États-Unis. À l'extrémité ouest de la route du Pony Express en Californie, W.W. Finney a acquis 100 têtes de bétail appelé « California Horses », alors qu'A.B. Miller a acheté 200 poneys indigènes à l'intérieur et autour de la Great Salt Lake Valley. Les chevaux couraient rapidement entre les stations, une distance moyenne de 15 miles, puis étaient soulagés et un cheval frais pouvait être échangé avec celui qui venait d'arriver de cette course intense.

Au cours de son parcours de 80 à 100 miles, un cavalier du Pony Express pouvait changer de chevaux de 8 à 10 fois. Les chevaux étaient montés au trot, galop rapide ou au galop, autour de 10 à 15 miles par heure, et parfois atteignaient au galop des vitesses allant jusqu'à 25 miles par heure. Les chevaux du Pony Express ont été achetés dans le Missouri, l'Iowa, la Californie, et dans certains territoires de l'ouest des États-Unis.

Les différents types de chevaux montés par des cavaliers du Pony Express incluaient des Morgan et des purs-sangs qui ont souvent été utilisés à l'extrémité est de la piste. Les chevaux pie étaient souvent utilisés dans la section du milieu et les Mustang (plus robustes) ont souvent été utilisés à l'ouest, à fin de la tournée[9].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le souvenir et la popularité perpétuelle du Pony Express peuvent être liés à Buffalo Bill, ses autobiographies, et son Wild West Show. Le premier livre dédié seulement au Pony Express n'a pas été publié avant 1900. Cependant, dans sa première autobiographie, publiée en 1879, Buffalo Bill prétendit avoir été un cavalier du Pony Express.

Dans son roman Le champion du "Pony-Express", publié en 1957 aux éditions Jules Tallandier, Albert Bonneau, écrivain populaire français, né à Moulins (03) en 1898 et décédé dans la Creuse en 1967, rend hommage aux cavaliers du Pony-Express qui sont les héros des aventures d'une jolie française, en route vers l'ouest.

Films[modifier | modifier le code]

  • The Pony Express – (1925)
  • Frontier Pony Express – (1939)
  • Pony Post – (1940)
  • Plainsman and the Lady – (1946)
  • Pony Express – (1953)
  • Last of the Pony Riders – (1953)
  • The Pony Express Rider – (1976)
  • Days of the Pony Express – (2008)
  • Spirit of the Pony Express - (2012)

Télévision[modifier | modifier le code]

  • The Range Rider – (1951–1953) saison 1 épisode "The Last of the Pony Express"
  • Pony Express – (1959–1960)
  • Bonanza – (1959–1973) season 7 two-part episode "Ride the Wind"
  • The Young Riders – (1989–1992)
  • Into the West (2005)

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Jeux[modifier | modifier le code]

Le mardi 14 avril 2015, le Pony Express fait l'objet d'un hommage de la part du célèbre moteur de recherche Google. En effet, à l'occasion du 155e anniversaire du réseau de transport, un mini-jeu est mis en ligne sur la page d'accueil. Le gameplay est simpliste : le joueur contrôle un facteur à travers trois niveaux, son but étant de collecter le courrier tout en évitant les divers obstacles sur sa route (rochers, pièges, éboulements...). Si l'objectif est de finir le jeu, le joueur dispose à la fin d'un compteur de points qui augmentent au fur et à mesure des courriers ramassés, dont le nombre s'élève à 100.

Il existe un jeu de société s'intitulant Le Pony Express, créé en 2009 par Bruno Faidutti et Antoine Bauza, se basant sur le contexte du fameux réseau de transport.

Radio[modifier | modifier le code]

Il existe sur la Radio suisse romande Couleur 3, une émission quotidienne nommée « Pony Express » animée par Hélène Hichters[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Canadiens-francais de l'ouest, Joseph Tassé, 1871 p. 10
  2. magazine Histoire Québec vol. 7 no. 1, juin 2001, www.histoirequebec.qc.ca.
  3. NPS.gov, National Park Service, accessed 29 Oct 2009
  4. Settle et Settle 1972, p. 33
  5. Pony Express National Museum: http://www.ponyexpressjessejames.com/index.php
  6. NPS.gov.
  7. Bradley, Glenn D. The Story of the Pony Express: An Account of the Most Remarkable Mail Service Ever in Existence, and Its Place in History, Project Gutenberg Release #4671
  8. (en) The Pony Express Trail.
  9. Stong, Phil. Horses and Americans. Frederick A. Stokes Company, New York, 1939. A history of horses in America from the arrival of the Arab Plains horses sometime around 1600, through the colonial period, taking in the Revolutionary War, Western migration and Cowboys, the Pony Express, the Civil War, the U.S. Cavalry, thoroughbred racing, and so on through the early 1930s.
  10. RTS.ch, « Pony Express », sur rts.ch (consulté le 1er février 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]