Pontigné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pontigné
Image illustrative de l'article Pontigné
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Canton Beaufort-en-Vallée
Intercommunalité C. C. du canton de Baugé
Commune Baugé-en-Anjou
Statut Commune déléguée
Maire délégué Pierre-Jean Allaume
2014-2020
Code postal 49150
Code commune 49245
Démographie
Gentilé Pontatinacusains, Pontatinacusainse
Population 257 hab. (2010)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 56″ nord, 0° 02′ 25″ ouest
Altitude Min. 47 m – Max. 92 m
Superficie 24,17 km2
Historique
Date de dissolution 1er janvier 2013
Commune(s) d’intégration Baugé-en-Anjou
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Pontigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Pontigné

Pontigné est une ancienne commune française, située dans le département de Maine-et-Loire et la région Pays de la Loire.

Le 1er janvier 2013, les communes de Baugé, Montpollin, Pontigné, Saint-Martin-d'Arcé et Le Vieil-Baugé se sont regroupées pour former la commune nouvelle dénommée Baugé-en-Anjou dont Pontigné constitue une commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Ce village angevin de l'Ouest de la France se trouve dans le pays Baugeois, à l'est de Baugé, sur la route D 141 qui va à Baugé[1].

Territoire[modifier | modifier le code]

Sa superficie est de plus de 24 km2 (2 417 hectares[2]), et son altitude varie de 47 à 92 mètres[3], pour une altitude moyenne de 70 mètres.

Pontigné se situe sur l'unité paysagère du Plateau du Baugeois[4]. Le relief du Baugeois est principalement constitué d'un plateau, aux terrains sablonneux, siliceux ou calcaires[5], caractérisés par de larges affleurements sédimentaires, crétacés, sables et calcaires aux teintes claires.

Une partie de son territoire comporte des zones naturelles d'intérêt écologique, floristique et faunistique (ZNIEFF), pour la zone du bois et vallée du Couasnon entre Baugé et Pontigné, celle de la forêt de Chandelais et celles des bois de Vernus et de Lanfray[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Son territoire est traversé par la rivière le Couasnon[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat angevin est tempéré, de type océanique. Il est particulièrement doux, compte tenu de sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelés rares et les étés ensoleillés. Le climat du Baugeois est plus continental : plus sec et chaud l'été[5].

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches sont Saint-Martin-d'Arcé (3 km), Lasse (4 km), Baugé (5 km), Vaulandry (5 km), Bocé (6 km), Le Guédeniau (6 km), Chavaignes (6 km), Le Vieil-Baugé (6 km), Montpollin (6 km) et Auverse (8 km)[7]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Podentiniacus en 774, Decima Pontigneii en 1190, Parochia de Pontigne en 1287[8], Pontigné en 1793[9].

Nom des habitants : les Pontatinacusains[10],[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La commune a livré des fossiles de la faune du miocène, entre – 20 millions d’années et −16 millions d’années[12].

Des vestiges attestent d'une occupation préhistorique : vingt-deux haches en pierre polie, deux menhirs (détruits) et un dolmen (de Pierre-Couverte)[13].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La seigneurie dépendait de la terre de Bareille en Chalonnes-sous-le-Lude, appartenant aux seigneurs du Lude[13].

Au XVe siècle le roi René, qui aimait venir chasser dans les forêts de la région, fit reconstruire le château de Baugé.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la commune dépendait de la sénéchaussée angevine de Baugé, du diocèse d'Angers et du grenier à sel de Baugé[13].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la réorganisation administrative qui suivit la Révolution, en 1790 Pontigné fut rattaché tout d'abord au canton de Lasse (1790) puis au canton de Baugé (1791)[13]. Il fut intégré au district de Baugé, puis en 1800 à l'arrondissement de Baugé, et à sa disparition en 1926, à l'arrondissement de Saumur[9].

À la fin du XIXe siècle est construit la ligne de chemin de fer du Petit Anjou, dont la ligne Angers-Noyant passait par Baugé, Pontigné et Lasse.

L'électricité arriva sur la commune à partir de 1938 et le réseau d'eau potable en 1969[13].

Commune nouvelle de Baugé-en-Anjou[modifier | modifier le code]

En juin 2011, cinq communes du Baugeois lancent un projet de fusion : Baugé, Montpollin, Pontigné, Saint-Martin-d’Arcé et Le Vieil-Baugé[14].

Après la consultation de la population par l’intermédiaire de réunions publiques en novembre et décembre 2011, et la validation de la charte Commune nouvelle du Baugeois[15], l'ensemble des conseils municipaux votent l'adoption du projet le 8 mars 2012[16] qui est validé par arrêté préfectoral le 30 mars suivant et mis en place le 1er janvier 2013[17].

Quelques chiffres du nouvel ensemble[18]
Nom de la commune Population
(2010)
Surface
(hectares)
Alt. mini
(mètres)
Alt. maxi
(mètres)
Baugé 3 681 855 41 102
Montpollin 214 449 56 103
Pontigné 257 2 417 47 92
Saint-Martin-d'Arcé 794 1 318 52 95
Le Vieil-Baugé 1 266 2 863 27 89
Ensemble 6 212 7 902 27 103

En 2014, un nouveau projet de fusion se dessine, les municipalités de la communauté de communes du canton de Baugé envisageant de se réunir en une seule commune. Le 29 avril 2015, le conseil communautaire se prononce en faveur du projet de commune nouvelle constituée des communes déléguées de Baugé, Montpollin, Pontigné, Saint-Martin-d'Arcé, Le Vieil-Baugé, Clefs, Vaulandry, Bocé, Cuon, Chartrené, Cheviré-le-Rouge, Le Guédeniau, Échemiré, Fougeré, Saint-Quentin-lès-Beaurepaire[19]. Le 18 mai, l'ensemble des conseils municipaux votent en faveur de la création de la commune nouvelle[20]. L'arrêté préfectoral est signé le 10 juillet et porte sur la création au 1er janvier 2016 de la commune nouvelle de « Baugé-en-Anjou », groupant les communes de Baugé-en-Anjou, Bocé, Chartrené, Cheviré-le-Rouge, Clefs-Val d'Anjou, Cuon, Échemiré, Fougeré, Le Guédeniau et Saint-Quentin-lès-Beaurepaire[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Photographie de la mairie de Pontigné.
Mairie de Pontigné.

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2013, elle constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Baugé-en-Anjou et dispose d'un maire délégué.

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2013 mars 2014 Michel Sagon   ancien maire de Pontigné
mars 2014 en cours Pierre-Jean Allaume    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

La commune a été érigée en municipalité en 1790[9]. Au 31 décembre 2012, le conseil municipal était composé de 11 élus[22].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Albert Boyeau    
mars 2008 décembre 2012 Michel Sagon    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune ne comporte pas de jumelage.

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2012, la commune de Pontigné était intégrée à la communauté de communes canton de Baugé ; structure intercommunale ayant pour objet d’associer des communes au sein d’un espace de solidarité, en vue de l’élaboration d’un projet commun de développement et d’aménagement de l’espace[23].

Créée en 1994[24], cette structure intercommunale regroupait jusqu'en décembre 2012 quinze communes du canton, dont Baugé, Montpollin, Pontigné, Saint-Martin-d'Arcé et Le Vieil-Baugé.

La communauté de communes était, à cette date, membre du syndicat mixte Pays des Vallées d'Anjou (SMPVA), structure administrative d'aménagement du territoire regroupant six communautés de communes : Beaufort-en-Anjou, Canton de Baugé, Canton de Noyant, Loir-et-Sarthe, Loire Longué, Portes-de-l'Anjou.

Autres administrations[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2012, la commune de Pontigné était adhérente du conseil de développement du Pays des Vallées d'Anjou (CDPVA), du syndicat intercommunal d’eau et d’assainissement de l’agglomération baugeoise, du syndicat mixte intercommunal de valorisation et de recyclage thermique des déchets de l’Est Anjou (SIVERT), du syndicat intercommunal pour l'aménagement du Couasnon (SIAC)[25].

Le SIVERT était, à cette date, le syndicat intercommunal de valorisation et de recyclage thermique des déchets de l’Est Anjou, situé à Lasse[26].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2012, la commune de Pontigné faisait partie du canton de Baugé et de l'arrondissement de Saumur.

Le canton de Baugé comprenait en décembre 2012 quinze communes. C'était l'un des quarante et un cantons que comptait le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département.

À cette date, Pontigné faisait partie de la troisième circonscription de Maine-et-Loire, composée de huit cantons dont Longué-Jumelles et Noyant. La troisième circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en [28],[Note 1].

En 2010, la commune comptait 257 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
811 734 732 692 689 641 656 636 616
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
599 572 559 543 537 546 531 542 439
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
437 429 418 427 402 354 348 299 225
1990 1999 2004 2006 2009 2010 - - -
192 214 254 255 260 257 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %).

Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,3 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 52,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 25 %, 15 à 29 ans = 12,5 %, 30 à 44 ans = 22,1 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 20,6 %) ;
  • 47,7 % de femmes (0 à 14 ans = 22,6 %, 15 à 29 ans = 11,3 %, 30 à 44 ans = 27,4 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 16,9 %).
Pyramide des âges à Pontigné en 2008 en pourcentage[31]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,5 
90  ans ou +
0,8 
5,9 
75 à 89 ans
4,0 
13,2 
60 à 74 ans
12,1 
19,9 
45 à 59 ans
21,8 
22,1 
30 à 44 ans
27,4 
12,5 
15 à 29 ans
11,3 
25,0 
0 à 14 ans
22,6 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[32].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Photographie d'un terrain de boule de fort à Pontigné.
Terrain de boule de fort à Pontigné.

Services publics présents sur la commune : mairie. Il n'y a plus d'école depuis 1973[13]. Les autres services publics se trouvent à Baugé, dont le collège et le centre de secours[25].

L'hôpital intercommunal du Baugeois et de la Vallée, ainsi que les maisons de retraite, se situent à Baugé[33].

La collecte des déchets ménagers (tri sélectif) est organisée par la Communauté de Communes du Canton de Baugé. La déchèterie intercommunale se situe sur la commune de Saint-Martin-d'Arcé[26].

Très répandu dans le Baugeois, un cercle de Boule de fort est présent sur la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Commune principalement agricole, sur 32 établissements présents sur la commune à fin 2009, 63 % relevaient du secteur de l'agriculture[34], et l'année suivante, en 2010, sur 33 établissements , 61 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 6 % du secteur de la construction, 21 % de celui du commerce et des services et 6 % du secteur de l'administration et de la santé[35].

Liste des AOC sur le territoire[36] :

  • IGP Bœuf du Maine, IGP Porc de la Sarthe, IGP Volailles de Loué, IGP Volailles du Maine, IGP Œufs de Loué,
  • IGP Cidre de Bretagne ou Cidre breton,
  • IGP Maine-et-Loire blanc, IGP Maine-et-Loire rosé, IGP Maine-et-Loire rouge.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Pontigné comporte plusieurs inscriptions à l'inventaire du patrimoine[37], dont deux monuments historiques[38].

  • Dolmen de Pierre Couverte, du Néolithique (préhistoire), Monument historique classé en 1910 (PA00109233).
  • Église paroissiale Saint-Denis, Monument historique classé en 1862 (PA00109234).
    Bâtie aux XIe et XIIIe siècles, possède un clocher tors qui a été construit tors dès l'origine. Il a été restauré en 2005. La charpente de cette flèche s'appuie directement sur les murs de l'église. Le clocher est d'abord carré, recouvert d'ardoises, puis sa forme devient octogonale par l'adjonction de pans coupés dans les angles.
    L'église contient des peintures murales du XIIIe siècle : Christ en majesté et symboles des quatre évangélistes, martyre de Saint-Étienne, résurrection de Lazare dans l'absidiole Nord du chœur. Dans l'absidiole[39] Sud on peut admirer une fresque représentant une vierge en Majesté, entourée de l'Annonciation, la Nativité et l'Adoration des bergers. Les chapiteaux avec leurs monstres et figures grotesques, sont également intéressants.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • Château Grésillon, du XIXe siècles, château initial construit vers 1585, détruit, château reconstruit à son emplacement en 1882, Inventaire général.
  • Plusieurs fermes et maisons, des XVe, XVIe, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général.
  • Manoir la Grande-Motte, des XVIIIe et XIXe siècles, fief et seigneurie de la Motte alias la Noiraie au XVIIe siècle, Inventaire général.
  • Manoir le Grand-Trouvé, des XVIe, XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général.
  • Manoir le Plessis, des XVIIe et XIXe siècles, Inventaire général.
  • Plusieurs moulins, des XIe, XVe, XVIe, XVIIe et XIXe siècles, Inventaire général.
  • Presbytère, des XVe, XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b IGN et BRGM, Géoportail Pontigné (49), consulté le 3 février 2011.
  2. Insee, chiffres clés sur un territoire, Communes de Maine-et-Loire, consultés le 15 février 2012.
  3. Ign, Répertoire Géographique des Communes (RGC), consulté le 3 février 2012.
  4. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 58 à 71 - Données consultables sur WikiAnjou.
  5. a et b Comité météorologique départemental de Maine-et-Loire, Les régions naturelles, Le Climat, consulté le 19 décembre 2010.
  6. DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, consultées le 5 juillet 2011.
  7. Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
    Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Pontigné (49), consulté le 26 mars 2012.
  8. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Lachèse & Dolbeau, 1878, t. 3 p. 144 et suivantes - selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  9. a, b et c EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale de Pontigné, consultée le 7 juillet 2011
    Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  10. C.C. du Canton de Baugé, Commune de Pontigné, consulté le 15 avril 2012.
  11. Office de tourisme du Baugeois, Pontigné - Infos pratiques, document de juillet 2014.
  12. Ginsburg, L., & Bonneau, M. (1994). La succession des faunes de mammifères miocènes de Pontigné (Maine-et-Loire, France). Bulletin du Muséum national d'histoire naturelle. Section C, Sciences de la terre, paléontologie, géologie, minéralogie, 16(2-4), 313-328
  13. a, b, c, d, e et f Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874-1878, Édition révisée de 1989 par André Sarazin et Pascal Tellier, t. 3, p. 256 et suivantes.
  14. Blog Commune nouvelle du Baugeois, Projet de fusion, consulté le 13 mars 2012.
  15. Blog Commune nouvelle du Baugeois, Charte Commune nouvelle du Baugeois, consultée le 13 mars 2012.
  16. Ouest France, Baugé-en-Anjou, une nouvelle ville est née, 12 mars 2012.
  17. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté no 2012090-0002 portant création de la commune nouvelle de Baugé en Anjou, du 30 mars 2012 (JORF no 0133 du 9 juin 2012 page 9778 texte no 8).
  18. Population : Insee, Populations municipales 2010, mis à jour le 3 janvier 2013.
    Surfaces et altitudes : IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2011.
  19. Communauté de communes du canton de Baugé, Compte rendu de séance Conseil communautaire, Séance du 29 Avril 2015, p. 11-28.
  20. Le Courrier de l'Ouest, Dix communes pour en faire une, Édition du 19 mai 2015, p. 3.
  21. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté préfectoral no DRCL-2015-525 du 10 juillet 2015, RAA spécial du 15 juillet 2015 p. 13, portant création de la commune nouvelle.
  22. Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales.
  23. Statuts de la communauté de communes du canton de Baugé, Arrêté préfectoral no 2007-107, du 9 mai 2007.
  24. Arrêté préfectoral no D3-94-932 portant création de la communauté de communes du canton de Baugé, du 23 décembre 1994.
  25. a et b C.C. du canton de Baugé, Communauté de communes, consulté le 7 juillet 2011.
  26. a et b SIVERT, C. C. du canton de Baugé, consulté le 20 décembre 2010.
  27. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  28. [ Calendrier départemental des recensements], sur le site de l'Insee
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2009 2010 .
  31. « Évolution et structure de la population à Pontigné en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 octobre 2012)
  32. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 octobre 2012)
  33. Fédération Hospitalière de France, Hôpital local (Baugé), consulté le 6 octobre 2011.
  34. Insee, Statistiques locales 2009 du territoire de Pontigné, consulté le 26 mars 2012.
  35. Insee, Statistiques locales du territoire de Pontigné (49), consultées le 19 décembre 2012.
  36. INAO, Fiche de Pontigné (49), consultée le 6 juillet 2011 - AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), AOP Appellation d'origine protégée (CE), IGP Indication géographique protégée (CE).
  37. Ministère de la Culture, Monuments historiques et Inventaire général du patrimoine culturel, base Mérimée, consultée le 15 avril 2012.
  38. Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine, Maine et Loire, consulté le 7 février 2011.
  39. Absidiole, voir sur Wiktionnaire.