Pontfaverger-Moronvilliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pontfaverger-Moronvilliers
La place du village.
La place du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Mourmelon-Vesle et Monts de Champagne
Intercommunalité Rives de la Suippe
Maire
Mandat
Damien Girard
2014-2020
Code postal 51490
Code commune 51440
Démographie
Gentilé Pontfabricien
Population
municipale
1 731 hab. (2014)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 51″ nord, 4° 19′ 13″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 240 m
Superficie 31,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Pontfaverger-Moronvilliers

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Pontfaverger-Moronvilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pontfaverger-Moronvilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pontfaverger-Moronvilliers

Pontfaverger-Moronvilliers est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pontfaverger-Moronvilliers se situe à environ 20 km au nord-est Reims. La commune s'étend du nord au sud, des Ardennes aux Monts de Champagne, qui dépassent les 250 m sur le territoire de Prosnes. À 191 m d'altitude, le Mont Saint-Médard domine le nord de la commune, marqué par la Côte des Monts. Pontfaverger est arrosée par la Suippe. L'ancien village de Moronvillers se trouve à l'extrême sud du territoire pontfabricien[1].

Communes limitrophes de Pontfaverger-Moronvilliers
Aussonce Vers La Neuville-en-Tourne-à-Fuy
Selles Pontfaverger-Moronvilliers Bétheniville
Beine-Nauroy Prosnes Saint-Hilaire-le-Petit, Saint-Martin-l'Heureux

Histoire[modifier | modifier le code]

Guerres mondiales[modifier | modifier le code]

Moronvilliers est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 20 septembre 1920 tandis que Pontfaverger la reçoit le 1er octobre. Moronvilliers avait été détruite lors de la Première Guerre mondiale. C'est ainsi qu'en 1950, la commune de Pontfaverger, dont le nom fut autrefois orthographié Pont Faverger, a absorbé une partie du territoire communal de la commune voisine de Moronvilliers, partagée avec Saint-Hilaire-le-Petit et Saint-Martin-l'Heureux et ajouta le nom de cette commun au sien[2].

La zone rouge[modifier | modifier le code]

C'est sur le site de Moronvilliers qu'est construit aujourd'hui un des centres les plus importants du CEA, abritant la machine Airix, pierre angulaire du programme de simulation de la défense nationale française. Après 50 années de tirs aériens et souterrains (Mururoa et Algérie) de l'arme nucléaire qui produit des matières classées hautement toxiques et cancérigènes telles que l'uranium et le béryllium, ce centre d'expérimentation nucléaire présente des traces de pollution mais ne dépassent pas les normes en vigueur suivant les analyses faites par l'exploitant (source Basol).

Le programme de simulation de la défense nationale étant aujourd'hui développé en étroite collaboration avec le Royaume-Uni, c'est vraisemblablement dans un souci d'économie que le gouvernement français a récemment[Quand ?] décidé de regrouper plusieurs installations du CEA afin d'en optimiser les opérations. C'est ainsi que les Pont-Fabriciens ont appris en 2010 que le centre atomique de Moronvilliers va finalement et progressivement déménager dans la région de Dijon, entre 2012 et 2016. Les associations de défense de l'environnement se réjouissent évidemment de cette décision mais soulignent aussi qu'en partant, le CEA laisse un terrain immense et contaminé, qu'il conviendra de réhabiliter correctement.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pontfaverger-Moronvilliers Blason D'azur au pont en dos d'âne de trois arches d'argent, maçonné de sable, posé sur une champagne de sinople chargée d'une gerbe de blé d'or, surmonté de deux fleurs de lys du même, au comble potencé et contre-potencé aussi d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ? 1876 Hubert Alexandre Nouvion    
Les données manquantes sont à compléter.
1951 1995 Pierre Rodrigue[3] DVG Enseignant
Conseiller général de Beine-Nauroy (1967 → 1988)
1995 2008 Gabriel Lhote    
2008[4] 2014 Francis Rannou DVD  
2014[5] en cours
(au 4 juillet 2014)
Damien Girard    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont les Pontfabriciens et Pontfabriciennes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 731 habitants, en augmentation de 11,25 % par rapport à 2009 (Marne : 0,82 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
860 905 938 1 092 1 505 1 483 1 519 1 708 1 781
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 925 1 960 2 149 2 126 2 220 2 228 2 280 2 233 2 092
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 910 1 696 1 651 784 1 215 1 252 1 077 1 012 1 097
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 221 1 374 1 437 1 390 1 397 1 376 1 501 1 570 1 731
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Monument à la Guerre de 1870.

Économie[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, des usines de filature et tissage de laine sont construites le long de la Suippe. Parmi celles-ci on trouve l'usine Legros-Guimbert ou encore Garnier-Carnot. Toutes deux furent fortement endommagées ou détruites au cours de la Première Guerre mondiale. Reconstruites, elles prirent d'autres usages : la bonneterie ou la papeterie ; la première est aujourd'hui fermée[9],[10].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame de Pontfaverger possède des fonts baptismaux du XVIe siècle classés monuments historiques[11], tout comme une statue de la Vierge qui provient de l'ancienne église Saint-Médard[12]. Les vitraux de l'église sont de Jacques Grüber datent de 1924-1925. Ils sont également classés[13]. Une autre statue de la Vierge ainsi qu'un tableau ont été quant à eux déclassé[14],[15], car disparus lors de la destruction des églises Saint-Brice et Saint-Médard lors de la Première Guerre mondiale.
  • Un monument aux morts de la Guerre franco-prussienne.
  • Un cimetière militaire allemand créé en 1915 pour accueillir les soldats tombés lors de la Première Guerre mondiale.
  • Le monument aux morts de la Première Guerre mondiale est inauguré en 1925. Il est l'œuvre du sculpteur Visseaux. Il représente au pied d'une pyramide en pierre calcaire le corps d'un poilu mort en bronze[16].
La Suippe à Pontfaverger-Moronvilliers .

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN de Pontfaverger-Moronvilliers sur Géoportail (consulté le 6 février 2013).
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Alain Moyat, « Pontfaverger : Nécrologie Pierre Rodrigue maire de 1951 à 1995 », L'Union,‎ (lire en ligne)
  4. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, [xls], consulté le 22 décembre 2008
  5. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 2 septembre 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. G. Alvès dos Santos, L. Grasset, « Filature et tissage de laine Legros-Guimbert, puis Nouvion-Jacquet, puis usine de bonneterie, puis hangar », notice no IA51000223, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 6 février 2013.
  10. G. Alvès dos Santos, L. Grasset, « Filature et tissage Garnier-Carnot, puis papeterie, puis usine de caoutchouc Promel-Brunella », notice no IA51000129, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 6 février 2013.
  11. « Fonts baptismaux de l'église Notre-Dame de Pontfaverger », notice no PM51001310, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 6 février 2013.
  12. « Statue : Vierge de l'église Notre-Dame de Pontfaverger », notice no PM51000648, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 6 février 2013.
  13. « Verrières (14) : Stations du chemin de croix (Les) de l'église Notre-Dame de Pontfaverger », notice no PM51000649, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 6 février 2013.
  14. « Statue : Vierge de l'église Saint-Brice de Pontfaverger », notice no PM51001537, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 6 février 2013.
  15. « Tableau : Procession dans une église, avec une reine agenouillée devant un évêque (Une) de l'église de Pontfaverger », notice no PM51001538, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 6 février 2013.
  16. Alexandre Niess, « Monument aux morts de la guerre 1914-1918 », notice no IA51000567, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 6 février 2013.