Pont du Gril de Corbelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pont du Gril de Corbelin
Le pont du Gril de Corbelin
Le pont du Gril de Corbelin
Géographie
Pays France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Commune Griselles
Coordonnées géographiques 48° 04′ 35″ N, 2° 49′ 40″ E
Fonction
Franchit Cléry
Fonction pont routier
Caractéristiques techniques
Type pont en maçonnerie
Matériau(x) pierre
Construction
Construction XIIe, XIIIe et XVe siècles
Historique
Protection  Inscrit MH (1929)[1]

Géolocalisation sur la carte : Loiret

(Voir situation sur carte : Loiret)
Pont du Gril de Corbelin

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Pont du Gril de Corbelin

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont du Gril de Corbelin

Le pont du Gril de Corbelin, ou pont du Gril est un pont en maçonnerie français situé sur le territoire de la commune de Griselles dans le département du Loiret et la région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le pont se situe au sud du bourg de Griselles et est emprunté par la route du pont du Gril. Il franchit un affluent du Loing, la Cléry.

Histoire[2][modifier | modifier le code]

Blason de Louis de Blanchefort sur l'arche centrale amont

Ce pont a été construit par les moines de l'abbaye de Ferrières (actuellement Ferrières-en-Gâtinais) entre la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle.

Il porte le nom de Gril de Corbelin soit en raison de la proximité, à l’époque, d’une forge en amont qui grillait le fer, soit parce qu’il constituait la bordure extrême d’un étang s’étendant jusqu’à Ferrières et servait de barrage filtrant.

Un gril était en effet une claire-voie destinée à filtrer les détritus apportés par le courant, située en amont d'une rivière.

Détruit partiellement pendant la guerre de Cent Ans, il a été reconstruit par l’abbé Louis de Blanchefort[3] dont le blason se retrouve sur l’arche centrale.

Le pont a été inscrit à l’inventaire des monuments historiques par arrêté du [4].

Descriptif[modifier | modifier le code]

Vue générale amont

Il s’agit d’un pont en maçonnerie à sept arches qui présentait la particularité de pouvoir faire fonction de barrage filtrant.

Il s’agirait d’une claire-voie construite par les moines de Ferrières afin de filtrer les détritus en amont de la Cléry[5]. Ceci expliquerait que le tablier du pont est rectiligne du côté amont, alors qu'à l'aval, de belles ogives séparent les piles.

Il pouvait s’agir d’un « gril fixe (vu la soudaineté des crues) qui s'appuyait en bas dans le lit de la Cléry et en haut sur le tablier du pont, avec des pièces traversières s'appuyant sur les pilastres. Ce gril arrêtait en cas de crue, les morceaux de bois, tas de foin, peut-être même cadavres de petits animaux pour éviter de polluer le grand étang des moines, que la Cléry rejoignait à quelque distance en amont de la Brèche. Et peut-être même, cadavres humains en cas de luttes armées : guerre de Cent ans, guerres de religion, grand banditisme ou noyades accidentelles : ce qui permettait aussi de donner une sépulture chrétienne aux noyés ainsi repêchés ».

Les arches sont en arcs brisés, de type gothique, caractéristiques des ouvrages construits au XIIIe siècle.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]