Pont de la Coulouvrenière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pont de la Coulouvrenière
Image illustrative de l’article Pont de la Coulouvrenière
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Genève Genève
Commune Genève
Coordonnées géographiques 46° 12′ 18″ N, 6° 08′ 23″ E
Fonction
Franchit le Rhône
Fonction routier et piéton
Caractéristiques techniques
Type pont en arc
Longueur 150 m
Largeur 26,20 m
Hauteur 40 m
Matériau(x) béton et pierre de taille
Construction
Construction 1857 : premier pont
1896 : pont actuel
Architecte(s) Bouvier et Habicht

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Pont de la Coulouvrenière

Le pont de la Coulouvrenière est un pont routier et piétonnier sur le Rhône, situé dans le canton de Genève, en Suisse.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le pont de la Coulouvrenière est le cinquième pont le plus en amont du Rhône après sa sortie du lac Léman. Ce pont est nommé ainsi en référence au champ de tir de la couleuvrine (petit canon)[1] qui se tenait à proximité et qui a donné son nom à l'usine hydraulique de la Coulouvrenière (actuel bâtiment des Forces motrices) qui se trouve en contrebas du pont.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet d'un nouveau pont, en parallèle avec les premiers projets pour la réalisation du pont du Mont-Blanc, date de 1825 lorsque le gouvernement genevois approuve un projet de Guillaume Henri Dufour d'une passerelle suspendue pour piétons. Ce projet ne sera finalement pas réalisé faute de moyens.

La première version du pont, en métal, est réalisée entre 1856 et 1857. Trop cher à maintenir et surtout trop léger pour supporter le poids du tramway, il cède sa place, le , à une seconde version en béton et couvert de pierre de taille provenant de Saint-Imier prévu pour permettre le passage des tramways à vapeur qui font la liaison de la gare Cornavin au site de l'Exposition nationale.

En 1970, le pont de la Coulouvrenière est élargi pour permettre la création de deux trottoirs de 3,70 mètres chacun. À cette occasion, la balustrade de granit soulignée par une corniche en marbre gris qui bordait le pont ainsi que les colonnes de 11 mètres en granit sont supprimées.

En 1995, le pont retrouve le tram lorsque la ligne 13, reliant la gare Cornavin et le Bachet-de-Pesay, est mise en service. En 2001, un escalier est ajouté au pont et permet de rejoindre directement la promenade des Lavandières.

Données techniques[modifier | modifier le code]

Le pont en béton est posé sur deux voûtes centrales de 40 mètres de large, chacune sur l'un des bras du Rhône et réunies par une pile centrale ouverte d'une arche permettant le passage de la promenade. Une arche supplémentaire, sur la rive droite, surplombe le quai du Seujet.

Ce pont est le second en termes de trafic routier en ville de Genève après le pont du Mont-Blanc. En 2006, 37 500 véhicules ont ainsi emprunté le pont de la Coulouvrenière[2], ce qui constitue toutefois une forte diminution par rapport à 1990 où la valeur était montée à 63 000 véhicules[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. db.hereinspaziert.ch/detail.php?L=1&id=131&oid=210&lang</
  2. Comptage de l'année 2006 publié par l'État de Genève, page 1 [PDF]
  3. Évolution du trafic sur les ponts du Rhône, page 1 [PDF]

Liens externes[modifier | modifier le code]