Pont de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Savoie.

Pont de Savoie
Pont-route de Bellegarde
Le pont de Savoie entre l'Ain et la Haute-Savoie.
Le pont de Savoie entre l'Ain et la Haute-Savoie.
Géographie
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Commune Bellegarde-sur-Valserine (Ain)
Éloise (Haute-Savoie)
Coordonnées géographiques 46° 06′ 16″ N, 5° 49′ 15″ E
Fonction
Franchit le Rhône
Fonction Pont routier
(RD 1508)
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Longueur 120,90 m
Largeur m
Hauteur 26,96 m
Matériau(x) Maçonnerie
Construction
Construction 1946

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Pont de Savoie Pont-route de Bellegarde

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Pont de Savoie Pont-route de Bellegarde

Géolocalisation sur la carte : Bellegarde-sur-Valserine

(Voir situation sur carte : Bellegarde-sur-Valserine)
Pont de Savoie Pont-route de Bellegarde

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont de Savoie Pont-route de Bellegarde

Le pont de Savoie ou pont-route de Bellegarde[1] est un viaduc routier qui relie Bellegarde-sur-Valserine, du lieu-dit Pertes du Rhône dans l'Ain, à Éloise, lieu-dit Barmezas en Haute-Savoie. C'est un pont en arc utilisé pour le transport routier sur la RD 1508.

Présentation[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des travaux du barrage de Génissiat dès 1946, il devient nécessaire de construire sur le Rhône un pont à haut-débit. Ce pont, au même titre que le barrage, avait été entrepris dès 1941, mais les travaux cessent en raison de la Seconde Guerre mondiale. Une passerelle provisoire était créée et mise en service le 21 janvier 1942. Celle-ci resta en place jusqu'en 1949[2]. Le Pont de Savoie est un viaduc (pont à arches) qui permet le franchissement du Rhône, ce dernier faisant frontière entre les départements de l'Ain et celui de la Haute-Savoie. D'une longueur de 120,90 m, son tablier en béton armé mesure 7 mètres de large et permet le passage de la route départementale D 1508 qui relie les communes de Bellegarde-sur-Valserine à Éloise[1]. L'arche centrale a une portée de 80 mètres, il s'agit d'une voûte parabolique de 76,83 m d´ouverture et 26,96 m de flèche[3]. Cet ouvrage est en béton avec parement en pierre de taille. La construction prend fin en 1948, le pont est mis en service en 1949.

Historique du pont[modifier | modifier le code]

Divers témoignages, font état de la présence de ce pont, au travers l'Histoire. Le premier témoignage situe le pont en l'an 1333 et conduisant de Bellegarde-sur-Valserine à Arlod. Il s'agissait du Pont aux planches Un pont équivalent est signalé entre l'an 1720 et 1722 : il s'agit du Pont de Lucy. Ce pont est abattu par l'armée du Baron Raverat, sur ordre de Suchet, en 1815, pour stopper l'invasion Autrichienne. À la place de ce dernier, un pont de pierre est construit en 1874. Il est détruit en 1941, tandis que le pont de Lucy est détruit le 19 juin 1940, tous deux par l'Armée Française. La passerelle provisoire construite en 1942, avec l'aide de l'Armée Française, mesurait 38 mètres[2].

Renseignements divers[modifier | modifier le code]

  • Le pont ne doit pas être confondu avec un autre pont privé sur le Rhône, situé à proximité, qui desservait la nouvelle usine électrique d'Éloise, de 1917-20 à 1948 (suppression)[4].
  • Le pont de Savoie est surplombé par le Viaduc de Bellegarde-sur-Valserine (autoroutier).
Le pont de Savoie, côté Haute-Savoie, à l'entrée de Bellegarde-sur-Valserine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pont-route de Bellegarde sur Structurae..
  2. a et b Maurice Brocard, Bellegarde de A à Z, Tour Gile Péronnas, (présentation en ligne).
  3. « Ponts routiers (2) dont pont dit de Savoie », sur Patrimoine architectural et mobilier en Rhône-Alpes (consulté le 28 mai 2012).
  4. Maurice Brocard, L'Ain des grands ponts. Ain. Rhône. Valserine. Saône., Lyon, Tour Gile, 1993.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]