Pont de Pelješac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pont de Pelješac
Géographie
Pays Croatie
Comitat Dubrovnik-Neretva
Municipalité Slivno, Ston
Commune Komarna
Coordonnées géographiques 42° 55′ 57″ N, 17° 32′ 08″ E
Fonction
Franchit Baie de Mali Ston (mer Adriatique, mer Méditerranée)
Fonction Routier
Caractéristiques techniques
Type Pont à haubans
Longueur 2 374 m
Portée principale 568 m
Largeur 21 m
Hauteur libre 55 m
Construction
Construction Depuis 2007

Géolocalisation sur la carte : Croatie

(Voir situation sur carte : Croatie)
Pont de Pelješac

Le pont de Pelješac, (croate : Pelješki most), est un projet contesté de pont à haubans situé en Croatie[1]. Une fois construit, il devrait enjamber la baie de Mali Ston et relier la côte septentrionale de la péninsule de Pelješac au continent[1]. Le projet suscite des tensions entre la Croatie et la Bosnie-Herzégovine.

Carte de la péninsule de Pelješac avec l'emplacement du pont (trait rouge) et le port bosniaque de Neum qui sépare la Croatie en deux (frontières internationales en pointillés).

Projet[modifier | modifier le code]

La région croate de Dubrovnik est séparée du reste de la Croatie par la bande côtière de Neum, seul débouché sur la mer de la Bosnie-Herzégovine[2]. Pour passer d'une partie de la Croatie à l'autre, il faut soit transiter par la Bosnie-Herzégovine via la ville portuaire de Neum, soit emprunter un ferry entre les villes croates de Trpanj et Ploče. Le projet de pont vise à permettre le passage de la région de Dubrovnik au reste de la Croatie sans passer par la petite portion de territoire bosnien à Neum[3].

Le projet de pont a été d'abord initié en 2007 par les autorités croates avant d'être interrompu en 2012 en raison de la crise économique[4]. En 2015, le premier ministre croate Zoran Milanovic annonce que le projet est relancé[3].

Cependant, le projet suscite l'opposition des autorités bosniennes, qui craignent que le pont gêne ou empêche le passage de navires à fort tonnage vers le port de Neum[5], un argument réfuté par le gouvernement croate qui assure que les caractéristiques techniques du pont sont faites de façon à permettre le passage de tout navire[5]. Le gouvernement bosnien affirme, de position constante, que la construction du pont n'est pas possible tant que les deux pays n'ont pas réglé la question de façon bilatérale[6]. La Bosnie-Herzégovine en a informé la Commission européenne dans une lettre en septembre 2017[6].

En juin 2017, malgré la controverse sur le sujet, la Commission européenne annonce qu'elle financera le pont de Pelješac à hauteur de 85 % de son coût[7].

En janvier 2018, la présidente croate Kolinda Grabar-Kitarovic réaffirme que le pont présente une grande importance pour la Croatie et qu'il n'est pas dirigé contre les intérêts de la Bosnie-Herzégovine[8].

Le contrat pour la construction du pont est signé en avril 2018 entre le gouvernement croate et le consortium chinois China Road and Bridge Corporation [9],[10].En réponse, le président du conseil des ministres de Bosnie-Herzégovine, Denis Zvizdic, annonce qu'il enverra une nouvelle lettre aux autorités européennes pour tenter d'empêcher la construction du pont[6].

Construction[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]