Pont de Mirabeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne un pont sur la Durance. Pour le pont sur la Seine à Paris, voir Pont Mirabeau.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mirabeau.
Pont de Mirabeau
Le pont moderne, une pile de l'ancien pont et la falaise de Canteperdrix
Le pont moderne, une pile de l'ancien pont et la falaise de Canteperdrix
Géographie
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Départements Vaucluse
Bouches-du-Rhône
Commune Blason ville fr Mirabeau (Vaucluse).svg Mirabeau
Blason de la ville de Jouques (13).svg Jouques
Coordonnées géographiques 43° 41′ 23″ N, 5° 40′ 02″ E
Fonction
Franchit la Durance
Fonction pont-route
Caractéristiques techniques
Type pont en dalle et poutres acier double poutre
Longueur 175 m
Hauteur 14 m
Matériau(x) béton armé
Construction
Construction 1987
Architecte(s) André Mascarelli
Historique
Protection  Inscrit MH (1988)
(piles de l'ancien pont)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont de Mirabeau

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Pont de Mirabeau

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

(Voir situation sur carte : Vaucluse)
Pont de Mirabeau

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Pont de Mirabeau

Le pont de Mirabeau est un pont-route français entre Vaucluse et Bouches-du-Rhône, par lequel la route d'Aix-en-Provence à Manosque traverse la Durance. Les piles d'un ancien pont suspendu datant de 1845, conservées, sont inscrites aux monuments historiques[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le défilé de Canteperdrix, ou défilé de Mirabeau, est un rétrécissement de la vallée de la Durance entre les communes de Mirabeau (Vaucluse) et Jouques (Bouches-du-Rhône), où la rivière, qui finit de contourner le massif du Luberon, se fraye un chemin entre deux falaises de calcaire abruptes. C'est un lieu de franchissement ancien, qui a donné lieu à la construction de nombreux ouvrages depuis le XVe siècle. Les plus proches traversées routières de la Durance se trouvent à la hauteur de Pertuis, à 18 kilomètres en aval, et de Manosque, à 20 kilomètres en amont.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pont de Mirabeau, homonyme de celui de Paris chanté par Guillaume Apollinaire, a eu une existence mouvementée.

L'ancienne route romaine qui reliait Aix-en-Provence à Riez passait en ce lieu. À partir de la première moitié du XIIIe siècle, on utilisait des bacs à traille. Ces bacs, de 19 m par 5 m et 80 cm de hauteur, étaient construits en bois de mélèze. Le passeur utilisait des pieux, cordes et câbles pour faire avancer l'embarcation.

La première tentative de construction d’un pont date du XVe siècle. Les différents « Pont de Mirabeau » qui furent édifiés ont été détruits totalement ou en partie à quatre reprises en 1440, 1635, 1843 et 1881 par la Durance déchaînée, au débit multiplié par cent. Il fut chaque fois reconstruit, car son péage était lucratif.

Au XIXe siècle, après deux projets de pont non retenus en 1816 et 1817, Marc Seguin évoque l'idée d'un pont suspendu en 1825. Jean-François Théophile Sauzet réalise un pont suspendu. Livré en 1831, il a une portée de 150 m de long pour 5,50 m de large. Les suspensions sont arrimées à deux immenses portiques néo-romans encore debout aujourd'hui (inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par l'Arrêté du [2])

Les deux anciens ponts de Mirabeau

Achevé en 1835, il est emporté par la crue millénale le [3] et reconstruit en 1845.

Il est concédé le pour 34 ans 10 mois au sieur Sauzet qui refusa de prendre seul à sa charge les frais de réparation après la crue de 1843. Après procès, il perdit sa concession qui fut attribuée le au sieur Chaffard. La restauration lui revient à 210 000 F et le péage lui rapporte 28 000 francs par an.

Ce pont est détruit pendant la Première Guerre mondiale et remplacé par un pont d'une travée unique de 175 m de long surplombant la Durance à 14 m de hauteur et doté de deux pylônes en béton armé de 22 m de haut. L’ouvrage est achevé en , une sculpture et un bas-relief sont exécutés par Antoine Sartorio et symbolisent les quatre départements limitrophes.

On disait que le pont de Mirabeau (deuxième du nom) avait un pied dans chacun des quatre départements limitrophes (Alpes-de-Haute-Provence, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse) et chacun des piliers illustrait son département par une frise. Les frises sont désormais réunies au centre du giratoire, sur le côté gauche de la Durance[4].

Durant la Seconde Guerre mondiale, les Alliés, voulant retarder la retraite des chars allemands, le firent bombarder sans succès par leur aviation pendant trois jours. Finalement ce furent les résistants qui le firent sauter le .[réf. nécessaire] L’offensive vers le nord des unités américaines jette un pont de bateaux le 20 août, un peu au sud du pont actuel[5].

Le pont suspendu est reconstruit en 1947.[réf. nécessaire]

Actuel pont[modifier | modifier le code]

Le défilé de Canteperdrix vu depuis la chapelle Sainte-Madleine

L'actuel pont moderne achevé en 1987, fut mis en service en 1988 et le précédent pont suspendu supprimé. Il s'agit d'un pont en dalle et double poutre supportant l'ex-route nationale 96[6].

Au pont de Mirabèu[modifier | modifier le code]

Cette chanson populaire doit être prononcé "o-ou pon dé mirabéou". Elle raconte en Provençal comment la jeune mirabelaine Catharina qui lavait son linge sous le pont vit trois chevaliers qui la demandèrent en mariage[7]. Le premier lui demanda simplement si elle était mariée, le second lui remit une bague qui tomba dans la Durance et le troisième plongea dans l'eau mais mourut.

Cette chanson existe sous plusieurs formes en Occitanie : dans l'ouest, on chante Al Pont de Mirabel[8] en référence à Mirabel alors qu'à l'est la chanson fait référence à Mirabeau. L'origine de la mélodie pourrait être slave mais il n'y a aucune trace écrite[7].

Cette chanson a été interprétée par :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00082081, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. monuments historiques - Base Mérimée, « Pont suspendu de Mirabeau » (consulté le 21 juin 2013)
  3. Guy Baruol et Philippe Autran, « Pour en savoir plus », in Autran, Barruol et Jacqueline Ursch, D’une rive à l’autre : les ponts de Haute-Provence de l’Antiquité à nos jours, Les Alpes de lumière no 153, Forcalquier, 2006. (ISBN 2-906162-81-7), p 46
  4. Archives départementales du Vaucluse, « Quelques photos des frises du Pont de Mirabeau » (consulté le 6 septembre 2008)
  5. Henri Julien (directeur de publication), Guide du débarquement de Provence, 15 août 1944, Digne-les-Bains, Éditions de Haute-Provence, 1994, (ISBN 2-909800-68-7), p. 81
  6. base de données Structurae, « Le pont de Mirabeau » (consulté le 2 septembre 2008)
  7. a et b Renat Sette, Solo - chants de Haute Provence a cappella, CD et livret, Prod. et Distrib. Cantar et Harmonia Mundi, page 8.
  8. Les plus belles mélodies d'Occitanie
  9. Miquela e lei chapacans