Pont Pierre Semard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pont Pierre Semard
Image illustrative de l'article Pont Pierre Semard
Géographie
Pays France
Département Loire
Commune Rive-de-Gier

Le Pont Pierre Semard (1947-/) est un des vingt ponts encore en place de la Commune de Rive-de-Gier, dans le département de la Loire, en France. L'ouvrage a été commandité par la SNCF avec une partie engagée par l'État, ainsi que la Commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le trafic routier, en pleine croissance avant 1940, est fort entravé par les 3 passages à niveau qui se trouvent en ce lieu. Les piétons les empruntent bien imprudemment, ignorant les passerelles. Il y en eut 3, édifiées tour à tour ; les 2 premières, métalliques, la dernière étant encore en place.

Il devient nécessaire d'apporter des améliorations à la voirie et de réaliser un pont projeté avant la seconde guerre mondiale. Donc en octobre 1936, un arrêté préfectoral enjoint le maire de mettre à exécution la décision ministérielle du 30 novembre 1935 qui autorise la suppression des 3 passages à niveau qui se trouvaient l'un, le plus fréquenté, près de la maison Reynaud, l'autre près de la rue César Bertholon et la 3ème près de la rue Richarme.

Pour réaliser ce projet, on doit acquérir immeubles et terrains ; sur la rive droite, c'est la propriété de Mme Rinucci-Reynaud fille de Mme Reynaud-Marrel qui est achetée avec ses dépendances en septembre 1936, ce qui a dégagé une superficie de 845m² ; d'autres terrains sont expropriés le 8 février 1938.  

Ce pont est mis en service en 1943 et par décision municipale du 12 novembre 1944, il prend le nom de Pierre Semard (1887-1942) cheminot syndicaliste et résistant fusillé par les Allemands.  [1]

Description[modifier | modifier le code]

Le Pont Pierre Semard enjambe à la fois la voie ferrée et la rivière. Son tablier, en béton armé prend appuie sur des murs latéraux et les culées de l'ancien pont d'Egarande ont été utilisées pour servir de points d'appui. Mais pour obtenir des fondations solides, il a fallu creuser jusqu'à 3 mètres en-dessous du niveau du Gier, afin de trouver le rocher.

L'ouvrage de franchissement des voies a été mis à la charge de la SNCF qui en a assuré la construction sauf les revêtements des trottoirs, les bordures de caniveaux en béton et la chaussée. La largeur entre les garde-corps est de 13 mètres comprenant les 2 trottoirs de 2 mètres chacun. Il était précisé que l'ouvrage devait « pouvoir livrer passage au convoi militaire n°3 » [2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juillet 2017). Découvrez comment la « wikifier ».
  1. Journée du Patrimoine, Les Ponts de Rive-de-Gier, Association ripagérienne de recherches historiques, 18 septembre 2010.
  2. FOURNEL Roland, MASSON Anne-Marie, Le Gier, une rivière, des hommes : Crues et ponts à Rive-de-Gier, Rive-de-Gier, Broché, , 127 p. (ISSN 1251-0793), p. 67-71