Pont Notre-Dame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page en date du 17 janvier 2010 à 20:06 et modifiée en dernier par William Jexpire (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont Notre-Dame (homonymie).

Pont Notre-Dame
Illustration.
Géographie
Pays France
Commune Paris
Coordonnées géographiques 48° 51′ 23″ N, 2° 20′ 56″ E
Fonction
Franchit le grand bras de la Seine
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Longueur 105 m
Largeur 20 m
Matériau(x) Acier, pierre
Construction
Construction 1910-1914

Le pont Notre-Dame est un pont situé à Paris et traversant le grand bras de la Seine, reliant le quai de Gesvres au quai de la Corse.

Situation

Modèle:Station du métro de Paris Il est situé au niveau de l'Hôtel-Dieu et du marché aux fleurs, qu'il relie à la rive droite. Il se prolonge par le Petit-Pont, qui relie l'île à la rive gauche.

Histoire

Début du XXe siècle

C'est à sa place que le premier pont de Paris, appelé Grand-Pont franchissait la Seine sur son grand bras dès l'Antiquité, dans le prolongement du Petit-Pont.
En 886, le siège de Paris et les attaques normandes le condamnent, et il est remplacé par un pont de planches justement nommé pont des Planches de Milbray, qui tiendra jusqu'aux inondations de 1406.

En 1413, Charles VI fait construire le premier pont qui sera appelé Notre-Dame, un solide ouvrage de bois reliant l'île de la Cité à la rue Saint-Martin sur lequel on construira jusqu'à soixante maisons.
Il s'effondrera pourtant le 28 octobre 1499.
En 1500, on le reconstruit alors en pierre de taille, en le dotant de six grandes arches, sous la direction de l'architecte Jean Joconde.
L'ouvrage terminé en 1507 sera encore surplombé de demeures et de boutiques, et deviendra vite un endroit commerçant très fréquenté. Ces habitations sont les premières dotées d'un numéro à Paris.
En 1660, le pont est remis en état et redécoré pour honorer l'arrivée à Paris de la fille du roi d'Espagne Philippe IV, Marie-Thérèse d'Autriche, qui devient alors reine de France et de Navarre en épousant Louis XIV conformément au traité des Pyrénées.
En 1786 sur ordre du roi, on doit détruire les habitations devenues insalubres qui le surmontent.

Derrière le pont d'Arcole, la version à 5 arches

Le pont qui lui succède en 1853 sur les mêmes fondations est construit en maçonnerie et n'a que cinq arches. Ses piles sont ornées de chaque côté d'une tête de bélier. Suite à de nombreux accidents marins qui y ont lieu (pas moins de 35 entre 1891 et 1910), il se voit baptiser le pont du Diable. C'est donc pour faciliter le passage des bateaux et l'écoulement du fleuve qu'on remplace les trois arches du milieu par une arche métallique unique. C'est ce nouvel ouvrage, réalisé par Jean Résal, déjà concepteur du pont Mirabeau et du pont Alexandre-III et l'entreprise Daydé & Pillé, inauguré en 1919 par Raymond Poincaré, président de la République, qui est encore en place de nos jours.

La Pompe Notre-Dame

La pompe en 1857

Paris a toujours manqué d'eau dans le passé. En 1670, Daniel Jolly, directeur de la pompe de la Samaritaine, proposa au corps municipal d’établir, près du pont Notre-Dame, un appareil semblable à celui dont l’administration lui était confiée, lui offrant d’élever, au prix de 20.000 livres, 30 à 40 pouces d’eau de la Seine à 80 pieds au-dessus du niveau de cette rivière. Soit environ 400 litres par minute. Sa proposition fut acceptée par arrêté du .

Un projet analogue fut soumis à la même époque au conseil par Jacques Demance qui proposait, pour une somme de 40.000 francs d'élever 55 pouces d’eau au moyen d’une nouvelle machine hydraulique. Ses offres furent accueillies avec la même faveur.

Les deux ingénieurs se mirent à l’œuvre simultanément. Le résultat de leur travail fut de livrer à la consommation parisienne un volume supplémentaire de 80 pouces d’eau. Les pompes, placées sur un échafaudage furent renfermées dans un pavillon dont la porte, dessinée par Pierre Bullet, attira surtout les regards des artistes et des lettrés. Cette porte ornée de deux bas-reliefs, chef-d’œuvre de Jean Goujon, et debris d’un édifice antérieur, portait au-dessous d’un médaillon de Louis XV une inscription en vers latins du célèbre Santeuil. Elle fut traduite en vers Français par P. Corneille.

Ces pompes, réparées à différentes époques et notamment en 1678, 1708 et 1795. La première pompe cessa de fonctionner en 1786. La seconde, arrêtée en 1858 fut démolie en 1861. [1]

(langue non reconnue : la_pompe_du_pont_notre) Pont Notre-Dame (Wikisource)

Art

La joute des mariniers
  • C'est en 1756, alors que le pont est en pleine apogée commerçante, que Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet réalise son tableau «La joute de mariniers entre le pont Notre-Dame et le Pont-au-Change», grâce auquel on prend conscience des imposantes bâtisses qui occupaient le pont.

Notes

  1. Philippe Krief, Paris Rive Droite, Paris, Massin, coll. « Petites histoires et grands secrets », , 213 p. (ISBN 2-7072-0488-9) p. 15 à 16

Liens

Pont Notre-Dame

Liens externes

Bibliographie

  • Félix et Louis Lazare, Dictionnaire historique des rues et monuments de Paris en 1855 avec les plans des 48 quartiers, Maisonneuve & Larose, 796 p. (ISBN 2-86877-184-X) ;

Modèle:SituationDuPont