Pont Haudaudine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pont Haudaudine
Image illustrative de l’article Pont Haudaudine
Géographie
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Commune Nantes
Coordonnées géographiques 47° 12′ 30″ N, 1° 33′ 19″ O
Fonction
Franchit Loire (bras de la Madeleine)
Fonction Véhicules motorisés, cyclistes et piétons
Caractéristiques techniques
Type Pont à poutres en porte-à-faux
Longueur 195,5[1] m
Matériau(x) Béton pré-contraint
Construction
Construction 1973-1979
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Pont Haudaudine
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Pont Haudaudine
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Pont Haudaudine
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Pont Haudaudine

Le pont Haudaudine est un pont qui franchit le bras de la Madeleine de la Loire à Nantes.

Composé de trois travées, il relie le centre-ville (rue Gaston-Veil) à l'Île de Nantes (rue Louis-Blanc).

Depuis 1959, ce pont constitue, avec le pont ferroviaire de Pirmil, la limite maritime de la Loire à Nantes, puisqu'à cette époque ils étaient les derniers ouvrages sur le fleuve avant son embouchure, et formaient alors un obstacle infranchissable aux navires opérant dans le port de Nantes pour remonter le fleuve plus en amont. Au delà de ces ouvrages, la Loire est considérée comme fluviale[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Premier pont[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, le pont Haudaudine se trouvait dans le prolongement de l’axe formé par le pont de la Bourse et le pont Maudit desservant l'île Feydeau, et qui n'existent plus de nos jours. Il fut édifié afin de servir d’amorce à une seconde ligne de ponts reliant la place du commerce au nouveau quartier de la place de la République et de là rejoindre la place Victor-Mangin via le boulevard Victor-Hugo, puis le pont de Pirmil[1]. Le projet franchissement de la Loire à cet endroit est déjà visible sur le plan de la ville dressé par Amouroux en 1849[3].

La construction du premier ouvrage est comprise dans l’emprunt voté le par le Conseil Municipal, lequel décide, dans sa séance du , que la Ville contribuera aux frais de construction pour une somme de 430 000 francs[4], l'État jugeant de l'importance du pont contribua à la moitié de son financement[5]. Il comportait cinq arches en fonte reposant sur quatre piles et deux culées en maçonnerie[6],[7], devenant ainsi le deuxième pont à pouvoir franchir le bras de la Madeleine, l'un des deux plus importants bras de la Loire à Nantes. En 1888, la deuxième ligne de l'ancien tramway nantais (surnommée « ligne des ponts ») emprunte l'ouvrage pour rejoindre le sud-Loire, en desservant la gare de l'État, deuxième plus grande gare de Nantes à l'époque, située sur la Prairie-au-Duc toute proche[8], renforçant ainsi l'intérêt de ce pont par le rapport à celui de la Madeleine situé immédiatement en amont, plus ancien et sérieusement fragilisé par de nombreuses crues[7].

Consolidé entre 1921 et 1924[9], il fut dynamité par les Allemands lors de leur retraite en 1944[6]. Réparé, il est rouvert à la circulation le 17 août 1945[1].

Deuxième pont[modifier | modifier le code]

L'ancien pont Haudaudine se révéla être inadapté à la circulation automobile croissante et fut, par conséquent, remplacé par le pont actuel[6]. Sa construction, en béton précontraint et utilisant la technique de poutre caisson, commença en 1973 et s'étala sur six ans[10],[N 1]. Un pont Bailey assure la circulation durant les travaux[1]. Il fut inauguré le [11].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le chantier de construction connait un épisode tragique lors de la mort d'un ouvrier, Michel Langlois, décédé à la suite d'une chute, le 25 septembre 1978. Une plaque commémorative a été apposée en sa mémoire sur le parapet nord-ouest de l'ouvrage.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Pont Haudaudine », sur maurice.racinoux.free.fr (consulté le 24 avril 2019)
  2. Décret no 59-951 du 31 juillet 1959 portant fixation des limites de l'inscription maritime dans les estuaires, fleuves, rivières et canaux fréquentés par les bâtiments de mer.
  3. « Archives municipales de Nantes : Archives en ligne : cartes et plans », sur www.archives.nantes.fr (consulté le 25 avril 2019)
  4. Pied 1906, p. 142
  5. « Journal officiel de la République française : Chambres des députés - annexe n°748 », sur Gallica, (consulté le 25 avril 2019), p. 7900
  6. a b et c « Archives municipales de Nantes : Les ponts de l'Erdre et de la Loire », sur www.archives.nantes.fr (consulté le 23 avril 2019)
  7. a et b de Berranger 1975, p. 181.
  8. L’Histoire des transports à Nantes pages 17 à 20
  9. Vivienne Miguet (dir.) et Frédéric Laux, chambre de commerce et d'industrie de Nantes, Archives de la Chambre de commerce et d'industrie de Nantes, 1790-1970 : répertoire numérique de la sous-série 1ET, Conseil général de Loire-Atlantique, , 196 p. (ISBN 9782860440189, OCLC 468025845, notice BnF no FRBNF37029709, présentation en ligne), p. 90.
  10. Pont Haudaudine sur Structurae, consulté le 24 avril 2019..
  11. Christian Moreux (dir.), Journal de la marine marchande et de la navigation aérienne, vol. 60, Paris, , 800 p. (OCLC 1022929752).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]