Pont-sur-Madon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pont-sur-Madon
Pont-sur-Madon
La mairie
Blason de Pont-sur-Madon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté de communes de Mirecourt Dompaire
Maire
Mandat
David Prevot-Pierre
2020-2026
Code postal 88500
Code commune 88354
Démographie
Gentilé Madipontains, Madipontaines
Population
municipale
181 hab. (2018 en augmentation de 11,04 % par rapport à 2013)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 14″ nord, 6° 09′ 14″ est
Altitude 340 m
Min. 250 m
Max. 357 m
Superficie 3,42 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Charmes
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Pont-sur-Madon
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Pont-sur-Madon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pont-sur-Madon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pont-sur-Madon

Pont-sur-Madon est une commune française[1] située dans le département des Vosges, le canton de Charmes, et la région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Madipontains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Pont-sur-Madon.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pont-sur-Madon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (82,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (77,8 %), forêts (17,2 %), terres arables (5 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[9] :

  • total des produits de fonctionnement : 99 000 , soit 600  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 76 000 , soit 463  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 43 000 , soit 263  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 51 000 , soit 308  par habitant.
  • endettement : 0 , soit 0  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 23,88 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 21,53 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 26,57 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 15,12 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 2001 Jean-Pierre Gaspard DVG  
mars 2001 mars 2008 Luc Chapelier    
mars 2008 En cours
(au 18 février 2015)
David Prévot-Pierre    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2018, la commune comptait 181 habitants[Note 2], en augmentation de 11,04 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,43 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
213246302258285285285283239
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
239255263226226216191189171
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
171121109117108128115101100
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018
115130139130147150162178181
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Pont médiéval ;
  • Monument aux Morts. Il est commun aux communes de Vomécourt-sur-Madon, Pont-sur-Madon et Bettoncourt et se trouve dans le cimetière près de l'église de Vomécourt-sur-Madon[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claude-François-Joseph Le Maillot, seigneur de Pont-sur-Madon et Vomécourt[15],[16]

héraldique,logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Pont-sur-Madon Blason
Coupé haussé, au 1) de gueules chargé d’un ramillon de mirabellier feuillé d’argent et fruité de trois pièces d’or tachées de pourpre, accosté de deux feuilles d’alisier torminal d’or celui de dextre posé en bande, celui de senestre posé en barre ; au 2) d’azur à un pont de trois arches d’or maçonné de sable sur une rivière ondée d’argent mouvante de la pointe.
Détails
  • Le pont d’or et la rivière ondée constituent bien entendu des armes parlantes pour le toponyme du village PONT SUR MADON.
  • Le ramillon illustre l’importance des vergers de mirabelliers du village.
  • Les feuilles d’alisier torminal d’or, l’un des princes de la forêt, représentent les arbres des forêts environnantes.
  • L’or, les gueules (rouge) et l’argent sont les émaux des armes de la Lorraine(a) ; les gueules et l’argent composent les armes du chapitre des chanoinesses de Remiremont(b) .A la fin de l’ancien régime, la seigneurie du village était partagée entre le duc de Lorraine et le chapitre de Remiremont.
    Création Robert André Louis et Bernard Georgin, adoptée le 14 avril 2021.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de la commune de Pont-sur-Madon », sur Insee.fr.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Monument aux Morts
  15. Biographies Loiseau (Robert) et Rothiot (Jean-Paul) (sous la dir. de) , Figures de la Révolution et de l'Empire, Nancy, P.U.N., 1992, 199 p.
  16. CHOLLET Jack, La Franc-maçonnerie à Mirecourt du XVIIIe siècle à nos jours, Haroué (54740), Gérard Louis, , 293 p. (ISBN 978-2-35763-046-8).