Pont-l'Évêque (Calvados)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont-l'Évêque.
Pont-l’Évêque
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Pont-l’Évêque
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Pont-l'Évêque
Intercommunalité Communauté de communes Blangy Pont-l'Évêque Intercom
Maire
Mandat
Yves Deshayes
2014-2020
Code postal 14130
Code commune 14514
Démographie
Gentilé Pontépiscopiens
Population
municipale
4 518 hab. (2012)
Densité 560 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 08″ N 0° 11′ 02″ E / 49.285556, 0.18388949° 17′ 08″ Nord 0° 11′ 02″ Est / 49.285556, 0.183889  
Altitude Min. 7 m – Max. 118 m
Superficie 8,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Pont-l’Évêque

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Pont-l’Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pont-l’Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pont-l’Évêque

Pont-l’Évêque est une commune française du département du Calvados et de la région Basse-Normandie, peuplée de 4 518 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville s'étend principalement le long de l'ancienne RN 175 à mi-chemin entre Deauville et Lisieux, au milieu d'herbages d'embouche d'où les deux bœufs du blason de la ville. Trois cours d'eau aux multiples méandres où l'on pêche la truite de mer l'arrosent : l'Yvie, la Touques et la Calonne. Un peu hors de la ville, on trouve un plan d'eau de 190 hectares, formé par la carrière creusée par l'extraction des remblais de l'autoroute A 13 et transformé en centre de loisirs estival.

À dix minutes de la Côte Fleurie, la ville de Pont-l’Évêque, nichée dans la vallée de la Touques, condense tous les attraits de la Normandie augeronne : édifices à pans de bois de couleur sang de bœuf, bleu ou vert, cours d’eau en quantité (Touques, Calonne et Yvie) , campagne vallonée et verdoyante, gastronomie locale (le fameux pont-l’évêque, le cidre de Normandie).

La Touques à Pont-l'Évêque.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pont-l'Évêque doit son nom, dit-on[évasif], à son gué au dessus de la Touques et aux évêchés qui le contrôlèrent[réf. nécessaire]. Ce gué bientôt aménagé en pont fit de la ville un haut lieu commercial, carrefour d’échanges entre Paris et la Normandie et de Lisieux vers le littoral. 

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté successivement les noms de Pont-Châlier, de Pont-Chartier et de Pont-Libre[1].

Le gentilé est Pontépiscopien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte postale ancienne montrant une rame du chemin de fer
La ville fut desservie de 1904 à 1933 par une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique provenant de Cormeilles, exploitée pour le compte du Département par la Compagnie du chemin de fer d'intérêt local de Cormeilles à Glos Montfort et ext.[2].

Carrefour obligé vers la côte ou vers Paris, Pont-l'Évêque a toujours été un important lieu de passage et de commerce. Au Moyen Âge, la ville devient un important siège administratif de la vicomté d’Auge. Occupée par les Anglais pendant le XVe siècle, puis touchée par les guerres de religion, Pont-l'Évêque connaît ensuite une ère de calme et de prospérité.

La commune a été chef-lieu de district de 1790 à 1800 puis sous-préfecture jusqu'en 1926.

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, le 24 août 1944, après trois jours de combat, la ville détruite à 65 % est libérée par les Alliés.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Pont-l'Évêque

Les armes de la commune de Pont-l'Évêque se blasonnent ainsi :
De pourpre aux deux bœufs d'or l'un sur l'autre, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys aussi d'or[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 juin 1995 David de Rothschild   Banquier
juin 1995[4] avril 2014 André Desperrois DVD Ancien entrepreneur en charpente
avril 2014[5] en cours Yves Deshayes SE Retraité, ancien directeur d'hippodrome
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 4 518 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Pont-l'Évêque[6]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 185 2 459 2 391 2 092 2 118 2 137 2 234 2 193 2 005
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 024 3 114 2 880 2 911 2 843 2 933 3 050 3 058 3 107
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 956 2 983 2 973 2 790 2 818 2 867 3 006 2 676 3 012
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3 188 3 466 3 709 3 767 3 843 4 133 4 159 4 163 4 518
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

Bénéficiant d’une situation géographique favorable et d’un réseau de transport étendu (autoroute A13, gare SNCF sur la ligne Paris-Deauville, aéroport de Saint-Gatien), la ville de Pont-l’Évêque accueille, pour les week-ends ou les vacances, de nombreux visiteurs appréciant le calme de la campagne, la convivialité de la ville et les multiples activités proposées dans un cadre accueillant : le lac de Pont-l’Évêque et le parc de loisirs (labélisé Pavillon bleu), l’espace culturel Les Dominicaines, les visites thématiques de la ville (le Quartier Ancien, la « Joyeuse Prison », ses édifices du XVIIIe siècle, etc.).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Michel.

Pont-l'Évêque présente aujourd’hui un patrimoine varié qui témoigne d'une histoire riche. De la joyeuse prison à l’auberge de l’Aigle d’Or situé dans le quartier de Vaucelles connu pour ses maisons en pans de bois, c’est une ville qui marie patrimoine et animations.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Tout au long de l’année, de nombreuses animations rythment la vie des Pontépiscopiens et des visiteurs : marchés traditionnels, fête du Fromage, foire aux arbres, etc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

  • Jeanne Marie Le Calvé, dite la mère Denis (1893 - 1989 à Pont-l'Évêque), lavandière et vedette de publicité.

Autres[modifier | modifier le code]

  • Gustave Flaubert (1821-1880) situa un de ses Trois Contes, Un cœur simple, à la ferme de Geffosse, propriété de ses parents.
  • Chanoine Tirard. Curé de la paroisse qui, en août 1944, alors que l'église brûlait et qu'on se battait sur la place, se traînant à genoux, ses ornements sacerdotaux maculés de sang, administra l'extrême onction aux blessés, sans s'inquiéter s'ils étaient catholiques, anglicans ou athées, en pensant : « c'est un miracle, aucune balle ne me touche ». Une rue près de l'église Saint-Michel porte son nom
  • Nicolas Batum (1988, Lisieux), joueur de basket-ball jouant en NBA au Trail Blazers de Portland depuis 2008, formé à l'US Pont-l'Évêque Basket de 1993 à 2001.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noël Le Coutour, La Libération de Pont-l'Évêque, Condé-sur-Noireau, Charles Corlet,‎ , 143 p. (ISBN 2854807219, OCLC 468207970)
  • Gaëtane Barbenchon, Pont-l'Évêque, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, coll. « Mémoire en images »,‎ , 128 p. (ISBN 978-2-8138-0250-7)
  • Jacques Marcel Renard, Pont-l'Évêque et ses campagnes aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, SPM, coll. « Chronos »,‎ , 286 p. (ISBN 978-2-296-54139-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de Pont-l'Évêque sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 26 juillet 2012.
  2. FACS, « Les Chemins de Fer Secondaires de France : Département du Calvados », sur http://www.trains-fr.org,‎ (consulté le 4 juillet 2011)
  3. « GASO, la banque du blason - Pont-l'Évêque Calvados » (consulté le 26 août 2014)
  4. « André Desperrois estime avoir accompli son devoir », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 août 2014)
  5. « Yves Deshayes a été installé officiellement à la mairie », sur Ouest-france.fr (consulté le 9 avril 2014)
  6. Date du prochain recensement à Pont-l'Évêque, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  9. « Notice no PA00111605 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Notice no PA00111604 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Notice no PA00111603 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Notice no PA00111606 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Notice no PA00111607 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Notice no PA14000006 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Dictionnaire biographique du Canada en ligne - DIÈREVILLE » (consulté le 29 juin 2009)