Pont-Neuf de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont Neuf (homonymie).

Pont-Neuf
Le Pont-Neuf depuis le pont Saint-Michel
Le Pont-Neuf depuis le pont Saint-Michel
Géographie
Pays France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Commune Blason ville fr Toulouse (Haute-Garonne).svg Toulouse
Coordonnées géographiques 43° 35′ 58″ N, 1° 26′ 23″ E
Fonction
Franchit Garonne
Fonction route
Caractéristiques techniques
Type Pont à voûtes
Longueur 220 m
Matériau(x) pierre, brique
Construction
Construction 1541-1659.
Inauguration par le roi Louis XIV le 19 octobre 1659.
Architecte(s) Nicolas Bachelier, Louis Privat Dominique Bachelier
Historique
Protection Logo monument historique Classé MH (1991)

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Pont-Neuf

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Pont-Neuf

Géolocalisation sur la carte : Toulouse

(Voir situation sur carte : Toulouse)
Pont-Neuf

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont-Neuf

Le Pont-Neuf enjambe la Garonne, et relie la place du Pont-Neuf à la rue de la République à Toulouse. En dépit de son nom, c’est le plus vieux pont de la ville encore debout qui enjambe la Garonne. Les autres ont été emportés par les crues du fleuve. Le pont de Tounis est antérieur mais il servait à relier l'ancienne île de Tounis à la rive droite. Le pont-Neuf conduisait autrefois à l'entrée de la cité, symbolisée par un arc de triomphe construit par Jules Hardouin-Mansart. Si l'arc a été détruit en 1860, le pont est toujours emprunté par les véhicules et les piétons.

La construction du Pont[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, le mauvais état du pont de la Daurade fit envisager son remplacement. La construction du nouveau pont fut initiée par les Capitouls mais elle ne commença réellement qu'en 1541, lorsque le roi François Ier décida d'en financer la construction par un impôt exceptionnel sur la région.

Le projet avait donné lieu à une étude très complète, qui ne permit cependant pas d'éviter une déviation de 20 mètres par rapport aux plans initiaux. La première pierre est posée le 8 janvier 1544 par Jean de Mansencal lors d'une cérémonie. Interrompus en 1560 par les guerres de religion, les travaux furent achevés en 1632.

L'ancien pont de la Daurade fut démoli quelques années plus tard en 1639. On peut encore voir le vestige d'une pile de celui-ci à côté du Pont-Neuf.

Le pont fut inauguré par le roi Louis XIV en personne, le 19 octobre 1659.

Acteurs de sa construction[modifier | modifier le code]

Une structure devant résister aux crues[modifier | modifier le code]

Dès le début, le Pont-Neuf fut étudié afin de résister aux assauts de la Garonne. Trois dispositifs lui permirent de sortir vainqueur de l'inondation du  : sept arches irrégulières, des piles de pont ouvertes par six dégueuloirs (ou ouïes) et des crêtes en avant de chaque pile. La crue fut si forte qu'elle atteignit le sommet des arches, mais l'édifice tint bon. Ses piles furent tout de même renforcées entre 1937 et 1948.

Le pont est ancré sur des blocs de granit enterrés dans le lit de la Garonne.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le Pont-Neuf depuis le Quai de Tounis, en 2005
  • Longueur : 220 m
  • Nombre d'arches : 7
  • Nombre de travées : 11
  • Plus longue portée : 37 m

Situation[modifier | modifier le code]

Il se situe en aval du Pont Saint-Michel et en amont du Pont Saint-Pierre.

Son cheminement s'inscrit dans la alignement rectiligne de la rue commençant Place Dupuy, en passant par le métro Esquirol, le métro Saint-Cyprien, métro Patte-d'Oie, pour se prolonger par les avenues de Lardenne/Lombez.

Notes et références[modifier | modifier le code]

« Pont-Neuf qui assure à la R.D. 124 le franchissement de la Garonne », notice no PA00094627, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Gautier, Traité des ponts, 1716.
  • François Galabert, Dominique Bachelier et le Pont-Neuf, dans Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, 1917-1921, p. 108-110 (lire en ligne)
  • René Lotte, Construction d’un pont sous la Renaissance. Le Pont Neuf de Toulouse, Presses de l'École des Ponts et Chaussées, Paris, 1982 (avec les observations faites durant les travaux effectués de 1937 à 1949 par le service des Ponts & Chaussées)
  • Jean Mesqui, Le pont en France avant le temps des ingénieurs, Éditions Picard, Paris, 1986 (ISBN 978-2708403222)
  • Jean Coppolani, Les Ponts de Toulouse, pp. 30-39, Editions Privat, Toulouse, 1992, (ISBN 2708990691)
  • Guy Grattesat, Ponts de France, pp. 80, Presses de l'École des Ponts et chaussées, Paris, 1984, (ISBN 2859780300)
  • Georges Costa, L’œuvre de Pierre Souffron au Pont Neuf de Toulouse, p. 155-176, dans Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 2000, tome 60 (lire en ligne), document qui comporte entre autres des plans de construction de l'ouvrage
  • Georges Costa, Jacques Lemercier et la construction du Pont Neuf de Toulouse, p. 127-152, dans Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 2001, tome 61 (lire en ligne)
  • Georges Costa, Les entrepreneurs parisiens du Pont Neuf de Toulouse, p. 187-223, dans Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 2003, tome 63 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]