Pont-Neuf (Toulouse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pont-Neuf de Toulouse)

Pont-Neuf
Le Pont-Neuf et la Garonne vus depuis le pont Saint-Michel.
Le Pont-Neuf et la Garonne vus depuis le pont Saint-Michel.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Commune Toulouse
Coordonnées géographiques 43° 35′ 58″ N, 1° 26′ 23″ E
Fonction
Franchit Garonne
Fonction Routière
Caractéristiques techniques
Type Pont en maçonnerie
Longueur 220 m
Largeur 81 m
Hauteur 65 m
Matériau(x) pierre, brique
Construction
Construction 1541-1659
Inauguration par Louis XIV le
Architecte(s) Nicolas Bachelier, Louis Privat, Dominique Bachelier, Jacques Le Mercier
Historique
Protection Logo monument historique Classé MH (1991)

Le Pont-Neuf enjambe la Garonne, et relie la place du Pont-Neuf à la rue de la République à Toulouse. En dépit de son nom, c'est le plus vieux pont de la ville encore debout qui enjambe la Garonne, les autres ayant été emportés par les crues du fleuve. Le pont de Tounis est antérieur mais il servait à relier l'ancienne île de Tounis à la rive droite. Le Pont-Neuf conduisait autrefois à l'entrée de la cité, symbolisée par un arc de triomphe construit par Jules Hardouin-Mansart. Si l'arc a été détruit en 1860, le pont est toujours emprunté par les véhicules et les piétons.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Le Pont-Neuf se situe en aval du Pont Saint-Michel et en amont du Pont Saint-Pierre.

Son cheminement s'inscrit dans l'alignement rectiligne de la rue commençant place Dupuy, en passant par la place Esquirol, la place Saint-Cyprien et la place de la Patte-d’Oie, pour se prolonger par les avenues de Lardenne et de Lombez.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1606, un pont de bois est construit sur les piles du Pont-Neuf « pour la commodité du public » et « pour le transport des marchandises par charrettes »[1],[2]. Toutefois, ayant établi trop bas, le pont de bois est emporté partiellement en [3],[2], en [4],[2] et en [5],[2]. Lors du grand débordement du , le pont de bois est entièrement emporté[6],[2]. C’est ainsi qu’est décidé la construction du Pont-de-Glary[2].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le Pont-Neuf de nuit
Le Pont-Neuf depuis la prairie des filtres
  • Longueur : 220 m
  • Nombre d'arches : 7
  • Nombre de travées : 11
  • Plus longue portée : 37 m

Galerie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. M. — B B. 23 — Délibérations, fo 922.
  2. a b c d e et f Chalande 2018, p. 242.
  3. A. M. — CC. 1340. Rien à l’appui des comptes, fo 257.
  4. A. M. — Pont 3, octobre et novembre 1608
  5. A. M. — Carton Ponts, mars 1609.
  6. A. M. — Annales manuscrites, liv. V. chron. 286, fo 328.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Henri Gautier, Traité des Ponts, (lire en ligne)
  • Jules de Lahondès, « Une vue du quai de la Daurade en 1781 », Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France,‎ , p. 395-400 (lire en ligne)
  • François Galabert, « Dominique Bachelier et le Pont-Neuf », Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France,‎ 1917-1921, p. 108-110 (lire en ligne)
  • René Lotte, Construction d’un pont sous la Renaissance. Le Pont Neuf de Toulouse, Paris, Presses de l'École des Ponts et Chaussées,
  • Jean Mesqui, Le pont en France avant le temps des ingénieurs, Paris, Éditions Picard, (ISBN 978-2708403222)
  • Jean Coppolani, Les Ponts de Toulouse, Toulouse, Éditions Privat, (ISBN 2708990691), p. 30-39
  • Guy Grattesat, Ponts de France, Paris, Presses de l'École des Ponts et chaussées, (ISBN 2859780300), p. 80
  • Jean Mesqui, « Le Pont-Neuf de Toulouse sur la Garonne », dans Congrès archéologique de France. 154e session. Monuments en Toulousain et Comminges. 1996, Paris, Société archéologique de France, , 355 p. (lire en ligne), p. 325-338
  • Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont Neuf de Toulouse », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, vol. 60,‎ , p. 155-176 (lire en ligne)
  • Georges Costa, « Jacques Lemercier et la construction du Pont Neuf de Toulouse », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, vol. 61,‎ , p. 127-152 (lire en ligne)
  • Georges Costa, « Les entrepreneurs parisiens du Pont Neuf de Toulouse », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, vol. 63,‎ , p. 187-223 (lire en ligne)
  • Jules Chalande, Histoire des Rues de Toulouse : Monuments · Institutions · Habitants, t. I, Cressé, Éditions des Régionalismes, , 298 p. (ISBN 978-2-8240-0717-5), p. 237-245

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]