Pommes et poires de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pommes et poires de Savoie
Image illustrative de l’article Pommes et poires de Savoie
Poires williams avec l'indication de l'IGP

Lieu d’origine Savoie
Type de produit pommes et poires
Variétés Pommes
Belle de Boskoop, Dalinco, Delcorf, Delgollune, Elstar, Fuji, Gala, Golden Delicious, Idared, Initial, Jonagold, Melrose, Opal, Pinova, Pilot, Reine des reinettes, Reinette blanche du Canada, Reinette grise du Canada, Suntan
Poires
Conférence, Doyenné du Comice, Général Leclerc, Louise Bonne d'Avranches, Passe-Crassane, Poire Williams
Classification Indication géographique protégée depuis 1996
Confrérie Les croqueurs de pommes[1].
Saison automne
Festivité Fête de la pomme à Groisy à la mi-octobre[2].
Site web pommespoiresdesavoie.fr/

Les pommes et poires de Savoie sont une appellation de pommes et de poires française. Elles bénéficient d'une appellation protégée par indication géographique protégée (IGP).

Histoire[modifier | modifier le code]

Article principal : Vergers de Savoie.
Identification par une stick de pommes de Savoie

La culture des poires et des pommes en Savoie et Haute Savoie est attestée depuis le XIXe siècle[3]. Des fruits sont alors notamment exportés de Cusy, d'Aiguebelette ou d'Albertville jusqu'à Genève ou Lyon, puis à Toulon, Marseille ou Paris[4] .

La qualité des fruits de ce territoire sera reconnue en 1979 [3] via l'obtention d'un label : le Label Régional Savoie.

En 1996, poussé par la fédération des producteurs, les Pommes et Poires de Savoie obtiennent une IGP. Le périmètre géographique de l'IGP est alors celui de l'ancienne province de Savoie[5], à savoir, l'ensemble des communes de la Savoie et de la Haute-Savoie, ainsi que cinq communes du département de l'Ain. La production est en 1993 de 19 100 tonnes par an (330 arboriculteurs et 966 hectares)[4].

Ce périmètre verra son contour évoluer en 2015 à la suite de la modification du cahier des charges[6] du produit. D'un côté, de nouvelles communes de l'Ain voient leur territoire bénéficier de l'IGP. De l'autre, de nombreuses communes des deux départements savoyards sortent de l'IGP. Ces communes qui disparaissent sont surtout des communes de montagne.

« Ces produits jouissent aujourd’hui d’une notoriété élevée auprès des marchés et des consommateurs, mais le lien au terroir tel qu’exigé dans les dossiers actuels d’AOC et d’IGP est difficile à définir » (thèse de géographie de Cécile Praly, p. 169, 2010)[3]. À partir de 2004, les pommes et poires de Savoie font l'objet d'une certification de conformité de produit, qui homogénéisent les productions en recommandant des pratiques communes.

L'IGP a permis aux pommes et poires de Savoie de renforcer l'identification territoriale, commercialisées dans les grandes surfaces régionales, connues et appréciées par les consommateurs locaux. Néanmoins, la rémunération des producteurs demeure indexée sur les cours mondiaux et ceux-ci préfèrent une valorisation en circuit haut de gamme (grossistes et détaillants spécialisés)[3].

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Aire de l'IGP[modifier | modifier le code]

L'IGP est présente sur les départements de l'Ain, de la Savoie et de la Haute-Savoie. L'aire géographique de l'IGP Pommes et Poires de Savoie est bien délimitée :

La culture est généralement pratiquée sur des coteaux situés entre 200 et 1 500 mètres. Cependant, la majeure partie de la production se situe entre 400 et 800 mètres. Les facteurs bioclimatiques ont de fortes conséquences sur la qualité des pommes et poires de Savoie. Ce sont ces facteurs qui vont donner leur originalité aux fruits[4] :

  • l'altitude des vergers va limiter la taille des fruits.
  • la différence de température entre le jour et la nuit, l'insolation, la proportion de lumière ultraviolette et la culture de coteaux vont influer sur la couleur des fruits. Cette différence va aussi leur conférer une meilleure conservation et va allonger les fruits.
  • les sols riches en sels minéraux (sols riches en humus) et en eau (pluviométrie des Alpes du Nord) vont permettre une croissance lente et régulière des fruits, une chair ferme, d'où un poids spécifique plus élevé.

Une étude du Centre technique du Génie Rural et des Eaux et Forêts de 1975 sur la reinette du Canada a ainsi montré que la culture en Savoie donnait des fruits plus sucrés et plus acides, donnant davantage d'arôme[4].

Les communes de l'Ain[modifier | modifier le code]

Douze communes sont concernées dans l'Ain : Anglefort, Béon, Ceyzérieu, Corbonod, Cressin-Rochefort, Culoz, Flaxieu, Lavours, Pollieu, Seyssel, Talissieu, Vongnes.

Les communes de Savoie[modifier | modifier le code]

Verger de pommes en Savoie

205 communes sont concernées en Savoie : Aiguebelette-le-Lac, Aiguebelle, Aillon-le-Jeune, Aillon-le-Vieux, Aiton, Aix-les-Bains, Albens, Albertville, Allondaz, Apremont, Arbin, Argentine, Arith, Arvillard, Attignat-Oncin, Avressieux, Ayn, La Balme, Barberaz, Barby, Bassens, La Bâthie, La Bauche, Bellecombe-en-Bauges, Belmont-Tramonet, Betton-Bettonet, Billième, La Biolle, Bonvillard, Bonvillaret, Bourdeau, Le Bourget-du-Lac, Bourget-en-Huile, Bourgneuf, La Bridoire , Brison-Saint-Innocent, Césarches, Cessens, Cevins, Challes-les-Eaux, Chambéry, Chamousset, Chamoux-sur-Gelon, Champagneux, Champ-Laurent, Chanaz, La Chapelle, La Chapelle-Blanche, La Chapelle-du-Mont-du-Chat, La Chapelle-Saint-Martin, Châteauneuf, Le Châtelard, La Chavanne, Les Chavannes-en-Maurienne, Chignin, Chindrieux, Cléry, Cognin, Coise-Saint-Jean-Pied-Gauthier, La Compôte, Conjux, Corbel, La Croix-de-la-Rochette, Curienne, Cruet, Les Déserts, Détrier, Domessin, Doucy-en-Bauges, Drumettaz-Clarafond, Dullin, Les Echelles, Ecole, Entremont-le-Vieux, Epersy, Epierre, Esserts-Blay, Etable, Feissons-sur-Isère, Francin, Fréterive, Frontenex, Gerbaix, Gilly-sur-Isère, Gresin, Grésy-sur-Aix, Grésy-sur-Isère, Grignon, Hauteville, Jacob-Bellecombette, Jarsy, Jongieux, Laissaud, Lepin-le-Lac, Lescheraines, Loisieux, Lucey, Les Marches, Marcieux, Marthod, Mercury, Méry, Meyrieux-Trouet, Mognard, Les Mollettes, Montagnole, Montailleur, Montcel, Montendry, Monthion, Montgilbert, Montmélian, La Motte-en-Bauges, La Motte-Servolex, Motz, Mouxy, Myans, Nances, Notre-Dame-des-Millières, Novalaise, Le Noyer, Ontex, Pallud, Planaise, Plancherine, Le Pont-de-Beauvoisin, Le Pontet, Presle, Pugny-Chatenod, Puygros, Randens, La Ravoire, Rochefort, La Rochette, Rognaix, Rotherens, Ruffieux, Saint-Alban-de-Montbel, Saint-Alban-des-Hurtières, Saint-Alban-Leysse, Saint-Baldoph, Saint-Béron, Saint-Cassin, Saint-Christophe, Saint-Franc, Saint-François-de-Sales, Saint-Genix-sur-Guiers, Saint-Georges-des-Hurtières, Saint-Germain-la-Chambotte, Saint-Girod, Saint-Jean-d'Arvey, Saint-Jean-de-Chevelu, Saint-Jean-de-Couz, Saint-Jean-de-la-Porte, Saint-Jeoire-Prieuré, Saint-Léger, Saint-Maurice-de-Rotherens, Saint-Offenge-Dessous, Saint-Offenge-Dessus, Saint-Ours, Saint-Paul, Saint-Paul-sur-Isère, Saint-Pierre-d'Albigny, Saint-Pierre-d'Alvey, Saint-Pierre-de-Belleville, Saint-Pierre-de-Curtille, Saint-Pierre-d'Entremont, Saint-Pierre-de-Genebroz, Saint-Pierre-de-Soucy, Saint-Rémy-de-Maurienne, Saint-Sulpice, Saint-Thibaud-de-Couz, Saint-Vital, Sainte-Hélène-du-Lac, Sainte-Hélène-sur-Isère, Sainte-Marie-d'Alvey, Sainte-Reine, Serrières-en-Chautagne, Sonnaz, La Table, Thénésol, Thoiry, La Thuile, Tournon, Tours-en-Savoie, Traize, Tresserve, Trévignin, La Trinité, Ugine, Venthon, Verel-de-Montbel, Verel-Pragondran, Le Verneil, Verrens-Arvey, Verthemex, Villard-d'Héry, Villard-Léger, Villard-Sallet, Villaroux, Vimines, Vions, Viviers-du-Lac, Voglans, Yenne.

Les communes de Haute-Savoie[modifier | modifier le code]

Floraison des vergers de Haute Savoie

246 communes sont concernées en Haute-Savoie: Alby-sur-Chéran, Alex, Allèves, Allinges, Allonzier-la-Caille, Amancy, Ambilly, Andilly, Annecy, Annecy-le-Vieux, Annemasse, Anthy-sur-Léman, Arbusigny, Archamps, Arenthon, Argonay, Armoy, Arthaz-Pont-Notre-Dame, Aviernoz, Ayze, Ballaison, La Balme-de-Sillingy, La Balme-de-Thuy, Bassy, Beaumont, Bloye, Bluffy, Boëge, Bogève, Bonne, Bonneville, Bons-en-Chablais, Bossey, Le Bouchet, Boussy, Brenthonne, Burdignin, Cercier, Cernex, Cervens, Chainaz-les-Frasses, Challonges, Champanges, Chapeiry, La Chapelle-Rambaud, La Chapelle-Saint-Maurice, Charvonnex, Châtillon-sur-Cluses, Chaumont, Chavannaz, Chavanod, Chêne-en-Semine, Chenex, Chens-sur-Léman, Chessenaz, Chevaline, Chevrier, Chilly, Choisy, Clarafond-Arcine, Les Clefs, Clermont, Cluses, La Clusaz, Collonges-sous-Salève, Cons-Sainte-Colombe, Contamine-Sarzin, Contamine-sur-Arve, Copponex, Cornier, Cran-Gevrier, Cranves-Sales, Crempigny-Bonneguête, Cruseilles, Cusy, Cuvat, Desingy, Dingy-en-Vuache, Dingy-Saint-Clair, Domancy, Doussard, Douvaine, Draillant, Droisy, Duingt, Éloise, Entrevernes, Epagny, Etaux, Etercy, Etrembières, Evian-les-Bains, Evires, Excenevex, Faucigny, Faverges, Feigères, Fessy, Féternes, Fillinges, Franclens, Frangy, Gaillard, Giez, Le Grand-Bornand, Groisy, Gruffy, Habère-Lullin, Habère-Poche, Hauteville-sur-Fier, Héry-sur-Alby, Jonzier-Epagny, Juvigny, Larringes, Lathuile, Le Lyaud, Leschaux, Loisin, Lornay, Lovagny, Lucinges, Lugrin, Lully, Machilly, Magland, Manigod, Marcellaz, Marcellaz-Albanais, Margencel, Marignier, Marigny-Saint-Marcel, Marin, Marlens, Marlioz, Marnaz, Massingy, Massongy, Maxilly-sur-Léman, Meillerie, Menthon-Saint-Bernard, Menthonnex-en-Bornes, Menthonnex-sous-Clermont, Mésigny, Messery, Metz-Tessy, Meythet, Mieussy, Minzier, Monnetier-Mornex, Montagny-les-Lanches, Montmin, Moye, La Muraz, Mûres, Musièges, Nangy, Naves-Parmelan, Nernier, Neuvecelle, Neydens, Nonglard, Les Ollières, Orcier, Passy, Peillonnex, Perrignier, Pers-Jussy, Poisy, Présilly, Pringy, Publier, Quintal, Reignier-Ésery, La Rivière-Enverse, La Roche-sur-Foron, Rumilly, Saint-André-de-Boëge, Saint-Blaise, Saint-Cergues, Saint-Eusèbe, Saint-Eustache, Saint-Félix, Saint-Ferréol, Saint-Germain-sur-Rhône, Saint-Gervais-les-Bains, Saint-Gingolph, Saint-Jean-de-Sixt, Saint-Jean-de-Tholome, Saint-Jeoire, Saint-Jorioz, Saint-Julien-en-Genevois, Saint-Laurent, Saint-Martin-Bellevue, Saint-Paul-en-Chablais, Saint-Pierre-en-Faucigny, Saint-Sixt, Saint-Sylvestre, Sâles, Sallanches, Sallenôves, Le Sappey, Savigny, Saxel, Scientrier, Sciez, Scionzier, Serraval, Sévrier, Seynod, Seyssel, Seythenex, Sillingy, Talloires, Taninges, Thônes, Thonon-les-Bains, Thorens-Glières, Thusy, Thyez, La Tour, Usinens, Val-de-Fier, Valleiry, Vallières, Vanzy, Vaulx, Veigy-Foncenex, Vers, Versonnex, Vetraz-Monthoux, Veyrier-du-Lac, Villard, Les Villards-sur-Thônes, Villaz, Ville-en-Sallaz, Ville-la-Grand, Villy-le-Bouveret, Villy-le-Pelloux, Vinzier, Viry, Viuz-la-Chiesaz, Viuz-en-Sallaz, Vougy, Vovray-en-Bornes, Vulbens, Yvoire.

Climatologie[modifier | modifier le code]

La zone IGP est dominée par un climat continental, avec des influences méridionales et océaniques. Ce qui se caractérise par :

  • des hivers longs et des étés chauds.
  • une pluviométrie annuelle moyenne de 1 000 mm, qui peut atteindre 1 500 mm au pied des massifs.
  • une température annuelle moyenne comprise entre 8 et 10 °C en fonction de l'altitude.

Géologie[modifier | modifier le code]

L'essentiel des vergers de l'aire IGP se situent dans l'avant pays savoyard. Cette zone se caractérise par :

  • une forte présence de molasse.
  • des formations de type morainique.

Le sol se caractérise par :

Qui plus est, l'élevage bovin très présent dans l'aire IGP permet aux sols de posséder des taux élevés de matière organique. D'où un sol riche en humus.

Les Vergers[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Les Variétés cultivées[modifier | modifier le code]

Les Pommes[modifier | modifier le code]
Pommes Golden delicious, rougies au soleil.
Pommes de reinette

16 variétés sont reconnues par le label :

Les Poires[modifier | modifier le code]
Passe-crassane rouge

6 variétés sont reconnues par le label :

Le choix du matériel végétal[modifier | modifier le code]

Les greffons, les plants et les porte-greffes doivent être certifiés sans virus.

Densité de la plantation[modifier | modifier le code]

Le nombre d'arbres par hectare ne doit pas être supérieur à 3 500.

L'enherbement des vergers[modifier | modifier le code]

Exemple d'un verger enherbé

Dès la troisième année d'une plantation, il est obligatoire que les vergers soient enherbés. Cet enherbement doit représenter au moins 60 % de la surface qui sépare deux rangs d'arbres. Qui plus est, cette bande d'herbe doit au moins faire deux mètres de large.

Il est interdit d'utiliser des produits chimiques de synthèse pour désinfecter les sols.

L'irrigation[modifier | modifier le code]

L'irrigantion dans les zones de production est autorisée, mais seulement en cas de stress hydrique. Qui plus est, le recours à l'irrigation est interdit durant les 15 jours qui précèdent la date de récolte.

Stockage-Conditionnement[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les croqueurs de pommes : confluent Ain/Isère/Savoie
  2. Fête de la pomme à Groisy
  3. a, b, c et d Le cas des pommes et poires de Savoie,thèse de Cécile Praly sur Nouvelles formes de valorisation territoriale en agriculture, le cas de l'arboriculture de la Moyenne Vallée du Rhône, Nancy, Université Lumière - Lyon II (thèse de doctorat en Géographie), 2010.
  4. a, b, c et d Pommes et poires de Savoie, Demande d'enregistrement d'une IGP auprès de la CEE, décembre 1993 en ligne
  5. Aire géographique
  6. Modification du cahier des charges

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cécile Praly, Nouvelles formes de valorisation territoriale en agriculture, le cas de l'arboriculture de la Moyenne Vallée du Rhône, Nancy, Université Lumière - Lyon II (thèse de doctorat en Géographie), 2010, 430 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]