Pommerol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pommerol
Pommerol
La Vallée de Pommerol en janvier 2013. On peut y voir le village et le Chastelas
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Intercommunalité Communauté de communes des Baronnies en Drôme Provençale
Maire
Mandat
Gilbert Morin
2020-2026
Code postal 26470
Code commune 26245
Démographie
Gentilé Pommerolais, Pommerolaises
Population
municipale
hab. (2018 en diminution de 68,42 % par rapport à 2013)
Densité 0,61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 26′ 49″ nord, 5° 27′ 10″ est
Altitude Min. 717 m
Max. 1 563 ou 1 571 m
Superficie 9,83 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Nyons et Baronnies
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Pommerol
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Pommerol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pommerol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pommerol

Pommerol est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Pommerol est situé à 21 km à l'est de Rémuzat.

C'est une commune composée de fermes et hameaux éparpillés dans un environnement montagneux[1] (Pré-Alpes).

Les communes limitrophes sont :

Communes limitrophes de Pommerol
La Charce Sainte-Marie
(Hautes-Alpes)
Bruis
(Hautes-Alpes)
Cornillac Pommerol
Rosans
(Hautes-Alpes)
Moydans
(Hautes-Alpes)

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

  • Environnement montagneux, sites tourmentés : gorges de Pommerol, col de la Fromagère (1081 m), montagne de Raton (1473 m)[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Torrent La Pommerole qui prend sa source dans la commune

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[2] :

  • (Non daté) : Le Torrent des Pommeroles (État-major).
  • 1891 : La Pommerole, ruisseau qui a sa source au Pertus, traverse la commune de Pommerol et se jette dans l'Oulle (commune de la Charce) après 5,75 kilomètres de cours. En 1891, sa largeur moyenne est de 5,50 m, sa pente de 92 m, son débit ordinaire de 0,70 m3, extraordinaire de 10 m3.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 338 reliant La Charce au col de Pommerol ou de la Fromagère, permettant de passer de la Drôme aux Hautes-Alpes, en direction de Rosans.

Le chef-lieu du village est desservi par la RD 438 et le lieu-dit La Fromagère par la RD 603.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pommerol est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Petit chef-lieu perché[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[8] :

  • 1183 : mention de la paroisse : Ecclesia de Pomariolo (Masures de l'Isle-Barbe, 117).
  • 1251 : Pomayrol, Pomerriolum et Pomeroz (cartulaire de l'Île-Barbe, 74, 78 et 84).
  • 1272 : Castrum de Pomeralio (Inventaire des dauphins, 222).
  • 1275 : Pomereuil (inventaire de la chambre des comptes).
  • 1300 : mention du prieuré : Prioratus Sancti Romani Pomayrolio (archives du Rhône, fonds de l'Île-Barbe).
  • 1305 : Pomairollo (archives des Bouches-du-Rhône, B 12).
  • 1516 : Pomeralium (pouillé de Gap).
  • 1523 : Pomeyrous (archives de la Drôme, E 4666).
  • 1606 : Pomeyral (rôle de décimes).
  • XVIIIe siècle : Pomereul (inventaire de la chambre des comptes).
  • 1891 : Pommerol, commune du canton de Rémuzat.

Étymologie[modifier | modifier le code]

  • Hypothèse 1 : Pommerol représenterait l'occitan pomairòl « pommeraie », du bas latin pomarium « verger », du latin pomum « fruit »[9].
  • Hypothèse 2 : le nom de la commune voudrait dire « Château du Verger »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Dans un abri à 1350 m d'altitude : gravures pariétales d'oiseaux (art schématique)[1].

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Pommerol était situé sur le territoire de la tribu gauloise des Voconces.

Antiquité : les Gallo-romains[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie :

  • Terre du fief des barons de Mévouillon et arrière-fief des abbés de l'Île-Barbe[8].
  • 1261 : inféodée aux Isoard. Ces derniers la possède encore en 1305[8].
  • Vers 1320 : la terre passe aux Flotte[8].
  • Vers 1320 : elle est vendue aux Rivière[8].
  • Vers 1329 : appartient aux comtes de Provence qui l'intègrent dans leur claverie de la Val-d'Oule (voir plus bas)[8].
  • Début XVe siècle : passe aux Beauvoir[8].
  • Passe aux Baratier[8].
  • 1586 : passe (par mariage) aux Raymond-Modène[8].
  • Passe aux Grandis[8].

La commune fît partie de la Claverie du Val d'Oule de 1261[13] à 1641[réf. nécessaire].

Durant les années 1700, des protestants se sont très probablement réfugiés sur Pommerol[réf. nécessaire].

Avant 1790, Pommerol était une communauté du ressort du parlement et de l'intendance d'Aix, viguerie et recette de Sisteron, formant une paroisse du diocèse de Gap dont l'église dédiée à saint Pierre, dépendant d'un prieuré de l'ordre de Saint-Benoit, filiation de l'Île-Barbe, fut uni à la cure au début du XVIIe siècle (voir Saint-Roman)[8].

Saint-Roman[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[14] :

  • 1183 : Ecclesia Sancti Romani de Pomariolo (Masures de l'Isle-Barbe, 117).
  • XIIIe siècle : Prioratus de Pomerriolo, Prioratus de Pomeroz et Prioratus Sancti Romani de Pomayrol (cartulaire de l'Île-Barbe, 74, 78 et 84).
  • 1516 : Prioratus de Pomeriolo (pouillé de Gap).
  • 1606 : Le prieuré de Pomeyrol (pouillé de Gap).
  • 1891 : Saint-Roman, ruine de chapelle de la commune de Pommerol. Ancien prieuré de l'ordre de Saint-Benoît et de la dépendance de l'abbaye de l'Île-Barbe, qui fut uni à la cure au début du XVIIe siècle et dont le titulaire avait la collation et les dîmes de la paroisse de Pommerol.

La Val-d'Oule[modifier | modifier le code]

Ce paragraphe concerne la commune de Pommerol mais aussi celles de Cornillon, la Charce, Cornillac, Lemps, Rémuzat et Saint-May.

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[13] :

  • 1262 : Vallis Olle vel Bodonesii (cartulaire de l'Île-Barbe, 62).
  • 1272 : Vallis Olle (cartulaire des Dauphins).
  • 1331 : mention de la Claverie : Clararia Vallis Olle (archives des Bouches-du-Rhône, B 2067).
  • 1891 : La Val-d'Oule, partie de la vallée de l'Oule et du canton de Remuzat, appelée aussi vallée de Cornillon, et comprenant, avec la commune de ce dernier nom, celles de la Charce, Cornillac, Lemps, Pommerol, Rémuzat et Saint-May.

La seigneurie[13] :

  • La Val-d'Oule est une terre des barons de Mévouillon, feudataires des abbés de l'Île-Barbe.
  • 1261 : acquise par les comtes de Provence qui en font une de leurs claveries.
  • La terre est inféodée aux (d')Agoult.
  • Recouvrée par les comtes de Provence.
  • 1465 : cédée aux dauphins en échange de la ville de Gap.
  • Après avoir donné lieu à de grands démêlés, ce traité d'échange resta sans effet, et la Val-d'Oule, comprise alors parmi les Terres adjacentes de Provence, fut réunie à la viguerie de Sisteron, dans les premières années du XVIIe siècle

1524 (démographie) : il y a trente feux dans la Val-d'Oule[13].

Avant 1790, les sept communes formaient une enclave de la Provence en Dauphiné[13].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

Cette commune fait partie du canton de Rémuzat depuis 1790[8].

Autour de 1910, le village fut déserté et tomba en ruine[réf. nécessaire].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, des maquisards s'y établirent et des gens venus de villages voisins s'y cachèrent[réf. nécessaire].

Entre 1973 et 2000, le terrain sur lequel se trouvaient les ruines du vieux village a été acheté par le docteur Paul Vuillard et reconstruit sous sa direction avec ses amis. La propriété a été revendue en 2000 à une société civile coopérative[15][source insuffisante]. Les maisons, qui étaient des gîtes, sont redevenues des maisons d'habitation. Une partie du village est privatisée et interdite à la circulation[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1959        
mars 1965        
mars 1971        
mars 1977        
mars 1983        
mars 1989        
juin 1995        
mars 2001   Gilbert Morin ?   médecin
mars 2008   Gilbert Morin ?    
mars 2014 En cours Gilbert Morin[16]    
mars 2020        

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2018, la commune comptait 6 habitants[Note 2], en diminution de 68,42 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
194125172170142158140151138
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1471351191131151071188793
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
696745273729231818
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
161713131421181817
2013 2018 - - - - - - -
196-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Randonnées[1].

Santé[modifier | modifier le code]

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Le dernier prêtre de Pommerol décéda en 1898. Pommerol fut ensuite desservie par les prêtres de Cornillac, la commune voisine, jusqu'en 1928.
Dans les années 1970-1980, ce fut le chânoine Vandamme de Rémuzat qui venait dire la messe[réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : bois, pâturages (ovins, caprins), lavande[1].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Armes de Pommerol

Les armes peuvent se blasonner : De gueules, à une croix d'argent, chargée de cinq coquilles de sables.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Pommerol.
  2. J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 280 (ruisseau).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  8. a b c d e f g h i j k et l J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 279.
  9. Jacques Astor, Dictionnaire des noms de familles et noms de lieux du Midi de la France, Éd. du Beffroi, 2002, page 618
  10. Glory, André, « La grotte des Sarrasins ou grotte écrite à Pommerol (Drôme) », Bulletin de la Société préhistorique française, Persée - Portail des revues scientifiques en SHS, vol. 65, no 3,‎ , p. 88–91 (DOI 10.3406/bspf.1968.8996, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020).
  11. http://www.etudesdromoises.com/pages/pages_revue/resumes_d_articles/baume_ecrite.htm
  12. http://www.lauragais-patrimoine.fr/BIBLIOTHEQUE/SURVIVANCE-L.GRATTE/032-DROME.pdf
  13. a b c d et e J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 401-402 (Saint-Roman).
  14. J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 360 (Saint-Roman).
  15. Source : les actuels associés
  16. Pommerol sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 09 octobre 2019).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.