Poméranie ultérieure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'ancien duché de Poméranie partitionné suite au Traité de Stettin (1653) : la Poméranie suédoise (« Poméranie antérieure ») figure en bleu, la Poméranie brandebourgeoise (« Poméranie ultérieure ») en orange.

La Poméranie ultérieure, ou Poméranie postérieure (en allemand : Hinterpommern, en polonais : Pomorze Tylne), est une partie de la région historique de Poméranie constituée de la partie orientale du duché de Poméranie avant de devenir la province prussienne de Poméranie en 1653. Cette région peu peuplée s'étirait au sud de la mer Baltique, approximativement de la baie de Poméranie sur l'Oder et la lagune de Szczecin à l'ouest jusqu'à la Poméranie orientale (Pomérélie) à l'est. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, la Poméranie ultérieure fait partie de la Pologne et se partage essentiellement entre la voïvodie de Poméranie occidentale et la voïvodie de Poméranie[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Depuis le XIIe siècle, les domaines faisaient partie du duché de Poméranie, dirigé par les souverains de la maison des Griffon, d'origine slave. Sous leur domination, la région a été exposée à la colonisation germanique. Suite au traité de Thorn en 1466, ils acquièrent les seigneuries de Lębork et de Bytów au-delà des frontières du Saint-Empire. Le dernier duc, Bogusław XIV de Poméranie, meurt sans héritier durant la guerre de Trente Ans en 1637. L'empereur Ferdinand II assigna le fief à l'électeur Georges-Guillaume de Brandebourg ; cependant, toute la Poméranie fut occupée par des troupes suédoises sous Johan Banér.

Par la paix de Westphalie en 1648, après de longues négociations, l'ancien duché était finalement partagé entre la Poméranie ultérieure qui ira à l’État de Brandebourg-Prusse, et la Poméranie suédoise. Pendant la guerre de Scanie, en 1676, le « Grand Électeur » Frédéric-Guillaume de Brandebourg a commencé une campagne contre les Suèdes ; toutefois, le traité de Saint-Germain-en-Laye signé le rétablit les possessions de la Poméranie suédoise. L'électeur, abandonné par l'empereur et profondément déçu, ne garda qu'une étroite bande de terre sur la rive est de l'Oder.

Après la fin de la grande guerre du Nord, en 1720, les traités de Stockholm attribua une partie de la Poméranie suédoise au royaume de Prusse. Au cours de la réorganisation territoriale de l'Europe en 1815, les dernières parties de l'ancien duché de Poméranie échurent à la Prusse. La Poméranie ultérieure formait la partie orientale de la province de Poméranie qui s'était poursuivie jusqu'en 1945.

See also[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]