Polyeucte (Gounod)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Polyeucte (homonymie).
Polyeucte
Description de cette image, également commentée ci-après

Affiche de la création

Genre Opéra
Nbre d'actes 5
Musique Charles Gounod
Livret Jules Barbier
Michel Carré
Langue
originale
Français
Sources
littéraires
Polyeucte de Pierre Corneille
Création
Palais Garnier, Paris

Personnages

  • Polyeucte, noble arménien (ténor)
  • Sévère, chevalier romain, favori de l'empereur Décie (baryton)
  • Félix, gouverneur d'Arménie (basse)
  • Néarque, seigneur arménien, ami de Polyeucte (baryton)
  • Albin, confident de Félix (basse)
  • Siméon, un chrétien âgé (basse)
  • Sextus, jeune patricien (ténor)
  • un centurion, (basse)
  • Pauline, fille de Félix et épouse de Polyeucte (soprano)
  • Stratonice, confidente de Pauline (mezzo-soprano)

Polyeucte est un opéra en cinq actes de Charles Gounod, livret de Jules Barbier et Michel Carré d'après le drame-homonyme de Pierre Corneille, créé à Paris au Palais Garnier le .

Historique[modifier | modifier le code]

Le livret de Jules Barbier et Michel Carré est plus fidèle à sa source que l'adaptation des Martyrs d'Eugène Scribe pour Donizetti. Gounod espérait exprimer « les pouvoirs inconnus et irrésistibles que le christianisme a répandus parmi les hommes ». Le sujet a occupé Gounod pendant une dizaine d'années. Un retard initial a été causé par un incendie qui a détruit le théâtre de l'Opéra de Paris, la Salle Le Peletier, en octobre 1873. Un délai supplémentaire est venu à propos, car la partition originale est restée dans les mains de la jalouse Georgina Weldon (en), quand Gounod a quitté l'Angleterre en 1874, et il a dû recourir à une action en justice avant de se résigner à recomposer le travail de mémoire. La création a eu lieu au nouvel opéra, le Palais Garnier le 7 octobre 1878. L'œuvre a connu un échec, « le chagrin de ma vie » et il n'y a eu que 29 représentations. Gounod en fut profondément affecté. L'aria La délicieuse Source de Polyeucte est parfois entendu en concert.

Distribution[modifier | modifier le code]

Rôle Tessiture Première représentation, le 7 octobre 1878
(Chef d'orchestre: Charles Lamoureux)
Polyeucte, noble arménien ténor Marius Salomon
Sévère, chevalier romain, favori de l'empereur Décie baryton Jean Lassalle
Félix, gouverneur d'Arménie basse Charles Bérardi
Néarque, seigneur arménien, ami de Polyeucte baryton Numa Auguez
Albin, confident de Félix basse George-François Menu
Siméon, un chrétien âgé' basse Eugène Bataille
Sextus, jeune patricien ténor Jules-Alexandre Bosquin
un centurion basse Gaspard
Pauline, fille de Félix et épouse de Polyeucte soprano Gabrielle Krauss (en)
Stratonice, confidente de Pauline mezzo-soprano Caldéron
Gardes, soldats romains, prêtres, chrétiens, dames d'honneur, serviteurs, peuple

Argument[modifier | modifier le code]

L'action se passe à Métilène, capitale arménienne, au début de l'ère chrétienne.

Acte I[modifier | modifier le code]

Pauline, fille du sénateur romain Félix, a vu en songe le baptême de son époux Polyeucte et sa mort tragique. Favori de l'empereur, Sévère, auquel Félix a refusé la main de sa fille, revient de Rome et se réjouit de revoir celle qu'il aime encore. Il apprend avec douleur le récent mariage de Pauline et Polyeucte.

Acte II[modifier | modifier le code]

Dans les jardins du temple de Vesta, Sévère et Pauline se disent un dernier adieu. En traîné par son ami Néarque, Polyeucte se convertit et reçoit le baptême chrétien auquel Sévère assiste dans l'ombre.

Acte III[modifier | modifier le code]

Animé par l'esprit, Polyeucte brise les idoles du temple. Son acte implique la condamnation de Félix en dépit des avis de Pauline et Sévère.

Acte IV[modifier | modifier le code]

En prison, Polyeucte exprime son mépris du monde. Son unique but sera la conversion de Pauline. Prêt pour le martyre, il refuse de s'enfuir.

Acte V[modifier | modifier le code]

Au seuil de la mort, Polyeucte proclame son crédo. Touchée par la grâce et fortifiée par l'amour, Pauline se convertit pour se joindre au martyre se son époux.

Références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël-Marie Fauquet (direction) (préf. Joël-Marie Fauquet), Dictionnaire de la Musique en France au XIXe siècle, Paris, Fayard,‎ , 1405 p. (ISBN 2-213-59316-7), p. 987

Liens externes[modifier | modifier le code]